Archive pour mars 2008

Petit jeu simple, d’écriture : Aujourd’hui, hier et demain

Samedi 29 mars 2008

dscf7897.jpg
Abeille butinant une fleur

Compléter les phrases suivantes :

Aujourd’hui, je suis …

Hier, j’étais …

Demain, je serais …

Cette dernière phrase doit exprimer, une vision positive.

EXEMPLE :
Aujourd’hui, je suis confiant.
Hier, j’étais à la recherche de la Vérité.
Demain, je serais ce que Dieu veut que je sois.

A vous, sereinement…
 

© Photo et texte Nidish
© Impératif, Ici


Boris Grebenchikov Purushottama at Royal Albert Hall in London

Samedi 29 mars 2008

014kw07383.jpgEn 1980, le jeune artiste Boris Grebenchikov (B.G.) est renvoyé de son travail après un show considéré comme trop exubérant par le jury du festival de Tbilissi, surnommé le ’Woodstock russe’. De retour en Russie, le prince Grebenshikov attire les foules dans ces stades qu’il remplit encore aujourd’hui. En Russie, Boris Grebenchikov et Aquarium, le groupe qu’il a créé, sont une légende comparable à celle de Pink Floyd. Plus de 17 albums en témoignent dont 7 édités officiellement. A St Petersbourg, les simples initiales B.G., vert sur fond blanc, suffisent à drainer au concert plusieurs milliers de personnes. Le groupe Aquarium né dans l’obscurantisme des années 70 connait son apogée dans la quasi clandestinité entre 1981 et 1986. Il n’est reconnu officiellement qu’après 1987.

Quand il crée Aquarium en 1972, Boris Grebenchikov est étudiant de maths appliquées à l’Université de Leningrad. Le rock est interdit par la culture officielle.

Aquarium se produit clandestinement, souvent dans des appartements privés. Aquarium devient un ’mode de vie’ en Russie.

Devant l’ampleur croissante de la culture underground, le pouvoir soviétique finit par autoriser quelques concerts – une manière aussi de mieux surveiller cette culture rock qui foisonne dans les sous-sols et sur des cassettes enregistrées sous le manteau (magnitizdat).

Les tournées s’enchaînent, la première compilation officielle paraît sur le label étatique Melodia en 1987 et ’se vend à plusieurs millions d’exemplaires’.

Deux ans plus tard, il est l’un des premiers Russes à voyager hors du pays. Aux Etats-Unis, il enregistre en solo Radio Silence avec Dave Stewart du groupe Eurythmics, puis un deuxième album à Londres, avant de revenir en Russie.

De Moscou à Novossibirsk, ses concerts remplissent les stades et ses chansons sont entonnées par des millions de personnes. Aquarium est un monument du rock en Russie, et Boris Grebenchikov une véritable star nationale. Des générations de Russes ont grandi au son des albums éclectiques de l’auteur, chanteur et compositeur du groupe.

Source : Russie.TV, que nous avons actualisées pour ce blog.

Boris Grebenchikov Purushottama, Poète et musicien Russe

Samedi 29 mars 2008

Ce que je sais est plus grand que moi-même
Je ne pourrai pas confier ça aux paroles
Mais je ne parle pas avec des mots
L’amour est tout ce que nous sommes
Tout ce que nous sommes…

Boris Grebenchikov Purushottama

Image de prévisualisation YouTube

Boris Grebenchikov Purushottama est un poète et musicien Russe d’une grande sensibilité, il donnera un concert à Londres, au Royal Albert Hall, le 19 mai 2008 ; le concert, gratuit, est organisé par les centres Sri Chinmoy.

Le site du concert : http://www.grebenshikovconcert.com/organisers.html

Question – Réponse apportée par Sri Chinmoy

Vendredi 28 mars 2008

jkeger3.jpg
Peinture de Sri Chinmoy

Question : Est-ce que le but de l’art est d’ajouter quelque chose à la réalité ?

Sri Chinmoy : Lorsque vous créez une œuvre d’art, cela ajoute aussitôt quelque chose à la réalité en terme d’inspiration, de capacité, de beauté. Chaque fois qu’un artiste sincère et dévoué crée, il offre une nouvelle vie, une vie qui ne cesse d’avancer et de se transcender et qui entre dans l’Immortalité. Un chercheur a affaire à la Vie éternelle, la Vie infinie. Si l’artiste est un aspirant, il crée constamment une vie nouvelle qui devient l’Infini et l’Eternité. S’il est un chercheur, il crée de manière illimitée, ou bien il entre dans quelque chose d’infini et d’éternel. Par contre, un artiste non concerné par la spiritualité n’apportera qu’une toute petite goutte aux capacités actuelles de l’humanité. S’il n’aspire pas, il est comme un enfant qui ajoute un dollar au million de dollars de son père. Sa contribution est infinitésimale, mais il apporte tout de même quelque chose.

Question-réponse extraite du livre “L’art et la spiritualité” de Sri Chinmoy, récemment édité, en France, par les “Editions de La Flûte d’Or”.
Copyright textes et photos © Centre sri Chinmoy 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Vous pouvez trouver d’autres articles sur l’art sur ce blog en cliquant sur les liens en bleu ci-dessous  :

Pour aller sur le site de Sri Chinmoy : http://www.srichinmoy.fr/

Sri Chinmoy à la flûte, une musique pour méditer.

Vendredi 28 mars 2008

« C’est ici, sur cette terre, que nous entendrons le message de la flûte de l’infini, dont les accents font vibrer l’âme. Il n’est pas nécessaire pour cela d’aller au Ciel ou de gagner un autre plan de conscience. Le message de la Libération, de l’illumination et de l’accomplissement divin peut être entendu ici-même, ici et maintenant. Il suffit pour cela que nous suivions l’enseignement intérieur, qui n’est autre que l’Amour divin : aimer pour aimer, aimer pour l’amour de Dieu. »

Sri Chinmoy

balisized.jpg
Sri Chinmoy joue de la flûte

Cliquer sur la flèche-avancer pour écouter la musique

 

 

« Si vous pouvez créer l’harmonie dans votre vie,

cette harmonie entrera dans le vaste monde »

Sri Chinmoy

© Photo Centre Sri Chinmoy

La musique de Sri Chinmoy, une divine musique !

Vendredi 28 mars 2008

gourd.jpg

Sri Chinmoy considère la musique comme le langage universel du cœur, capable de dissoudre toutes les barrières raciales, linguistiques et culturelles, il assure : « C’est à travers la musique que le sentiment universel d’unité peut être découvert en un clin d’œil. »

Sri Chinmoy est un compositeur prolifique qui compte, à ce jour, l’écriture de 21 000 chants dont 13 623 en bengalis, sa langue natale, approximativement 7 300 en anglais (nous n’avons pas encore fini de les répertorier), 180 en sanscrits et quelques uns en français, 22 (à confirmer). Il joue de nombreux instruments, du monde entier, parmi lesquels un bon nombre de flûtes diverses, l’esraj indien, le violoncelle, l’harmonium, le piano, l’orgue… Il a donné 800 concerts ou prestations qu’il appelait « performances » (Upasana), toujours gratuitement, plus exactement 777 concerts pour l’harmonie extérieure et la paix intérieure, entre 1984 et 2007, en de nombreuses parties du monde.

Ses disciples, à leur tour, reprennent ses chants, en font des arrangement où les interprètent à l’unisson et les proposent dans leurs citées ou de part le monde. Nous vous avons propsé une vidéo du groupe tchèque « Japaka orchestra » sur ce blog, le dimanche 16 mars.

Désormais ce sont des chefs d’orchestre, des compositeurs de tous styles musical qui interprètent les musiques de Sri Chinmoy. Citons, en exemple, le « Spiritual Renaissance Choir Of Moscow » dirigé par Lev Kontorovich, aussi, en France, le merveilleux compositeur Haridas Olivier Greif, divers Groupes de Gospel aux Etats Unis…

Sri Chinmoy pense que la musique fervente est un langage universel, le langage du cœur, qu’elle peut nous emporter au-delà des limites du mental, dans la beauté sereine de notre être intérieur. Composée dans un état de méditation, la musique du Maître est empreinte d’un esprit méditatif profond : « Un calme inhérent, pure révélation de sa source, y règne jusque dans ses éclats les plus puissants. » dira une auditrice.

« En tant que relaxologue j’ai largement utilisé la musique de Sri Chinmoy, mais aussi la flûte d’Alap, la musique soufi… A la fin des séances j’ai toujours eu des commentaires positifs sur la musique de Sri Chinmoy. Les personnes exprimant à chaque fois un état de mieux être, de détente profonde… L’une des patiente évoqua, avec contentement, l’impression que c’était « toutes ses cellules qui étaient entrain de bouger »

La musique ne connait aucune frontière.
Elle est libre partout.
Sa contribution à l’intégration des émotions,
Tant humaines que divines,
Restera toujours insondable.
Sri Chinmoy

© Photo Centre Sri Chinmoy 

Réponses aux devinettes du Dimanche 23 mars 2008

Vendredi 28 mars 2008

jkjapan63.jpg

1 ) Comment s’appelle cet instrument ? : Un esraj.

L’esraj était l’instrument préféré de Sri Chinmoy, qui a aussi interprété ses musiques sur des centaines d’instruments différents venant du monde entier. Un soir, lors d’un concert, il a joué de 150 instruments.

2) Où se déroule le concert ? : Au Japon.

O Japan,

In simplicity you have no equal,
In humility you have no equal,
In concern you have no equal,
I self-giving you have no equal.
Sri Chinmoy

3) En l’honneur de qui ? Du Bouddha.

Sri Chinmoy a souvent honoré le Bouddha, mais aussi le Christ, Krishna, Sri Aurobindo, Vivekananda et d’autres très grands Maîtres spirituels. Il a écrit en leurs honneurs, de nombreux chants et donné plusieurs concerts.

Les trois singes

Jeudi 27 mars 2008


En japonais, les trois singes sont appelés
Mizaru (見猿) pour celui qui se pose les mains sur les yeux, Kikazaru (聞か猿) pour celui qui se bouche les oreilles, et Iwazaru (言わ猿) pour celui qui se pose les mains sur la bouche. Ces trois noms signifient littéralement : « Ne vois pas », « N’entends pas », « Ne parle pas ».

Ils constituent un jeu de mots poétique sur zaru (forme verbale négative) et saru (singe).

Traditionnellement au Japon, le singe est sensé chasser les mauvais esprits.

Les trois singes sont venus de Chine, introduits par Xuanzang 玄奘 (602-664), un moine Bouddhiste du VIIème siècle. La légende raconte qu’un singe était le compagnon du pèlerin, c’est lui qui l’aida à trouver les livres saints du bouddhisme Xuanzang est l’un des quatre plus grands traducteurs des soutras bouddhiques de l’histoire de la Chine. C’est après un rêve que le moine décide de se rendre en Inde. Ses écrits évoquent son parcours sur les pas du Bouddha et des différentes écoles bouddhistes.

Plus de trente ans plus tard,  Xuanzang revient en Chine avec plusieurs textes sacrés sanscrits qui revivifient le bouddhisme dans le pays.
Son séjour au Japon s’inscrit dans ce long périple. Une école se forme
avec l’inspiration de son disciple Kuiji 窺基 (632–682), la Weishizong (wéishí zōng 唯識宗) « conscience pure ».

troissingesleurhistoireleursignificationnidishunblogfr.jpg

Cette représentation (ci-dessus) est une des plus anciennes connues des trois singes, elle est attribuée au sculpteur Hidari Jingoro (1594-1634).

Ce bas-relief se trouve sur la façade du temple Tōshōgū (photo ci-dessous) à Nikkō au Japon, au dessus de la grille du milieu, sur la gauche du temple.

nikkostable5227.jpg

Au Japon, les trois singes sont aussi  traditionnellement associés à la divinité Vadjra.


LES TROIS SINGES
Différentes interprétations de leur signification

- Une formulation :
« je ne dis ce qu’il ne faut pas dire », « je ne vois ce qu’il ne faut pas voir »,  « je n’entends ce qu’il ne faut pas entendre » ; selon la secte originelle, si l’on respecte ces trois conditions, le mal nous épargne.


- Une autre formulation :

« Ne rien voir de mal, ne rien entendre de mal, ne rien dire de mal »
. Comme précédemment, à celui qui suit cette maxime, il n’arrive que du bien.

- Une autre interprétation connue :
▪ Il y a ceux qui voient des choses et en parlent, mais n’écoutent pas ce qu’on leur dit… ▪ Il y a ceux qui ne voient rien, écoutent les autres et en parlent… ▪ Il y a ceux qui entendent et voient des choses, et n’en parlent pas…

- Plus récemment, Nidish formulait à son tour :
« Je vois tout, mais je ne regarde rien. J’entends tout, mais je n’écoute rien. Je sais tout, mais je ne dis rien. Et au-delà de tout, je ne pense rien, pour devenir le tout. »


Photos et informations ont été trouvées sur différentes pages de Wikipédia, sur le portail du Japon, et le dictionnaire des symboles,. Elles ont été adaptées par Nidish pour le blog

Sri Chinmoy et l’Ecriture : Images dédicaces et poème

Jeudi 27 mars 2008

 

writting.jpg
Sri Chinmoy écrivait en toutes circonstances, en tous lieux…

I am not needed

Il ne m’est pas demandé
De dire la chose juste.

Il m’est uniquement demandé
D’être la chose juste.

Sri Chinmoy

 

pencil.jpg

Pour les 76 ans de Sri Chinmoy Ashrita Furman,
à l’aide de quelques disciples a réalisé
le plus grand crayon au monde.

Voir la vidéo de sa réalisation en cliquant sur : Ici

« LES MANUSCRITS AUTOBIOGRAPHIQUES » de Sainte Thérèse de Lisieux (extrait)

Mercredi 26 mars 2008

Voici les premières lignes du premier chapitre des manuscrits autobiographiques de Sainte Thérèse, nous le trouvons tout à fait instructif pour les écrivains qui veulent avoir une écriture élevée, inspirant pour les chercheurs spirituels, plaisant pour les amateurs de lettres au langage poétique, et intéressant pour tout ceux qui se posent des questions sur leur place dans la vie… Le propos est, évidemment, spirituel. Nidish

mariethej11185896710.jpg

Histoire printanière d’une petite Fleur blanche écrite par elle-même et dédiée à la Révérende Mère Agnès de Jésus.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

C’est à vous, ma Mère chérie, à vous qui êtes deux fois ma Mère, que je viens confier l’histoire de mon âme… Le jour où vous m’avez demandé de le faire, il me semblait que cela dissiperait mon cœur en l’occupant de lui-même, mais depuis Jésus m’a fait sentir qu’en obéissant simplement je lui serais agréable ; d’ailleurs je ne vais faire qu’une seule chose : Commencer à chanter ce que je dois redire éternellement – « Les Miséricordes du Seigneur !!! »
Avant de prendre la plume*, je me suis agenouillée devant la statue de Marie (elle qui nous a donné tant de preuves des maternelles préférences de la Reine du Ciel pour notre famille), je l’ai suppliée de guider ma main afin que je ne trace pas une seule ligne qui ne lui soit agréable. Ensuite ouvrant le Saint Evangile, mes yeux sont tombés sur ces mots : – « Jésus étant monté sur une montagne, il appela à Lui ceux qu’il lui plut ; et ils vinrent à Lui. » (St Marc, chap.III,v13). Voilà bien le mystère de ma vocation, de ma vie tout entière et surtout le mystère des privilèges de Jésus sur mon âme… Il n’appelle pas ceux qui en sont dignes, mais ceux qu’il lui plaît ou comme dit Saint Paul – : « Dieu a pitié de qui Il veut et Il fait miséricorde à qui Il veut faire miséricorde. Ce n’est donc pas l’ouvrage de celui qui veut ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde. » (Ep. aux Rom. IX,v.15 et 16). Longtemps je me suis demandé pourquoi le bon Dieu avait des préférences, pourquoi toutes les âmes ne recevaient pas un égal degré de grâces, je m’étonnais en Le voyant prodiguer des faveurs extraordinaires aux Saints qui l’avaient (v°) offensé, comme St Paul, St Augustin et qu’Il forçait pour ainsi dire à recevoir ses grâces ou bien en lisant la vie de Saints que Notre Seigneur s’est plu et prévenant ces âmes de telles faveurs qu’elles ne pouvaient ternir l’éclat immaculé de leur robe baptismale, je me demandais pourquoi les pauvres sauvages par exemple mouraient en grand nombre avant d’avoir même entendu prononcer le nom de Dieu… Jésus a daigné m’instruire de ce mystère, Il a mis devant mes yeux le livre de la nature et j’ai compris que toutes les fleurs qu’Il a créées sont belles, que l’éclat de la rose et la blancheur du Lys n’enlèvent pas le parfum de la petite violette ou la simplicité ravissante de la pâquerette… J’ai compris que si toutes les petites fleurs voulaient être des roses, la nature perdrait sa parure printanière, les champs ne seraient plus émaillés de fleurettes… Ainsi en est-il dans le monde des âmes qui est le jardin de Jésus. Il a voulu créer les grands saints qui peuvent être comparés au Lys et aux roses mais il en a créé aussi de plus petits et ceux-ci doivent se contenter d’être des pâquerettes ou des violettes destinées à réjouir les regards du Bon Dieu lorsqu’Il les abaisse à ses pieds, la perfection consiste à faire sa volonté, à être ce qu’Il veut que nous soyons… J’ai compris encore que l’amour de Notre Seigneur se révèle aussi bien dans l’âme la plus simple qui ne résiste en rien à sa grâce que dans l’âme la plus sublime, en effet le propre de l’amour étant de s’abaisser, si toutes les âmes ressemblaient à celles des Saints docteurs qui ont illuminé l’Eglise (3r°) par la clarté de leur doctrine, il semble que le bon Dieu ne descendrait pas assez bas en venant jusqu’à leur cœur, mais Il a créé l’enfant qui ne sait rien et ne fait entendre que de faibles cris, Il a créé le pauvre sauvage n’ayant pour se conduire que la loi naturelle et c’est jusqu’à leur coeur qu’Il daigne s’abaisser,ce sont là ses fleurs des champs dont la simplicité Le ravit… En descendant ainsi le Bon Dieu montre sa grandeur infinie. De même que le soleil éclaire en même temps les cèdres et chaque petite fleur comme si elle était seule sur terre, de même Notre Seigneur s’occupe aussi particulièrement de chaque âme que si elle n’avait pas de semblables et comme dans la nature, toutes les saisons sont arrangées de manière à faire éclore au jour marqué la plus humble pâquerette, de même tout correspond au bien de chaque âme.

* Sur ce blog :  Résonance entre deux Auteurs, Sainte Thérèse – Sri Chinmoy : DEVOIR SUPRÊME DE L’ARTISTE SPIRITUEL

Vous pouvez vous procurer le Livre de Sainte Thérèse aux Editions du Cerf ou lire l’intégralité du manuscrit dans les pages de la bibliothèque du Cerf dont voici le site :

http://bibliotheque.editionsducerf.fr/par%20page/2653/TM.htm#

1234