L’Evangile essenien : Les manuscrits perdus de la fraternité des Esséniens

evangile3internet.jpg

 

Note des Editions Ambre, actuelles représentantes de Mme Székély pour l’Europe :
Ce troisième livre de l’Évangile Essénien est un recueil de textes de grande valeur spirituelle, littéraire, philosophique et poétique, issus de deux puissants courants de traditions imbriqués l’un dans l’autre. Le premier, de ces courants, est celui dans lequel ont baigné les hébreux emprisonnés dans les geôles de Babylone : les Épopées de Gilgamesh y côtoient le Zend Avesta de Zarathoustra. Le second est celui qui traverse avec une majesté poétique les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, depuis l’époque indatable d’Enoch et des autres Patriarches, en passant par les Prophètes et jusqu’à la mystérieuse Fraternité Essénienne. (160 pages, broché.)

Introduction (extrait) des « Editions Soleil » au livre « L’Evangile essénien » première édition en 1984 :
« Edmond Bordeaux-Szekely découvrit au début du siècle dernier dans les archives du Vatican des manuscrits traitant des idées et du mode de vie des Esséniens, qui vécurent il y a deux mille ans au Moyen-Orient et exercèrent une profonde influence sur la genèse du christianisme. Il consacra sa vie à l’étude de l’enseignement essénien et de ses applications pratiques pour l’homme d’aujourd’hui. Le sujet lui inspira plusieurs dizaine d’ouvrages… »

Le traducteur :
Biographie partielle extraite de Wikipédia :

Edmond Bordeaux Szekely, né en 1900, décédé en 1979, était un érudit hongrois, un philosophe et un expérimentateur de la vie naturelle.

« La mère d’Edmond Bordeaux Szekely était française et catholique et son père était un Unitarien hongrois. Les diverses biographies ont indiqué que Szekely a obtenu son doctorat de philosophie à l’université de Paris, et d’autres parties des universités de Vienne et Leipzig. Il a également été professeur de philosophie et de de psychologie expérimentale à l’université Babes-Bolyai à Cluj-Napoca et parlait couramment Sanskrit, araméen, grec et latin aussi bien que plusieurs langues modernes.
En 1923, lorsqu’il étudiait au Vatican, Szekely traduisit plusieurs textes araméens obscurs qui, disait-il, montraient que les esséniens (les premiers chrétiens) étaient végétariens, et que le végétarisme était enseigné par Jésus. Szekely a également traduit des parties du Zend Avesta, des rouleaux de la mer morte, et des documents du Mexique pré-colombien.
En 1928, il fonda, avec le prix Nobel de littérature Romain Rolland, la Société Biogénique Internationale pour promouvoir et répandre ses recherches. »

Site des Editions Ambre : http://www.editionsambre.com/

 


 

Laisser un commentaire