Archive pour août 2009

Commentaire de film par Nidish : Oseam, un dessin animé bouddhiste

Lundi 31 août 2009

Image de prévisualisation YouTube

Clip de lancement

 

Méditation et Réalisation

La sagesse et la beauté d’un film bouddhiste qui montre le parcours d’un enfant de 5 ans, frère d’une fillette de dix ans, aveugle. L’action se déroule alors que la fratrie vient de perdre ses parents ; le Hasard conduit les enfants dans une communauté de moines. Le jeune garçon ne comprend pas le départ de sa mère et voudrait la retrouver, son appel se tournera progressivement -les évènements de sa vie l’y orienteront- vers la Mère Divine ; devant une image sacrée de la Mère, ses pleurs sincères et intenses l’amèneront à l’état de réalisation de Dieu, appelé dans le bouddhisme : « Illumination ».

L’histoire de ce jeune garçon est inspirée d’une histoire vraie.
Le nom « Oséam » est celui d’un temple qui porte désormais le nom de l’enfant, auparavant le temple se nommait « Gwaneuman ».

Oséam est un très beau film coréen, qui a reçu le « Grand prix du Festival d’Annecy », « Ecran Junior ».
Nous pouvons regarder ce film, d’une douce intensité, seulement pour nous distraire agréablement ; les couleurs pastels harmonieuses apaisent, les dessins sont de bonnes qualités et plaisants, ou, aussi, pour  nous inspirer de ce qu’est la vie spirituelle.

Le film est émouvant ; la relation qu’entretiennent les enfants entre eux et à leur mère, est touchante, tandis que la description des moines et de la vie au temple est amusante et juste.
Oséam est un film distrayant pour tout un chacun, mais aussi plus particulièrement pour ceux qui suivent un cheminement spirituel ou qui s’ouvrent à la pratique de la méditation.

Ce film est limpide, naturel, il peut être conseillé, être vu et revu pour se rafraichir ou s’inspirer dans notre relation à l’Essentiel. Le thème nous montre simplement, à travers le parcours -minuscule- du jeune enfant, ce à quoi toute vie tend et fini par réaliser,  au cours d’une incarnation ou une autre, la Lumière.

Nidish

Résonance entre deux Auteurs, sur le thème de la « Vanité » : Mâ Ananda Moyî – Sri Chinmoy

Lundi 31 août 2009

kedarrouesdechariot.jpg

Nous ne nous connaissons guère les uns les autres, mais Dieu nous connait tous. Observez le flanc d’une montagne, vous verrez que les blocs de pierre, les mottes de terre, les lianes et les racines sont enchevêtrées de telle façon que si l’un d’eux cède, il semble que tout le reste doit s’écrouler. Est-ce possible ? Non. La montagne les tient tous serrés sur son sein. Mais s’il se produit un tremblement de terre, tout s’éboule. Si vous imaginez que la religion, la société, la civilisation, etc., ne peuvent se passer de vous, vous faites une lourde erreur. C’est Dieu qui est à l’origine de tout, c’est Lui qui tisse la toile de la vie, c’est sous Sa direction que tout prospère. Connaissez-Le d’abord. Le connaitre, c’est tout connaitre. Et c’est la seule façon de s’élever au-dessus des doutes et des difficultés.
Mâ Ananda Moyî

Extrait du livre « Aux sources de la Joie » de Mâ Ananda Moyî paru aux Editions Albin Michel (Voir le lien bleu, ci-dessous)
© 1943 Jean Herbert © Ed. Albin Michel,S.A. 1996

o o o

Je souhaite avoir l’esprit en paix, ne serait-ce qu’aujourd’hui. Pour cela il me faut ressentir que je ne suis pas du tout indispensable. Je dois faire taire le chant de ma vanité, et me rendre compte que le monde n’a pas besoin de moi. En effet, il existait avant que je naisse, et il existera longtemps après que je serai passé de l’autre côté du rideau de l’Eternité. Qui est nécessaire ? Seul le Guide Suprême qui est en moi. Lorsque je ressens ainsi que je ne suis nullement indispensable, je reçois un iota de lumière et j’acquiers la paix de l’esprit.
Sri Chinmoy

Extrait du livre « La spiritualité vécue » de Sri Chinmoy, paru aux Editions Aum Verlagsges. mbH (Epuisé, voyez « Jour de l’Âme »)
© copyright 1974-1993 Sri Chinmoy, New York

© Photo Kedar

 

Question – Réponse de Sri Chinmoy : L’amour humain et l’Amour divin

Lundi 31 août 2009

Question : Quelle est la différence entre l’amour humain et l’amour divin ?

ckg208n1.jpgSri Chinmoy : L’amour est un oiseau. Mettez-le en cage, il s’appelle amour humain. permettez-lui de voler au cœur de la conscience Omniprésente, il s’appelle amour divin.
L’amour humain tire ses racines du vital ; l’amour divin a les siennes dans l’âme. L’amour humain entonne le chant de la possession ; l’amour divin celui de l’offrande de soi. L’amour humain ne désire que posséder et être possédé ; on y trouve toujours un besoin au niveau vital, au mieux une attente subtile. Si une vérité supérieure s’y fait jour, le besoin pourra s’atténuer, mais l’attente subtile persistera malgré tout.
Dans l’amour divin, il n’est rien de tel. On ne fait qu’offrir sans compter ce que l’on est et ce que l’on a.
Dans l’amour humain subsistent encore les sentiments de supériorité et d’infériorité. Le supérieur aime l’inférieur parce que dans une certaine mesure il se complait dans sa supériorité. Quant à l’intérêt de l’inférieur pour le supérieur, il émane souvent d’un sentiment d’insécurité. Ainsi, l’amour les enchaine l’un à l’autre en leur apportant une satisfaction réciproque. Mais dans l’amour divin, supériorité et infériorité sont vides de sens, car l’amour divin tire sa joie que de l’offrande de soi aussi totale qu’inconditionnelle. Si dans l’amour humain le mental sceptique et suspicieux intervient fréquemment -accompagné de sa cohorte d’accusations, de méprises et autres querelles-, l’amour divin n’a comme maitre que le cœur, le cœur qui aime et où voisinent désintéressement, esprit de sacrifice et joie. Si dans l’amour humain amant et bien-aimé sont deux personnes distinctes, l’amour divin les voit inséparablement unis par un Suprême immanent à l’intérieur de toute chose.

© Texte extrait du livre “La Lumière de l’Au-Delà” de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 1989 Sri Chinmoy Tous droits réservés

 

O.N.U. : Conférence mondiale sur le climat

Dimanche 30 août 2009

090825unhomephoto250x168.jpg

La fonte d’un glacier en antartique illustre les effets des changements climatiques.
La troisième Conférence mondiale sur le climat débute le 31 août à Genève.

La troisième Conférence mondiale sur le climat (CMC-3), qui aura lieu du 31 août au 4 septembre 2009 offre à la communauté internationale une occasion sans précédent de se mettre d’accord sur des politiques d’adaptation au climat actuel et futur. Quelque 1500 responsables politiques et décideurs en provenance de plus de 150 pays travailleront de concert avec des scientifiques à l’élaboration de stratégies concrètes d’adaptation à la variabilité du climat et au changement climatique.
L’Organisation météorologique mondiale est l’institution spécialisée des Nations Unies et le porte-parole autorisé du système des Nations Unies pour tout ce qui concerne l’état et le comportement de l’atmosphère terrestre, son interaction avec les océans, le climat qu’elle engendre et la répartition des ressources en eau qui en résulte, elle organise les Conférences Mondiales sur le Climat.
La CMC-3 est censée entre autres d’indiquer la marche à suivre pour faire face aux risques d’origine climatique tels que les sécheresses, les inondations, les vagues de froid ou de chaleur, les famines et certaines épidémies, qui risquent de menacer la vie, la santé et les moyens de subsistance ainsi que l’accès à des biens essentiels – vivres, eau, énergie, etc.

Le climat peut être source de risques mais ouvrir aussi des perspectives.

Pour améliorer la surveillance et la prévision du climat et mettre au point des stratégies adaptées, il est nécessaire que les pays collaborent.  Le système climatique de la planète, qui redistribue la chaleur, l’énergie et les autres constituants atmosphériques et océaniques, est un et indivisible.  Une coopération à l’échelle mondiale est de ce fait indispensable.
Une surveillance adéquate du système climatique permet de détecter à temps les phénomènes dangereux qui se jouent des frontières.  Le monde doit s’unir pour améliorer les services d’information et de prévision climatologiques et faire en sorte qu’ils contribuent de manière significative à la réalisation des objectifs du Millénaire.
En raison des changements climatiques, les statistiques météorologiques passées ne constituent plus un indicateur fiable pour l’avenir et un bon guide pour arrêter des décisions, a déclaré le Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), M. Michel Jarraud. De fait, nous rajoutons, une coopération mondiale instantanée est des plus capitale.

Sources : Sites des Nations Unies

Le film « HOME » de YANN ARTHUS-BERTRAND
et
« L’ULTIMATE CLIMATIQUE » : Appel pour la Conférence de Copenhague

Question – Réponse de Sri Chinmoy : Frontières et évolution du monde

Dimanche 30 août 2009

Question : Ne pensez-vous pas que les identités nationales, les frontières et les dogmes politiques retardent l’évolution spirituelle de l’homme ?

ckg208n11.jpgSri Chinmoy : Je pense très sincèrement que le concept de nationalité et les dogmes politiques retardent la croissance de la conscience humaine. Toutefois, c’est l’élévation de l’esprit au niveau individuel qui doit précéder l’éveil des institutions sociales, qu’elles soient églises ou gouvernements. Ce sont les âmes spirituellement évoluées qui doivent offrir offrir leur lumière à leurs frères et sœurs plus jeunes. Comme vous le savez, la politique des institutions et des gouvernements émane habituellement de la conscience générale d’un peuple. Cette politique peut être considérablement influencée par des êtres illuminés. L’Inde, par exemple, ne manque pas, ni d’ailleurs n’a jamais manqué de telles âmes.
Seul le temps pourra ouvrir une brèche qui permettra à la conscience spirituelle de pénétrer en l’individu et la société. De notre côté, un effort spirituel conscient doit être entrepris afin que les forces supérieures descendent et atteignent le tréfonds de notre cœur aspirant. Le fossé que nous constatons actuellement entre l’aspiration et sa mise en pratique dans la société sera alors comblé.

Vidéo pour sourire : un petit diable veut entrer au Paradis

Dimanche 30 août 2009

 

Image de prévisualisation YouTube

PARADIS ET ENFER
Par Sri Chinmoy

Au plus haut niveau spirituel, l’enfer et le paradis sont un seul même plan de conscience. Le paradis et l’enfer commencent dans le mental. Dès l’instant où nous prions, méditons et nous efforçons d’offrir la lumière intérieure acquise lors de nos méditations et de nos prières, nous commençons à entrer au paradis. Dès l’instant où nous pensons du mal des autres, les critiquons et entretenons de mauvaises pensées à leur sujet, nous pénétrons en enfer. Nous créons le paradis, nous créons l’enfer. Nous créons le paradis avec nos pensées divines, et nous créons l’enfer en nous même, par nos pensées négatives. Le paradis et l’enfer sont tous deux des états de conscience profondément ancrés en nous. Plongeons profondément en nous même, nous découvrons que nous possédons l’univers entier. A l’intérieur de ce corps physique se trouve le corps subtil ; et dans le corps subtil, dans le cœur, nous découvrons l’existence de l’âme. De là , en plongeant encore plus profond, nous apercevons l’univers entier.

© Sri Chinmoy
« Mort et Réincarnation »
Ed. La Flûte d’Or

Temple Song Heart en France début novembre 2009

Samedi 29 août 2009

tshimg1.jpeg


Cliquer sur la flèche pour écouter la musique

En cliquant sous l’image, sur la petite flèche orange, vous pourrez écouter le groupe « Temple Song Heart » interpréter un des 22 000 chants écrits par Sri Chinmoy. La mélodie a été conservée et une composition musicale pour instruments et polyphonie de voix a été réalisée par l’une des membres du groupe.

Si vous voulez écouter d’autres chants, vous pouvez aller sur le site du groupe, en anglais, vous vous y retrouverez très facilement ; il y a une seule page très bien réalisée ; vous pourrez y écouter d’autres chants, en bengali, d’une grande beauté, en cliquant sous la photo de droite, et y trouver une présentation du groupe, et aussi de Sri Chinmoy, à qui nous devons tout cela, et bien plus.

http://temple-song-hearts.org/

Sri Chinmoy a composé une majorité de ses chants dans sa langue natale (13 000) et aussi une très grande quantité en anglais ( +7 000), sa langue d’adoption, 180 en sanscrits et aussi 33 en français. Si vous êtes musicien, chanteur, vous apprécierez de découvrir sur notre site officiel 16 000 de ces chants en ligne et quelques partitions.

http://www.srichinmoysongs.com/

Vous pourrez aller à la rencontre du groupe et de vous-même lors de la petite tournée que ce groupe angélique de bénévole donnera gratuitement en France lors d’une petite tournée, dans au moins trois villes de France :

3 NOVEMBRE  : MONTPELLIER
4 NOVEMBRE : PARIS
5 NOVEMBRE : NANCY

Les lieux exactes où auront lieu les représentations ne sont pas encore précisés. Nous les indiquerons dès que possible sur notre blog. Vous pouvez vous signaler dans les commentaires, ci-dessous.

Le MAHÂBHÂRATA : traduit du sanskrit en français

Samedi 29 août 2009

mbh1.gif


LE MAHÂBHÂRATA
Textes traduits du Sanskrit et annotés par
Gilles Schaufelberger et Guy Vincent

Tome I: la Genèse du monde
Tome II: Rois et guerriers
Tome III: Les révélations
Tome IV: La treizième année

Aux Presses de l’Université Laval (Québec)

Distribution en France : Sodis
Distribution en Belgique: Academia-Bruylant
Distribution en Suisse : Servidis

Gilles Schaufelberger et Guy Vincent travaillent depuis vingt cinq ans sur le Mahâbhârata, la gigantesque épopée en sanskrit de l’Inde écrite par le mythique Vyâsa. L’ensemble de leurs traductions représente un volume de plus de 2500 pages. Les extraits présentés sur le site des auteurs vous permettront de vous faire une idée de la diversité et de la richesse de cette magnifique et passionnante œuvre.

Sur ce blog, un extrait, l’Histoire de Sunda et Upasunda

Le site officiel des auteurs :

http://www.utqueant.org/mbh/

La Grande Histoire de l’Inde racontée dans la Mahâbhâratha

Samedi 29 août 2009

ganesh21.jpg

LE MAHÂBHÂRATA (Extrait)
Textes traduits du Sanskrit et annotés par
Gilles Schaufelberger et Guy Vincent


Histoire de Sunda et Upasunda

Mahâbhârata, Livre I – 201 à 204

Sunda et Upasunda sont deux démons, deux frères, parfaitement unis. Pour conquérir « les trois mondes », ils se livrent à une grande ascèse :
Epuisés par la faim et par la soif, portant chignon et vêtement d’écorce, le corps couvert de poussière, ils se nourrissaient uniquement d’air,
Offraient leur propre chair en oblation, se tenaient debout sur un orteil, les bras en l’air, sans ciller des yeux. Longtemps, ils persévérèrent dans leurs vœux,
A tel point que les Monts Vindhya, échauffés par la puissance de leur ascèse, se mirent à fumer. Ce fut prodigieux !

Ils obtiennent ainsi une quasi immortalité ; Brahmâ accède en effet à leur requête :

« Qu’aucun être vivant dans les trois mondes, à l’exception de nous-mêmes, et qu’aucun objet inanimé ne puisent nous faire du mal. »

Et ils en profitent immédiatement pour semer la terreur parmi les dieux et les hommes. Les dieux font alors appel à Brahmâ, qui imagine un stratagème :

Il se prononça pour la destruction des deux frères, et convoqua Vishvakarman. Dès qu’il le vit, il lui donna cet ordre : « Construis une femme sensuelle et désirable » – lui dit Brahmâ.
Vishvakarman rendit gloire à Brahmâ et lui obéit. Il fabriqua avec zèle une femme extraordinaire.
Il rassembla avec soin tout ce qu’il put trouver de beau dans les trois mondes, êtres vivants ou objets inanimés.
Il fit entrer dans la fabrication de son corps mille millions de joyaux, et donna vie à cette femme de gemmes construite, belle comme une déesse.
Façonnée avec le plus grand soin par Vishvakarman, elle surpassait en beauté toutes les femmes
Il n’y avait pas un atome de son corps qui ne soit d’une beauté parfaite et le regard ne pouvait s’en déprendre.
Cette femme désirable, belle comme Shrî en personne, captivait l’oeil et l’esprit de tous les êtres.
Comme elle avait été façonnée de bijoux qu’on avait rassemblés grain à grain, Brahmâ la nomma Tilottamâ : Grain Précieux.

Et Tilottamâ, par sa seule présence, amène les deux frères à s’entre-tuer :

C’est alors que Tilottamâ parut. Elle avait endossé une tenue suggestive et cueillait des fleurs dans la forêt, à demi vêtue d’une étoffe rouge.
Elle cueillait des fruits au bord de la rivière, tout en s’approchant doucement de l’endroit où se tenaient ces deux démons.
Ils avaient bu, leurs yeux étaient rougis par l’ivresse. La vue de cette belle femme les ébranla tous deux.
Ils se levèrent de leurs sièges et s’avancèrent vers elle. Tous deux étaient fous de désir, tous deux avaient envie d’elle.
Sunda saisit la belle Tilottamâ par sa main droite, Upasunda par sa main gauche.
Ivres des dons reçus, de leur force innée, de leurs richese et de leurs trésors, ivres de boisson,
Et rendus furieux par toutes ces ivresses, aveuglés par la passion et le désir, l’oeil noir, ils se dirent l’un à l’autre :
« C’est ma femme, respecte-la ! » déclara Sunda. « C’est ma femme et ta belle-soeur ! » déclara Upasunda.
« Elle n’est pas à toi, elle est à moi ! » La colère les gagna. Tous deux, à cause d’elle, saisirent leur redoutable massue .
Ils saisirent leur massue redoutable, égarés par le désir : « C’est moi le premier, c’est moi le premier ! » et ils s’entre-tuèrent.

LE MAHÂBHÂRATA

Paru aux Presses de l’Université Laval (Québec)
Distribution en France : Sodis

Voir le site des auteurs et d’autres extraits :
http://www.utqueant.org/mbh/accueil.html

 


 

Résonance entre deux Auteurs, sur le thème du « Livre et de la spiritualité » : Sri Ramana Maharshi – Sri Chinmoy

Vendredi 28 août 2009

booksgold.jpg

La lecture et la pratique

 

- Le doute et l’erreur ne sont tous les deux dissipés que par l’expérience et non par des centaines d’Ecritures.
- L’écriture dissipe le doute et l’erreur de celui qui a la foi. Dès que la foi faiblit un peu, les deux réapparaissent.

Sri Ramana Maharshi
« Sri Ramana Gita »
Ed. Dervy-Livres

Pour méditer, vous avez besoin d’inspiration. Vous la puiserez dans la lecture de textes. Il ne faut que quelques secondes pour acheter un livre spirituel ; il faut quelques heures pour le lire et quelques années pour l’assimiler. Mais pour vivre les vérités qu’il contient, il faut une vie entière, voire plusieurs incarnations.

Sri Chinmoy
« L’Enseignement du Silence »
Ed. La Flûte d’Or


Nota Bene :
Sri Chinmoy n’a pas peur de se faire de l’anti pub ; il est l’auteur de 1500 livres, mais il considère que  la lecture de livres sur la spiritualité ne peut remplacer la pratique de la méditation.

Un blog où vous pouvez rencontrer l’enseignement de Sri Ramana Maharshi : http://sililia.over-blog.com/article-34836347-6.html

12