O.N.U. : Conférence mondiale sur le climat

090825unhomephoto250x168.jpg

La fonte d’un glacier en antartique illustre les effets des changements climatiques.
La troisième Conférence mondiale sur le climat débute le 31 août à Genève.

La troisième Conférence mondiale sur le climat (CMC-3), qui aura lieu du 31 août au 4 septembre 2009 offre à la communauté internationale une occasion sans précédent de se mettre d’accord sur des politiques d’adaptation au climat actuel et futur. Quelque 1500 responsables politiques et décideurs en provenance de plus de 150 pays travailleront de concert avec des scientifiques à l’élaboration de stratégies concrètes d’adaptation à la variabilité du climat et au changement climatique.
L’Organisation météorologique mondiale est l’institution spécialisée des Nations Unies et le porte-parole autorisé du système des Nations Unies pour tout ce qui concerne l’état et le comportement de l’atmosphère terrestre, son interaction avec les océans, le climat qu’elle engendre et la répartition des ressources en eau qui en résulte, elle organise les Conférences Mondiales sur le Climat.
La CMC-3 est censée entre autres d’indiquer la marche à suivre pour faire face aux risques d’origine climatique tels que les sécheresses, les inondations, les vagues de froid ou de chaleur, les famines et certaines épidémies, qui risquent de menacer la vie, la santé et les moyens de subsistance ainsi que l’accès à des biens essentiels – vivres, eau, énergie, etc.

Le climat peut être source de risques mais ouvrir aussi des perspectives.

Pour améliorer la surveillance et la prévision du climat et mettre au point des stratégies adaptées, il est nécessaire que les pays collaborent.  Le système climatique de la planète, qui redistribue la chaleur, l’énergie et les autres constituants atmosphériques et océaniques, est un et indivisible.  Une coopération à l’échelle mondiale est de ce fait indispensable.
Une surveillance adéquate du système climatique permet de détecter à temps les phénomènes dangereux qui se jouent des frontières.  Le monde doit s’unir pour améliorer les services d’information et de prévision climatologiques et faire en sorte qu’ils contribuent de manière significative à la réalisation des objectifs du Millénaire.
En raison des changements climatiques, les statistiques météorologiques passées ne constituent plus un indicateur fiable pour l’avenir et un bon guide pour arrêter des décisions, a déclaré le Secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), M. Michel Jarraud. De fait, nous rajoutons, une coopération mondiale instantanée est des plus capitale.

Sources : Sites des Nations Unies

Le film « HOME » de YANN ARTHUS-BERTRAND
et
« L’ULTIMATE CLIMATIQUE » : Appel pour la Conférence de Copenhague

Laisser un commentaire