Humour Aimant : 10 blagues végétariennes de Nidish


33) Attention chasseur !
Deux chasseurs enfilent leurs tenues fluorescentes :
- Ainsi on nous verra mieux !
- Oui, j’ai trop peur que l’on me prenne pour un lapin !

emoticone

60) A table
Un lapin passe sur un chemin, s’assied les oreilles dressées, regarde fixement en face de lui et se sauve.
“Ah ! S’il n’avait pas peur qu’on le mange, il serait peut-être resté…” pense petit Piot dans sa promenade.
En rentrant chez lui, à table, petit Piot en parle à sa compagne.
- (Sa compagne) Mais, chéri, nous sommes déjà végétariens, que veux-tu que l’on change ?
- (Petit Piot réfléchit) Il ne m’a pas reconnu, j’aurai du le rattraper pour le lui dire.

emoticone

111) Heureusement
A table, petit Piot est en bataille avec une pomme de terre dans son assiette, il s’éclabousse et se fait une tache sur sa belle chemise blanche. Sa compagne lui dit alors : “Tu t’imagines avec un poulet, la bataille que tu aurais mené !”

emoticone

265) Si vous pouviez nous rendre service !
Un jeune homme marche sur le trottoir quand il voit un rat passer. C’est la première fois qu’il voit un rat en ville, il le suit pour voir où il va. Il le voit s’infiltrer par un soupirail. Il sonne à la porte de la grande maison sur la quelle donne le soupirail. Un cuisinier avec une toque lui ouvre :
- Que voulez-vous ? demande le restaurateur.
- J’ai vu un rat rentrer par le soupirail. Quand j’ai compris que vous étiez un restaurant, j’ai cru bon de vous prévenir.
- Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas quand ils rentrent, mais quand ils s’enfuient qu’il faut nous prévenir. C’est qu’alors, ils s’échappent de la soupe de nos clients.

emoticone

268)
Un pike-poket se fait prendre la main dans la poche d’un autre. Le porteur du pantalon lui dit : “Si je te reprend, je te fais avaler ta main.” Le pike-poket s’écrie alors, paniqué : “Oh, non ! Monsieur, pas ça : je suis végétarien !”

emoticone

161) Hum, c’est bon !
Un fermier lance des grains aux volailles qu’il élève pour leur chair : “Je vous adore mes petites, avec des petits pois, au four…hum !” Ce monsieur, cependant, n’a pas eu de chance. Il est mort d’une crise cardiaque dans sa basse-cour, sans que personne ne s’en rende compte. Ses petites poulettes sont venus alors à lui et l’ont picoré, dans leur langage elle disait : “Hum, on t’aime bien, faisandé, avec tous ces petits vermissaux !”

emoticone

183) Oui, pourquoi ?
Un soldat, son fusil contre un arbre, regarde une vache entrain de brouter ; il s’étonne : “C’est si gentil, pourquoi les tuer ?” La vache, qui se sent comprise, lui répond avec l’accent régional local : “C’est bien vrai ça ! Pourquoi ?”

emoticone

250)
Un moine est entrain de méditer au pied d’un arbre, quand il entend deux vaches entrain de converser :
- Tu vas aller en haut alpage cet été ?
- Non, il y a trop de vent, je vais rester brouter dans la prairie. Et toi ?
- Je crois que c’est la boucherie qui m’attend !
- Vivement que ces hommes qui ne savent rien mangent de l’herbe, eux aussi, que l’on soit enfin respectées !

emoticone

252) Un moyen pas très faim
Un léopard guette sa proie, quand il sent une présence derrière lui.
C’est sa compagne ; elle lui demande :
- Tu la veux préparée comment ?
- Chut ! répond le léopard, en la regardant.
Quand le léopard reprend le guet, la proie n’est plus là.
Le félin se tourne à nouveau vers sa compagne, les gros yeux.
Sa dame ne le laisse pas parler : « Peut mieux faire » ! lui dit-elle, en s’éloignant.
Lui maugrée : “Mariez-vous avec une végétarienne,
après ça !”

emoticone

283)
Un surveillant de cantine scolaire voit un enfant en face de son assiette, boudeur.
L’enfant ne touche pas à son contenu.
Le surveillant s’approche de lui :
- Tu ne manges pas ?
- Mais, c’est de la viande…
- Oui, il faut en manger un peu !

- Mais c’est la chair d’un animal !
- Et alors ?
- Et alors, vous aimeriez, vous, que je vous mange le bras ? Vous étiez peut être un poulet dans votre précédente vie, vous êtes peut-être encore très bon !? Et il lui regarde le bras, en se léchant les babines…

emoticone

301) Dans le mille
Un indien, avec une plume sur la tête, voit un bison entrain de brouter. Il se saisit de son arc, s’apprête à le pointer ; il dit à la bête : “Si tu bouges…”. L’homme n’a pas le temps de finir sa phrase : le bison a bougé ; la bête s’est tournée vers lui et l’a regardé dans les yeux.
On ne connaît pas vraiment la suite.
Il y a deux versions :
L’une est que l’homme a pris ses jambes à son cou.
L’autre est que l’individu a tenu le bison par la barbichette et lui a chanté la chanson : « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette … »
Qu’auriez-vous fait à sa place ?

emoticoneemoticoneemoticone


Si vous souhaitez utiliser les textes de Nidish de ce blog :
- Paternité : Vous devez citer le nom de l’auteur : “Nidish” et son blog : http://nidish.unblog.fr , mais pas d’une manière qui suggérait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre.

- © Pas d’utilisation Commerciale : Vous n’avez pas le droit d’utiliser ces textes et photos à des fins commerciales.

 

 

Laisser un commentaire