• Accueil
  • > Archives pour septembre 2009

Archive pour septembre 2009

Ashrita Furman recordman du monde

Jeudi 17 septembre 2009

images16.jpegimages15.jpegimages12.jpegimages11.jpegimages10.jpegimages8.jpegimages6.jpeg

En avril dernier, Ashrita Furman est devenu le premier individu à détenir 100 records du monde en même temps dans le livre Guinness des records. A new York, dans le City Hall Park, avec des amis il a lu un poème de Sri Chinmoy “Précious” en… 111 langues : « C’était marrant d’apprendre des choses sur toutes ces langues, certaines je n’en n’avais jamais entendu parlé » :

Precious beyond measure is God’s Will,
None can undo its Power.
Precious beyond measure are man’s tears.
They alone can hug God’s Hour.

Precious beyond measure is man’s love,
Unveiling his golden face.
Precious beyond measure is God’s Gift:
His all-fulfilling Grace.
Texte original  de Sri Chinmoy

Les records  d’Ashrita dans le Guinness sont en grande majorité des exploits sportifs ou la capacité musculaire, de concentration, d’équilibre sont en jeux, mais aussi l’esprit d’équipe, car ses amis le soutiennent de par le monde ; Ashrita a traversé le monde et a immortalisé ses records les plus insolites dans les pays les plus inattendus. Bien sûr ses records sont en apparence aussi inutile que le saut en hauteur ou que le lancer de javelot, mais sur le plan physique et spirituel, ce n’est pas aussi neutre que cela. Déjà, précisons que Ashrita pratique la méditation dans la voie de Sri Chinmoy depuis plusieurs dizaines d’années, une trentaine, je ne sais pas exactement. Il était en quelque sorte le secrétaire de Sri Chinmoy. Cela peut expliquer ce goût du dépassement.

images19.jpegimages22.jpegimages17.jpegimages21.jpeg

Il dit que son déclic a eu lieu en 1978, aux 24 heures à vélo de New York. A peine entrainé, il terminait à la 3ème place avec 652 Km au compteur : “C’était un des moments les plus intenses de ma vie ; quand je suis descendu de mon vélo, j’ai réalisé que ce n’était pas mon corps qui avait roulé à 24 miles (38,61 Km) à l’heure, mais mon esprit.”
Ce mois-ci, Ashrita fête son 55 ème anniversaire ; il continue sur sa lancée d’exploits, qui sont, comme notre Maître Sri Chinmoy en a été le plus éloquent exemple, un moyen, outre de s’entretenir, d’être un exemple pour le monde qui peut découvrir, à travers ces impressionnants témoignages, le pouvoir du spirituel sur la matière. Sri Chinmoy, le monde l’a appris, a soulevé trois tonnes d’haltères d’un bras le 4 aout 1988. Et plusieurs fois il a soulevé des avions de tourisme, des yatch, des éléphants avec une personne assise dessus (Beal Pearls, Karl Lewis…)… ; j’en ai été témoin plusieurs fois.
Ashrita a déjà détenu 236 records répertoriés dans le livre Guinness, ceux-là, cependant, comme tout record sont battus au bout d’un certain temps. C’est pourquoi détenir cent records en même temps est un exploit considérable : « Quand j’étais enfant, j’étais fasciné par le livre Guinness mais je n’étais pas du tout athlétique et je n’imaginais pas que j’arriverai à entrer dedans.” ; l’on peut affirmer que c’est la méditation qui a éveillé ses capacités. Benoît Dardenne ,du site journalistique Buzz24.be, le défini en le citant comme un : « Grand passionné de méditation orientale, Ashrita souhaite que ses records « inspirent les autres à se connecter avec leur propre force intérieure ». « Tout un programme » rajoute le journaliste.

http://www.dailymotion.com/video/x8lfk4
Durée : 1’15

“Pour exemple, le souriant New Yorkais de 54 ans, qui a au compteur plus de 350 records du monde peut se targuer d’être l’homme qui a couru un mile (1,609 kilomètres) avec des palmes aux pieds… Il est l’homme qui a fait un mile le plus vite avec un hula hoop autour de la taille, celui qui a sauté à la corde le plus de fois en une minute debout sur un bâton sauteur, il est aussi celui qui a tenu en équilibre sur son menton le plus grand drapeau… Fier comme un pape, musclé au possible par ces années de durs efforts, on l’aperçoit en train de battre le record de l’homme qui a coupé le plus de pommes avec un sabre de samouraï, à savoir 26 pommes. Il a aussi et surtout envoyé le plus de raisins dans sa bouche en 1 minute. Il a couru le plus vite sur un mile avec une queue de billard à l’envers dans la paume de sa main. Plus dangereux, mais encore plus inutile, Ashrita Furman détient le record du monde de la plus longue balade avec un tigre en laisse et sans muselière…” s’étonne Nicolas Derrstroff dans le site journalistique zigonet.com.

Travail et Bonheur : Propos de Sri Chinmoy

Jeudi 17 septembre 2009

kedarcentresrichinmoytypicaltransportation.jpg

Il existe deux sortes de travail. Il y a le travail ordinaire, où l’on agit en vue d’un résultat ; mais celui-ci obtenu, on se dit qu’il aurait pu être meilleur et le processus est sans fin. Or ce n’est pas d’atteindre un résultat désiré qui peut provoquer une joie véritable. Et il y a le travail où l’on ne se préoccupe guère du résultat. Celui qui accomplit son travail avec une attitude divine trouve sa joie dans l’action même, indépendamment du résultat. Ainsi, seule votre bonne attitude fera de vous un homme heureux.

Il n’est point de travail insignifiant.
Aussi faut-il accomplir toute chose
Avec l’amour de son cœur
Et le respect de sa vie.



© « Un Jour Nouveau » Ouvrage de Sri Chinmoy (Epuisé) Voir « Le Voyage de l’Âme » réalisé sur le même principe.
© Photo Kedar – Centre Sri Chinmoy Suisse – Typical transportation (Chine)

Résonance entre deux Auteurs, Bouddha – Sri Chinmoy : Héros d’Aujourd’hui

Mercredi 16 septembre 2009

phoolanjayacentresrichinmoy.jpg

La vie de l’homme modeste, soucieux de pureté,
Détaché, calme, avisé, rempli de probité,
Comme elle est exigeante !
Bouddha

Celui qui cherche à triompher de lui-même
est non seulement le plus sage des hommes,
il est aussi le plus grand des héros
Sri Chinmoy


©Dhammapada
Dhammapada, la voie du Bouddha est paru aux Editions du Seuil

Extrait de  « La Paix intérieur et extérieure » de Sri Chinmoy
© Sri Chinmoy Editions La Flûte d’Or
© Photo Phoolanjaya – Centre Sri Chinmoy

Préambule de Nidish : Une vie de Pureté

Mercredi 16 septembre 2009

nidishunblogfr.jpg

Les médias font l’apologie des moines qui quittent leur voie spirituelle au bras d’une petite amie et les belligérants se targuent des prêtres qui ont des aventures illicites, mais qui a compréhension  de l’Enjeu pour ces religieux, engagés sur un chemin de lumière, qui trébuchent en parcours, laissant leur But, loin.
Le travail spirituel perdu par eux, chacun a à l’effectuer ; il y a ceux qui l’entament dans cette vie, qui est peut être leur vingtième, centième, millième incarnation. Il y en a qui n’ont pas aperçu cela comme un travail de purification sur soi à effectuer, d’autres n’en sont qu’à quelques incarnations dans le monde humain mais font déjà cet éprouvant travail d’éveil de leur nature. Chacun est quelque part sur ce très long chemin ; nous sommes tous appelés par le But.

Voir l’article suivant : “LA PURETÉ” : Propos de Sri Chinmoy

« LA PURETÉ » : Propos de Sri Chinmoy

Mercredi 16 septembre 2009

phoolanjayacentresrichinmoylotusinbali.jpg

 

« Lotus in Bali »
 © Phoolanjaya Centre Sri Chinmoy

La pureté est la lumière de l’âme exprimant sa divinité à travers le corps, le vital et le mental. Celui qui est pur a tout à gagner. Celui qui peut conserver sa pureté ne perdra jamais rien qui soit digne d’être gardé. On peut avoir un jour de grandes idées ou une force intérieure considérable, et les perdre le lendemain si on n’est pas pur. La pureté est le souffle du Suprême. Lorsque la pureté nous abandonne, le Souffle du Suprême nous abandonne aussi. Il ne nous reste plus que le souffle humain.

phoolanjayacentresrichinmoylotusinbali.jpg

Être pur veut dire que l’on suit les ordres de son Pilote Intérieur sans permettre à des forces non-divines d’entrer en soi. Là où la pureté est absente se trouve l’obscurité, le précurseur de la mort. Ce que nous appelons l’obscurité aujourd’hui sera pour nous, demain, la mort. La pureté est la seule chose qui puisse nourrir notre divinité. Sans pureté, il n’y a pas de certitude. Sans pureté, il n’y a pas de spontanéité. Sans pureté, il n’y a pas de flot constant de divinité en nous.

phoolanjayacentresrichinmoylotusinbali.jpg

Dans la pureté réside une magie divine. Si nous pouvons cultiver ne serait-ce qu’une pensée pure au cours de notre méditation, nous en tirerons un bénéfice des heures durant. Car tout ce temps-là, nos pires faiblesses se transformeront en force véritables.

phoolanjayacentresrichinmoylotusinbali.jpg

Nous savons qu’il y a une différence entre la quantité et la qualité. Aussi rechercherons-nous plutôt la qualité que la quantité. Or, à mesure que notre pureté divine se développe, notre force intérieure grandit. Ainsi, grâce à la pureté, quantité et qualité se trouvent réunies. La pureté est semblable à un aimant divin. Elle attire en nous toutes les qualités divines. Lorsque nous possédons la pureté, le mnde est fier de nous. Si la Mère Terre abrite ne serait-ce qu’une âme pure, elle déborde de joie : « Voici enfin, dit-elle, une âme sur laquelle je peux compter ».

phoolanjayacentresrichinmoylotusinbali.jpg

La pureté doit être présente dans nos pensées, nos idées, nos sentiments, notre conversation, dans tout ce que nous disons, faisons, ressentons, et enfin dans tout ce que nous sommes. Nous pouvons faire en sorte que notre vie entière soit comme une fleur dans un jardin. Si nous identifions notre conscience à la fleur, nous n’aurons jamais de sentiment impurs. Mais si nous nous contentons de rester dans le jardin, sans nous identifier consciemment à la fleur ou au jardin lui-même, nous demeurerons impurs.

phoolanjayacentresrichinmoylotusinbali.jpg

La pureté doit s’établir dans l’intégralité de notre existence. Notre corps doit posséder la même pureté que notre âme. Pour cela, la propreté et une bonne santé sont requises. La pureté est une qualité qu’il faut avoir constamment en soi, et non un élément que l’on peut faire venir de l’extérieur lorsqu’on en a besoin. La pureté doit être une expérience vécue ; c’est un état intégral de conscience divine.

phoolanjayacentresrichinmoylotusinbali.jpg

Une fois la pureté établie, en particulier dans le vital, beaucoup est accompli, dans la vie intérieure et dans la vie extérieure. Dans la pureté de ‘homme réside la plus haute Divinité de Dieu. La pureté de l’homme est le souffle de Dieu. La pureté est une force considérable. Par elle, on peut tout accomplir. Mais si on la perd, on risque à tout moment de s’écrouler, de chuter, même si l’on possède richesse, pouvoir ou influence.

phoolanjayacentresrichinmoylotusinbali.jpg

Tous les aspirants spirituels, sans exception, ont constaté et ressenti la nécessité de la pureté. Aujourd’hui ils escaladent le Mont Everest intérieur par la force de leur grande pureté ; mais demain, ils risquent de tomber dans l’abime le plus profond. La pureté perdue, tout est perdu ; Dieu Lui-même est perdu. La pureté acquise, le monde est acquis ; l’univers entier est acquis.

© Extrait de « Purity : Divinity’s Little Sister et de Purity-River Wins » de Sri Chinmoy Editions La Flûte d’Or.

 

400 ème article, dédicacé à l’Organisation des Nations Unies (O.N.U.) : « Les Nations Unies ont besoin de serviteurs dévoués »

Dimanche 13 septembre 2009

onu.jpg
BienveLe Siège de l’organisation internationale de l’ONU
s’étend sur 7 hectares ;
il est situé à l’est de Manhattan (New York).
C’est une zone internationale qui appartient à tous les Etats membres.

Comme je l’ai fait précédemment à chaque centaine d’article, je voudrais dédier ce 400ème article aux Nations Unies que Sri Chinmoy adorait et servait et que moi-même j’admire pour l’action continuelle et infatigable qui y est mené pour l’humanité et l’environnement, pour le travail inlassable que cette organisation humaine internationale fournit à fin de créer un lien d’Unité entre les individus, les nations, les races, les cultures sans aucunes distinctions ni demande de reconnaissance. Ce travail est remarquable, à encourager et à soutenir.

Sri Chinmoy a animé de manière bi-hebdomadaire, au siège des Nations-Unies, un groupe de méditation pour la paix depuis l’année 1970 jusqu’à l’année 2007 date de son départ de son corps physique. Ces réunions étaient ouvertes aux délégués et au personnel de l’ONU. De même les peintures de Sri Chinmoy ont été exposées dans les locaux de l’ONU ; Sri Chinmoy y a aussi donné plusieurs concerts.

 

Voilà ce que Sri Chinmoy a put transmettre dans son livre « L’Eveil spirituel du monde » diffusé par les Editions La Flûte d’Or.

 « Les Nations Unies ont besoin de serviteurs dévoués »

Les Nations Unies ont besoin de serviteurs qui se sacrifient et se donnent entièrement; Puisse Dieu, notre Seigneur Suprême, couvrir de Ses meilleurs bénédictions les têtes dévouées et les vies consacrées aux Nations Unies, afin que leurs contributions si importantes pour parfaire les Nations Unies soient ressenties avec conviction et certitude par tous les partisans des Nations Unies dans le monde entier.
Les Nations Unies ont une belle, très belle, extrêmement belle âme. Qu’à travers leurs âmes, les serviteurs dévoués puissent faire briler les Nations Unies de leur plus parfait éclat, afin d’illuminer l’ignorance aveugle du mental humain et de combler la vie humaine qui, dans le monde entier, aspire à l’unité dans la paix et à la paix dans l’unité. Que les serviteurs dévoués accélèrent le voyage sans précédent des Nations Unies qui est sans nul doute le voyage du cœur d’unité et non celui du mental de division. Les Nations Unies ne sont pas un immeuble construit par l’homme. Elles sont le rêve transcendant de Dieu, qu’Il traduit à présent en Sa réalité universelle. Ce dont nous avons besoin est d’un mental illuminé, d’un cœur d’amour et d’une vie de sacrifice. Une fois que nous aurons réalisé ces qualités divines, nous verrons que les Nations Unies sont la seule réponse aux problèmes du monde et qu’elles offrent la suele réponse aux problèmes du monde et qu’elles offrent la seule manière d’apporter la joie, la perfection et la satisfaction à la vie humaine sur terre. L’unité du monde ne pourra être ressentie et manifestée que lorsque le monde entier fera sincèrement appel aux  Nations Unies pour les guider. Celui qui dit que les Nations Unies ont échoué se trompe complètement. Celui qui dit que les Nations Unies sont nun espoir infructueux se trompe aussi complètement. Mais celui qui pense et ressent que les Natins Unies incarnent le rêve et la promesse d’unité de Dieu qui fleuriront à l’heure choisie de Dieu en Sa réalité universelle, celui-là à entièrement raison. Le rêve et la promesse de Dieu ne pourront jamais, jamais rester inaccomplis et non-manifestés. Ceux qui sont absolument pour les Nations Unies et seulement pour les Nations Unies suivront et se distingueront pour manifester et réaliser le rêve d’unité de Dieu. Les Nations Unies n’ont pas échoué et n’échoueront jamais. Seul le mental humain a échoué. A présent, le cœur doit faire surface et déclarer : « Tous les êtres humains sont mes sœurs et frères. Je ne pourrai être heureux que si je rends mes sœurs et mes frères heureux. Tant que je me tiendrai une marche au-dessus d’eux, ils ne seront pas heureux. Si j’ai vraiment un cœur d’unité, je ne dois pas vouloir les devancer. Bien que pour l’instant, j’ai un peu plus de capacité qu’eux, je dois couvrir mes frères et sœurs d’affection. » c’est l’affection du cœur qui résoudra nos problèmes, et non la supériorité du mental. Disons que vous êtes plus riche et plus compétent que moi. Si cous m’offrez vos capacités et que vous m’aidez à développer mes propres capacités, je vous apprécierai, vous admirerai et vous aimerai. Mais si vous faites tout pour me dominer, je ne vous aimerai pas. Si vous voulez mon amour, vous devez essayer de me hisser à votre niveau. A présent, les grandes puissances n’obtiennent satisfaction qu’en maintenant leur prédominance et leur avance par rapport à tout le monde. Cela n’est pas la bonne approche. Elles essaient de gagner l’admiration et l’amour des autres par la force, ce qui est absurde. La véritable admiration et le véritable amour ne viendront qu’avec l’unité. Dieu le Créateur est supérieur à nous ; Il est notre Seigneur transcendant. Mais Il ne s’impose jamais à nous. Non ! Il est devenu un avec nous. C’est justement parce que l’Infini est prêt à devenir un avec le fini que le fini est capable d’aimer et d’adorer l’Infini.
Le monde aimera les pauvres parce qu’ils souffrent. Il n’aimera pas les super-puissances si elles critiquent les Nations Unies et les menacent de ne pas les soutenir. Dieu a créé le monde et Celui qui a créé le monde prendra soin de lui. C’est pourquoi les Nations Unies ne doivent pas s sentir menacées. Si les Nations Unies n’obtiennent pas l’aide des grandes puissances, les serviteurs dévoués des Nations unies frapperont à chaque porte et diront : « Faites appel à votre cœur !  » Finalement, les cœurs des grandes puissances obligeront celles-ci à aider les Nations Unies. Mais même si leurs cœurs restent fermés, les Nations Unies recevront l’aide des pays les plus pauvres. Les pays pauvres n’auront ni réticence, ni mauvaise volonté ou dédain. Même s’ils ne donnent qu’un centime, mais avec amour, les serviteurs dévoués des Nations Unies les adoreront pour leur cœur d’unité.

Photo : ONU

Humour Aimant de Nidish : Les hommes de Cro-Magnons, hommes modernes.

Dimanche 13 septembre 2009

800pxeyziesmusecromagnon.jpg
Reconstitution d’homme de Cro-Magnon, d’après l’individu âgé du site éponyme,
Musée national de Préhistoire, les Eyzies, Dordogne, France

Les hommes de Cro-Magnon mangeaient de la viande.
Les hommes des cavernes sont appelés par les scientifiques “Hommes modernes”.

Qui pourrait les démentir ?
Ils mangeaient la chair animale, comme nous.
Sur le plan alimentaire, au moins, ils étaient comme nous…

Il est commun de définir notre espèce comme étant “omnivore”, c’est à dire, selon Le Robert :
“Qui mange de tout, qui se nourrit indifféremment d’aliments d’origine animale ou végétale”.

L’homme étant un élément avancé du règne animal, en mangeant ceux de son espèce, même si elle est moins avancée que lui, mange les siens.
Or Le Robert définit par cannibale « l’ animal qui dévore ceux de son espèce ».

Nous sommes donc des omnivores, mais aussi des cannibales.

Et comme ceux que l’on nomme d’ordinaire « cannibales » mangent aussi des fruits et des légumes, en plus de manger la chair de ceux de leur espèce, ces cannibales sont aussi des omnivores.

« Cannibale » et « omnivore », l’on peut donc l’admettre, sont deux adjectifs synonymes quand on veut évoquer “l’homme moderne”.

Un jour, n’en doutons pas, nous serons des “hommes” spirituels et respecterons toutes vies tant la relation de notre mental avec notre propre âme se sera harmonisée, nous verrons alors que toute vie a une âme et mérite d’être respectée…

 

Revu et corrigé le 26/12/2012
© Nidish

Photo : Travail réalisé par : 120 (verlan), préhistorien.
Ce fichier photo est publié sous la licence Creative Commons Attribution ShareAlike 3.0 Unported.

Un Exemple pour le monde : Mère Teresa

Samedi 12 septembre 2009

Image de prévisualisation YouTube
9’50Mn

Un très beau témoignage à partir d’images de films d’archives, un texte en voix off à partir de paroles de Mère Teresa d’une grande justesse et d’une haute teneur. Un court film pour entendre et voir des images inspirantes, utiles, nourrissantes. Pour ne pas perdre ou retrouver ce que Sri Chinmoy appelait « Le don de soi ».

Mère teresa de Calcuta : Un grand film, commentaire de Nidish.

Samedi 12 septembre 2009

mreteresadecalcuta.jpg

Une Action humanitaire élevée

Un film tourné en Inde, d’une grande beauté et d’une grande profondeur. L’action débute à Calcutta, en 1946, dans la communauté de sœurs où Mère Teresa a passé vingt ans en tant que religieuse. A l’époque où Gandhi était aussi en action. Beaucoup de scènes de rue, là où Mère Teresa à œuvré : « Auprès des plus pauvres parmi les pauvres ». L’intérêt du film est avant tout de découvrir le parcours de sainteté de la religieuse : intègre, sincère, volontaire, convaincue, reliée. Elle rencontrera de multiples difficultés, avec les pouvoirs publics, avec l’administration religieuse, avec le départ de proches, la maladie, la vieillesse, les agressions… sa foi, sa confiance en l’action divine, sa clarté d’esprit la conduiront toute sa vie ; il est heureux que l’Action Suprême de Dieu dans la vie de tous les jours soit si bien montrée dans ce film et aussi le lien qu’a établi la sainte femme avec le Seigneur Jésus Christ : relation d’Amour, de Dévotion, de Soumission : « Je ne suis qu’un crayon entre les mains de Dieu. Mais c’est Lui qui écrit ». Le message est clair, limpide, mais aussi léger et bienveillant. Ceux qui aspirent à faire du service auprès des autres, du service humanitaire, avoir une vie de consécration, trouveront en ce film une source certaine et sûre d’inspiration. « N’oubliez jamais la joie dans vos cœurs et dans vos yeux. Où que se trouve un vrai chrétien, il apporte la joie. » Le film montre bien aussi comment, de toute seule, le message dont Mère Teresa est porteuse s’est multiplié dans le monde avec les missions dont elle est à l’origine : « La mission des frères et sœurs de la charité ». Cependant Mère Teresa sera un véritable témoignage de l’humilité et de l’action consacrée : « Je ne tire aucun crédit de mon travail, tout ce que je fais est Sa Volonté. » Les citations de Mère Teresa sont nombreuses et ressourçantes : « Pour moi, il n’y a pas de différence : Un chrétien doit être un bon chrétien, un musulman doit être un bon musulman, un hindou doit être un bon hindou. »

L’actrice principale, Olivia Hussey est convaincante ; dans les figurants il y a parfois de petites erreurs, mais on peut le comprendre les figurants et passants sont nombreux, certaines scènes sont tournées dans la rue. Le film est très vivant. Le scénario est bien construit, les prises de vue, parfois à risque, sont plaisantes et réussies. Le film peut être vu par tous.

Mère Teresa est décédée à l’âge de 87 ans, en 1997. Elle a été béatifiée le 19 octobre 2003. Le film se termine de manière magistrale sur des images récapitulatives des magnifiques actions de Mère Teresa, colorées de cette magnifique citation de la religieuse : « Là où règne le désespoir, j’apporte l’espoir. Là où règne la tristesse, j’apporte la joie. Permet-moi de consoler plutôt que d’être consolée, de comprendre plutôt que d’être comprise, d’aimer, plutôt que d’être aimée. Car, donner c’est recevoir, c’est en pardonnant que nous sommes pardonnés, c’est en mourant que nous naissons à la vie éternelle. »

Un film à recommander.
La version dont je dispose est en anglais, sous titrée en français.

En Inde on on a besoin de lunettes : Une action humanitaire possible

Samedi 12 septembre 2009

clich20090912163144.jpg

Extrait d’un article de presse paru dans le journal « le Monde » :

Extrait de l’article de Florence Noiville sur le thème des bibliothèques de Delhi, intitulé “Delhi, high-tech et archaïque”, paru dans le journal “Le Monde” du 7 août 2009  :

“En Inde, nombreux sont les bus qui, à l’initiative de groupes hospitaliers, de sociétés privées ou d’organisation comme le Lions ou le Rotary Club, passent de village en village pour opérer les cataractes, remédier aux défauts de la vue et équiper les habitants en verres de lunettes. “C’est un système très au point qui sillonne le pays, note Sujit Saraf. Souvent, pour une roupie, les habitants louent une paire de lunettes un quart d’heure pour lire le journal, écrire une lettre ou raccommoder un vêtement.” Plus avant l’article informe “qu’en Inde 12 millions de personnes sont aveugles faute de soin” , “que un quart de la population vit toujours avec moins d’un quart de dollar par jour” et que “des millions de gosses sont à la rue, incapable de lire, même leur nom.” Nidish rajoute qu’en France l’on avait décelé, il y a une vingtaine d’année, qu’une des raisons du retard dans les apprentissages de la lecture était liée à des problèmes de visions.

o o o
logolsfvignette.jpgL’association Lunettes Sans Frontières envoie dans le monde entier des lunettes, récupérées. Les bénévoles indiquent la dioptries de chaque verres et expédient des cartons là où le besoin s’est révélé.

Lors d’un article précédent nous avions présenté l’association : Lunettes sans frontières, une association humanitaire de bénévoles ; vous trouverez sur ce lien leurs coordonnées.

o o o

Une démarche de selfless-service

Chacun peut soutenir l’action de l’association et les personnes dans le besoin, en envoyant à “Lunettes sans frontières” les montures inutilisées qu’il a chez lui. De même, si l’on connait un opticien, dans sa rue, ou près de son lieu de travail ou encore là où l’on fait ses courses, il est possible de lui demander s’il n’a pas de vieilles lunettes usagées ou  encore des invendues. Comme cela, plusieurs opticiens m’ont donné des cartons ou des sacs de lunettes qu’ils gardaient pour une occasion du genre. Il vous reste ensuite à les mettre dans un carton et à les envoyer à l’association “Lunettes sans frontières”. C’est une de ces petites actions que l’on peut mener à bien de temps en temps pour servir l’humanité gracieusement. Par la même vous servez notre environnement, ces lunettes n’iront pas à la poubelles mais serviront à des personnes qui en ont clairement besoin.

123456...8