• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Archive pour octobre 2009

Humour aimant de Nidish : Joy éléphant

Vendredi 30 octobre 2009

joyelephantcentresrichinmoy.jpg
Joy éléphant

55) Le petit Piot rejoint son père en courant :
- Regarde papa, j’ai trouvé une plume d’éléphant !
- Une plume d’éléphant !? Mais les éléphants n’ont pas de plume !
- (L’enfant s’exclame) Mais alors j’ai eu de la chance, j’ai trouvé la dernière ! ! !

 

- Paternité : Vous devez citer le nom de l’auteur : “Nidish” et son blog : http://nidish.unblog.fr , mais pas d’une manière qui suggérait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre.
- © Pas d’utilisation Commerciale : Vous n’avez pas le droit d’utiliser ces textes et photos à des fins commerciales.

 

Bouquet flambloyant d’automne, photo de Nidish

Vendredi 30 octobre 2009

 

couleursdautomnewwwnidishunbogfr.jpg
©Bouquet flambloyant d’automne

En automne,
je récoltais toutes mes peines et les enterrais dans mon jardin.

Khalil Gibran
(Le sable et l’écume)

Les animaux végétariens pour inspirer l’homme à les respecter

Vendredi 30 octobre 2009

martinharveyblackrhino.jpg

A-t-on réfléchi que les animaux les plus puissants sont tous herbivores ?

« Cheval, taureau, éléphant, rhinocéros, hippopotames… de plus, on a démontré que des carnivores, des lions entre autres, non seulement supportent un régime exclusivement végétarien, mais qu’ils prospèrent et que, s’ils perdent leur férocité, ils gagnent en vigueur et en souplesse.
Si nous reconnaissons que les vautours, chacals, hyènes, ainsi que nombre d’insectes jouent un rôle utile en dévorant les cadavres, nous ne penserons jamais que l’homme aussi soit destiné à un rôle de croque-mort »
affirme Frieda Mangold dans son livre de cuisine végétarienne  « Epicure ».
Je peux aussi soutenir cette idée pour avoir vu, il y a une vingtaine d’année, dans le journal « Bio contact », en photo, un tigre décrit comme végétarien au côté de la personne qui témoignait. Une amie par ailleurs m’a informé qu’elle nourrissait son chat que de produits non carnés. Le chat se portait très bien.

 

© Photo Martin Harvey – WWWF – Rhinocéros noir

Le chercheur véritable de la Suprême Vérité, un texte de Sri Chinmoy

Jeudi 29 octobre 2009

curderoserougewwwnidishunblogfr.jpg
« Cœur en fleur »

Le chercheur Véritable

Le chercheur véritable ne se plaint pas, car il sait que ses plaintes sont semblables à des flétrissures, à des taches dans le Cœur de son Bien-Aimé Suprême. Le chercheur véritable est celui qui ne critique pas le monde qui l’entoure, car il sait que ses critiques sont des flétrissures dans le Cœur de son Bien-Aimé Suprême. Le chercheur véritable veut un monde de perfection. Et il ne le trouvera que grâce à son unité, à son unité ultime avec le monde en lui, et avec le monde autour de lui. Chaque fois qu’il se plaint, chaque fois qu’il critique, il faillit à sa mission. N’était-ce pas sa promesse, lorsqu’il se trouvait dans le monde de l’âme, que de servir l’humanité aspirante ? C’était la promesse solennelle qu’il fît au Suprême, au Pilote Absolu. Ce n’est ni par la critique, ni en se plaignant, qu’il parviendra à installer la paix et l’harmonie dans le monde. C’est par l’acceptation de la réalité terrestre en tant que telle. C’est par un don de soi constant, qui s’épanouit ultimement en un devenir Dieu. Le don de soi d’aujourd’hui est le devenir Dieu de demain.


© « Le Chercheur véritable »
2/7/75 NY Centre Sri Chinmoy
© Photo Nidish « Cœur en fleur »

Bénédictions inattendues : Bon Jour ! Sois Brave !

Jeudi 29 octobre 2009

dessinenfantservicehumanitairecentresrichinmoybrazil.jpg
« Cœur d’enfant » – Brésil

Dans le langage quotidien, la bienveillance parle des fois inconsciemment. Mais des fois aussi en toute conscience. Lorsque nous disons : « Bonjour ! Bonne nuit ! Bienvenue ! Bonne année ! Sois heureux ! Sois Brave ! Que Dieu soit avec toi ! Que la Paix soit avec toi ! » Nous ne disons pas à l’autre ce qu’il doit faire, ou ce qu’il doit être, nous lui apportons une force supplémentaire dans ce qu’il entreprend ou vit.

Il y a longtemps, il y a plus de 4000 ans, en Inde, quand les guerriers partaient au combat, ils allaient voir leurs ainées ou encore les sages, les autorités spirituelles, qui leur donnaient leurs bénédictions « Vis longtemps ! », « Sois victorieux ! » Cette bénédiction ne s’adressait pas seulement au corps mais à l’essence de la vie, à l’âme de la personne. Ces bénédictions étaient dites avec conscience et à la conscience de celui qui la recevait. Le combattant qui partait sans cette bénédiction espérée se sentait appauvrit d’une aide qu’il considérait comme revigorante, protectrice, de source divine.

De nos jours, nous avons à maintes fois l’occasion d’apporter un rayon de lumière dans la vie des autres en simplement donnant notre bonjour, notre bonsoir, en considérant la valeur des mots que l’on utilise et que l’on adresse à une personne qui a une vie et, peut être, est attentif à ses messages. Le simple bonjour dit à la sauvette, inconsciemment jusqu’alors, peut devenir une véritable source de bonheur, un service offert aux personnes. L’on peut cependant préciser, qu’une offrande de la sorte se doit d’être détachée de toute attente en retour. Ainsi celui ou celle qui offre ses bénédictions joue un rôle primordiale dans la vie ; celui de donner de la joie, du bonheur aux autres.

Bonne Journée à tous !

Soyez heureux !

 

©  « Cœur d’enfant » Service Humanitaire : « The oneness Heart Tears and Smile » – Brésil – Centre Sri Chinmoy

Si vous souhaitez utiliser les textes et photos de Nidish de ce blog :
- Paternité : Vous devez citer le nom de l’auteur : “Nidish” et son blog : http://nidish.unblog.fr , mais pas d’une manière qui suggérait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre.

- © Pas d’utilisation Commerciale : Vous n’avez pas le droit d’utiliser ces textes et photos à des fins commerciales.

 

Une fable du BOUDDHISME THERAVADA KHMER : Le crabe

Jeudi 29 octobre 2009


J’ai trouvé cette fable dans les commentaires laissé par un membre du BOUDDHISME THERAVADA KHMER  sur un article de la thématique de la semaine de buddhachannel.tv intitulé : « ANIMAUX & COMPASSION /ANIMAL & COMPASSION. » Je l’ai légèrement retravaillée :


Un jour, des disciples avec leur Maître rencontrèrent dans les rizières un groupe d’enfants qui avaient attrapé un crabe. L’un d’entre eux qui le tenait entre le pouce et l’index d’une main, de son autre main arracha l’une des pinces du crabe sous les cris de joie de ses petits camarades.

Encouragé par leurs acclamations, il enleva l’autre pince, puis, une par une, toutes les pattes de l’animal.

Il jeta ensuite le crustacé dans la rizière avec l’intention d’en attraper un autre.

Les enfants apercevant le Maître et les disciples les saluèrent et s’en retournèrent à la recherche d’un autre crabe.

Le Maître intervient :

« Mes enfants, si quelqu’un s’amusait à vous arracher le bras ou la jambe, cela vous ferait-il mal ? »

« Oui, Maître, s’écrièrent-ils tous en chœur. »

« Savez-vous que les crabes ressentent la douleur, tout comme vous ? »

Les enfants restèrent silencieux.

Le Vénérable continua :

« Le crabe mange et boit. Il court et nage avec ses pattes, et ses pinces lui servent à se défendre. Réfléchissez à cela. »

Les enfants furent touchés.

D’autres villageois s’étant rassemblés autour d’eux, le Maître continua :

« Chaque être vivant mérite de jouir d’un sentiment de sécurité et de bien-être.

Nous devons protéger l’existence et apporter le bonheur aux autres. Tous les êtres vivants, qu’ils soient petits ou grands, qu’ils aient deux ou quatre jambes, qu’ils nagent ou qu’ils volent, ont le droit de vivre. Nous ne devons ni les faire souffrir, ni les tuer. »

Confucius et le travail : citations

Mercredi 28 octobre 2009

confucius757907.jpg

Lorsque vous travaillez pour les autres,
faites-le avec autant d’ardeur que si c’était pour vous-même.
o o o
Choisissez un travail que vous aimez
et vous n’aurez pas à travailler
un seul jour de votre vie.
Confucius

Le travail c’est la santé ! Travailler avec joie, c’est le bonheur assuré : Textes de Sri Chinmoy

Mercredi 28 octobre 2009

centresrichinmoykedarflowerchariot.jpg
Chariot Fleurit

Travaillez  avec ferveur. Vous verrez, vous ne pourrez plus déceler la moindre différence entre le Ciel et la terre.

De l’avis de certains, la vie humaine se résume à un mot, de sept lettres, cruel, absurde et désespérant : travail. Je me permets de dire qu’ils se trompent. En fait ils aiment bien le travail, mais ce qu’ils détestent, c’est le sentiment de fardeau lié au labeur. Or le labeur rime avec faveur. Pour qui est-ce une faveur, après tout ? Pour Dieu. Assurément, lui seul est l’enfant chéri de Dieu, son favori, celui qui travaille pour faire plaisir à Dieu. Et en satisfaisant Dieu, il se réalise et s’accomplit lui-même. C’est alors qu’il annonce au monde que la vie humaine est un mot de quatre lettres divinement signifiant : joie.

Pour l’homme qui n’aspire pas,
Le travail est une punition,
Une torture.
Pour l’homme qui aspire?
Le travail est une bénédiction,
Une joie.

© Extrait du livre de Sri Chinmoy « Le jour de l’Âme » paru aux Editions « La Flûte d’Or »
© Kedarvideo – Centre Sri Chinmoy Switzerland – Flower chariot

500ème article, dédié aux Nations Unies : conférence de Sri Chinmoy à l’ONU

Mardi 27 octobre 2009

unlogobluesmlfr40fb572.jpg

500 ème article du blog de Nidish

Comme tous les 100 articles précédents, je dédie ce 500ème article aux Nations  Unies et à l’unité des nations en les quels je crois, par un écrit de Sri Chinmoy, propos tenu au siège des Nations Unies à New York, extrait du livre : « L’Eveil spirituel du monde » paru aux Editions de la Flûte d’Or.

Ils disent et nous disons.

Ils disent que les Nations Unies ne sont qu’un rêve. Nous disons qu’elles sont un rêve qui peut devenir une réalité. Le rêve est l’essence de la graine. La réalité est la substance du fruit.
Ils disent que les Nations Unies ne sont pas indépendantes. Nous disons qu’il n’y a pas de nécessité pour les Nations Unies d’être indépendantes, car elles vivent dans le cœur illuminant de l’humanité et pour la vie d’aspiration de l’humanité.
Ils disent que les Nations Unies ne sont pas puissantes. Nous disons que le monde n’a pas donné aux Nations Unies l’opportunité de montrer toute leur force, à la fois extérieure et intérieure, mais surtout intérieure, comment peut-on dire que les Nations Unies ne sont pas puissantes ? Le monde sait ce qu’est la force extérieure. Mais qu’est-ce que la force intérieure ? La force intérieure se révolte contre les limites de la déception. Il se révolte contre la nuit d’ignorance. Il se révolte contre la mortalité de l’imperfection.Ils disent que les Nations Unies ne sont pas stables, qu’elles changent constamment de politique. Nous disons que si une nouvelle politique possède plus de lumière, plus de perfection et plus de satisfaction, il est naturellement du devoir des Nations Unies de l’adopter au lieu de s’accrocher de façon insensée à une politique ancienne.Ils disent que les Nations Unies perdent leur autorité morale. Nous disons que si cela est vrai, alors que le monde est en train de perdre rapidement son bon sens, et qu’il se dirige vers une explosion dévastatrice.

Saint François d’Assise, prière : « Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix »

Mardi 27 octobre 2009

dove.jpg

« Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix,
Là où est la haine, que je mette l’amour.
Là où est l’offense, que je mette le pardon.
Là où est la discorde, que je mette l’union.
Là où est l’erreur, que je mette la vérité.
Là où est le doute, que je mette la foi.
Là où est le désespoir, que je mette l’espérance.
Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière.
Là où est la tristesse, que je mette la joie.

O Seigneur, que je ne cherche pas tant à
être consolé qu’à consoler,
à être compris qu’à comprendre,
à être aimé qu’à aimer.

Car c’est en se donnant qu’on reçoit,
c’est en s’oubliant qu’on se retrouve,
c’est en pardonnant qu’on est pardonné,
c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie. »

12345...7