• Accueil
  • > = Course à  pieds
  • > Carl Lewis, l’un des plus grands athlètes de tous les temps, sa carrière internationale sportive et humanitaire, sa relation à Dieu

Carl Lewis, l’un des plus grands athlètes de tous les temps, sa carrière internationale sportive et humanitaire, sa relation à Dieu

« J’étais son entraîneur en course à pied ; il a été, et sera toujours, mon entraîneur spirituel »
Hommage de Carl Lewis à Sri Chinmoy

Image de prévisualisation YouTube
100m – Carl Lewis – 9.78s en 1988

« Au cours de ma vie, j’ai toujours cru en la notion d’espoir ; il faut savoir rêver car si vous n’avez plus de foi, alors vous éliminez l’espoir. Pour moi, ma relation avec Dieu a toujours compté. »

Né à Birmingham, en Alabama, le 01 juillet 1961, Carl Lewis passe son enfance dans le New Jersey, l’éducation de ses parents ont compté pour lui, il en parle avec reconnaissance : « Mes parents ont joué un rôle important dans ma vie d’athlète ainsi que dans ma vie spirituelle ». Plus tard il rajoute : « J’ai toujours aimé manger des légumes ; j’ai été influencé par ma mère, qui croyait en l’importance d’une alimentation saine,« . Carl commence la compétition dès l’âge de 13 ans avec le saut en longueur tout en participant aux épreuves de sprint. En 1980, il a alors 19 ans, il est sélectionné en équipe nationale pour les Jeux Olympiques de Moscou, mais le boycott américain l’empêche d’y participer. C’est lors des championnats du monde de 1983 à Helsinki que Carl Lewis se fait remarquer tandis que les Jeux Olympiques de 1984 à Los Angeles le place au rang des meilleurs ; il remporte quatre médailles d’or et égale ainsi le record de Jesse Owens (Berlin 1936). Avant les Jeux Olympiques de 1984, à New York Carl Lewis et Sri Chinmoy se sont réunis à plusieurs reprises pour échanger des idées et des méditations. Leurs conversations ont été publiés dans le livre « Sport et méditation ».

carllewis.gif
Carl Lewis

Les J.O. de 1988 à Séoul confirment la lancée de Carl Lewis avec sa victoire au 100 m et au saut en longueur, mais également ternissent sa carrière avec la révélation, plusieurs années plus tard, de son dopage, admise par lui ; à l’époque les contrôles étaient plus aléatoires. Si sa domination dans les épreuves de sprint décroît après 1991 ses performances en saut en longueur ne cessent de progresser. Carl Lewis bat ainsi son record personnel avec un saut de 8,83m aux championnats du monde de Tokyo en 1991. Même si Mike Powell tend à lui disputer la vedette, Carl Lewis conserve la médaille d’or du saut en longueur aux J.O. de Barcelone en 1992 et à ceux d’Atlanta en 1996. Cette dernière date signe son retrait de la compétition. Souvent mal compris, parfois jugé hautain par ses adversaires, il est en compétition toujours concentré, et depuis ses rencontres avec Sri Chinmoy, beaucoup plus paisible ; souvent les commentateurs évoquent sa quiétude dans le stress et l’activité extérieure du stade. Carl n’oublie jamais de dédier chacune de ses victoires à Dieu. Disciple de Sri Chinmoy, mais aussi fervent Chrétien, il entrainera à la course son Maître sur les pistes d’athlétisme.
Cliquer pour :

 

srichinmoyetcarllewis.jpg
Sri Chinmoy et Carl Lewis lors d’un relais amical

« Nous vivons dans un monde terre à terre, et parfois nous attribuons la réussite à la vertu de nos propres efforts alors qu’en fait, c’est la protection et la grâce de Dieu qui nous rendent capable » 

Huit fois médaillé d’or aux championnats du monde et neuf fois médaillé d’or aux Jeux olympiques, Carl Lewis fait partie des plus grandes figures du sprint et du saut en longueur et est une véritable icône pour le sport américain. Il est le seul athlète à avoir remporté plus d’une fois le concours du saut en longueur aux jeux olympiques, Il est le seul athlète à avoir remporté plus d’une fois le 100 m aux jeux olympiques. De 1983 à 1991, il est resté invaincu en grandes compétions internationales (Jeux olympiques et championnats du monde) sur 100 m. Il est le champion ayant obtenu le plus de médailles aux championats du monde d’athlétisme (10 médailles, dont 8 en or, 1 en argent et 1 de bronze). Avec 8 médailles d’or, il est aussi le plus titré, à égalité avec Michael Johnson. Il a réalisé une série de 65 victoires consécutives à la longueur (entre mars 1981 et août 1991).
En 1982, 1983, et 1984, il est élu « athlète de l’année » par le magazine américain « Track et Field News ». Sa série de soixante-cinq victoires consécutives en dix ans de saut en longueur constitue l’une des performances les plus remarquables de l’histoire de l’athlétisme. Ses prestations lui valent de nombreuses distinctions : il est ainsi élu « sportif du siècle » par le Comité International Olympique (CIO), « Athlète du siècle » par l’IAAF et « Olympien du siècle » par le magazine sportif américain Sports Illustrated.
Le 11 juin 1997 Carl Lewis reçoit le prix « U Thant Peace Award » des mains de Sri Chinmoy. Le Prix de la paix U Thant a été créé par Sri Chinmoy, après la mort du Secrétaire Général de l’Organisation des Nations Unies U Thant. Le prix, dès 1982, est décerné aux personnes et organisations qui ont illustré de nobles idéaux spirituels, parmi les heureux bénéficiaires citons : Nelson Mandela, Mikhail Gorbachev, le Pape Jean Paul II, Mother Teresa, Javier Perez de Cuellar, Desmond Tutu, Dada JP Vaswani, Swami Satchidananda, Daw Aye Aye Thant (
fille de U Thant).

Image de prévisualisation YouTube
Image de prévisualisation YouTube
Une interview (en anglais) des plus passionnantes
Réalisée par Kedar Vidéo

« C’est Dieu qui m’a permis d’être rapide, mais je suis certain qu’il y a des centaines de personnes dans la rue qui peuvent courir aussi vite que moi. J’essaie simplement d’utiliser au mieux ce don de Dieu. »

Résidant à Los Angeles en 2008, il oriente sa carrière vers le métier d’acteur, il a joué dans le film « Alien Hunter », Sri Chinmoy lui demandera à ce propos : « Tu ne tues personnes ? »,  « Non, non » répondra Sudhahota ». Il se produit aussi en tant que chanteur, on le verra avec le grand producteur américain Narada.

Depuis que Sudhahota s’est retiré de la compétition active en 1997, le sportif de réputation international consacre une bonne partie de son temps et de son énergie à des activités caritatives. Il a créé la Fondation Carl Lewis, qui rassemble les nombreuses associations de bienfaisance soutenues par l’ancien athlète, parmi lesquelles « Best Buddies », la Fondation Wendy Marx (campagne pour le don d’organe), de nombreuses associations sportives de jeunes, ainsi que la Ronald McDonald House Charities. Il a récemment lancé un nouveau site Internet, Fitforever où il se propose d’aider les jeunes et les adultes à prendre leur destin en main et à améliorer leurs conditions de vie grâce au sport et à un mode de vie sain.

 Sources multiples dont Wikipédia, les Centres Sri Chinmoy et sites jounalistiques et témoignage personnel de Nidish


 

2 Réponses à “Carl Lewis, l’un des plus grands athlètes de tous les temps, sa carrière internationale sportive et humanitaire, sa relation à Dieu”

  1. NIDISH dit :

    Il faut effectivement distinguer l’action du résultat, Krishna et Sri Chinmoy nous conseillent dans notre quête de l’Absolu et de la Vérité d’être détachés du résultat, de faire l’action juste, d’être présent et totalement dans l’action juste, mais d’être détaché du résultat. Le résultat appartient à Dieu. L’action est une expérience intérieure.

  2. qualita1 dit :

    Sacré bonhomme ce Carl Lewis !
    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec sa phrase :
    « …nous attribuons la réussite à la vertu de nos propres efforts alors qu’en fait, c’est la protection et la grâce de Dieu qui nous rendent capable”
    Personnellement je crois que la protection et la grâce de Dieu se retrouve dans le seul fait que nous soyons « vivants et respirants une partie de Sa Vie
    Ce sont juste nos propres efforts qui nous rendent capables de « réussite ».
    Dieu ne donne pas la réussite
    Il donne la Vie
    La réussite dépend de nous et de notre désir de vouloir, ou non, réussir ce que nous avons prévu de réussir… dans le chemin que l’on a choisi et ce, quelque soit le chemin que l’on a choisi.

    Sinon, je ne savais pas qu’il existait un prix de la Paix U thant.
    Jolie initiative et belles brochettes de récompensés.
    Au moins ils méritaient vraiment de l’être !
    Amitiés

    Dernière publication sur PLUME FAREWELL : J'ETAIS VENUE

Laisser un commentaire