• Accueil
  • > - Désarmement
  • > Le « Révolver noué », « Knotted Gun » de Carl Frederik Reuterswärd, une sculpture symbole de paix, de non violence et de désarmement

Le « Révolver noué », « Knotted Gun » de Carl Frederik Reuterswärd, une sculpture symbole de paix, de non violence et de désarmement

 

suedestockolhm26et27avril2005157symboledepaix.jpg
Stockolm :
Suède
Cliquer sur la photo pour l’agrandir

Carl Fredrik Reuterswärd :

Carl Fredrik Reuterswärd est né à Stockholm en 1934, il commence à étudier l’art avec Fernand Léger à Paris en 1951. De 1952 à 1955 il étudie l’art à Stockholm, à l’Académie royale des Beaux-Arts, où il exercera en tant que professeur de peinture de 1965 à 1969. A l’automne 1974, il travaille aux États-Unis, en tant qu’artiste et en tant que professeur invité par l’école d’art de Minneapolis.  À 55 ans Reuterswärd subit un accident vasculaire cérébral qui paralyse son côté droit. Cela l’amène à recommencer une nouvelle vie artistique ; il travaille dur pour ré-apprendre à écrire et à peindre, désormais avec sa main gauche. Reuterswärd fait don d’une série de croquis et de maquettes de divers projets et travaux publics au Musée des Esquisses de Lund (Suède). A ce jour, il vit et travaille près de Lausanne, en Suisse.

Carl Frederik Reuterswärd est l’un des artistes les plus renommés au monde. Ses œuvres sont exposées dans les plus grands musées d’art contemporain tant en Europe qu’aux États-Unis. A l’annonce de l’assassinat de son ami John Lennon, le 8 décembre 1980, l’artiste est tellement bouleversé et en colère de cette mort insensée et des nombreux autres débordements de violence inutiles dans le monde qu’il est allé dans son studio et s’est mis à travailler sur le thème de  la non-violence : « Mes premières esquisses en trois dimensions ont été un peu rude et simple, mais la chose importante est que l’idée du canon noué était avec moi depuis le début ». L’artiste dessinait le « Revolver au canon noué » symbole de paix pour le monde ; en composant un nœud dans le canon il désarmait les forces de la violence ; le sculpteur a lui-même baptisé l’œuvre : « Non violence ».

nonviolence.jpg
Malmö : Suède, original 1985

Découvrir la suite en cliquant :

Plusieurs villes dans le monde ont fait l’acquisition de l’œuvre.

Le Revolver noué se trouve devant le siège des Nations Unies à New York, il a été offert le 30 septembre 1988 à l’ONU par le Duché du Luxembourg, c’est la deuxième œuvre qui est inaugurée, l’entrée se trouve au 753 James Richard Bennett dans le « Peace Movement Directory ».

En Suède :

Dans le pays de naissance de Carl Fredrik Reuterswärd l’on peut y découvrir quatre œuvres :
La première réalisation a été installée en 1985, à Lund, une ville à l’extrême sud de la Suède, sur la pelouse, en face de l’entrée du parc du Musée des Esquisses. Stockolm, la capitale suédoise, fait honneur à l’artiste né en son sein, en élevant la principale sculpture en plein centre ville, au milieu de la rue Sergelgatan (1ère photo ci-dessus), elle a été inaugurée par la Princesse héritière Victoria de Suède, le 4 Décembre 1995. Un autre Révolver noué, plus petit, de couleur dorée est présent à Fittja, un quartier périphérique de la capitale, et sous une forme tout à fait réduite, dans le hall du métro ACS Hov, à l’entrée des quais où l’on prend les tickets.

Le Révolver noué se trouve aussi dans d’autres villes de Suède,
à Göteborg
à Kungsportsavenyn inaugurée sur le quai Skeppsbron en 1997 entre Kungsportsavenyn et Engelbrektsgatan, à Malmö, près de la gare de chemin de fer et de Täby Centrum.

Les réalisations d’un lieu à l’autre sont de différentes tailles.

photo50421apx500wmaville.jpg
Caen : France

En France :
C’est la ville de Caen, en France
qui, peu de temps après la capitale suédoise, a fait l’acquisition de l’œuvre ; le symbole est inauguré par Madame le Maire Brigitte Lebreton et l’ambassadeur de Suède, le 3 juin 2005, au Mémorial de Caen, à proximité du Musée de la Seconde Guerre mondiale et du débarquement en Normandie. Jean-François Aillet,  sculpteur connu pour ses œuvres extraordinaires, était invité à l’inauguration, voici un petit extrait de son compte rendu que vous trouverez en entier sur son blog :

3 juin 2005 18h00 :
« J’ai rendez-vous avec un homme que je ne connais pas. Je ne l’ai jamais vu. C’est lui qui est censé me reconnaître dans la foule du Mémorial de Caen, à l’occasion de l’inauguration du «Revolver noué» de Carl Fredrik Reuterswärd. Lieu et moment que Jean Moré m’a fixé pour que nous puissions nous rencontrer. Les officiels sont au rendez-vous. L’ambassadeur de Suède est là. A ses côtés, la mairesse de Caen, Brigitte Lebreton, quelques politiques et membres de la délégation de l’ONU, la chargée de communication du Mémorial, quelques militaires aux médailles rutilantes de reflets dorés et argentés sous la lumière rasante du moment. Le vent est également au rendez-vous. Les drapeaux des nations claquent en haut des mâts. Je me campe au milieu de la foule rassemblée autour de Carl Fredrik Reuterswärd. Le moment est solennel. L’homme est assis dans un fauteuil roulant face à son œuvre recouverte d’un drap blanc qui ne demande qu’à s’envoler pour rejoindre tous ces drapeaux qui claquent au vent. Il ne manque plus qu’un mât pour accueillir ce drapé blanc. Mais qui se décidera un jour à le hisser là, ce drapeau, en ce lieu ? Je devine un instant le «Pistolet au canon noué» sous l’envolée furtive du drap de cérémonie. Je regarde Carl Fredrik Reuterswärd assis dans son fauteuil, sa veste posée à revers d’épaules. Il est pieds nus, sans chaussettes, dans ses sandalettes. J’observe le geste attentionné de la mairesse qui, après qu’elle ait prononcé son discours, cherche à repositionner la veste envolée de Carl Fredrik Reuterswärd sur ses épaules. »
« J’écoute le discours d’Alain Jouffroy. Je regarde Carl Fredrik Reuterswärd. J’écoute le discours des politiques. Je suis séduit par l’artiste, humble, assis là dans son fauteuil roulant, sans chaussettes dans ses sandalettes, face aux officiels. »
« Le «Revolver noué» est dévoilé. Le drapé blanc a été jeté là derrière, au rebut des discours. Je reste sur ma faim. Je me dis que l’œuvre est incomplète. Les politiques ont été trop timides encore une fois. Ils auraient dû lui prévoir un mât pour le hisser bien haut justement à ce moment-là. »

Vous trouverez l’article entier sur : http://www.aillet.com/rencontres/jean_more.htm
Voir aussi une œuvre hautement symbolique pour la paix que l’artiste Jean-François Aillet a réalisé sur :
« Peace-Action = Gun-Cut-Up » : http://www.aillet.com/exposition/peace_action/gun_cut_up.htm
© Photo Révolver noué à
Stockolm « Symbole de Paix » de Sylvie Garin, que je remercie de tout cœur !

Voir d’autres articles sur l’œuvre Carl Fredrik Reuterswärd

Laisser un commentaire