• Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Archive pour décembre 2009

« Amar Shonar Bangla » est l’hymne national du Bangladesh. Les paroles sont du poète, Prix Nobel de Littérature, Rabîndranâth Tagore

Mardi 22 décembre 2009

800pxflagofbangladesh.jpg
Drapeau national du Bengladesh

 

Amar Shonar Bangla, ami tomaï bhalobachi.

Tchirodine tomar akach, tomar batash,
Amar prané badjaï bânchi.
Ô Ma, fagoné tor amer boné ghrâné pagol Koré,
Mori haï, haïré
Ô Ma, oghrané tor bhôra kheté ami
Ki deketchi modhour hachi.
Kî shobha, ki tchayago, ki snéhon,
Kî mayago
Kî antchaul bitchaétcho bauter moulé naudir
Koulé koulé.
Ma tor moukher bani amar kané lagué
Choudar moto,
Mori haï, haïré -
Mator bodonekhani mauline holé,
Ô Ma ami noione djolé bhâchi.
Traduction en français :

Mon Bengale doré

Mon Bengale doré, je t’aime
Tes cieux, ton air font toujours chanter
Comme une flûte mon cœur.
Au mois de Phagoun, ô ma mère,
Le parfum de tes manguiers
Me transporte de joie,
Ah, quel vertige !
Au mois d’Agrahan, ô ma mère,
Dans les champs dorés,
J’ai vu de doux sourires, tout être recouvert !
Ah, quel « antchal » de beauté, d’ombres, d’affection
Et de tendresse.
As-tu étendu au pied des banians et le long des rives !
Ô ma mère, les paroles de tes lèvres
Sont du nectar à mes oreilles !
Ah, quel vertige !
Si la tristesse, ô ma mère, jette son voile sur ton visage,
Mes yeux se remplissent de larmes !

 

Source Wikipédia

Pour découvrir l’Immense poète Bengali Tagore,
Cliquer Ici

« Jana-Gana-Mana » L’Hymne national de l’Inde est tiré d’un chant du Prix Nobel de Littérature, Rabîndranâth Tagore

Mardi 22 décembre 2009

800pxflagofindia.jpg
Drapeau de l’Inde

« Jana-Gana-Mana » est l’Hymne national de l’union indienne adopté par l’Assemblée constituante, le 24 janvier 1950. Il est la première strophe d’un chant écrit et composé par Rabîndranâth Tagore en 1911 :

Paroles officielles
de l’Hymne national de l’Inde, en hindî :
जन गण मन अधिनायक जय हे
भारत भाग्य विधाता
पंजाब सिंधु गुजरात मराठा
द्राविड उत्कल वंग
विंध्य हिमाचल यमुना गंगा
उच्छल जलधि तरंग
तव शुभ नामे जागे
तव शुभ आशिश मागे
गाहे तव जय गाथा
जन गण मंगल दायक जय हे
भारत भाग्य विधाता
जय हे जय हे जय हे
जय जय जय जय हे
Image de prévisualisation YouTube

Le chant « Jana-Gana-Mana »
Vidéo : 2′

Transcription avec nos caractères

Jana-gana-mana-adhinayaka, jaya hé
Bharata-Bhaguya-Vidhata
Punjaba-Sindhou-Goujarata-Maratha
Dravida-Outkala-Banga
Vindhya-Himachala-Yamouna-Ganga
Ouchhala-Jaladhi-Taranga
Tava shoubha namé jagué
Tava shoubha ashisha magué
Gahé tava jaya gatha.
Jana-gana-mangala dayaka, jaya hé
Bharata-Bhaguya-Vidhata
Jaya hé, jaya hé, jaya hé
Jaya, jaya, jaya, jaya hé.

Traduction en anglais de Rabîndranâth Tagore

Thou art the rulers of the minds of all people,
dispenser of India’s destiny.
Thy name rouses the hearts
Of Punjab, Sind, Gujarat and Maratha,
Of the Dravida and Orissa and Bengal;
It echoes in the hills of the Vindhyas and Himalayas,
mingles in the music of Yamuna and Ganga and is chanted by
the waves of the Indian Sea.
They pray for thy blessings and sing thy praise.
The saving of all people waits in thy hand,
thou dispenser of India’s destiny,
Victory, victory, victory to thee.

Traduction en français
d’après la version anglaise de
Rabîndranâth Tagore

Tu es le souverain des âmes du peuple,
Toi qui diriges le destin de l’Inde !
Ton nom soulève les cœurs
Du Penjab, du Sindh, du Gujarat, du Mahârashtra,
Du Dravida, de l’Orissa et du Bengale !
Il résonne dans les montagnes des Vindhyas et des Himâlayas,
Se fond dans la musique de la Yamouna et du Gange
Et est chanté par les vagues de l’océan Indien !
Ils prient pour avoir ta bénédiction et chantent tes louanges,
Le salut du peuple est dans tes mains !
Tu es le souverain des âmes du peuple,
Tu es celui qui dirige le destin de l’Inde !
Victoire, victoire, victoire à toi.

 Source Wikipédia

Image de prévisualisation YouTube

L’Hymne national indien chanté par une petite fille

Pour découvrir l’Immense poète Bengali Tagore,
Cliquer Ici 

Rabîndranâth Tagore, 1er prix nobel de Littérature en Asie, le grand poète du Bengale était végétarien

Mardi 22 décembre 2009

tagore1.jpg
Rabîndranâth Tagore
1861 – 1941
1er Prix Nobel de Littérature en Asie, en 1913

« Nous arrivons à manger de la chair animale,
uniquement parce que nous ne pensons pas
à la cruauté de cet acte. »

 

Pour découvrir Tagore, Cliquer Ici 

Il y a 3000 ans en Inde l’on avait une conscience d’avant garde dans l’alimentation

Mardi 22 décembre 2009

bhishma.jpg
Bhishma

« La viande des animaux est comme la chair
de nos propres fils »

Bhishma
Mahâbhârata section CXIV

Compte tenu
que les animaux ont une âme,
que l’âme des animaux se réincarne un jour dans un corps humain,
cette acception de la phrase de Bhishma,
il y a 3000 ans avant Jésus Christ,
est tout à fait véritable.


Voir des articles complémentaires
en cliquant ci-dessous sur les liens en bleu

Sri Chinmoy medite au Ramakrishna Temple en Afrique du sud

Mardi 22 décembre 2009

Image de prévisualisation YouTube

La scène tournée lors d’un voyage de Sri Chinmoy en Afrique du Sud, en 1966, a été filmée par Kedar, un de ses proches disciples, qui Le suivait dans Son déplacement ; c’est l’unique témoignage filmé de ce moment où Sri Chinmoy après avoir médité sur la statue de Ramakrishna s’est tourné vers les disciples présents de Ramakrishna et de Sri Chinmoy et a fait descendre la Lumière divine sur chacun.

Je vous invite à méditer sur cette vidéo, vous pouvez faire l’expérience de joindre les mains…

600ème article, dédié aux Nations Unies : conférence sur « Le Nouvel An et sa signification » de Sri Chinmoy, à l’ONU

Mardi 22 décembre 2009

unlogobluesmlfr40fb57.jpg

600 ème article du blog de Nidish

Comme tous les 100 articles précédents, je dédie à l’occasion de la nouvelle année qui arrive,  ce 600ème article aux Nations  Unies et à l’unité des nations en les quels je crois, par un écrit de Sri Chinmoy, qui est la retranscription d’une  conférence tenue au siège des Nations Unies à New York à l’occasion de la nouvelle année ; ce texte est extrait du livre “L’Eveil spirituel du monde” qui est paru aux Editions de la Flûte d’Or.

 

Le nouvel An

Le nouvel an signifie une nouvelle expérience. Le nouvel an connaît une nouvelle aspiration des hommes. L’aspiration est une imploration ascendante qui se transforme en un sourire illuminant.
Les êtres humains attendent une nouvelle satisfaction du nouvel an. La satisfaction est l’incarnation et la manifestation du bonheur. Lorsque nous incarnons le bonheur, chacun de nos petits mondes devient un monde grand et vaste. Lorsque nous manifestons notre bonheur, le mortel en nous devient immortel.
Qu’est-ce que le bonheur ? Le bonheur est ce que Dieu est éternellement. Le bonheur n’est pas quelque chose qui se trouve au cœur du don de soi. Non ! C’est notre don de soi inconditionnel. Se donner, c’est devenir Dieu, lentement dans la réalité, sûrement dans la divinité et infailliblement dans l’immortalité.
Chaque nouvel an nous rappelle notre idéal et notre réalité. Notre idéal consiste à voir la Vérité. Notre réalité consiste à devenir la Vérité. La Vérité est l’œil de Dieu au ciel ; la Vérité est le cœur de Dieu sur terre. L’œil de Dieu nous guide et nous conduit. Le cœur de Dieu nous nourrit et nous immortalise.
Chaque nouvel an apporte une nouvelle responsabilité. Une nouvelle responsabilité est une nouvelle opportunité. Quel est le message de l’opportunité ? L’opportunité nous dit que notre but ultime ne doit pas rester un rêve lointain. Le but peut être atteint en transformant la faim animale en faim divine. Le but peut être atteint en transformant la soif animale en soif divine. La faim animale dévore la vision divine en nous. La faim divine est une faim de transcendance de soi. La soif divine est une soif de perfection de soi.
Le nouvel an offre le message, soit de la destruction, soit de la satisfaction. Si nous nous satisfaisons à notre manière humaine, nous rencontrerons sans aucun doute la destruction. En revanche, si nous satisfaisons sans aucun doute la satisfaction. En revanche, si nous satisfaisons Dieu à Sa propre manière, nous rencontrerons immanquablement la satisfaction. Douter du divin en nous et céder à l’humain en nous est une manière de nous satisfaire à notre propre manière. Mais parfaire l’humain en nous et combler le divin en nous est la manière de satisfaire Dieu à Sa propre manière.

 

Communiqué de Greenpeace pour le climat : un livret pratique à la disposition de chacun

Lundi 21 décembre 2009

Je vous présente ci-dessous une saine proposition de Greenpeace qui permet d’estimer ce que le l’on peut faire à son propre niveau pour le climat, et par voie de conséquence, pour l’environnement, pour l’humanité

danielbeltra.jpg

Communiqué :
Vous souhaitez faire partie de la [R]évolution énergétique ? Greenpeace met à votre disposition un guide pratique. Clair, concret, utile, ce guide est rempli de faits, de graphiques, d’étapes à traverser pour que les gens puissent réduire leur propre émissions de gaz à effet de serre (GES) ou leur pollution.

Nous pouvons – et devons – réduire nos émissions de GES de 50 % sous les niveaux de 1990 d’ici 2050. Les nations industrialisés doivent quant à elles réduire leurs émissions de 60 à 80% pour la même période. Si nous rencontrons ces objectifs, nous pouvons retenir la hausse du mercure mondial sous la barre des 2° Celsius. Les scientifiques du monde entier s’entendent sur ce point : cela est essentiel si nous voulons éviter que le climat se dérègle à un point où il serait hors de tout contrôle.

Les changements climatiques représentent une menace globale qui nécessitent des actions internationales. Ce feuillet d’information est publié dans plusieurs pays du monde. Il explique ce que nous pouvons tous faire pour protéger la planète et notre climat. Nous n’avons plus de temps à perdre. Commençons dès maintenant à vivre nos vies en faisant attention à notre climat !

http://www.greenpeace.org/canada/fr/documents-et-liens/documents/comment-sauver-le-climat

« Je suis admiratif devant l’action continuelle que les acteurs de Greenpeace mènent pour l’humanité et l’environnement. Courageuse elle est, volontaire, continuelle. Ils sont méritant, respectueux et positifs. Ils méritent d’être soutenus. » Nidish Sourire

Enthousiasme et patience deux qualités spirituelles requises pour progresser

Dimanche 20 décembre 2009

thestartmarathon450.jpg
« La méditation est une course intérieure éternelle
dans laquelle tout le monde, un jour s’engagera. »
Nidish

Sans la prière et la méditation,
Personne ne peut consciemment voir et ressentir l’âme,
Personne ne peut consciemment accomplir
Quoi que ce soit pour Dieu.

Quand nous nous lançons dans la vie spirituelle, nous avons besoin d’enthousiasme. Sans elle, nous ne bougerions pas d’un pouce. L’enthousiasme est très bon, mais l’ardeur excessive est mauvaise. Si nous mangeons au-delà de notre capacité, nous souffrirons d’indigestion. Nous ne devons pas sentir que nous pouvons réaliser Dieu en une nuit ou que nous participons à une compétition où nous allons battre tout le monde. Nous n’entrons en compétition qu’avec notre propre ignorance. Nous avons autant besoin de patience que d’enthousiasme pour gagner la course.


Si vous êtes réellement,
sincèrement
et de tous votre cœur
en quête de la Vérité,
je n’ai qu’un conseil à vous donner :
plongez au plus profond de vous-même
et essayez d’y découvrir
votre propre divinité.

© Textes de Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy de Montpellier

Méditation sur le cœur, notre nature universelle : Exercice pratique

Dimanche 20 décembre 2009

« Nous sommes comparables à de petites gouttes. La petite goutte pénètre dans l’océan et devient l’étendue infinie, l’océan infini, elle fait partie intégrante de l’océan. De même, nous sommes tous des êtres finis, mais lorsque nous offrons avec amour, dévotion, et sans conditions notre existence limitée à notre Seigneur Suprème, Lui, dans Sa Bonté Infinie, nous unit inséparablement à Son Existence Infinie. » Sri Chinmoy 23/11/1993 Bratislava, en Slovaquie.


mditerwwwnidishunblogfr.jpg

Méditer, c’est se relier à l’Univers en nous

 

Au préalable de cette pratique, si vous n’avez jamais médité, vous pouvez lire l’article « commencer à méditer » Ici

Il y a une autre manière, très efficace, mais peut-être un peu difficile. Au début, sentez que vous n’avez pas de bras, ni d’yeux, ni d’oreilles ; vous n’avez plus rien d’autre que le cœur. Ce cœur n’a pas besoin d’être au milieu de votre poitrine ; il peut être dans votre front, ou n’importe où. Vous devez simplement sentir que vous avez un cœur et que vous êtes le cœur. Puis au début d’un certain temps, localisez le cœur. Comment le localiserez-vous ? Votre conscience vous dira que le cœur se trouve ici plutôt que là. La science médicale dira immédiatement que c’est faux, que le cœur ne peut être qu’à un seul endroit dans la poitrine. Mais pour les personnes spirituelles, le cœur peut être n’importe où, parce que le cœur spirituel signifie l’endroit où se trouve la lumière. Si le Divin en vous, le Suprême en vous désire vous montrer la présence de la lumière à travers le 3ème œil, qui est puissance et lumière infinies, alors Il vous dira que le cœur se trouve à cet endroit. Aussi, pour vous, le troisième œil sera l’endroit où se trouve la lumière. Cela signifie que le Suprême en vous désire aller à cet endroit et y rester.
Lorsque vous commencez votre voyage, vous devez sentit que vous avez le cœur et que vous êtes le cœur. Puis, au bout d’un certain temps, votre conscience vous dira où se trouve le cœur. A ce moment là, vous vous concentrerez sur cet endroit et vous sentirez que c’est le seul endroit possible où vous pourrez sentir ou devenir le cœur. Le cœur signifie la lumière et la lumière signifie la puissance. Plus vous avez de lumière, plus vous avez de puissance. Dieu est Lumière. C’est pourquoi, Il rayonne partout, c’est pourquoi Il est tout-puissant. La lumière et la puissance ne peuvent être séparées. Ici nous voyons une lampe électrique, et l’endroit où elle est branchée. nous pouvons les séparer. Mais dans la vie spirituelle, nous ne pouvons pas séparer la lumière de la puissance. La Lumière même est puissance. Et qu’est ce que la lumière ? L’unité universelle.

© Exercice de Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy Paris
© Dessin Association Corps en Harmonie – Nidish

Tous les articles sur la méditation sur ce blog : Ici

« Méditez avec le plus grand enthousiasme si vous voulez faire les progrès les plus rapides
dans votre cœur d’aspiration et dans votre vie de consécration. »

Sri Chinmoy

 

12 pensées de Nidish, comme le nombre de mois dans une année

Dimanche 20 décembre 2009

 

- – - – - – - – - –

Les hésitations sur notre chemin qui mène à la Lumière,
sont comme les espaces entre des pointillés.

o o o

L’on s’accroît de manière exponentielle si notre source est l’humilité.
o o o
La patience, à tous prix. La patience a tout à gagner.
o o o
La méchanceté se sert des mots pour détruire celui qui s’exprime.
Notre bonté se sert des mots pour élever l’autre même au-delà de nous-mêmes.
o o o
La peur et l’insécurité nous font raisonner avec leurs limites.
o o o
L’autre n’est pas faiblesse au fond de lui. A moins qu’il ne soit vraiment très malade.
o o o
Le malheur des autres n’a jamais fait venir le soleil chez soi !
o o o
Vivre sans se poser la question du sens de la vie, je ne pense pas que cela aide, si, peut être, à s’enterrer.
o o o
Point n’est de pensées qui passent avant moi, je n’ai guère envie de passer ma vie à les rattraper !
o o o
Il faudra bien qu’un jour les sceptiques se mettent à prier. A-t-on vraiment le choix ?
o o o
Les erreurs sont toujours des apprentissages de quelque chose.
o o o

?

Telle est la question éternelle,
dessinée par un point d’interrogation.
A  lui tout seul il porte toutes les questions ;
quel fardeau !
La vie est si légère sans lui.

 

© Nidish

12345...7