• Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Archive pour décembre 2009

« Les chansons de Tagore », une histoire vraie racontée par Sri Chinmoy

Mardi 1 décembre 2009

tagore.jpg
Rabîndranâth Tagore
1861 – 1941
1er Prix Nobel de Littérature en Asie, en 1913

Il était une fois un petit garçon particulièrement doué du nom de Rabindrath Tagore. Le gamin était également très beau et très intelligent. Son père, riche et respecté, possédait de vastes terres et de nombreux domestiques. Rabindrath passait la majeure partie de son temps avec ces derniers. Il était le plus jeune de la famille et les serviteurs l’adoraient.

Un jour, il interpréta une chanson qu’il avait composée. Les paroles exprimaient l’idée suivante : « L’œil ne peut pas Te voir bien que Tu sois à l’intérieur du cœur. » Le garçon chantait avec beaucoup d’émotion et la mélodie était envoûtante.
Son père entendit son fils et en fut très ému. Il pria ses domestiques de lui amener le gamin.
- Peux-tu me chanter ce morceau encore une fois ? demanda-t-il à l’enfant.

Le petit garçon n’avait pas souvent l’occasion de voir son père, car celui-ci était toujours très occupé. Alors, même s’il était très honoré que son paternel l’ait fait venir, il avait peur de lui.
- Je suis ton père, lui dit l’homme. Ne sois pas timide. Chante pour moi, mon enfant. Le garçon s’exécuta. Le père fut si bouleversé qu’il entra en transe. Lorsqu’il en sortit, il se rendit dans son bureau et fit en chèque de cinq cent roupies à l’ordre de son fils. A cette époque, cela représentait une grosse sommes pour un enfant.
- Autrefois, les empereurs mongols rendaient hommage aux gens doués en leur offrant des cadeaux, le père expliqu’a-t-il à son fils en lui remettant le chèque. Les empereurs mongols n’existent plu, mais ton talent est si remarquable que tu mérites le même hommage. Le fils était très heureux et des plus ravis. Il couru montrer son chèque aux domestiques, qui le soulevèrent dans les airs. Ils étaient si fiers que leur petit héros soit devenu un si grand interprète.

Plus tard, Tagore devint le plus grand poète de l’Inde et gagna le prix Nobel. Il composa environ mille huit cents chansons, dont de nombreuses sont interprétées dans tout le pays, notamment l’hymne national indien Jana Gana. Rabindrath Tagor fut véritablement un génie créatif qui excellait dans tous les domaines artistiques. Vers la fin de sa vie, il se mit même à peindre. A titre de poète, de chanteur et de scénariste, il gagna l’amour et le respect de tous non seulement en Inde, mais aussi partout dans le monde.

Il demeure à l’avant-garde des poètes pour ses musiques, ses chansons et ses textes. Tagore restera éternellement unique. En 1961, le jour de son anniversaire, le monde entier a commémoré son centenaire.

Voir d’autres histoires
Extraites de
“L’Âme est un jardin”
Un livre de Sri Chinmoy
Edité par les Editions “AdA Inc.”
Canada

en cliquant Ici

 

© Textes extraits du livre “L’Âme est un jardin” de Sri Chinmoy, édité par les Editions “AdA Inc.” Canada
Copyright© 1994 Sri Chinmoy Tous droits réservés
Copyright© 2006 Editions “AdA Inc.” pour la traduction française

Pour découvrir l’Immense poète Bengali Tagore,
Cliquer Ici

l’Humour de Nasrettin

Mardi 1 décembre 2009

800pxharikalardiyarinasrettinhoca05981nevit.jpg

Quelque chose est tombé

La femme de Nasrudin entend un bruit lourd et sourd venant de la chambre de son époux. Elle s’y précipite.
Il n’y a aucune raison de t’inquiéter, la rassure celui-ci, c’est mon manteau qui est tombé par terre.
- Ton manteau ! Comment a-t-il pu faire un bruit pareil ?
- Le bruit ? C’est parce que j’étais dedans ! »

 

© Extrait du livre à offrir : « Les Exploits de l’incomparable Mulla Nasrudin »
Collection soufisme vivant, Editions Courrier du Livre

LE PSYCHISME HUMAIN SON FONCTIONNEMENT INTERNE : 4 Le mental

Mardi 1 décembre 2009

Vous retrouverez l’ensemble des huit articles qui concernent : le corps, le vital, le mental et l’âme Ici ; il est préférable de commencer la lecture méthodiquement, en commençant par le texte présentant le corps. Chaque article est court, dense et complémentaire aux autres. Le premier article est le plus ancien, il est en premier, en partant du bas. L’ensemble forme le texte intégral.

earlycentresmiling150k.jpeg

 4 ème extrait : Le mental (1/2 parties)

Passons maintenant au mental. On compte de nombreux types de mentals. Néanmoins, deux seulement sont employés sur terre : le mental physique et le mental intellectuel, d’ailleurs aussi restreints l’un que l’autre ! Le premier est égaré dans la conscience physique grossière, où cohabitent obscurité, impureté, ignorance, contraintes et imperfections. La nourriture que vous absorbe, les vêtements que vous portez, voilà tout ce qui le préoccupe. Seules les activités les plus quotidiennes, les plus banales, les plus limitées aussi, dépendent de sa juridiction.

Quant au second, le mental intellectuel, il est légèrement plus évolué. Son domaine inclut les pensées plus abstraites et plus sophistiquées. C’est lui qui s’intéresse à la lecture, s’enquiert des problèmes politiques, s’adonne au calcul mathématique et à d’autres activités similaires. Ici règnent le doute, la confusion et la contradiction. Le mental peut bien entendu exister à des niveaux supérieurs, mais la plupart des êtres humains n’y ont pas accès.

La nature même du mental est de douter des qualités d’autrui où de minimiser la portée. Il est convaincu d’être le plus élevé, le plus grand, et tire une satisfaction énorme -consciente ou non- de cet individualisme. En outre, il aime considérer chaque chose une à une.

Si l’infini lui apparaissait en personne, il n’en saisirait qu’une portion infime et ne manquerait pas de déclarer : « Voilà la Vérité ! ». Il n’est pas dépourvu du désir de chercher la vérité la plus haute, mais malheureusement, à sa manière restreinte, ce qui l’empêche de goûter à une satisfaction totale.

Prochaine partie :  Le mental illuminé

D’une vie à l’autre retrouve-t-on la même aspiration ?

Mardi 1 décembre 2009

Question : Lorsqu’on meurt, retrouve-t-on, le même niveau d’aspiration dans sa prochaine incarnation ?

ckg208n11.jpgSri Chinmoy : Absolument ! On retrouve le même niveau d’aspiration dans sa prochaine incarnation, dans un nouveau corps et un nouvelle conscience. Mais l’obscurité et l’ignorance de la conscience terrestre l’empêche habituellement de faire surface, et il faut dans la plupart des cas plusieurs années de lutte pour retrouver cette aspiration. Cependant, si l’âme est très forte et que l’aspirant possède également une force intérieure exceptionnelle, il peut retrouver son ancienne aspiration dès le début de sa vie ou au bout de quelques années et continuer de courir vers son But destiné.

 

© “L’Aspiration” un livre de Sri Chinmoy paru aux Editions La Flûte d’Or
© Photo “Sri Chinmoy joue sur uneflûte d’orée” – Centre Sri Chinmoy

1...34567