Archive pour juin 2011

Le message de la pureté, aphorismes et pensées de Sri Chinmoy, maître spirituel

Jeudi 30 juin 2011


viergemariephotodenidishunblogfr.jpg


La pureté dans la vie spirituelle


Le pureté est la lumière de l’âme exprimant sa divinité à travers le corps, le vital et le mental. Celui qui est pur a tout à gagner. Celui qui peut conserver sa pureté ne perdra jamais rien qui soit digne d’être gardé.

La pureté perdue,
Tout est perdu.

3101

La pureté est la Beauté divine

De Dieu en l’homme.

La pureté est le Sourire

Eternellement transcendant

Et resplendissant

De Dieu en l’homme.

3102

La pureté dans le mental

Raccourcit la route

Qui mène à la découverte de soi.

La pureté dans le cœur

Montre que la destination

Ne se trouve nulle part ailleurs

Que dans le cœur lui-même.

3103

Il est de nombreuses manières

D’atteindre à la pureté dans le vital,

Mais la plus facile et la plus efficace

Consiste à avoir

Un mental empli de silence.

Ce mental silencieux

Pénètre lentement mais sûrement

Dans le vital

Et transforme l’impureté du vital

En la pureté dynamique du cœur.

worldharmonyrunschool.jpg

L’aspiration est la seule réponse. Implorez! Vous le faites bien pour obtenir des choses extérieures; faites le aussi pour obtenir des qualités intérieures. Si votre imploration est sincère, vous aurez des ailes sur le plan spirituel.

La pureté est ma divinité cachée.

3104

La simplicité d’un enfant,

La sincérité d’un enfant

Et la pureté d’un enfant

Sont trois cadeaux incomparables

Que Dieu a offerts à Sa création

Dès l’instant de sa naissance.

4963

Votre pureté possède la capacité

D’ouvrir la porte du cœur de tous les êtres.

Mieux encore:

Votre pureté est le seul passeport de réalité

Qui vous permet d’entrer

Dans chaque cœur humain.

5502

Seul votre mental de silence

Inondé de pureté

Peut dompter

Votre vital agité et sans but.

worldharmonyrunchild.jpg

C’est à la pureté des pensées qu’il faut parvenir en premier lieu. Nous pouvons aisément acquérir cette forme de pureté si nous avons le sentiment que nous sommes non pas le corps, mais l’âme.

La pureté argentée de mon cœur est la Lumière de Victoire de Dieu.

5604

Si vous ne méditez pas,

Votre cœur demeurera plein d’insécurité

Et votre mental plein d’impureté.

Avec un mental impur

Et un cœur en proie à l’insécurité,

Vous ne serez pas en mesure de satisfaire

Votre Bien-Aimé Suprême.

8518

De même qu’une fleur a reçu le don béni

Du parfum et de la beauté,

De même chaque être humain

A reçu le don béni

De la pureté et de la divinité intérieures.

9326

Bien que votre aspiration soit considérable,

N’ignorez pas la pureté.

Je vous confie un secret suprême:

La pureté est un avantage accru,

Voir inimaginable.

worldharmonyrunserbiankids.jpg

L’âme demeure toujours pure, quelles que soient les circonstances qui l’entourent. Mais la pureté doit s’établir aux niveaux physique, vital, mental, et dans le cœur.

La pureté est au corps
Ce que la clarté est à l’esprit.

9619

Prenez garde aux mots que vous prononcez.

Chaque mot peut résonner

Soit dans le temple de pureté de votre cœur

Soit dans la caverne d’impureté de votre vital.

9711

Mon Seigneur Suprême,

Mon manque de sincérité, mon impureté

Et mon doute Te font mal.

Y a-t-il autre chose qui te blesse?

Oui, Mon enfant, il y a autre chose.

Ton manque de disposition à changer ta nature

Me fait infiniment, infiniment plus mal

Que ton manque de sincérité, ton impureté et ton doute.”


O pureté,

Au seul son de ton nom,

Tout ce qui m’attaque

Se trouve affaibli

Et mes qualités positives

Viennent à la surface.

 

© Extrait du livre Purity de Sri Chinmoy à paraître aux Editions de la Flûte d’Or
© Photo Vierge de Nidish
© Photo enfants de la World Harmony Run dans le monde

L’oiseau bleu, Aphorisme de Sri Chinmoy tiré de la Collection Ten Thousand Flower-Flames

Jeudi 30 juin 2011


« L’oiseau bleu hors de la cage du mental,
chante la mélodie du cœur  »

Nidish

oiseaubleu.jpg

Si vous voulez réellement vous échapper

De votre mental,

Il vous faut aller au-delà du mental.

Comment ?

Vous devez vous lier d’amitié

Avec l’oiseau bleu

Qui se trouve au plus profond de votre cœur.

Cet oiseau bleu vous aidera à voler

Au firmament de la Lumière et de la Félicité.

Sri Chinmoy


© La magnifique aquarelle est de Cyril Scott

© Aphorisme de Sri Chinmoy
© Pensée de Nidish

Les 9 qualités d’un bon chanteur (dans un chœur de chants sacrés), nommées par Sri Chinmoy

Mardi 28 juin 2011

saraswati.jpg
Sarashvatî, la déesse des Arts, joue de la Vînâ

Consciousness / Conscience
Oneness / Unité
Sweetness / Douceur
Soulfulness / Ferveur
Confidence / Confiance
Perfection / Perfection
Cheerfulness / Gaité, Joie
Freshness / Fraîcheur
Gratitude / Gratitude

Sri Chinmoy a rajouté :
« Cheerfulness englobe à elle seule toutes les autres qualités. »

Voir l’article sur ce blog : « Le Groupe vocal International de Paree chante les chants spirituels du Maître indien Sri Chinmoy »

© Centre Sri Chinmoy. Merci de citer vos sources.

Présentation du Groupe vocal International de Paree qui chante les chants spirituels du Maître indien Sri Chinmoy

Mardi 28 juin 2011

 

pareesgroup.jpg

Le Groupe International de Paree est un chœur féminin a capella qui chante depuis plus de 20 ans les œuvres de Sri Chinmoy dans une atmosphère divine de pureté et de sérénité.

Ce groupe a été créé et constitué par Sri Chinmoy en 1987 ; les membres n’étaient alors que des enfants. Le groupe est dirigé par Paree Atkin qui vit à New York. Paree a été personnellement formée par Sri Chinmoy dans l’art du chant fervent. Sri Chinmoy composait souvent des chants (il est l’auteur de plus de 18 000 chants), quand l’occasion fréquente se présentait, il les apprenait aussitôt aux membres présents de ce groupe. De par cet apprentissage le groupe interprète les mélodies à l’unisson avec maîtrise, gaieté et dynamisme. Les moniales savent des milliers de chansons de Sri Chinmoy par cœur. Elles chantent toujours sans partitions sous les yeux, et méditent avant de chanter. Une fois, alors que la majorité des étudiants de Sri Chinmoy étaient aux Célébrations de Son anniversaire, Sri Chinmoy, qui fredonnait de ses chants bengalis, a eu un trou de mémoire. Il a demandé si quelqu’un (nous étions de l’ordre de 1800 étudiants) connaissait le chant entonné. Paree, dans le Silence et la douce Lumière dans laquelle nous baignions, a été la seule a répondre positivement.*

Lors de leurs répétitions les filles du groupe récitent des mantras qui éveillent leurs qualités de chanteuses. Le groupe, appelé aussi My Heart’s Morning Dews, est mouvant, il est composé d’un nombre très variable de choristes, ainsi le chœur est souvent intervenu dans le monde entier lors des concerts de Sri Chinmoy et maintenant au cours des concerts-festival mobiles Song of The Soul.

En contraste avec les autres groupes du festival Songs of the Soul, le chœur de sopranes chante sans instruments et avec peu ou pas du tout d’arrangements. Interprété par les groupes unissons, les chants de Sri Chinmoy ont la simplicité, le silence et des variations vocales qui rappellent quelquefois les chants grégoriens.

En 2000, le groupe de Paree a remporté un Record du Monde Guinness pour avoir chanté plus de 22 heures en continu.

* Témoignage de Nidish

Concert de chants spirituels, un groupe féminin russe interprète les mélodies du Maître indien Sri Chinmoy

Lundi 27 juin 2011

Image de prévisualisation YouTube

Bon concert !

Question : Quel est l’intérêt spirituel des sports de compétition ? Réponse de Sri Chinmoy

Lundi 27 juin 2011

ckgrunning.jpg

Question : Quel est l’intérêt spirituel des sports de compétition ?

Sri Chinmoy : Notre but n’est pas de devenir le meilleur athlète du monde. Notre but est de garder la forme, de développer le dynamisme et de donner une joie innocente à notre vital. Notre but ne devrait pas être de vouloir être meilleurs que les autres, mais plutôt de surpasser constamment nos performances précédentes. Nous ne pouvons évaluer correctement notre propre capacité sans un niveau de comparaison. C’est pourquoi nous faisons de la compétition non pas pour battre les autres mais pour faire venir en avant notre propre capacité. Notre meilleure capacité ne vient en avant que lorsqu’il y a d’autres gens autour de nous. Ils nous inspirent à extraire nos meilleures capacités et nous les inspirons à faire venir en avant leurs meilleures capacités. Voilà pourquoi nous avons des compétitions sportives.

Il devrait toujours y avoir un but. Avoir un but ne signifie pas que nous devons essayer de battre les meilleurs coureurs du monde, Non, pas du tout. Dans la vie spirituelle, il n’y a pas de compétition. Mais il y a quelque chose d’essentiel, de nécessaire et d’incontournable, que nous appelons progrès. Notre but devrait être notre propre progrès, et le progrès même est l’expérience la plus illuminante.

Disons que nous voulons faire des progrès ; nous voulons nous transcender. Maintenant, si quelqu’un d’autre est avec nous, son mental ou bien notre mental pensera immédiatement que nous faisons une compétition. Dans la vie ordinaire, nous nous mesurons aux autres pour acquérir la suprématie. Dans la vie spirituelle par contre, nous n’entrons pas en compétition contre les autres. Nous essayons simplement de transcender nos propres capacités.

Nous pouvons dire que nous avons deux moitiés : l’une est l’imperfection, et l’autre est notre imploration sincère pour la perfection. Un coté est la faiblesse, et l’autre est la force. Avec notre imploration intérieure pour la perfection, courons vers notre destination et atteignons le rivage-illumination. Lorsque notre être toute entier sera illuminé, les forces obscures de l’ignorance auront peur de nous approcher. Avant d’atteindre la destination, elles nous défient. Mais une fois que nous aurons atteint la destination-illumination, les forces de l’ignorance n’oseront plus entrer en nous parce qu’elles sentirons qu’elles seront totalement détruites. Elles ne savent pas qu’elles ne feront qu’être transformées et illuminées.

Les deux premiers Congrès Mondiaux des Religions, à cent ans d’intervalle

Lundi 27 juin 2011

1893, Chicago, Etats Unis
1993 Chicago, Etats Unis : centenaire
1999 Cap, Afrique du Sud
2004, Barcelone : lors du Forum universel des cultures
2009, Melbourne, Australie
2014
, Bruxelles, Belgique

« The World’s Congress of Religions », de Chicago (U.S.A.), en 1893, est le premier grand rassemblement formel des représentants des différentes traditions spirituelles du monde, c’est la première fois que se rassemblaient des représentants de religions orientales, asiatiques et occidentales. Ce premier Congrès mondial des religions s’est tenu du 11 au 27 septembre 1893 sur les rives du lac Michigan, à l’occasion de la World Columbian Exposition (Exposition Universelle). La cérémonie inaugurale a commencé avec «un acte d’adoration commune, à Dieu Tout-Puissant», extrait du centième psaume que Isaac Watts a paraphrasé (Barrows 1893a, 66). Après l’allocution de bienvenue d’ouverture, vivekananda.jpgSwami Vivekananda a fait un discours qui a commencé avec ces quelques mots : « Sœurs et Frères d’Amérique », les quelques 7000 personnes dans le public, immédiatement, ont senti la profondeur de sa sincérité les traverser ; selon les rapports, le public « est entré en une extase inexplicable ; l’ovation et les applaudissements ont duré plus de trois minutes. » Vivekananda a poursuivi en évoquant la fin du sectarisme et du fanatisme (Barrows 1893a, 101), il a touché les cœurs et les esprits des participants avec un fort appel de clairon pour l’unité religieuse et la tolérance religieuse… Le Parlement s’est conclu 17 jours plus tard avec la prière du Seigneur, dirigée par Emil G. Hirsch, un rabbin de Chicago.
L’idée d’inviter différentes religions est alors un concept nouveau qui a dépassé les restrictions et les limites mentales pour s’ouvrir sur un monde à découvrir de paix et de fraternité. Et c’est ce qui ressort du discours de Vivekananda :
« En tant que flux différents, ayant leurs sources dans des endroits différents, tous mêlent leurs eaux dans la mer, donc, Seigneur, les différents chemins que les hommes prennent à travers différentes tendances, s’ils apparaissent différents, tordus ou droits, tous conduisent à Toi. »

Cent ans plus tard, dès 1988, l’idée est relancée par deux moines disciples de Vivekananda, de la Vivekananda Vedanta Society de Chicago, d’organiser la célébration du centenaire du Parlement mondial des religions de 1893 et raviver cet esprit de tolérance religieuse et d’unité religieuse. C’est ainsi qu’est apparu, à Chicago, en septembre 1993, le deuxième congrès mondial des religions. Sri Chinmoy a été choisi pour diriger la méditation d’ouverture. Sri Chinmoy pressent que par la méditation et la prière silencieuses, nous pouvons le plus efficacement aborder l’unité sous-jacente des différents enseignements religieux ; c’est ainsi, les mains jointes, debout, silencieux, qu’il ouvre le Parlement des religions, devant des milliers de représentants de toutes les religions du monde.

Le Congrès des Religions du Monde de 1993 ​​a réuni quelque 8000 personnes venant de partout dans le monde, il a été publié une éthique globale de la coopération des religions sur la déclaration des enjeux humains et environnementaux.

En l’honneur de Vivekananda, en 1993 :

Tout au long de l’année 1993, Sri Chinmoy a offert, de part le monde, 39 concerts pour la paix en l’honneur de Swami Vivekananda. Sri Chinmoy a ainsi souhaité honorer les contributions pionnières que 100ans auparavant, Vivekananda avait apporté, en particulier dans le domaine de l’harmonie des religions entre elles.

Mère Teresa, la compassion, le don de soi évoqués par un Maître indien, Sri Chinmoy

Vendredi 24 juin 2011

mereteresauncurdecompassion.jpg

« Plus vous recevrez dans la prière silencieuse,
plus vous pourrez donner dans votre vie active »

Mère Teresa

Mère Teresa voyait la présence vivante de Jésus-Christ dans le pauvre, le malade et le mourant. C’est pour cela qu’elle était capable de rendre service aux plus pauvres avec autant d’humilité et d’amour. Sa vie de dévouement aux pauvres, aux malades et aux mourants était sa prière en action.
Il y a une grande différence entre la charité basée sur le don de soi limité et la charité basée sur l’offrande de soi inconditionnelle. Dans le dévouement limité, on se sent supérieur aux autres. Nous pouvons témoigner de la pitié à quelqu’un du haut de nos sommets himalayens en regardant cette pauvre personne tout au fond de son gouffre. Nous sommes à des millions de kilomètres plus haut que la réalité désolante de l’autre.
A l’inverse, lorsque la charité est fondée sur un don de soi inconditionnel, on considère les pauvres et les malades comme ses petits frères et sœurs. Dans une famille, il ne peut y avoir ni supériorité, ni infériorité. Tout est unité. Le frère ainé partage ce qu’il a avec son petit frère, non pas par pitié, mais parce qu’il a de la compassion pour lui. Lorsque nous montrons de la compassion, notre être tout entier devient un avec la souffrance des autres.
C’est ce que Mère Teresa faisait chaque jour. Elle bravait elle-même la pauvreté inimaginable et les épreuves pour être en unité avec les pauvres en Inde.
Le dévouement inconditionnel unique de Mère Teresa n’a pas son pareil. Mère Teresa nous a appris que lorsque quelqu’un frappait à la porte de notre cœur, nous ne devions pas laisser cette personne attendre dehors comme un mendiant. Nous devions immédiatement l’embrasser et lui donner ce que nous possédons et ce que nous sommes. Notre dévouement complet au divin en lui n’est autre que la charité au sens le plus pur du terme. Pour moi, Mère Teresa est une vraie Sainte.

© Extrait du livre « La Compassion » de Sri Chinmoy paru aux Editions de la Flûte d’Or

700ème article, dédié aux Nations Unies : conférence “Chaque nation est formidable” de Sri Chinmoy, à l’ONU

Vendredi 24 juin 2011


700 ème article du blog de Nidish

Comme tous les 100 articles précédents, je dédie ce 700ème article aux Nations Unies et à l’unité des nations en les quels je crois depuis toujours et plus particulièrement depuis que je suis l’Enseignement de Sri Chinmoy. Ce texte est extrait du livre “L’Eveil spirituel du monde” qui est paru aux Editions de la Flûte d’Or.

drapeaudelonu.jpg

Chaque nation est formidable

Chaque nation est un membre du corps universel. Chaque membre est nécessaire, essentiel et indispensable. Chaque nation représente l’espoir de l’humanité, la promesse de l’humanité et le progrès de l’humanité manifestés de façon unique.
L’espoir était notre trésor d’hier. La promesse est notre trésor d’aujourd’hui. Le progrès sera notre trésor de demain.
Chaque nation peut être formidable en vertu de quelques qualités divines. Une nation peut tout d’abord être formidable en vertu de sa simplicité. Elle peut être formidable en vertu de sa sincérité, ou encore de son humilité. Elle peut être formidable en vertu de sa prospérité, aussi bien intérieure qu’extérieure. Enfin, une nation peut être formidable en vertu de sa générosité, constante et suprême.
Une grande nation est une nation qui offre une inspiration aux autres nations. Une plus grande nation est une nation qui offre sa sollicitude aux autres nations. Mais la plus grande nation est celle qui offre l’amour spontané de son cœur aux autres nations.
Nous commençons à former une famille universelle avec l’inspiration. Nous la renforçons avec notre sollicitude. Nous la nourrissons et la comblons avec notre amour.La grandeur divine d’une nation repose dans son présent qui se donne. La grandeur divine d’une nation repose dans le futur de sa transformation en Dieu. La grandeur divine d’une nation repose dans son présent qui révèle Dieu. La grandeur divine d’une nation repose dans son futur qui manifeste Dieu.Chaque nation individuelle peut être un exemple parfait du don de soi, de la transformation en Dieu, de la révélation de Dieu et de la manifestation de Dieu. Comment ? Si une nation vit dans le cœur, alors le don de soi n’est pas seulement possible, il est inévitable. Si une nation vit dans l’âme, alors le devenir Dieu n’est pas seulement possible, il est inévitable. Si une nation fait des efforts et pleure pour la transformation de toute la famille universelle des nations, alors la révélation de Dieu ne restera plus longtemps un rêve lointain. La révélation de Dieu ne sera plus seulement possible, mais réalisable d’un point de vue pratique et inévitable. Enfin, si une nation se soucie sincèrement, avec dévotion et ferveur, et inconditionnellement de la parfaite perfection de sa propre existence aussi bien que de celle de l’univers entier, la manifestation de Dieu se produira alors infailliblement.
Toutes les nations n’ont pas la même taille, la même capacité, ni la même réceptivité. Mais chaque nation est indispensable à sa propre manière. Chaque nation est comme une goutte, une goutte minuscule ou une goutte puissante, dans le vaste océan de la conscience divine comblante et enrichissante. C’est l’ensemble de toutes les gouttes qui forment l’océan. Mais c’est aussi l’océan qui manifeste et réalise son existence à travers chaque goutte, qu’elle soit petite ou grosse.
Chaque nation est l’aspiration consciente de l’humanité pour une perfection parfaite. C’est en et à travers chaque nation que l’humanité peut faire l’ultime progrès. Ce progrès ultime est la fraternité spirituelle, la réalité divine, la Vie immortelle dans la vie du mortel, et l’accomplissement infini dans le cœur du fini.

Shindhu, groupe féminin anglais, interprète un très beau chant spirituel de Sri Chinmoy : Jibane Bhare

Vendredi 24 juin 2011

 

Image de prévisualisation YouTube

shindhu.jpg
Shindhu en concert

 

12