• Accueil
  • > Archives pour juillet 2011

Archive pour juillet 2011

Cours et deviens, deviens et cours Sri Chinmoy répond à des questions sur la course à pied

Dimanche 31 juillet 2011

 


coursescmtnidishunblogfr.jpg

Course du SCM
T à Paris

Question : Que signifie votre devise : « Cours et deviens, deviens et cours » ?

Sri Chinmoy : Lorsque nous courons, nous voyons nos capacités pleinement manifestées. Auparavant, nos capacités étaient latentes ; elles ne fonctionnaient pas en nous. Mais lorsque nous courons, nous faisons venir en avant nos capacités cachées et nous devenons capables de faire quelque chose et de devenir quelque chose.

Mais une fois devenus quelque chose, cela n’est pas tout. Nous devons continuer à avancer, parce que nous sommes des pèlerins éternels. Tout en nous se transcende sans cesse. Prenons le cas d’un enfant. Son premier objectif est d’apprendre l’alphabet. Il étudie et l’apprend. Mais après cela, va-t-il s’arrêter ? Non. Son second objectif sera d’aller à l’école ; et puis il voudra aller à l’université.

(suite…)

Blague de coureurs à pied, par Nidish

Dimanche 31 juillet 2011


Pour sourire

Le maître demande à un élève dont le père court des marathons :
« Pierre peux-tu me conjuguer le verbe « Marcher » au présent de l’indicatif ?

Le garçon hésite :
Oui… je crois…

Je marche…

Il se mord les lèvres…

Tu marches…
Heu… Il, il, il marche… heu…

Le maître :
Plus vite ! Plus vite !

Le garçon s’emballe :
Euh, euh…Nous… nous courons… vous courez, Papa a gagné ! Il a gagné !

Tous les enfants de la classe s’exclament : Non,  Ils ont gagné !

Et l’instituteur de reprendre :
« Ils gagnent ! » au présent de l’indicatif du verbe « courir », heu, du verbe « marcher », heu, heu…
Et les enfants de reprendre en scandant : On a gagné ! On a gagné ! On a gagné !

 

Blague trouvée et retravaillée par Nidish

Commentaire :
Presser quelqu’un, c’est le conduire à l’erreur dont on l’accusera.
Trouver la faute à l’autre, c’est la voir par la suite chez soi.

© Nidish

Son argent, déposé à la banque, finance le monde dans lequel nous vivons ; je choisis ma banque pour vivre dans un monde qui me plaît

Dimanche 31 juillet 2011


celuiquinidishunblogfr.jpg

L’argent est un moyen,

Il ne  peut être un But.

Sur un plan spirituel, pour servir Dieu sur terre, l’on doit en premier lieu être à l’écoute de son Âme. Cela étant pratiqué, l’on sait que l’on a deux ailes : « L’une l’assise, l’autre le service ». Chacun découvre sa mission sur terre et devient, progressivement, la manifestation de la promesse que l’Âme a faite au Ciel avant de s’incarner.

L’assise est largement présentée dans les articles de ce blog. La manifestation, le service aux autres le sont en moindre quantité. Peut-être parce que je cherchais l’origine et le but de tout cela et comment accéder à la source des problèmes, tant il y a à faire.

Jamais je ne nierai l’importance primordiale et la solution majeure que représente la prière sur un plan terrestre et spirituel. Je crois aussi que nous sommes les bras et les jambes de Dieu qui nous font agir dans ce monde.

Pour cela, aujourd’hui, je vous parle de votre argent. Pourquoi ? Parce qu’il est placé quelque part… Dans une chaussette, sous son matelas ou dans une banque plutôt qu’une autre, son argent placé ici ou là n’a pas la même valeur, non plus la même action, dans la vie.

(suite…)

Comment retrouver la joie, le sourire, l’espoir… dans les moments de découragement ? Réponse de Sri Chinmoy

Samedi 30 juillet 2011

Question : Comment trouver la joie et le sourire dans les moments de découragements ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : Il convient ici de comprendre le rôle de l’imagination, et de lui donner toute son importance.  Comme je le dis toujours, l’imagination est une réalité : elle appartient à un monde de réalité. Mais ce monde-là ne se trouve pas devant nos yeux. Et parce qu’il n’est pas facilement à notre portée, nous avons l’impression que l’imagination n’est qu’une simple hallucination mentale.

Lorsque vous vous sentez découragé, essayez d’imaginer les moments de bonheur que vous avez connus maintes fois. Il ne s’agit pas de notions fausses ; vous avez vraiment éprouvé du bonheur hier ou il y a quelque jours. alors identifiez-vous simplement à ces moments. Vous pouvez considérer le découragement comme la nuit. A l’approche de la nuit, vous ne perdez pas tout espoir, vous ne vous vous sentez pas totalement perdu. En effet, vous savez bien que demain le jour poindra à nouveau. Il y a douze heures il faisait jour, et dans douze heures vous entrerez  une fois de plus dans le jour. Ainsi, vous imaginerez soit la satisfaction d’hier, soit ce qui se passera demain. Soit vous entrerez dans votre passé immédiat pour y prendre refuge, soit vous irez trouver consolation dans votre avenir immédiat. De cette manière, vous pourrez dissiper le découragement. Le présent vous a noyé dans un océan de découragement ; tout est devenu futile. Souvenez-vous alors qu’il y a à peine douze heures, beaucoup de choses et beaucoup de gens vous ont inspiré et se sont réclamés de vous. Et dites-vous que dans douze heures à nouveau il en sera de même. Lorsque vous verrez les choses ainsi, le découragement disparaîtra de lui-même.

© Extrait de « A God-lovers’s Earth-Heaven life » (La vie terrestre et céleste d’un amoureux de Dieu) de Sri Chinmoy ; Edition à venir en français

Mot de Sainte Thérèse et photo d’elle enfant.

Samedi 30 juillet 2011

stetherese8ans.jpg
Photo : Thérèse a 8 ans

« Je me réjouis d’être petite
puisque les enfants…
seront admis au banquet céleste. »

Partie du propos de Sainte-Thérèse au carmel

« Notre Âme a une jeunesse éternelle.
Se rapprocher d’elle,
nous conduit au Graal tant recherché
par les chevaliers d’antan. »
Nidish

Upanishads : La Couronne de l’Âme de l’Inde, par Sri Chinmoy, Maître spirituel indien

Samedi 30 juillet 2011

rishi.jpg

Il y a plusieurs millénaires, avant la naissance du Seigneur Jésus Christ, des mystiques indiens, des Rishis, étudiaient dans la langue sanscrite des textes sacrés.
Sri Chinmoy est un Maître spirituel qui a passé sa jeunesse dans l’Ashram (communauté spirituelle) de Sri Aurobindo. Lisant le sanscrit,  il a étudié et pratiqué ces écritures anciennes. Les textes suivants sont tirés du livre dont il est l’auteur,
The Upanishads : The Crown Of India’s Soul (Les Upanishads : La Couronne de l’Âme de l’Inde) qu’il a écrit aux Etats-Unis, alors qu’il avait 43ans. Il transmet
ces textes élevés à l’Occident, de par Sa dimension spirituelle, pour nous-autres en quête d’Essentiel.


Ce Grand Être

Vedaham etam purusam mahantam
Aditya-varnam tamasah parastat.


I have known this Great Being,
effulgent as the sun
beyond the boundaries of tenebrous gloom.

J’ai connu ce Grand Être resplendissant comme le soleil au-delà des limites de l’obscurité des ténèbres

Sri Chinmoy Comment :
Before our realisation this Great Being quenched our heart’s thirst.
After our realisation we feed the soul’s hunger of this Great Being.
As man’s eternal grandfather the soul perpetually enjoys

 

(suite…)

La depression. Solution sans auto complaisance. Réponse de Sri Chinmoy à la question

Jeudi 28 juillet 2011


Question :
Qu’est-ce qui provoque la dépression ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : La dépression survient lorsque nous ne voulons pas vivre dans la vérité ; nous voulons consciemment ou inconsciemment vivre dans l’ignorance, ou disons, dans le plaisir, et ce soit disant plaisir conduit inévitablement à la dépression. Qu’est-ce qui entraine la dépression ? Le fait que nous acceptions l’ignorance comme notre bien le plus précieux. Lorsque nous sommes pris dans le petit monde de l’ignorance et que nous ne pouvons pas aller au-delà, nous déprimons. Mais si, au lieu de représenter l’ignorance -de provenir de l’ignorance ou de vivre pour l’ignorance- nous vivons plutôt dans la lumière de l’âme et nous grandissons dans une lumière encore plus profonde, la plus profonde, une lumière comblante, alors nous ne pourrons pas rencontrer la dépression. Notre aspiration sincère pour la lumière réduira immédiatement notre dépression en cendres ou transformera notre dépression en aspiration constante.

(suite…)

Pensée de sagesse de Nidish : Le jardin et les loups

Jeudi 28 juillet 2011


jardinfleurisconcentriquesnidishunblogfr.jpg

« Nous pouvons donner à manger des fleurs aux loups.
Pour notre expérience.
Mais nous ne les amenons pas dans notre beau jardin. »
Nidish


© Image et pensée de Nidish

Créer son jardin

 

Un mantra, le nom de Krishna « Ôm Govindaya Namah » par les Sri Chinmoy Bhajan Singers

Jeudi 28 juillet 2011

Image de prévisualisation YouTube

« Aum Govindaya Namah »
(Aum, Je m’incline devant le Seigneur Govinda)

aumgovindayanamahchantpartitionnidishunblogfr.jpg

 

Chant pour la protection divine

o o o

Certains chercheurs auraient tentés de répertorier
les noms de Krishna,
il y en auraient d’après eux 108.
« Govinda » est l’un d’eux.
A
partir de ce nom de l’Avatar, Sri Chinmoy a écrit
un chant dévotionnel mantrique.
Répéter le nom d’un Maître spirituel appelle Sa conscience
Elle vient alors à nous
Et nourrit notre propre Âme.
Nidish

 

Copyright © 2011 Sri Chinmoy              All rights reserved under Creative Commons license 3.0

Le scoutisme un mouvement de jeunesse pour les adultes responsables de demain

Mercredi 27 juillet 2011


Toujours Prêt

à servir

Il existe les scouts et guides de France qui font notre propos et aussi un autre mouvement traditionnel, les scouts d’Europe, que nous n’évoquons pas ici par manque de connaissance.

Les scouts ont un grand rendez-vous aujourd’hui en Suède, un rendez-vous mondial ; en effet, 40 000 jeunes de 14 à 17ans, de 170 pays, se sont retrouvés ce mercredi à Rinkaby, près de Kristianstad, dans le Sud-est de la Suède, pour douze jours, à l’occasion du 22e Jamboree. La précédente réunion internationale avait eu lieu en 2007, en Grande Bretagne, à l’occasion du centenaire du mouvement.

C’est Baden-Powel (22/2/1857 Londres – 8/1/1941 Kenya) qui est à l’origine du scoutisme ; il est parti avec l’idée de mettre en pratique tous les principes qu’il avait élaboré durant la guerre, au service de jeunes garçons désœuvrés, dans une optique de paix : « À la fin de ma carrière militaire, dit Baden-Powell, je me mis à l’œuvre pour transformer ce qui était un art d’apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d’apprendre aux jeunes à faire la paix ; le scoutisme n’a rien de commun avec les principes militaires. »

(suite…)

12345...7