Différences entre la prière et la méditation, propos de Sri Chinmoy


Question
 :
Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui commence tout juste à se familiariser avec la méditation pour l’aider à mieux l’intégrer à sa vie ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : La prière est un chemin et la méditation est un autre chemin. En Orient, en Inde, la méditation fait partie intégrante de l’existence et de la vie des gens, tandis qu’en Occident, c’est la prière. Lorsqu’on prie, on s’adresse à Dieu et lorsqu’on médite, on écoute Dieu. En Occident, les gens trouvent qu’il est facile de parler à Dieu, alors qu’il est difficile de méditer. Dans la méditation, Dieu entre en nous et nous inonde de Sa Paix, de Sa Lumière, de Sa Béatitude. Mais s’il nous est difficile de ressentir la présence de Dieu, il vaut mieux commencer avec la prière. Si nous trouvons difficile d’écouter Dieu, il vaut mieux commencer par parler à Dieu. Une fois que nous aurons établi la communication, nous pourrons avoir une conversation à double sens.

Lorsque nous allons frapper à la Porte de Dieu avec nos prières, Il ne manque pas de descendre avec Ses Bénédictions, Son Amour, Sa Compassion. Dès que nous commençons à ressentir Ses Bénédictions, Son Amour, Sa Compassion dans notre vie, nous pouvons entrer immédiatement dans la méditation sans avoir à passer par la prière. D’un autre coté, il y a des gens qui trouvent la prière difficile. Ces personnes là devraient commencer avec le japa. S’ils aiment Shiva, ils réciteront « Shiva, Shiva, Shiva » ; ou bien ils pourront réciter « Suprême ». Après avoir fait cela quelques centaines de fois, ils verront quel bien ils en reçoivent. Si le japa est trop difficile, les aspirants devraient passer du temps avec des personnes qui peuvent faire le japa, qui peuvent prier ou méditer. S’ils ne peuvent pas faire tout cela eux-mêmes, alors qu’ils les fassent venir ici, par exemple, aux pieds de Gurudeva. Les aspirants peuvent commencer là où ils veulent, selon leur niveau. S’ils sont faits pour le japa, Gurudeva leur recommandera le japa. S’ils sont prêts pour la prière, il leur apprendra à prier. Il peut enseigner dans un jardin d’enfants aussi bien qu’à une université.
Si on veut aller directement à la méditation sans commencer par le japa ou la prière, il faut savoir qu’il y a trois échelons à gravir : la concentration, la méditation, la contemplation. Si on trouve la méditation trop difficile, (Sri Chinmoy entre en méditation), il vaut mieux commencer par la concentration (Sri Chinmoy démontre la concentration). La plupart des gens n’arrivent pas à bien méditer parce que des mauvaises pensées ou des pensées peu inspirantes leur viennent à l’esprit. On pense à ce qu’on a mangé la veille pour notre déjeuner, ou bien à ce qu’on va manger demain. La concentration est comme une épée nue qui ne permet plus d’être distrait, alors préparons le chemin avec la concentration. Dans la concentration, on ne permet pas à une miette de pensée, bonne ou mauvaise, d’entrer dans son mental. Quelqu’un frappe à la porte de son mental, mais on ne sait pas si c’est une bonne ou bien une mauvaise pensée, si c’est un ami ou bien un ennemi. Dans ce cas, la meilleure chose à faire est de garder la porte verrouillée.
Lorsque plus la moindre pensée ne tente d’entrer en nous, c’est que nous avons réussi notre examen grâce à notre sincérité et, à partir de ce moment-là, nous sommes prêts à méditer. Enfin, si nous sommes plus avancés, nous entrerons au bout d’un certain temps dans la contemplation. Dans la contemplation, l’amant divin et l’Aimé Suprême sont un. Nous observons notre partie la plus élevée et en même temps, nous sommes notre partie la plus élevée qui nous observe. À un moment, je suis l’amant de Dieu et mon Bien-Aimé se trouve juste devant moi. L’instant d’après, nous changeons de rôle et Il est l’amant tandis que je suis le Bien-Aimé. (Sri Chinmoy démontre la contemplation).


© Extrait de « Conversations avec Sri Chinmoy – volume 1″ paru aux Editions La Flûte d’Or 

Laisser un commentaire