• Accueil
  • > = Course à  pieds
  • > Un arc-en-ciel auréole pour couronner l’effort dans l’Himalaya indien d’une étudiante de Sri Chinmoy

Un arc-en-ciel auréole pour couronner l’effort dans l’Himalaya indien d’une étudiante de Sri Chinmoy


Cliquer sur les Photos pour les agrandir

kandchanzanganidishunblogfr.jpg

 

Une histoire vraie de Nétramati une disciple française de Sri Chinmoy :

Pour accéder au Sikkim, zone de l’Himalaya, il faut une permission spéciale que l’on peut obtenir à Darjeeling, en effet cette partie de l’Himalaya appartient à l’Inde. L’agence Red Panda du village de Yuksom organisait cet été un treek de 5 jours ayant pour objectif d’atteindre Dzongri d’où l’on verra le mont Kanchenjunga,  3ème sommet le plus haut du monde, avec ses 8585m, s’il fait beau, car nous sommes en période de mousson. Le départ a lieu le 7 aout ; c’est cette aventure physique et intérieure que je vous raconte ici :

sriaurobindonidishunblogfr.jpg

L’affiche de Sri Aurobindo

La veille du départ, alors que je suis entrain de regarder une affiche où apparait le nom de Sri Aurobindo, elle présente une manifestation dans le village, je suis alors rejoint par un organisateur qui m’invite à représenter les chrétiens lors d’une prière commune qui se tient devant l’école. Nous prions avec des bouddhistes, des musulmans et des chefs d’une ethnie de l’Himalaya, les Limbus, pour la Paix dans le monde et pour que le drame d’Hiroshima ne se renouvelle pas.

On me demande ensuite de donner le départ du « Peacetheon » des filles, une course de 3km, jusqu’au village voisin. Tous les écoliers sont là et distribuent le prashad aux invités, dont je suis. J’ai à cœur mon Maître Sri Chinmoy et tout ce qu’il a proposé du genre ; je ressens sa guidance.

vuedelhimmalaya.jpg

7 aout :

Nous voilà parti pour les sommets, il nous faut faire aujourd’hui, 17 km, avec un dénivelé de 1000m. Nous marchons lentement pour nous habituer à l’ascension, nous en profitons pour apprécier la jungle sonore et odorante. Nous mangeons notre lunch bag qui contient des œufs de poules du coin, de petites patates et des bananes du coin ; tout est délicieux.
A 17h, nous arrivons au gîte de Tchoka, gîte sommaire dans cette région, sans lumière,mais il y a les bougies, et sans eau, mais il pleut à flot dans le secteur en cette saison.

fleursa768tigescourteshimalaya.jpg
Fleurs à tiges courtes de l’Himalaya

8 août :

10 km seulement, mais à nouveau 1000m de dénivelé, sur une distance plus courte, la pente est plus raide. L’ascension est archidure. Le cœur tape, et il faut respirer à fond. La jungle a disparu, mais sur les petits plateaux intermédiaires il y a de tout petits lacs et des « jardins » naturels avec des fleurs de toutes les couleurs au parfum qui rappelle les odeurs d’encens, et des rhododendrons arbustifs qui fleuriront en avril. La pluie nous accompagne, les parapluies, mieux que les kawés sous lesquels l’on mourrait de chaud,  sont bien utiles.

drapeauxdeprie768rebouddhistehimmalaya.jpg
Drapeaux de prière bouddhiste

On arrive au gîte de Dzongré à 16Heures. Sur une plaque est inscrit : « Soyez respectueux, silencieux, car Dzongri est un lieu sanctifié où l’homme, la nature et Dieu sont en osmose. »
Renseignements pris, ce lieu a été sanctifié par la présence d’un moine bouddhiste, bras droit du Dalaï-Lama, qui est venu prier et méditer sur les montagnes. Nous sommes à 3950m d’altitude. Il y a des drapeaux de prière ici et là.

Le cœur tape un peu. Il pleut toujours et encore. La nuit l’on entend hennir quelques chevaux et couler le petit torrent, devenu grand, à côté du gîte. Il fait froid.

9 août :

Levée à 5H30 ; pas de pluie, mais beaucoup de brume. Le ciel est plus ou moins dégagé, mais le brouillard masque les hautes montagnes. « Va-t-on voir le Kandchanzanga ? »
Nous montons tous jusqu’à 4250m : touristes, cuisiniers, porteurs, et le guide. L’on a pour destination le sommet de la montagne voisine, sommet verdoyant d’où l’on pourra peut-être voir le Kandchanzanga. Les herbes sont couvertes de rosée et brillent au soleil, les petites fleurs à tige courtes se réveillent et colorent l’herbe verte.

Nous avons à cœur de voir le sommet de l’Himalaya… dès fois aux petites heures du matin la brume se lève… Le guide hindouiste nous dit de prier Shiva et Laxmi. Moi je prie le Suprême, le plus Haut, pour que cette brume épaisse disparaisse.

petitarcenciellhimmalaya.jpg
Petit Arc-en-ciel sur l’Himalaya

Quand je me tourne pour prendre une photo, sur la brume je vois un magnifique petit arc-en-ciel, tout rond. D’habitude un arc-en-ciel c’est en arc de cercle, celui-ci était tout rond. Celui-ci, le mien, flotte tout rond sur un fond de nuages. Je sais du plus profond de mon cœur que c’est un signe de mon Guru. Et maintenant, je suis sûre que le ciel se dégagera et que nous verrons le fameux mont Kandchanzanga.

himmalayakandchanzanganidishunblogfr.jpg
Le Kandchanzanga, 3ème sommet de l’Himalaya

Effectivement, au bout de 5 minutes la brume disparait, comme par miracle, et le mont tant attendu, après 32 km d’ ascension et 2500m de dénivelée, majestueux, se présente devant nous. Je suis heureuse, mes efforts physiques de transcendance, mes prières à Guru sont récompensés.

himmalayakandchanzanga2nidishunblogfr.jpg
Le Kandchanzanga

Les appareils photos crépitent, il faut en effet se presser, les nuages peuvent revenir. En effet, 10 minutes plus tard, la brume et l’humidité reviennent, et le mont si blanc, si brillant au soleil, disparaît à nouveau.

Merci Guru pour ce miracle de quelques minutes couronné de ce magnifique petit arc-en-ciel.

Texte et Photos de Netramati

© Centre Sri Chinmoy – Nétramati

Laisser un commentaire