• Accueil
  • > - Foi en l'homme
  • > « Tous les hommes sont des frères », une expérience extraordinaire répétée chaque années par plus de 10 000 personnes à Osaka, et plus encore au Japon et dans le monde

« Tous les hommes sont des frères », une expérience extraordinaire répétée chaque années par plus de 10 000 personnes à Osaka, et plus encore au Japon et dans le monde

 

Panorama de la ville de Ōsaka effectué en 2006

Panorama de la ville de Ōsaka au Japon en 2006

« Que la joie qui nous appelle nous accueille en sa clarté Que s’éveille sous son aile l’allégresse et la beauté ; plus de haine sur la terre, que renaisse le bonheur ! Tous les hommes sont des frères quand la joie unit les cœurs. » texte de F. Schiller, mis en musique par Ludwig Van Beethoven, base de l’hymne européen, est chanté depuis trente ans par dix mille chanteurs amateurs à Osaka, la troisième ville du Japon. Les Japonais nomment cette expérience musicale collective la Daiku. Les répétitions débutent l’été et aboutissent en fin d’année par un prodigieux concert qui réunit dix milles chanteurs d’origines très diverses.

A Sendai, commune qui se situe au nord est du Japon, à 900 Km de Osaka, et à 300 km de Tokyo, et qui le 11 mars 2011 a été lourdement frappée par le tsunami et la catastrophe nucléaire, à l’Université pour Femmes de Miyaki, a été réuni, depuis les trois Préfectures les plus durement touchées par la catastrophe, un choeur de jeunes femmes qui a chanté en 2011 simultanément en duplex avec les Dix milles choristes et a été retransmis sur place. L’une de ces choristes témoigne avant le concert : « Nous ne serons pas physiquement avec le chœur d’Osaka nous n’y serons qu’à travers la retransmission en direct depuis Sendai, mais cela n’a pas d’importance, ce qui compte, c’est que tout le monde ressente qu’au moment du concert nous ne formons qu’un, les chanteurs, mais aussi le public. J’aimerais vraiment que le concert fasse passer cette impression… » La jeune fille évoque aussi le tsunami : « Cela a été une expérience très traumatisante… Quand je pense à tous ceux qui ont perdu tous leurs proches et qui ont tout perdu dans cette catastrophe, je n’ai qu’un seul souhait, que cette musique apporte de la sérénité et du courage à leur cœur meurtri. » 

Yutaka Sado, directeur artistique, de l’événement a dirigé plus de deux cents fois la neuvième symphonie de par le monde et a étudié le texte de Schiller des centaines de fois, il dirige la Daiku depuis onze ans. Après le tremblement de terre, le chef d’orchestre de renommé internationale, a été invité à jouer la Symphonie de Beethoven à Dusseldorf et à Cologne en hommage au peuple japonais « C’était quelque jours à peine après le tremblement de terre, et je n’étais pas du tout dans l’état d’esprit de l’Hymne la Joie. Mais la Compassion des chanteurs et des musiciens allemands m’a beaucoup touché… Quelle joie quand des êtres humains se prennent par la main, quand ils s’entraident et sont solidaires les uns des autres… Je crois que la compassion des européens m’a permis d’appréhender le sens et la portée de cette œuvre sous une lumière nouvelle. »

ARTE a suivi Yutaka Sado et trois chanteurs amateurs durant les préparatifs du concert. Ce témoignage est tiré du reportage qui a été diffusé sur leur média.

Image : Source Wikipédia

Laisser un commentaire