• Accueil
  • > * Guerre
  • > Armes légères et illégalité, l’ONU prend position alors que l’on est au lendemain du drame de Toulouse

Armes légères et illégalité, l’ONU prend position alors que l’on est au lendemain du drame de Toulouse


Drapeau des Nations Unies flottant à New York au siège des Nations Unies

Drapeau des Nations Unies flottant à New York au siège des Nations Unies

Communiqué de presse : ASSEMBLEE GENERALE CD/3330

Département de l’information • Service des informations et des accréditations
New York

23/03/2012
Comité préparatoire de la Conférence 
des Nations Unies sur les armes légères
9e & 10e séances – matin & après-midi


ARMES LÉGÈRES: LE COMITÉ PRÉPARATOIRE DE LA CONFÉRENCE D’EXAMEN ADOPTE SON RAPPORT FINAL


Après une semaine de débats, le Comité préparatoire de la Conférence des Nations Unies chargée d’examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Programme d’action en vue de prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects a achevé aujourd’hui ses travaux en adoptant son rapport final.  « Malgré des problèmes réels, nous sommes parvenus à réaliser des progrès remarquables », a conclu sa Présidente, Mme Joy Ogwu, du Nigéria.

Ce rapport présente notamment la documentation et les recommandations du Comité à la deuxième Conférence d’examen du Programme d’action qui s’ouvrira le 27 août 2012, à New York.

Un résumé des discussions de cette session figure également en annexe.  Conformément à ce qu’ont souhaité certaines délégations, le rapport précise que ce résumé, rédigé par la Présidente du Comité, « ne préjuge pas du document final de la Conférence ».

Le Comité a aussi décidé de soutenir la candidature de Mme Ogwu à la présidence de la Conférence.  Cette dernière a estimé que le travail du Comité avait permis des avancées à la fois sur le fond et sur les questions de procédure.

« Nous avons le pouvoir d’améliorer les conditions de vie des populations du monde entier, notamment celles qui vivent dans la peur des armes légères et de petit calibre », a-t-elle insisté, alors que la première Conférence d’examen du Programme, en 2006, s’était soldée par un échec, les délégations ne parvenant pas à se mettre d’accord sur un document final.

En adoptant en 2001 à l’unanimité le Programme d’action, les États Membres de l’ONU s’étaient engagés à collecter et à détruire les armes illégales, à adopter une législation nationale qui pénaliserait le commerce illicite des armes légères, à règlementer les activités des courtiers, à mettre en place des contrôles rigoureux à l’importation et à l’exportation, à prendre des mesures contre ceux qui enfreignent ces lois, et, à cette fin, à mieux coordonner les efforts internationaux.

En outre, l’Assemblée générale a adopté, le 8 décembre 2005, un Instrument international relatif au traçage des armes, visant à permettre aux États de procéder à l’identification et au traçage rapides et fiables des armes légères et de petit calibre illicites.

À l’ouverture de cette session du Comité préparatoire, lundi 19 mars, la Haut-Représentante du Secrétaire général pour les questions de désarmement, Mme Angela Kane, avait souligné qu’«un échec de la Conférence aurait un prix très élevé » et a appelé les délégations à garantir que la mise en œuvre du Programme d’action et son Instrument international de traçage des armes en sortiraient renforcés.

0 0 0 0 0 0 0

Voilà un grand pas de fait, il ne reste qu’à le mettre en application dans chaque pays. J’ajouterai que l’on irait plus loin, si les pays fabriquant d’armes mortelles, dont fait partie la France, prenait conscience de la lourde responsabilité qu’ils ont dans cette utilisation illicite des armes par des belligérants, en fabriquant eux-mêmes ces armes.

Il est bien de se poser la question de comment guérir le mal, il est sans aucun doute mieux, dans ce domaine aussi, de se demander comment l’on pourrait prévenir le mal. Une arme non fabriquée ne peut être utilisée, ni illicitement, ni aveuglément, pour enlever la vie. Cette simple logique enfantine est à notre disposition. La vérité sort du cœur des enfants.

© Nidish 

Laisser un commentaire