Archive de la catégorie ‘- Acceptation’

Que choisir entre un mental qui questionne et un cœur qui accepte ?

Samedi 10 septembre 2011

Question : Que vaut-il mieux avoir : un mental qui questionne ou un cœur qui accepte ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : Voyons d’abord le mental qui questionne. Peut-être dites-vous : « Je pose des questions parce que je ne comprends pas. Je veux comprendre. » Mais sachez que le mental qui questionne est le précurseur du mental qui doute. Avec le mental interrogateur, on ne s’arrête jamais. Aujourd’hui vous questionnez quelqu’un, et demain vous doutez de lui. Et puisque vous doutez, vous questionnez. Aussi vaut-il mieux ne pas avoir un mental interrogateur. Si vous êtes en quête de la réalité avec un mental qui cherche, c’est bien. Mais dans l’autre cas, le mental interrogateur est soit le précurseur, soit l’ami intime du mental qui doute. Les deux sont très mauvais.

Le cœur qui accepte est toujours bon. Vous acceptez la Réalité, mais pas l’ignorance. Si vous acceptez ce que vous voyez, alors l’âme qui se trouve das le cœur rejettera ou transformera ce qui doit l’être. Vous ne rejetez rien vous-même ; vous ne faites qu’accepter la réalité telle que vous la voyez. Laissez à l’âme le soin de rejeter ou de transformer. C’est toujours la meilleur solution.

© Extrait de “A God Lover’s Earth-Heaven Life”(La vie terrestre d’un amoureux de Dieu) de Sri Chinmoy

Le chercheur véritable de la Suprême Vérité, un texte de Sri Chinmoy

Jeudi 29 octobre 2009

curderoserougewwwnidishunblogfr.jpg
« Cœur en fleur »

Le chercheur Véritable

Le chercheur véritable ne se plaint pas, car il sait que ses plaintes sont semblables à des flétrissures, à des taches dans le Cœur de son Bien-Aimé Suprême. Le chercheur véritable est celui qui ne critique pas le monde qui l’entoure, car il sait que ses critiques sont des flétrissures dans le Cœur de son Bien-Aimé Suprême. Le chercheur véritable veut un monde de perfection. Et il ne le trouvera que grâce à son unité, à son unité ultime avec le monde en lui, et avec le monde autour de lui. Chaque fois qu’il se plaint, chaque fois qu’il critique, il faillit à sa mission. N’était-ce pas sa promesse, lorsqu’il se trouvait dans le monde de l’âme, que de servir l’humanité aspirante ? C’était la promesse solennelle qu’il fît au Suprême, au Pilote Absolu. Ce n’est ni par la critique, ni en se plaignant, qu’il parviendra à installer la paix et l’harmonie dans le monde. C’est par l’acceptation de la réalité terrestre en tant que telle. C’est par un don de soi constant, qui s’épanouit ultimement en un devenir Dieu. Le don de soi d’aujourd’hui est le devenir Dieu de demain.


© « Le Chercheur véritable »
2/7/75 NY Centre Sri Chinmoy
© Photo Nidish « Cœur en fleur »

QUI EST L’ETRANGER ? Un texte de Nidish

Vendredi 25 septembre 2009


sunabincentresrichinmoyfleursibrie3.jpg

 

Un cœur qui bât, une âme sans odeur, un sang de la même couleur, dix doigts courts ou longs qui ne font pas la différence, deux jambes et deux bras qui marchent et travaillent, une tête sur deux épaules larges ou fragiles, deux yeux et un sourire qui réjouissent de leur profondeur et qui aiment sans demander de retour, qui pleurent et qui  s’étonnent ; est-il blanc, jaune, rouge ou noir celui dont on parle ? Ou encore bleu de peur ou vert de colère de ne pas savoir de qui l’on parle ? Tu n’es étranger que parce que je suis étranger à moi. Je t’aime parce que je me connais et m’accepte. J’ai peur de moi et j’ai peur de toi. Mais me voilà réconcilié et je ne vois plus de différence entre toi et moi ; d’ailleurs y en a-t-il eu une seule fois, un seul infime instant ? Non ! Pur chimère de celui qui est perdu de l’Amour, pardonne moi pour lui car j’ai peut être été lui, une fois ou l’autre, mais ce temps est lointain et le passé est poussière. Poussière d’Or pour celui qui ne retient que les bonnes nouvelles. Alors, pardonne moi de ne pas avoir à ce jour réalisé la Lumière de mon cœur qui fait que je suis obligé de te dire toutes ces choses et demander pardon au nom de tous. Un jour je serais, tout comme toi et tout un chacun, cette Lumière claire et resplendissante et nous n’aurons plus besoin d’évoquer ce qui sera alors, révolu. Patience, nous faisons chemin.


© Photo Sunabin – Centre Sri Chinmoy Sibérie

Si vous souhaitez utiliser les textes de Nidish de ce blog :
- Paternité : Vous devez citer le nom de l’auteur : “Nidish” et son blog : http://nidish.unblog.fr , mais pas d’une manière qui suggérait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre.

- © Pas d’utilisation Commerciale : Vous n’avez pas le droit d’utiliser ces textes et photos à des fins commerciales.