Archive de la catégorie ‘- Amour’

« Aimer sans rien attendre en retour » courts textes du Maitre, Sri Chinmoy, et du disciple, nidish

Samedi 9 février 2013

« L’amour humain fleurit avec une épine.
L’amour divin s’épanouit dans une aube de plus en plus lumineuse. »

« C’est en aimant un être que l’on peut découvrir le divin en lui. Si vous aimez vraiment quelqu’un, il vous est difficile de lui trouver des défauts. Ses imperfections vous semblent insignifiantes, car l’amour implique le sentiments d’unité. Une telle unité avec l’autre s’instaure lorsqu’on accepte sa réalité telle qu’elle est. »

« Il faut aimer
Non seulement au-delà de ce que l’on voit,
Mais aussi au-delà de ce que l’on ressent,
Si l’on veut entonner le chant
De la transcendance de soi. »

Sri Chinmoy

o o o o o o o

Aimer – aimer

« Aimer avec un grand A, c’est s’unir avec le monde, sans distinction ni restriction, c’est s’ouvrir à l’autre quel qui soit et ne rien attendre en retour.
Aimer avec un petit a, c’est posséder pour se satisfaire et partir au fond du trou, et pleurer sur soi parce que l’on ne voit plus la Lumière. Et quand les larmes abondantes ont fleuri, le jour revient. Vient alors à nous le choix, d’aimer avec un petit « a » ou aimer avec un grand « A » majuscule, haut, si haut, large, si large, que les Cieux dansent de Joie, et nous d’un Bonheur extatique. »

© Nidish

7 pensées élevées sur l’Amour du Maître spirituel indien Sri Chinmoy

Lundi 26 mars 2012
7 pensées élevées sur l'Amour du Maître spirituel indien Sri Chinmoy dans * Doute sri-chinmoy-CKG_51-246x300

Sri Chinmoy a aimé le monde entier

Au lieu d’inventer une raison pour laquelle
Vous ne pouvez aimer le monde,
Essayez d’en créer une pour laquelle
Vous devez absolument l’aimer.

0 0 0

Il faut aimer
Non seulement au delà de ce que l’on voit,
Mais aussi au-delà de ce que l’on ressent,
Si l’on veut entonner le chant
De la transcendance de soi.

0 0 0

Aimez le monde,
Aimez-le !
Sinon vous serez contraint de traîner
Le plus pesant des fardeaux :
Votre propre soi
Lourd d’amertume.

0 0 0

Si l’on veut transformer
L’amour humain
En amour divin
Il est essentiel d’avoir
Le cœur humble.

0 0 0

Dites « non » à votre mental qui doute.
Dites « oui » à votre cœur qui aime.
Vous serez soulagé
De vos tensions nerveuses.

0 0 0

Votre mental récalcitrant
Sait ce que rancune veut dire.
Votre cœur aimant
Sait ce qu’unité veut dire.

0 0 0

La peur hait.
L’amour pardonne.
La sagesse oublie.

© Aphorismes de Sri Chinmoy extraits du livre « Un jour nouveau » paru aux Editions Oneness-Son . (a ce jour épuisé) ; Vous pouvez trouver l’équivalent dans un livre plus gros, « Le voyage de l’Ame » paru aux Editions de la Flûte d’or.

2 couplets du « Mettâ Sutta » du Bouddha, sur l’Amour à porter à chacun et au monde

Mardi 25 octobre 2011

 

Article réalisé à l’occasion de la
Semaine du désarmement, initiée par les Nations Unies
du 24 au 30 0ctobre

me769ditationbouddhistedanslecielnidishunblogfr.jpg

 

Ainsi qu’une mère aime son enfant unique
Prête à tous les sacrifices pour le protéger
Ainsi avec un amour sans limite
doit on chérir tous les êtres

Il faut cultiver la bonté sans limite
à l’égard du monde entier
Vers le haut et vers le bas comme horizontalement,
Sans obstacle sans haine et sans inimitié

 

 

Extrait du « Mettâ Sutta » : « Discours sur la Bonté bienveillante » Source : Bouddha channel
© Photo montage « Méditation bouddhiste dans le Ciel » : Nidish – Udarka

Aller à la rencontre de Dieu en chantant, en récitant des mantras

Jeudi 13 octobre 2011


naradaavecsavinare769pe768telenomdedieu.jpg

Narada avec sa vina répète inlassablement le nom de Dieu

Mantra veut dire incantation. Dès que vous entrez dans le monde des mantras, vous sentez que vous marchez, chantez, mangez, dansez et jouez avec Dieu. A ce moment là il n’y a pas de troisième personne – il n’y a que vous et Dieu. Entre vous et Dieu il n’y a personne. Quand vous chantez un mantra, vous montrez la puissance de votre aspiration et Dieu montre la hauteur de Sa Compassion, de Son Amour et de Sa Fierté. Ainsi le mantra n’appartient pas seulement à l’âme et à la vision indienne, il appartient au monde entier.

© Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy – Traduit de l’anglais par Haridas

DIEU : LA RÉALISATION DE DIEU EST LE BUT DE LA VIE

Samedi 26 décembre 2009

kedaronthehaleakulavulvanomaui.jpg
God Is

La réalisation de Dieu est le but de la vie. C’est également notre héritage le plus noble. Dieu est à la fois notre Père et notre Mère. En tant que père Il observe ; en tant que mère Il créé. Dieu ne peut être obtenu de l’extérieur. Dieu est précisément ce qui se révèle de l’intérieur.
Dieu est aux Cieux mais il est aussi sur terre. Il est ici, là et partout à la fois. Dieu est la partie la plus élevée, la plus illuminée et la plus parfaite de notre être.
La réalisation ne peut jamais poindre dans la vie d’un individu qui est inactif. Il nous faut lutter pour l’obtenir la réalisation. Il nous faut en payer le prix. Il n’y a pas d’autre alternative.
Pour atteindre la réalisation de Dieu, le premier pas requis est la paix. La paix est basée sur l’amour : l’amour de l’humanité et l’amour de Dieu.
Vous êtes un de la plante des pieds au sommet de la tête. Pourtant, une partie de votre corps s’appelle les oreilles, une autre s’appelle les yeux. Chaque partie de votre corps a un nom qui lui est propre. Il est pourtant étrange que bien qu’appartenant toutes au même corps, une partie du corps ne peut accomplir la tâche d’une autre. Les yeux voient mais ne peuvent entendre. Les oreilles entendent mais ne peuvent voir. Le corps et à la fois un et multiple. Pareillement, bien que Dieu soit un, Il se manifeste sous plusieurs formes.


© Texte de Sri Chinmot – Centre Sri Chinmoy
© Photo Kedar – Centre Sri Chinmoy Suisse : « On the Haleakula vulvano Maui »

Méditation : S’identifier aux valeurs positives de la vie, laisser entrer ses seuls amis : Amour, Paix, Joie, Félicité…

Jeudi 17 décembre 2009

Préambule de Nidish :

Bien souvent les adolescents sont perdus entre deux statuts, celui d’enfant et celui d’adulte. Les adultes qui franchissent le passage d’une nouvelle dizaine d’années vivent aussi des troubles. Il en est de même des personnes âgées qui voient leur corps se flétrir, s’alourdir, se raidir et malgré tout continuent à ressentir en elles la jeunesse de leur vingt ans. Pour tous ceux-là dont nous sommes, l’article suivant de Sri Chinmoy peut aider à retrouver et à comprendre que nous sommes l’âme au plus profond de nous et que c’est en nous accordant avec elle que la joie, la paix et l’éternelle jeunesse peuvent s’incarner et se révéler dans notre vie.

Question : Comment un débutant médite-t-il sur le cœur ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : Un débutant doit sentir qu’il est un enfant, quelque soit son âge réel. Le mental d’un enfant n’est pas développé. Lorsqu’il a 12 ou 13 ans, son mental commence à fonctionner à un niveau intellectuel, mais avant cela, il est tout dans le cœur. Tout ce qu’il voit, il le prend pour sien. Il s’identifie spontanément. C’est ainsi que le cœur agit.
Lorsque vous sentez que vous êtes un enfant, sentez immédiatement que vous vous trouvez dans un jardin de fleurs. Ce jardin de fleurs est votre cour. Un enfant peut jouer dans un jardin pendant des heures. Il ira d’une fleur à l’autre, mais il ne quittera jamais le jardin, parce qu’il trouvera de la joie dans la beauté et dans le parfum de chaque fleur. a l’intérieur de vous, il y a un jardin et vous pouvez y rester aussi longtemps que vous le voulez. De cette façon, vous pouvez méditer sur le cœur.
Essayez de sentir que toute votre force, toute votre détermination et votre volonté se trouvent dans un endroit particulier, ici, à l’intérieur de votre cœur. Sentez que vous n’existez nulle part ailleurs que dans ce petit endroit. Vous n’avez ni yeux, ni nez, ni rien du tout. L’intensité ne viendra que lorsque vous sentirez que toute votre existence est concentrée en un seul point et non dispersée.
Cliquer
ici
pour

(suite…)

LE PSYCHISME HUMAIN SON FONCTIONNEMENT INTERNE : 6 Le cœur spirituel (Que le Christ montre au mileu de sa poitrine sur certaines effigies)

Mercredi 16 décembre 2009

Vous retrouverez l’ensemble des huit articles qui concernent : le corps, le vital, le mental et l’âme Ici ; il est préférable de commencer la lecture méthodiquement, en commençant par le texte présentant le corps. Chaque article est court, dense et complémentaire aux autres. Le premier article est le plus ancien, il est en premier, en partant du bas. L’ensemble forme le texte intégral.

earlycentresmiling150k2.jpeg

 

6 ème extrait : Le cœur spirituel

Bien supérieur au mental est le cœur. Alors que celui-ci sait comment se fondre à la dimension la plus haute, la plus lointaine, la plus profonde, le mental ne s’identifie qu’à un domaine limité, et encore cette assimilation n’est pas totale. Là où le mental observe avec hésitation, voire avec suspicion, le cœur s’identifie grâce à son amour et à son unité. Là où le mental complique, le cœur unifie. Là où il tire un plaisir inconscient de ce qui est complexe et confus, le cœur n’aime que ce qui est simple.

S’il est vrai que la lumière et la conscience de l’âme imprègnent le corps tout entier, il n’en existe pas moins un emplacement spécifique où elle demeure la plupart du temps : le cœur. Je ne me réfère évidemment pas ici au cœur émotionnel -en réalité le vital-, mais au véritable cœur spirituel.

Le cœur est supérieur au mental dans la mesure où il s’identifie à la lumière de l’âme, tâche extrêmement ardue pour le mental. Toutefois, le mental est lui-même supérieur au vital, en cela qu’il cherche, consciemment on non, la vérité et la lumière. Le vital, lui, n’a que faire de ces vertus suprêmes. Il ne s’en accommode que dans la mesure où elles peuvent le satisfaire à sa manière impure.

Mais tandis que le vital supporte encore une petite quantité de lumière, le physique ordinaire la refuse tout à fait. Il ne demande qu’une chose : demeurer durant des millénaires à un stade absolu d’imperfection et d’incomplétude.
Le mental, le cœur et l’âme peuvent être comparés à trois chambre. La chambre du mental n’a que l’obscurité à proposer. Tout y est malsain, sombre et impur. Ici loge le mental sans aspiration, qui doute, suspecte, le mental sophistiqué.

Celui qui entre dans la chambre du cœur éprouve une sensation apaisante. Tout y est empli d’espoir, de joie et d’énergie. Où que l’on regarde, on ne voit que bonheur. On y est encouragé, séduit et inspiré.

Prochain extrait et suite de celui-ci : L’Âme

Vous pouvez vous procurer le livre
“La Lumière de L’au-delà”
Paru aux Editions Sri Chinmoy
Diffusé par les Editions de La Flûte d’Or.

 

Témoignage spontané de Nidish : Sri Chinmoy, un don d’Amour illimité

Samedi 28 novembre 2009

srichinmoybali23.jpg
Oiseau sur coquillage de Bali

« Sri Chinmoy dessinait, écrivait, composait de la musique, chantait, interprétait ses musiques, sur un instrument à chaque fois différents, soulevait des poids, donnait des conférences, des concerts, soulevait des personnes, s’occupait de ses disciples, parlait avec eux individuellement ou avec l’ensemble d’entre eux , écrivait des aphorismes, des pièces de théâtre, des biographies élogieuses sur les personnalités les plus importantes de notre époque, composait des chants à partir de leurs propos, il était infini, d’une créativité continuelle, et cela, sans arrêts, jour et nuit. Il dormait que très peu. Quand on le voyait, certaines fois il nous montrait comme un enfant aurait pu le faire une partie de ce qu’il avait réalisé dans la nuit ; c’était toujours prodigieux : soulever de poids considérables, interprétation de chants sur un nouvel instrument, composition spontanée à l’harmonium, sur un piano, à l’esraj, au violon… ou encore on le voyait s’amuser avec son petit chien. Ce sont des souvenirs joyeux inoubliables. Un bonheur profond incomparable. Un don d’Amour infini de chaque instant. » Nidish

 

Invitation à découvrir d’autres oiseaux en allant sur le lien :
http://gallery.srichinmoycentre.org/members/kedar/album141

 

© Dessin d’oiseau – © Centre Sri Chinmoy
© Témoignage de Nidish, conditions  : Ici

Que gagne-t-on à détester ?

Lundi 23 novembre 2009

wwwnidishunblogfr.jpg

Chacun aime à rejeter le blâme sur un autre. Or qui est cet « autre », sinon une partie du Soi universel non-réalisé ?

Peut-être considérez-vous que certains êtres en ce monde sont exécrables. Mais que gagnez-vous à critiquer ou à détester untel ou untel ? L’autre n’a assurément rien à tirer de votre haine. Quant à vous, vous y perdrez un élément très doux qui est en vous. Vous avez beau dire que vous êtes obligé de réagir parce que la personne en question est épouvantable, la haine n’est pas la bonne méthode. L’arme la plus efficace est l’amour.

C’est la force de l’amour
Qui illumine les sommets de l’Ego,
Et non l’inverse.

 

© Texte extrait du livre « Un jour nouveau » de Sri Chinmoy , s’il est épuisé, vous pouvez vous procurer le livre « Le Voyage de l’Âme » paru aux Editions Sri Chinmoy diffusé par les « Editions de La Flûte d’Or » © Photo Nidish

Aimer le monde. Propos de Sri Chinmoy

Mercredi 4 novembre 2009

coeur083.jpg

Tandis que vous déployez vos talents les plus remarquables, n’oubliez pas d’offrir en même temps au monde votre tendresse, votre affection et votre amour.

Nous voyons en permanence des barrières se dresser entre les êtres humains, telles des murailles empêchant les gens de communiquer correctement, de tout leur cœur, avec toute leur âme. Pourquoi ? Parce que nous n’avons pas assez d’amour. L’amour est notre unité inséparable avec le reste du monde, avec la création entière. Ainsi nous pouvons briser ces murailles par la force de notre fervent amour.

Aimez le monde,
Aimez-le !
Sinon vous serez contraint de traîner
Le plus pesant des fardeaux :
Votre propre soi
Lourd d’amertume.

12345