Archive de la catégorie ‘* Angoisse’

La depression. Solution sans auto complaisance. Réponse de Sri Chinmoy à la question

Jeudi 28 juillet 2011


Question :
Qu’est-ce qui provoque la dépression ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : La dépression survient lorsque nous ne voulons pas vivre dans la vérité ; nous voulons consciemment ou inconsciemment vivre dans l’ignorance, ou disons, dans le plaisir, et ce soit disant plaisir conduit inévitablement à la dépression. Qu’est-ce qui entraine la dépression ? Le fait que nous acceptions l’ignorance comme notre bien le plus précieux. Lorsque nous sommes pris dans le petit monde de l’ignorance et que nous ne pouvons pas aller au-delà, nous déprimons. Mais si, au lieu de représenter l’ignorance -de provenir de l’ignorance ou de vivre pour l’ignorance- nous vivons plutôt dans la lumière de l’âme et nous grandissons dans une lumière encore plus profonde, la plus profonde, une lumière comblante, alors nous ne pourrons pas rencontrer la dépression. Notre aspiration sincère pour la lumière réduira immédiatement notre dépression en cendres ou transformera notre dépression en aspiration constante.

(suite…)

Question, Réponse de Sri Chinmoy : Les besoins de l’âme

Mercredi 11 juin 2008

Question : L’âme est-elle toujours assurée de déceler sa véritable mission sur terre ?
ckg208n13.jpgRéponse de Sri Chinmoy : Avant de prendre incarnation humaine, l’âme reçoit un message intérieur concernant sa mission terrestre. Elle ne descend donc que pleinement consciente et munie de l’approbation directe du Suprême. Hélas, une fois parmi nous, l’océan de l’ignorance tente de l’encercler. Le corps, le vital, le mental et le cœur prennent alors plaisir, consciemment ou non, à s’y identifier. La mission de l’âme ne peut donc plus s’extérioriser. Par conséquent, ce n’est que si le corps, le vital, le mental, le cœur et l’âme aspirent de concert que le sens véritable du séjour terrestre nous sera révélé.
Une lutte permanente prend place en chaque individu. L’ignorance du monde essaie de dévorer l’aspiration humaine. Aujourd’hui, la plupart des êtres vivent dans le vital, où ne règnent que désir, angoisse et colère. Dans de telles conditions, comment peuvent-ils prendre conscience des besoins de l’âme ?

 

© Textes extraits du livre “La lumière de l’Au-Delà » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

Sri Chinmoy évoque constamment les différentes parties de notre être : corps, le vital, le mental, le cœur, l’âme ; vous pouvez découvrir sur ce blog ce qu’il entend par cela dans cet extrait du livre “La Lumière de L’au-delà” intitulé : LE PSYCHISME HUMAIN SON FONCTIONNEMENT INTERNE

Question – Réponse de Sri Chinmoy : Le suicide est le début de souffrances incommensurables

Dimanche 8 juin 2008

Question : Votre philosophie affirme que l’âme ne cesse d’accomplir des progrès. Mais comment réconciliez-vous cette idée avec le fait que lorsqu’une personne se suicide son âme chute ?

ckg208n11.jpgSri Chinmoy :Lorsqu’une personne se suicide, son âme, en réalité, ne chute pas. Mais elle demeure en un lieu donné et est recouverte par une quantité infiniment plus grande de voiles d’ignorance. Elle est littéralement recouverte par l’ignorance. C’est la conscience de l’individu qui chute. Elle retourne à son point de départ, quasiment à la conscience minérale, d’où toute évolution est absente. L’âme est éclipsée par une ignorance sans limites, c’est à dire par un nombre infini de couches d’ignorance. Auparavant l’âme n’était peut-être recouverte que par dix couches d’ignorance, mais le nombre de ces couches est désormais infini. Et l’âme doit recommencer à les ôter une à une. Naturellement, il lui devient infiniment plus difficile de mener l’individu vers la perfection, la libération ou le salut parfaits.
Mais si le Suprême veut agir en celui qui s’est suicidé, Il pourra, en de très rares occasions, demander aux
aîtres spirituels qui en ont la capacité de prendre soin de cete âme et se faire en sorte qu’elle ne soit pas enveloppée par l’ignorance. Dans ce cas-là, ce que l’âme possède déjà suffira à faire descendre la Grâce et la Compassion du Suprême, et Il ne permettra pas qu’un voile recouvre l’âme plus qu’à l’accoutumé. Mais cela ne se produit qu’en de très rares occasions. Autrement, lorsqu’une personne se suicide, son évolution cesse pour une durée indéfinie ; pendant cent, deux cents, cinq cents, six cents ans, ou même davantage. La personne ne parvient plus à avancer, et le fardeau le plus lourd qui soit est déposé sur ses épaules. Le processus de son évolution s’intérrompt. Ayant violé les lois du jeu cosmique, elle doit subir la punition cosmique. Celle-ci ne peut être imaginée par aucun être humain sur terre. La pire torture terrestre n’est rien en comparaison de la punition cosmique qu’endure celui qui s’est suicidé. Et il n’est pas possible de dire aux forces cosmiques : “J’ai mal agi et cela ne vous regarde point. J’atteidrai mon but au moment voulu !” Vous avez sauté intentionnellement hors du jeu cosmique, sans la permission de Dieu et contre Son intention. Il ne vous a pas autorisé à abandonné le jeu, mais vous L’avez activement et ouvertement défié, et vous avez tenté de gâché le jeu. La punition qui rétribue cette faute grave est des plus sévère. Elle est d’une telle intensité qu’il est impossible de la ressentir avec le cœur humain ou de l’imaginer avec le mental humain.