Archive de la catégorie ‘* Apprécier’

QUESTION – RÉPONSE De Sri Chinmoy : Appréciation de la musique intérieure

Dimanche 13 avril 2008

 

conversation1m.gif

Question : Je suis un chanteur exécrable et je n’y connais pratiquement rien en musique. Je me demande si j’ai jamais eu une incarnation musicale.

Sri Chinmoy : Vous n’avez pas étudié la musique terrestre. Mais il y a quelque chose que l’on appelle la musique céleste, et celle-là, vous l’avez étudiée. Vous n’êtes peut-être pas capable d’apprécier les subtilités des qualités éthériques de la musique terrestre, mais votre âme, elle, est capable de faire prendre conscience à votre cœur de choses très, très subtiles et très, très délicates dans la musique, et de plus, votre cœur est capable de les apprécier.

Beaucoup de grands musiciens occidentaux ne savent pas apprécier la musique subtile lorsqu’elle est jouée. Il y a de nombreux excellents chanteurs et excellents musiciens qui, je vous assure, ne reçoivent rien lorsqu’ils entendent une musique très subtile. Vous pouvez accuser leur insécurité ou leur jalousie, ou encore mettre cela sur le compte de forces négatives qui sont entrées en eux. En fait, ils manquent de réceptivité pour apprécier les sentiments subtils de la musique et comme ils n’arrivent pas à apprécier, au bout d’un moment, ils perdent la faculté d’apprécier. Dans votre cas, vous ne vous identifiez ni avec la personne qui joue, ni avec ce qui est joué, c’est pourquoi vous pouvez recevoir plus de la musique que d’autres.

Vous n’y connaissez rien en musique : vous n’êtes ni un musicien, ni un chanteur. Mais lorsque vous entendez de la musique subtile, votre cœur l’apprécie tellement. À ce moment-là, votre appréciation ne porte pas simplement sur la personne qui joue ou chante, mais directement sur la Source, autrement dit sur Celui qui a donné à cet individu en particulier la capacité de chanter ou de jouer avec un maximum de ferveur et de force. Ainsi, vous recevez les Bénédictions de Dieu, le Chanteur Suprême et de Dieu, le Musicien Suprême.

Personne ne peut comprendre la musique extérieurement. La musique ne se comprend pas, elle se ressent. Il y a beaucoup de gens, surtout en Occident, qui sont devenus de bons chanteurs et de bons musiciens de manière mécanique, en travaillant indéfiniment de manière très disciplinée et mécanique. Ces grands musiciens peuvent très bien jouer ou chanter quand ils le veulent, mais bien que leur musique puisse paraître belle et profonde, leur ferveur peut être fausse. Leurs mains s’agitent et les gens s’exclament « Oh, comme c’est profond ! » parce qu’ils ont appris mécaniquement à jouer avec profondeur. Ils ont exercé leur mental ou bien ils ont atteint une certaine virtuosité qui leur permet de le faire, mais à l’intérieur de leur musique, il n’y a pas d’âme, pas de sentiment, rien ! Ils jouent si joliment, mais en même temps, ils pensent à n’importe quoi, à des choses mondaines, à rien de spirituel et dans les mondes intérieurs, ils ne font que se disputer et se battre. Très souvent l’auditeur, s’il est dans une conscience fervente, profite beaucoup plus de la musique que le musicien, parce que le musicien n’incarne pas la ferveur qu’il exprime.

Il peut arriver que l’on révèle quelque chose sans l’incarner. Par exemple, vous pouvez dire quelque chose d’absolument vrai, mais votre conscience n’est pas présente. Vous avez séparé votre conscience de la vérité même et donc, lorsque vous exprimez la vérité, vous n’incarnez pas la conscience-vérité. Vous dites simplement mécaniquement quelque chose de correct. Votre expression étant mécanique, vous ne recevez pas les véritables bénédictions des forces supérieures qui vous révèlent la vérité ; vous ne recevez pas les bénédictions de Dieu, la Vérité.

Ainsi, dans votre cas comme dans celui de quelques autres qui ne sont ni chanteurs ni musiciens, vous êtes capable de recevoir quelque chose de très élevé de la musique. Lorsqu’un chanteur ou un musicien fait quelque chose de très subtil, très fervent, vous l’appréciez en silence. Vous ne savez pas quel raga il joue, ni s’il joue du Mozart, du Bach, du Chopin ou du Beethoven. Vous ne connaissez rien à la composition musicale et vous n’avez pas besoin de ces connaissances. Mais votre cœur s’élève parce qu’il ressent quelque chose de profond et puissant, tandis que ceux qui connaissent tout de la musique ne recevront probablement rien, parce qu’ils ont perdu la capacité d’apprécier la musique subtile. De plus, vous recevez davantage que l’exécutant, qui peut ne pas incarner la conscience qu’il exprime.

Cela dit, il y a des personnes qui connaissent très bien la musique et qui ont également la capacité d’apprécier les aspects très subtils et délicats de la musique. Ils ont envie de plonger profondément en eux et de continuer à apprendre. Certains musiciens, une fois qu’ils ont appris quelque chose, ne veulent plus rien apprendre. Ils ont peur que les gens les trouvent ennuyeux ou pensent qu’ils ne font qu’imiter quelqu’un s’ils continuent à étudier. Alors ils se contentent de ce qu’ils ont. Mais un véritable mélomane et de plus, excellent musicien ne sera jamais satisfait de ce qu’il a. Dans les mondes les plus élevés de la musique, l’aspiration ne cesse de s’élèver et les capacités divines augmentent constamment.

© Conversations avec Sri Chinmoy – Volume 1 (Extrait) paru aux “Editions de La Flûte d’Or”
Copyright © 2007 Sri Chinmoy – Tous droits réservés

http://www.laflutedor.com/