• Accueil
  • > Arbres fruitiers : Plaqueminier / Kaki

Archive de la catégorie ‘Arbres fruitiers : Plaqueminier / Kaki’

Le kaki est un fruit du plaqueminier, arbre de Noël naturel

Samedi 19 décembre 2009

plaqueminieraveckakiwwwnidishunblogfr4941.jpg
Plaqueminier avec Kaki arbre de Noël naturel

Arbre magique, s’il en est, arbre de Noël apprécié pour ses offrandes dans bien des parties du monde, découvert depuis peu par chez nous, en France, le plaquemine offre ses fruits, le kaki, avec force et assurance sereine aux yeux des passants, des rêveurs et amoureux des merveilles de la nature. 

Origine du nom :
Le kaki est le fruit du
plaqueminier (Diospyros kaki) ou kakiest, il est appelé
aussi plaquemine du Japon, plaquemine de Chine, ou figue caque, (Diospyros spp).
Le nom « plaquemine » aurait pour origine celui de l’algonquin piakimin qui signifie fruits séchés, tandis le mot « kaki » viendrait de l’hindi kaki, qui signifie « couleur de poussière », ou serait une abréviation du mot japonais kakinoha qui signifie « fruit de choix ».
La racine latine du nom, Diospyros, aurait été donné par Théophraste au VIe siècle av. J.-C.. Elle est composée de « dios » signifiant « divin » et de « pyros », désignant le froment ; le fruit est présenté comme symbolisant les flammes de Zeus, on considérait aussi le fruit comme une « nourriture des dieux ».

Description du fruit :
Le Kaki est une grosse baie qui peut atteindre 10cm de diamètre, de couleur orange à rouge selon les variétés, il fait penser par sa forme à la tomate avec un gros calice à son sommet. La peau du fruit est extrêmement fine. La plupart des kakis ont un gout âpre en raison des tannins qu’ils contiennent qui rendent le fruit astringent quand il est mangé avant maturité. Pour éviter cet inconvénient,  il faut consommer le kaki partiellement blets, la pulpe est alors onctueuse, juteuse, douce et discrètement parfumée, elle se mange avec ravissement à la cuillère.

Le fruit mûr, avec 66 kcal/100 g, fait partie des fruits les plus énergétiques, il contient du glucose (jusqu’à 20%) et est riche en vitamine C (7 mg/100 g en moyenne), le kaki est très riche en carotènes (provitamine A) mais aussi en minéraux (potassium…), fibres  (2,5 g/100 g), phénols et pectine.

Présentation de l’arbre :
C’est un arbre à feuillage caduc de croissance relativement lente. S’il peut atteindre 15m, il en existe de toutes tailles et de différentes silhouettes. Après une floraison jaune-crème, apparaissent les fruits de couleur orange. Lorsqu’en hiver le plaqueminier est dégarni  de ses feuilles, les branches portent élégamment les fruits. L’ensemble ornemental  offre un heureuse vision féérique en la période de noël. Au bois dur, de la famille de l’ébène, le plaqueminier est utilisé en ébénisterie ; il n’est pas sujet aux maladies et peut vivre jusqu’à 500 ans.

Consommation :

Le kaki se consomme de préférence cru, ce qui préserve au mieux sa richesse vitaminique et minérale. Il peut être aussi séché. Réduit en purée, le kaki permet de réaliser des sorbets et des mousses ainsi que des compotes épicées. On le prépare aussi en condiment.
Il existe deux types de fruits de Kaki :
- Ceux astringents, qui se consomment blets lorsque le fruit est mou et a perdu son astringence,.
- Ceux non astringents,
tel le « Fuyu », qui se consomment durs, croquants comme une pomme, pelés ou non.
Il faut savoir que l’on peut laisser blettir les fruits non astringents (sur l’arbre ou en dehors de l’arbre) et les consommer mous ; ils sont alors légèrement plus sucrés semblables aux kakis astringents cueilli sur l’arbre.

Histoire et localisation Géographique de l’arbre :
Originaire de Chine où il commence à être cultivé vers l’an 1300, le kaki est cultivé au Japon depuis 1850. Au Japon, l’on recense plus de 800 variétés de kaki, il y est prisé aux fêtes de fin d’année ; présenté comme arbre national, il y est symbole de longévité car c’est le seul arbre qui résista au feu nucléaire en 1945.
En Chine le nombre de variétés cultivées dépasse les 2000, il occupe dans le pays la première place dans la culture des arbres fruitiers. Sa production s’étend sur tout le pays, mais la principale région de ses meilleures variétés se trouve dans les provinces du Nord de la Chine, telles que le Shan-Si, Shan-Tung, Ho-Nan, Chi-Li. Certains secteurs de ces provinces s’occupent exclusivement de la culture du Kaki.
En Chine et au Japon, les fruits du Plaqueminier fournissent la nourriture de la plus grande partie de la population.
Connu de grecs ils donnèrent au kaki le nom diospyros (feu de Zeus) depuis au moins le VIe siècle av. J.C. nous dit le philosophe grec Théophraste (372 av. J.C. – 288 av. J.C.), fondateur de la botanique en tant qu’étude des plantes pour elles-mêmes et non leurs usages.

Il est actuellement cultivé dans toutes les régions chaudes et a pris une certaine extension aux Etats-Unis d’Amérique.
En Europe,  en France,  il en est fait mention pour la première fois par des moines jésuites qui ont voyagé en Chine, notamment par le moine Ricci, en 1613, mais  il faut attendre 1869 pour que des premiers essais d’acclimatation soient tentés au Muséum d’Histoire Naturelle et 1873 pour que ce fruit fasse sa première apparition chez les commerces de Paris. Ce serait un ingénieur des constructions navales du nom de Dupont qui le premier installa en France, à Toulon, une collection de 27 variétés de plaquemines. Actuellement nous pouvons le voir dans différentes régions de France où il s’est bien acclimaté. Les photos illustrant nos articles ont été prises dans le département de l’Hérault.

(suite…)