Archive de la catégorie ‘Art du spectacle’

Présentation du Groupe vocal International de Paree qui chante les chants spirituels du Maître indien Sri Chinmoy

Mardi 28 juin 2011

 

pareesgroup.jpg

Le Groupe International de Paree est un chœur féminin a capella qui chante depuis plus de 20 ans les œuvres de Sri Chinmoy dans une atmosphère divine de pureté et de sérénité.

Ce groupe a été créé et constitué par Sri Chinmoy en 1987 ; les membres n’étaient alors que des enfants. Le groupe est dirigé par Paree Atkin qui vit à New York. Paree a été personnellement formée par Sri Chinmoy dans l’art du chant fervent. Sri Chinmoy composait souvent des chants (il est l’auteur de plus de 18 000 chants), quand l’occasion fréquente se présentait, il les apprenait aussitôt aux membres présents de ce groupe. De par cet apprentissage le groupe interprète les mélodies à l’unisson avec maîtrise, gaieté et dynamisme. Les moniales savent des milliers de chansons de Sri Chinmoy par cœur. Elles chantent toujours sans partitions sous les yeux, et méditent avant de chanter. Une fois, alors que la majorité des étudiants de Sri Chinmoy étaient aux Célébrations de Son anniversaire, Sri Chinmoy, qui fredonnait de ses chants bengalis, a eu un trou de mémoire. Il a demandé si quelqu’un (nous étions de l’ordre de 1800 étudiants) connaissait le chant entonné. Paree, dans le Silence et la douce Lumière dans laquelle nous baignions, a été la seule a répondre positivement.*

Lors de leurs répétitions les filles du groupe récitent des mantras qui éveillent leurs qualités de chanteuses. Le groupe, appelé aussi My Heart’s Morning Dews, est mouvant, il est composé d’un nombre très variable de choristes, ainsi le chœur est souvent intervenu dans le monde entier lors des concerts de Sri Chinmoy et maintenant au cours des concerts-festival mobiles Song of The Soul.

En contraste avec les autres groupes du festival Songs of the Soul, le chœur de sopranes chante sans instruments et avec peu ou pas du tout d’arrangements. Interprété par les groupes unissons, les chants de Sri Chinmoy ont la simplicité, le silence et des variations vocales qui rappellent quelquefois les chants grégoriens.

En 2000, le groupe de Paree a remporté un Record du Monde Guinness pour avoir chanté plus de 22 heures en continu.

* Témoignage de Nidish

Le groupe suisse Montain Silence interprète les chants spirituels de Sri Chinmoy

Jeudi 19 mai 2011

Image de prévisualisation YouTube

Le groupe  « Mountain-Silence » a donné de part le monde un grand nombre de concerts spirituels. Les chants que le groupe interprète sont en bengalis, en anglais, mais aussi en français ; ils ont été écrits par le compositeur bengali et maître spirituel Sri Chinmoy. Ce concert a eu lieu lors d’une messe dans le village suisse de Zermatt, les musiques sont ici accompagnées de très belles images de l’église et de montagnes. Elles ont été filmées par notre ami Kedar.

Les danses indiennes de la Bharata content avec une gestuelle précise la grande épopée de la Mahâbhârata

Dimanche 10 janvier 2010

bharata3.jpg

Les danseuses indiennes apprennent à contrôler chacune de leurs articulations afin d’exprimer selon des codes précis les phrases de l’histoire.

Sur cette scène de la Bharata, l’artiste mime Krishna jouant de la flûte.bharata4.jpg

 

 

 

Tandis que sur cette photo la danseuse joue Krishna mangeant un grain de riz, avec lequel il va rassasier le monde de la faim.

 

Voir les danseuses en action

Harinie Jeevitha Narasimhan : Une grande danseuse indienne

Samedi 17 octobre 2009

Image de prévisualisation YouTube  http://www.harinie.org/

Vous allez pouvoir apprécier une très haute performance de Harinie dans une danse traditionnelle indienne dédiée du Bharatanatyam (Bharata natyam, Bharatnatyam, Bharathanatyam). Cette jeune artiste a commencé la danse à l’âge de 6 ans avec Sri Devi Nrithyalaya, depuis elle a obtenu de très nombreux prix, notamment avec cette danse. Elle apprend aussi la musique vocale carnatique dont les fondations furent écrites entre le IVe Siècle et le IIe Siècle av. J.C..

Voir aussi sur ce blog l’article :
Question – Réponse de Sri Chinmoy : Danse, corps et Spiritualité

 

Question – Réponse de Sri Chinmoy : Danse, corps et Spiritualité

Samedi 3 octobre 2009

Question : L’utilisation du corps physique dans la danse rend-il l’intégration de la danse dans la vie spirituelle plus difficile que celle d’autres formes d’art ?

 

ckg208n1.jpgSri Chinmoy : En général, oui. mais en inde, il y a des danseurs qui offrent vraiment leur consécration et leur dévotion au Pilote Intérieur, au Suprême. Lorsqu’ils regardent le public, ils ne voient pas que des individus : ils voient tous les gens comme des dieux et des déesses suprêmes. Lorsqu’ils voient leur public de cette manière, cela les aide énormément dans leur vie spirituelle. La danse peut vraiment être un art spirituel à condition que le public, comme le danseur, soient dans une conscience élevée. Tel un enfant, le danseur fait parcourir un frisson de joie innocente et absolument profonde dans le public. Il donne au monde ce qu’il possède et le monde reçoit son offrande avec la gratitude la plus intense. le fait même que le public apprécie et admire le danseur ajoute à son talent et à sa beauté.
Mais ce qui se produit souvent, c’est que les danseurs commencent à danser dans une bonne attitude et ensuite, leurs mental entre en jeu. Ils veulent être appréciés et admirés. Le physique danse, le vital danse, mais le mental est comme un aimant qui essaye sans cesse d’attirer l’appréciation et l’admiration. puis, tandis que le mental du danseur reçoit les louanges de ses admirateurs, le vital inférieur de ceux-ci lui envoie de l’impureté, faisant terriblement descendre sa conscience et gâchant complètement sa pureté du début. Les spectateurs peuvent littéralement engloutir les qualités spirituelles du danseur, quelque élevée soit sa pureté.
Dans d’autres cas, le danseur pense offrir une pureté et une divinité absolues, mais dès qu’il commence à danser, il répand la vulgarité dans des mouvements du vital inférieur au lieu de répandre la beauté de son âme. Le public peut être plein d’aspiration, mais le danseur, lui, est dans une conscience très ordinaire et répand consciemment ou inconsciemment des forces du vital inférieur. le public est arrivé au théâtre avec autant de pureté qu’après une méditation, mais dès que le danseur commence à danser, sa beauté physique attire le vital inférieur des spectateurs au point qu’ils ne peuvent pas rester dans une conscience élevée. après cela, la danse n’est plus qu’une attraction vitale physique sans la moindre spiritualité.
L’aspirant doit être très prudent dès que le corps se met en mouvement. La difficulté, c’est que nous ne savons pas où se dissimule la tentation du corps. Elle n’est pas nécessairement à un endroit particulier. Elle peut même se cacher dans les yeux. Un seul regard du danseur, ne serait-ce que d’un œil, suffit pour capturer une personne et la tenter. un seul geste d’un petit doigt peut suffire à déranger tout le public. a l’inverse, il peut arriver que ce soit le public qui décroche un seul regard sur le danseur pour que c’en soit fini de sa pureté. l’idéal dans la danse, c’est lorsque le public comme le danseur peuvent rester dans leur conscience la pus élevée, mais c’est pratiquement impossible à réaliser.

Possibilité de voir sur ce blog
les vidéos de danses indiennes dédiées :
Bharatha Natyam une Danse indienne traditionnelle dédiée

 

Pour sourire, le clown du Théâtre Fortissimo

Mercredi 18 juin 2008

Image de prévisualisation YouTube

Extraits de spectacles auprès d’enfants et de handicapés mentaux

Bharatha Natyam une Danse indienne traditionnelle dédiée

Vendredi 23 mai 2008

Image de prévisualisation YouTube

Malavika Sarukkai danse le Bharatha Natyam
Bharatanatyam. Bharata natyam. bharatnatyam. bharathanatyam

Image de prévisualisation YouTube

Vidéo : 6’30

Le Baratha Natya est une danse du sud de l’Inde, des plus difficiles ; ici, elle est éxécutée par Malavika Sarukkai.
A l’origine, cette danse dévotionnelle, narrative, dédiée aux Divinités, était éxécutée dans les temples et les palais.
Voyez la prouesse physique et la précision du geste en rapport avec le rythme soutenu du tabla et du chant.
L’origine du nom Bharata natyam vient de Bharata, le nom indien du pays de l’Inde qui a pour origine le nom du Roi Bharat dont l’histoire est relatée dans le livre sacré la « Mahabharata » ; on présente sur ce blog une édition française qui est le fruit de 20 ans de la vie de leur deux traducteurs, et de natyam, le mot tamoul pour danse.

 

Vous trouverez dans le lien suivant, la vidéo « Leçon de tabla », avec Ravi Shankar
qui est une merveilleuse approche des rythmes indiens :
Musique : Ravi et Anoushka Shankar

 

Voir aussi les autre articles dédiés au Seigneur Shiva Ici