Archive de la catégorie ‘= Art et spiritualité’

Le Suprême Art de Sri Chinmoy

Mercredi 25 novembre 2009

srichinmoyartist2.jpg
L’Art de Sri Chinmoy porte une conscience élevée

 

Je suis un chercheur de vérité et un amoureux de Dieu. Je prie et médite. De mes prières et de mes méditations, je reçois des messages intérieurs et une inspiration intérieure. Je trouve l’inspiration profondément en moi pour composer des chants, écrire des poèmes, dessiner et faire d’autres choses, et cette inspiration me porte. J’essaye de recevoir de l’inspiration et de l’aspiration du fond de moi-même, et avec cette inspiration et cette aspiration, je m’efforce ensuite de rendre service au monde de manières différentes.

Tout ce que je fais provient de ma vie de prière et de méditation. Je ne me sers pas du mental : j’utilise le cœur. J’essaye de rendre mon cœur un instrument réceptif afin que Dieu le Suprême puisse peindre en moi et à travers moi. Je suis comme le stylo à bille. Quelqu’un m’utilise pour écrire quelque chose.
 
Mes peintures ont une note puérile. Tout mon art repose sur une conscience simple et puérile. La maturité est là, mais du point de vue le plus élevé, cette maturité est toute simplicité. C’est une sorte de simplicité illuminée. J’offre cette conscience puérile, divinement illuminée, à travers mon art. Ce qui opère en mon art et à travers mon art est entièrement cette conscience divine, puérile.

Lorsque je dessine mes oiseaux, j’essaye de maintenir mon esprit aussi vide, disponible et tranquille que possible. Le mental extérieur est comme la surface de la mer. A la surface, la mer est pleine de vagues et de ressacs. Mais lorsqu’on plonge tout au fond, la même mer est toute paix, calme et tranquillité et c’est là qu’on y trouve la source de la créativité.

Lorsque nous sommes vraiment libres intérieurement, nous ressentons que notre véritable foyer est bien plus vaste que ce monde dans lequel nous vivons. Nous ressentons que notre véritable maison, c’est l’Infini, c’est l’Eternité, c’est l’Immortalité. Ces oiseaux volent dans le ciel-cœur de notre Infini, de notre Eternité et de notre Immortalité, qui est infiniment plus grand, plus illuminant et plus comblant que le ciel que nous voyons de nos yeux humains.
 
Un artiste humain veut éclairer son art par son imagination. Un artiste divin souhaite éclairer son art avec ce qu’il est intérieurement et réellement.
 
Si vous êtes un artiste terrestre limité, vous devez vous tourner vers la Beauté-Vérité. Si vous êtes un artiste céleste libre, la Beauté-Vérité se tournera vers vous.

Un artiste humain pense qu’il a réalisé plein de belles maisons pour les amoureux de l’art. Un artiste divin voit que Dieu est venu à lui sous forme d’innombrables autels et d’innombrables temples.

Le plus beau cadeau de l’art est la joie. L’art, comme la spiritualité ont un but, et ce but est la joie suprême, la félicité suprême.

Voir aussi sur ce blog :  “L’Art et la Spiritualité”

© Ecrits de Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy

Japaka Orchestra, à New York, chante en Live

Lundi 23 novembre 2009


Image de prévisualisation YouTube
Japaka Orchestra en concert live au café spirituel Panorama, à New York.
Ils interprètent deux chants de Sri Chinmoy
Ci-dessus : « No More My Mind »
Ci-dessous : « Swarge Martye »

Image de prévisualisation YouTube

Harinie Jeevitha Narasimhan : Une grande danseuse indienne

Samedi 17 octobre 2009

Image de prévisualisation YouTube  http://www.harinie.org/

Vous allez pouvoir apprécier une très haute performance de Harinie dans une danse traditionnelle indienne dédiée du Bharatanatyam (Bharata natyam, Bharatnatyam, Bharathanatyam). Cette jeune artiste a commencé la danse à l’âge de 6 ans avec Sri Devi Nrithyalaya, depuis elle a obtenu de très nombreux prix, notamment avec cette danse. Elle apprend aussi la musique vocale carnatique dont les fondations furent écrites entre le IVe Siècle et le IIe Siècle av. J.C..

Voir aussi sur ce blog l’article :
Question – Réponse de Sri Chinmoy : Danse, corps et Spiritualité

 

Question – Réponse de Sri Chinmoy : Danse, corps et Spiritualité

Samedi 3 octobre 2009

Question : L’utilisation du corps physique dans la danse rend-il l’intégration de la danse dans la vie spirituelle plus difficile que celle d’autres formes d’art ?

 

ckg208n1.jpgSri Chinmoy : En général, oui. mais en inde, il y a des danseurs qui offrent vraiment leur consécration et leur dévotion au Pilote Intérieur, au Suprême. Lorsqu’ils regardent le public, ils ne voient pas que des individus : ils voient tous les gens comme des dieux et des déesses suprêmes. Lorsqu’ils voient leur public de cette manière, cela les aide énormément dans leur vie spirituelle. La danse peut vraiment être un art spirituel à condition que le public, comme le danseur, soient dans une conscience élevée. Tel un enfant, le danseur fait parcourir un frisson de joie innocente et absolument profonde dans le public. Il donne au monde ce qu’il possède et le monde reçoit son offrande avec la gratitude la plus intense. le fait même que le public apprécie et admire le danseur ajoute à son talent et à sa beauté.
Mais ce qui se produit souvent, c’est que les danseurs commencent à danser dans une bonne attitude et ensuite, leurs mental entre en jeu. Ils veulent être appréciés et admirés. Le physique danse, le vital danse, mais le mental est comme un aimant qui essaye sans cesse d’attirer l’appréciation et l’admiration. puis, tandis que le mental du danseur reçoit les louanges de ses admirateurs, le vital inférieur de ceux-ci lui envoie de l’impureté, faisant terriblement descendre sa conscience et gâchant complètement sa pureté du début. Les spectateurs peuvent littéralement engloutir les qualités spirituelles du danseur, quelque élevée soit sa pureté.
Dans d’autres cas, le danseur pense offrir une pureté et une divinité absolues, mais dès qu’il commence à danser, il répand la vulgarité dans des mouvements du vital inférieur au lieu de répandre la beauté de son âme. Le public peut être plein d’aspiration, mais le danseur, lui, est dans une conscience très ordinaire et répand consciemment ou inconsciemment des forces du vital inférieur. le public est arrivé au théâtre avec autant de pureté qu’après une méditation, mais dès que le danseur commence à danser, sa beauté physique attire le vital inférieur des spectateurs au point qu’ils ne peuvent pas rester dans une conscience élevée. après cela, la danse n’est plus qu’une attraction vitale physique sans la moindre spiritualité.
L’aspirant doit être très prudent dès que le corps se met en mouvement. La difficulté, c’est que nous ne savons pas où se dissimule la tentation du corps. Elle n’est pas nécessairement à un endroit particulier. Elle peut même se cacher dans les yeux. Un seul regard du danseur, ne serait-ce que d’un œil, suffit pour capturer une personne et la tenter. un seul geste d’un petit doigt peut suffire à déranger tout le public. a l’inverse, il peut arriver que ce soit le public qui décroche un seul regard sur le danseur pour que c’en soit fini de sa pureté. l’idéal dans la danse, c’est lorsque le public comme le danseur peuvent rester dans leur conscience la pus élevée, mais c’est pratiquement impossible à réaliser.

Possibilité de voir sur ce blog
les vidéos de danses indiennes dédiées :
Bharatha Natyam une Danse indienne traditionnelle dédiée

 

Concours international de peintures d’enfants sur l’environnement 2010

Jeudi 1 octobre 2009

pnue.gif

« Children’s Painting Competition on the Environment » est le concours de dessin international pour enfants organisé chaque année conjointement par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), la  Japon-Fondation pour la Paix mondiale et l’environnement (FPUE), par Bayer AG et Nikon Corporation. « Tous les enfants de 5 à 13 ans peuvent y participer. Les peintures mettront l’accent sur des actions concrètes pour préserver la biodiversité comme la plantation d’arbres, les animaux marins et leur protection, la restauration des récifs coralliens… » nous dit le PNUE.

Depuis 1991, 190.000 garçons et filles de plus de 100 pays ont participé, exprimant ainsi leur souhaits et leur espoir  en matière d’environnement. Le concours de cette année mettra l’accent sur la « Biodiversité : Connexion avec la Nature ».

Une sélection préliminaire sera effectuée par les bureaux régionaux du PNUE et de leurs partenaires, alors que la sélection finale sera effectuée par FPUE, le PNUE, Bayer et Nikon. Les organisateurs invitent les enfants du monde entier à participer.

Des gagnants seront désignés par régions mondiales : Europe, Afrique, Amérique du Nord, Asie-Pacifique, Asie occidentale et Amérique latine, seront désignés aussi un lauréat mondial et deux dauphins.
Les heureux gagnants remporteront diverses belles récompenses que je ne peux détailler sur le blog car elles n’ont pas, à ce jour, été présentées sur les sites.

regionalwinnereuropevallisgreecezoomed.jpg
Regional_winner_Europe_Vallis_Greece_zoomed 2008

Comment participer?
Les règles :

 

* Peintures doivent être réalisées sur un format A4 ou A3.
* Au dos de la peinture l’auteur doit inscrire : son nom complet, âge, date de naissance (jour, mois, année), adresse postale complète en anglais (y compris le numéro de téléphone et courriel), le nom de son école et sa classe, ainsi que l’adresse de l’école (y compris le nom du pays, le code postal, le numéro de téléphone et le numéro de fax).
* Le style de peinture est libre : crayons, crayons de couleur, aquarelles, etc
* Les tableaux qui ont déjà été présentés ou acceptés dans d’autres compétitions ne seront pas acceptés.
* Les peintures qui montrent une personne particuliere, une organisation, ou d’une marque ne seront pas acceptées.
* Ne comprend pas les mots ou les descriptions figurant dans les tableaux.
* Seuls les exemplaires papiers des tableaux seront acceptés (les courriers électroniques ne seront admises que s’ils sont accompagnés d’exemplaires papier).

1stprizeiptungchinazoomed.jpg
1er Prix 2008_Tung_China

Pour participer, rien de plus simple : envoie ton dessin avant le 15 avril 2010 au bureau régional de la région mondiale où tu habites :

- Bureau régional pour l’Afrique
- Bureau régional Asie / Pacifique

- Bureau régional pour l’Europe

- Bureau régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes

- Bureau régional pour l’Amérique du Nord

Téléphoner ou envoyer un mail au bureau régional pour avoir confirmation de l’adresse et les coordonnées de la personne qui s’occupe du projet est une mesure de prudence.

Coordination mondiale :
Contact : Joyce Sang Programme Assistant
- Unité de la sensibilisation
United Nations Environment Programme (UNEP)

Division des communications et l’information (DCI)
United Nations Avenue, Gigiri
PO Box 30552
Nairobi
00100
Kenya

Tel: +254 20 7625066
Fax: +254 20 7623692
PNUE site
joyce.sang @ unep.org

Je souhaite bonne chance à tous les petits francophones et à tous les enfants qui auront le grand honneur de participer. Nidish.

 

Oindrajalik, plus qu’un prestidigitateur, un mage, un magicien

Mardi 29 septembre 2009

Témoignage
du spectateur enchanté que j’ai été.
Nidish

dsc00397.jpg

Dans la voie de Sri Chinmoy, parmi les quelques 5000 disciples dans le monde, nous avons le bonheur de compter parmi nous, trois magiciens, l’un est un presditigitateur novice, qui avec persévérance découvre l’art du métier et partage avec nous ses farces et drôleries. Régulier dans sa pratique et ses prestations auprès de nous, au fil des années nous l’avons vu évoluer, et gagner en savoir faire. S’il est allemand, le second est Tchèque, jeune disciple, il nous a surpris car il a de grandes dispositions d’illusionniste et ses tours de carte, d’une grande habilité nous laissent sans réponses. L’un est muet : c’est par ses pitreries qu’il nous amuse, l’autre est conteur : c’est avec ses mots qu’il enrobe ses tours et nous prête au rêve.
Oindrajalik, est Français-Marocain, son grand père déjà était un mage, lui surplombe allègrement sa discipline, même dans le milieu professionnel l’on voit guère de prestation de niveau aussi élevée. Peu de mots, il informe que quelque chose va se passer, c’est sa manière de créer un lien avec son public et avec, tout comme ses deux autres compères, une joie réelle à s’amuser de ses tours : il baigne dans l’aisance magique de son art.
Méditant de longue date, il est grandement  concentré, attentif à tout ce qui se passe, il remettra consciencieusement le bouchon sur son feutre après qu’il ait fait écrire sur une carte, mais, en plus, sa rapidité d’exécution et la succession de ses numéros  ne nous laissent guère le temps de réfléchir ; nous ne pouvons que constater que ce à quoi nous avons assisté est purement et simplement impossible à réaliser, mais lui l’a fait comme par enchantement.

dsc00463.jpg

Comment, en effet, a-t-il put avec son doigt-révolver, comme le font les enfants, percer la carte, choisie au hasard par l’un de nous, au milieu des autres cartes rangées dans une boite métallique ?

Ou encore, comment a-t-il put montrer immédiatement, sur son téléphone portable, la carte tirée au hasard dans un paquet par l’un des spectateurs  ? C’est effectivement impossible à réaliser ; et pourtant il le fait.

dsc00403.jpg

Ainsi, Oindrajalik dispose de facultés paranormales qu’il adjoint à des tours de presditigitation, il a habilement fait apparaitre une colombe et nous a amusé avec des flammes surgies de nul part ; pièces de monnaies, œufs, carré de tissus,  se sont imbriqués à haut rythme, nous  laissant coi, éberlué ou nous faisant mille fois nous exclamer avec des « Ooh » ou des rires ; l’on ne peut que s’incliner devant la grande dextérité de notre ami à composer avec ces différents mondes.

 

© Photo Nidish - Oindrajalik

Anjana, petite indienne de 9 ans, joue de la Vînâ

Vendredi 18 septembre 2009

309pxsaraswatiwood.jpg
Sculpture en bois de la Déesse Sarasvatî
Source Wikipédia

Image de prévisualisation YouTube

Après 1’47 de présentation des trois enfants musiciens, vous pourrez écouter Anjana jouer du Vînâ, un instrument indien mentionné dans les écrits védiques depuis 3000 ans avant J.C., mais dont on trouve des représentations sculptées seulement deux siècles avant Jésus Christ. Instrument de prédilection de la Déesse Sarasvatî ; vous pouvez en apercevoir une représentation derrière la jeune instrumentiste, dans la décoration de la scène. La petite fille n’a seulement que 9 ans. Anjana avec les deux autres musiciens, seulement un peu plus âgés qu’elle, donnent ce court concert, en 2006, en public, pour une émission de Télévision indienne. La prestation dure 3 minutes.

Un petit mot sur la Déesse Sarasvatî :
La Déesse Sarasvatî fut initialement une déification de la Rivière du même nom, les évolutions ultérieures lui accordèrent une personnalité indépendante et différente. Mais originellement « Déesse rivière », elle garde son association avec tout ce qui coule : l’eau, la parole, la musique.
Sarasvatî, Déesse de la connaissance, de l’éloquence, de la sagesse, Maitresse des arts, Mère de la poésie, révéla à l’homme le langage et l’écriture. Compagne (Shakti) de Brahmâ, le Dieu Créateur et sortie de son front, elle en est le pouvoir créatif ; leur union souligne la notion que la connaissance est une condition sine qua non de la création.
La vînâ tenue dans la main droite de la Déesse exprime l’idée que le chercheur doit accorder son intellect à son cœur.

Article extrait du site : http://ganapati.club.fr/dieux/shakti/sarasvati.html

o o o

Vous trouverez sur notre blog un écrit de Sri Chinmoy qui présente : LA DEESSE SARASVATI, déesse des arts
Cet écrit est classé dans :  # LIVRES de SRI CHINMOY

o o o

La Flamme éternelle pour la Paix, sur le port de Oslo, et la Statue de Sri Chinmoy

Jeudi 30 octobre 2008

Image de prévisualisation YouTube

« Eternal-Peace Flame », l’Eternelle Flamme de Paix brûle en constance sur le port de la ville d’Oslo, capitale de la Norvège. Elle a été dédiée le 9 juin 2001 par la commune à Sri Chinmoy, fondateur de la World Harmony Run.

Video amateur de Sharani ; voir son blog en anglais :
http://www.sharani.org/

La Cérémonie d’Inauguration de la Statue de Sri Chinmoy sur le Port Honnorbryggen d’Oslo

Mercredi 29 octobre 2008

statuedesrichinmoy.jpg
Inauguration de la Statue de Sri Chinmoy sur le Port d’Oslo

Raconté par Manatita, en anglais, mis en forme en français par Nidish :

Aujourd’hui, 27 octobre 2008, la brise est tout à fait fraîche, le soleil brille par intermittence. Nous sommes sur le port  Honnorbryggen dans le quartier très prisés d’Aker Brygge, à Oslo, capitale de la Norvège. Un groupe de 150 personnes est réuni dans un cœur de patience et enthousiaste en l’attente de la Cérémonie très spéciale du dévoilement de la Statue de Sri Chinmoy qui est placée devant l’ »Eternal Peace Flame », la Flamme Paix Eternelle, à l’endroit même où Sri Chinmoy s’est tenu lorsque la flamme éternelle a été allumée la première fois. La cérémonie va commencer avec la « World Harmony Interfaith Walk », la marche interconfessionnelle pour un Monde Harmonieux.

La marche commence à 12H45, y participent des représentants de différentes confessions, des dignitaires, des ambassadeurs des étudiants de Sri Chinmoy, des bénévoles et des spectateurs. Deux délégués délégués portent le flambeau de la World Harmony Run (WHR), symbole de l’amitié, de l’harmonie et la compréhension mutuelle nécessaire à la paix universelle.

Le World Harmony Interfaith Walk est arrivé à la Flamme de la Paix éternelle et à la statue, à environ 13H00.
Husiar agi comme Maître de Cérémonie et dirige la procédure ; c’est l’un des organisateurs principaux du programme.

srichinmoystatue2.jpg
Le directeur général d’Aker Brygge, M. Paal Moen

Pour accueillir les coureurs de la World Harmony Run, un chœur norvégien d’enfants, connu sous le nom de « Aspirant kortet », et leur sympathique dirigeante, donnent un spectacle enchanteur de la chanson « World Harmony Run », écrite par Sri Chinmoy, qui est l’hymne de la course relais internationale ; à son tour la « Norwegian National Anthem » entonne une chanson douce, enfantine et traditionnelle appelée « Fola, Fola, Blakken ». Les coureurs de la World Harmony Run arrivent alors, tous les participants les accueillent chaleureusement. Les dirigeants des confessions sont invités à diriger une minute de silence pour la paix. Ils nous offrent ensuite une prière. Husiar conclu avec une autre minute de silence.
Cliquer sur :

(suite…)

Question – Réponse de Sri Chinmoy : TOUTES LES PARTIES DE L’ÊTRE peuvent-elles créer de l’art ?

Lundi 30 juin 2008

 

2.jpeg

Question : Est-ce que toutes les parties de l’être peuvent créer de l’art ?

Sri Chinmoy : Oui, toutes les parties de l’être peuvent créer de l’art par le simple fait d’apprécier quelque chose. Dès que nous apprécions quelqu’un ou quelque chose, nous créons de l’art. Notre appréciation seule est une forme de beauté, une capacité créative ou une forme d’art. Notre appréciation devient un acte d’offrande. L’offrande est une création et la création est de l’art. Même lorsque nous mangeons, lorsque nous apprécions la nourriture, notre appréciation est une forme d’art parce qu’elle donne vie à ce que nous mangeons. Sinon, tout serait inanimé. Lorsque nous voyons une fleur, que nous l’admirons, nous ajoutons instantanément de la beauté à la fleur. En utilisant notre troisième œil, nous voyons que la fleur est déjà belle ; mais dès l’instant où nous l’admirons, notre appréciation devient une vie supplémentaire qui s’ajoute à la beauté de la fleur. Ainsi chacune des parties de notre être peut, si nous l’utilisons correctement, créer une forme d’art.

 

Les cinq oiseaux, ici représentés, sont extraits de l’œuvre colossale de Sri Chinmoy qui en a réalisé 16 millions.

Voir aussi, sur ce blog, les articles dans la “catégorie” : l’œuvre picturale de Sri Chinmoy et aussi à pensées dujour, souvent illustrées par des oiseaux.
Extrait du livre “L’art et la spiritualité” de Sri Chinmoy, récemment édité, en France, par les “Editions de La Flûte d’Or”.
Copyright © 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Pour tous renseignements complémentaires, un site : srichinmoy.fr

12345