Archive de la catégorie ‘= Concentration’

Les maalais ou guirlandes de fleurs pour les célébrations et rituels

Lundi 5 septembre 2011


statuedesrichinmoyfleuriedepe769talesdefleuretdunmalaisa768balienindone769sie.jpg

Statue de Sri Chinmoy à Bali

L’Inde est le pays des couleurs ; les épices, fleurs, guirlandes égayent les rues. Partout dans le grand pays, sur les marchés et dans les petites échoppes l’on découvre des marchands concentrés à enfiler des fleurs destinées aux divinités, aux mariages, anniversaires et fêtes. Contrairement aux habitudes occidentales, en Asie, l’on utilise les « têtes » des fleurs, coupées sous la corolle, on les enfile minutieusement sur une ficelle. L’on réalise ainsi de somptueux « maalais » aux vivantes couleurs.

Les couleurs sont d’autant plus vivantes que les fleurs sont enfilées comme les croyants égrainent les perles de leurs chapelets ou de leurs malas. Des dizaines, des centaines, des milliers de fleurs sont ainsi enfilées dans des pays ou la spiritualité a été grandement présente pendant des millénaires, et où les petites actions portent encore leur plein sens.

Dans un passage du Ramayana, histoire plusieurs fois millénaire, nous trouvons ce passage où Rama demande :  « Tresse-nous, Lakshmana, une guirlande avec une branche de boswellia parée de ses fleurs, et mets-la au cou du magnanime Sougrîva. (365) » Le but de cette guirlande était, dans un contexte de lutte avec des démons, de reconnaître de loin son porteur.

Lors de cérémonies importantes, ce sont aussi les pétales des fleurs que l’es hôtes lancent au pieds ou au devant de la personnalité reçue ou des fastes mariés. Ainsi l’on honore de la plus estimable manière les méritants, tels les dieux et divinités le font. En effet, il est commun en Asie, de représenter les déités faisant tomber une pluie de fleurs sur les élus qui méritent les douces bénédictions.

Par gratitude ou dévotion les amoureux d’un dieu dans leur rituel déposent de la même manière sur la statue de l’Être aimé des pétales ou entourent le cou de la statuette d’un maalai composé de roses, d ‘orchidées, d’œillets d’Inde, de jasmin (au doux parfum)… Et pour honorer les dieux dans sa demeure, les dévots et croyants placent des colliers de fleurs sur leur porte d’entrée, sur le portail de leur maison.

© Article de Nidish

Voir sur ce blog la plus longue guirlande de fleurs au monde

Sport et concentration, les réponses de Sri Chinmoy

Lundi 25 janvier 2010

srichinmoy256lbwr1161kgdepuisle30janvier2006270livressoit1227kgjpeg.jpeg
Sri Chinmoy soulève ici,
seulement avec la force du poignet
256 livres soit 116,1 Kg.
Depuis, le 30 janvier 2006, il a soulevé
270 livres, soit 122,7 Kg.

Question : Est-ce que la concentration d’un athlète peut l’aider spirituellement ?

Sri Chinmoy : Bien que la concentration de l’athlète se situe sur le plan physique et sur le plan vital, et non pas sur le plan psychique, elle apporte cependant un soutien. Elle est un pouvoir, comme le pouvoir de l’argent, qui peut être utilisé pour n’importe quoi. Mais si l’on veut acheter quelque chose sur le plan subtil, le pouvoir de l’argent ne pourra l’acquérir. Pour les choses subtiles, il faut une différente forme de concentration. Il y a une grande différence entre la concentration psychique et la concentration physique ou vitale. La concentration psychique est vraiment difficile, bien plus difficile que la concentration physique ou vitale. C’est comme son grand frère. Mais le petit frère peut tout de même aider le grand frère. Le pouvoir de concentration que l’on apprend en athlétisme apporte certainement quelque chose à la concentration psychique. Et lorsque quelqu’un a une bonne force de concentration, à la fois sur le plan psychique et sur les plans physique, vital et mental, alors cette personne peut facilement devenir un grand champion dans le monde de l’athlétisme autant que dans le monde spirituel.

Question : Diriez-vous qu’aujourd’hui les gens se mettent à courir pour apporter quelque chose de plus à leur vie spirituelle ?

Sri Chinmoy : Vous utilisez le terme « spiritualité ». Mais dans ce cas, utilisons le terme « bonheur ». Beaucoup de gens ont découvert que la course était un moyen très efficace pour trouver le bonheur. La course ne requiert pas que la bonne forme du corps mais également la bonne forme du vital, du mental, et du cœur. Il arrive que le corps soit en bonne forme, mais que le mental ne soit pas prêt. Parfois, le mental vent courir, mais c’est le corps qui ne veut pas coopérer. Lorsqu’il s’agit de courir, tous les « membres de la famille » — le corps, le vital, le mental et le cœur — doivent coopérer. A travers la course, l’âme veut offrir un festin à tous ses enfants. Sa joie ne sera pas complète tant que tous les membres — le corps, le vital le mental et le cœur — ne participent pas tous. Ce que la course fait, c’est garder le corps, le vital le mental et le cœur en forme afin que l’âme puisse être pleinement heureuse.

Méditation : S’identifier aux valeurs positives de la vie, laisser entrer ses seuls amis : Amour, Paix, Joie, Félicité…

Jeudi 17 décembre 2009

Préambule de Nidish :

Bien souvent les adolescents sont perdus entre deux statuts, celui d’enfant et celui d’adulte. Les adultes qui franchissent le passage d’une nouvelle dizaine d’années vivent aussi des troubles. Il en est de même des personnes âgées qui voient leur corps se flétrir, s’alourdir, se raidir et malgré tout continuent à ressentir en elles la jeunesse de leur vingt ans. Pour tous ceux-là dont nous sommes, l’article suivant de Sri Chinmoy peut aider à retrouver et à comprendre que nous sommes l’âme au plus profond de nous et que c’est en nous accordant avec elle que la joie, la paix et l’éternelle jeunesse peuvent s’incarner et se révéler dans notre vie.

Question : Comment un débutant médite-t-il sur le cœur ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : Un débutant doit sentir qu’il est un enfant, quelque soit son âge réel. Le mental d’un enfant n’est pas développé. Lorsqu’il a 12 ou 13 ans, son mental commence à fonctionner à un niveau intellectuel, mais avant cela, il est tout dans le cœur. Tout ce qu’il voit, il le prend pour sien. Il s’identifie spontanément. C’est ainsi que le cœur agit.
Lorsque vous sentez que vous êtes un enfant, sentez immédiatement que vous vous trouvez dans un jardin de fleurs. Ce jardin de fleurs est votre cour. Un enfant peut jouer dans un jardin pendant des heures. Il ira d’une fleur à l’autre, mais il ne quittera jamais le jardin, parce qu’il trouvera de la joie dans la beauté et dans le parfum de chaque fleur. a l’intérieur de vous, il y a un jardin et vous pouvez y rester aussi longtemps que vous le voulez. De cette façon, vous pouvez méditer sur le cœur.
Essayez de sentir que toute votre force, toute votre détermination et votre volonté se trouvent dans un endroit particulier, ici, à l’intérieur de votre cœur. Sentez que vous n’existez nulle part ailleurs que dans ce petit endroit. Vous n’avez ni yeux, ni nez, ni rien du tout. L’intensité ne viendra que lorsque vous sentirez que toute votre existence est concentrée en un seul point et non dispersée.
Cliquer
ici
pour

(suite…)

Ouverture du cœur spirituel, du chakra du cœur : Exercice

Mercredi 16 décembre 2009

srichinmoy.jpg
Le Cœur de Sri Chinmoy
lors des Célébrations de son anniversaire en 2003

Si vous pouvez vous concentrer sur le bout de votre doigt, ou sur une bougie ou tout autre chose, vous pouvez aussi vous concentrer sur votre cœur. Vous pouvez fermer les yeux ou regarder un mur, mais pendant tout ce temps, pensez à votre cœur comme à un ami cher. Lorsque ces pensées deviennent intenses, quelles absorbent toute votre attention, c’est que vous êtes allé au-delà de la pensée ordinaire et que vous êtes entré dans la concentration. Vous ne pouvez pas regarder physiquement votre cœur spirituel, mais vous pouvez concentrer toute votre attention sur lui. Puis, graduellement, la force de votre concentration entre dans le cœur et vous entraine complètement en dehors du monde du mental.

Si vous ne possédez pas encore de pureté en abondance, si d’innombrables désirs terrestres accaparent votre cœur, alors vous devriez invoquer la pureté avant de vous concentrer sur le cœur. La pureté est le sentiment d’avoir un autel vivant au plus profond de votre cœur; lorsque vous sentez la présence divine d’un autel intérieur, vous êtes automatiquement purifié. a partir de ce moment, votre concentration sur le cœur sera des plus efficace.

Avant de pratiquer, vous pouvez lire les articles localisant le cœur spirituel et le présentant ; vous les trouverez sur ce blog Ici ; mais n’oubliez pas de passer à la pratique après, si telle est votre intention.

© Texte de Sri Chinmoy – et photo – Centre de Sri Chinmoy