Archive de la catégorie ‘- Contrôle de soi’

La Méditation, conférence donnée par Sri Chinmoy à l’Université de Brown

Lundi 11 janvier 2010

ckgbiopicsilh2.jpg
Sri Chinmoy
27 Aout 1931 – 11 Octobre 2007

La méditation est découverte de Dieu.
La méditation est maîtrise de soi.
La méditation est la lumineuse progression éternelle de l’homme.
La méditation est la félicité-Satisfaction infinie de Dieu en l’homme.

La méditation est destinée aux chercheurs de vérité.
La méditation est destinée aux amoureux de Dieu.
Les premiers sont bénis par l’œil transcendantal de la Vision de Dieu,
Les seconds sont étreints par le Cœur universel de l’Unité de Dieu.

Hier, le message de la méditation était :
« Réalise Dieu ».
Aujourd’hui il est :
« Réalise Dieu, puis manifeste-Le.
Demain il sera :
« Réalise Dieu, manifeste-Le, et enfin deviens un autre Dieu. »

Avant de méditer, je contrains mon mental raisonneur à disparaître.
Et je supplie mon Dieu aimant d’apparaître.
Après avoir médité, je m’octroie avec ferveur un nom nouveau :  gratitude.
Et Dieu, en Son infinie Bonté,
m’accorde la bénédiction d’un nom nouveau et fertile :
Satisfaction.

Chaque fois que je médite sur Dieu,
Il m’enseigne un nouveau chant de soumission de ma vie.
Chaque fois que Dieu médite sur moi,
Je Lui offre un nouveau chant de gratitude de mon cœur.

La terre médite pour la transformation de l’homme.
Le Ciel médite pour la Satisfaction de Dieu.
Je médite pour la perfection complète de ma nature.
Et Dieu médite pour la manifestation universelle
De Sa Conscience transcendantale et de Sa Vision transcendantale sur la terre.

Conférence donnée par Sri Chinmoy
Université Brown
Providence, Rhode Island.
5 mars 1989

© Extrait du 998ème livre de Sri Chinmoy « L’Offrande de Paix de mon cœur » constitué de 21 conférences données en 1989

Méditation : S’identifier aux valeurs positives de la vie, laisser entrer ses seuls amis : Amour, Paix, Joie, Félicité…

Jeudi 17 décembre 2009

Préambule de Nidish :

Bien souvent les adolescents sont perdus entre deux statuts, celui d’enfant et celui d’adulte. Les adultes qui franchissent le passage d’une nouvelle dizaine d’années vivent aussi des troubles. Il en est de même des personnes âgées qui voient leur corps se flétrir, s’alourdir, se raidir et malgré tout continuent à ressentir en elles la jeunesse de leur vingt ans. Pour tous ceux-là dont nous sommes, l’article suivant de Sri Chinmoy peut aider à retrouver et à comprendre que nous sommes l’âme au plus profond de nous et que c’est en nous accordant avec elle que la joie, la paix et l’éternelle jeunesse peuvent s’incarner et se révéler dans notre vie.

Question : Comment un débutant médite-t-il sur le cœur ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : Un débutant doit sentir qu’il est un enfant, quelque soit son âge réel. Le mental d’un enfant n’est pas développé. Lorsqu’il a 12 ou 13 ans, son mental commence à fonctionner à un niveau intellectuel, mais avant cela, il est tout dans le cœur. Tout ce qu’il voit, il le prend pour sien. Il s’identifie spontanément. C’est ainsi que le cœur agit.
Lorsque vous sentez que vous êtes un enfant, sentez immédiatement que vous vous trouvez dans un jardin de fleurs. Ce jardin de fleurs est votre cour. Un enfant peut jouer dans un jardin pendant des heures. Il ira d’une fleur à l’autre, mais il ne quittera jamais le jardin, parce qu’il trouvera de la joie dans la beauté et dans le parfum de chaque fleur. a l’intérieur de vous, il y a un jardin et vous pouvez y rester aussi longtemps que vous le voulez. De cette façon, vous pouvez méditer sur le cœur.
Essayez de sentir que toute votre force, toute votre détermination et votre volonté se trouvent dans un endroit particulier, ici, à l’intérieur de votre cœur. Sentez que vous n’existez nulle part ailleurs que dans ce petit endroit. Vous n’avez ni yeux, ni nez, ni rien du tout. L’intensité ne viendra que lorsque vous sentirez que toute votre existence est concentrée en un seul point et non dispersée.
Cliquer
ici
pour

(suite…)

Préambule de Nidish : Couple ou célibat

Samedi 3 octobre 2009


1 + 1 = Deux chemins propres

ou

1 + 1 = Une quête commune


S’il y a une chose qui est certaine dans la vie sociale, c’est que tout le monde n’est pas fait pour vivre en couple. Sri Chinmoy nous apprend que le couple doit être une relation voulue par Dieu. Par notre propre âme. Si les personnes s’unissent pour combler leurs besoins physiques, ou encore par insécurité, ou par conditionnement social, familial ou médiatique, que cela soit à l’église, à la mairie ou ailleurs, si l’union n’est pas la volonté de Dieu, ces couples vont à la catastrophe. Nous avons tous put constater autour de nous  et en lisant les journaux, les tourments que vivent les familles créées sur des bases incertaines.
« Un(e) de perdu(e), dix de retrouvé(e)s » dit le dicton populaire et certains amis qui prodiguent leurs conseils aux couples infortunés. Nous sommes parfois très longs à comprendre. Ainsi après une expérience douloureuse, l’on continue à chercher et à reproduire des situations nouvelles, avec la volonté, pour que nos besoins mentaux et vitaux soient satisfaits ; l’on fuit ainsi la rencontre du Grand Silence. Dieu.
Si la volonté de notre âme est que l’on soit célibataire et que l’on prie et médite, l’on peut toujours persister à répéter nos expériences de couple, elles seront toujours sans solutions. Et toujours dans les pleurs, l’insatisfaction et la douleur.

© Nidish

Ashrita Un record du monde au “Temple Tiger”, Temple Bouddhiste en Taïlande

Samedi 26 septembre 2009

 

ashritafurmanmacaw.jpg

Je vous ai présenté Ashrita Furman le recordman du monde des records dans le livre Guinness des records le 17 septembre. Aujourd’hui, je vous transmet son témoignage sur l’un de ses records et sa rencontre avec un moine Bouddhiste en Thaïlande et un tigre d’âge adulte.

« Je réalise maintenant que tenter d’inclure un tigre qui a atteint une pleine croissance dans une tentative de record Guinness était une idée assez folle. Je n’ai à-dire pour ma défense, seulement que j’ai été bercé par un faux sentiment de sécurité. »

Le record qu’Ashrita a réalisé a consisté à franchir en multibonds (Skipping) une distance de 5 Km (3,1 miles) en 35’19″, le dernier tour avec un tigre tenu en laisse.

Ce qui est passionnant dans ce records comme dans de nombreux autres c’est non seulement l’exploit sportif, mais aussi le contexte humain et spirituel qui est en rapport.

img1450jpg.jpegpig2a.jpgimg1479jpg.jpeganimal5.jpg

animal1.jpg

animal6.jpgpig2a1.jpgimg1861ajpg.jpegimg2872.jpg

Pour réaliser ce record Ashrita s’est rendu en Taïlande  au « Luangta Wat Pa Yanasampanno Forest » un monastère qui se trouve à Kanchanaburi, mieux connu sous le  nom de « Temple Tiger ». Il s’agit d’un monastère bouddhiste où les moines prennent soin d’animaux orphelins ou blessés, particulièrement les tigres, une quinzaine, mais aussi des sangliers, des vaches, des buffles d’eau, des chevaux, des chevreuils…
Ce sont des animaux sauvages, mais qui se familiarisent avec les moines, « pensez à ce sujet » suggèrent les moines Bouddhistes.

Les visiteurs les questionnent quelque fois :
Q. : N’avez-vous jamais été attaqué par les tigres ?
Personne n’a jamais été attaqué par les tigres. Les moines et les assistants attitrés du temple ont un très bon contrôle sur les Tigres ils peuvent lire leur comportement extrêmement bien. Les garants des tigres peuvent occasionnellement se faire griffer tout en jouant avec les louveteaux, mais rien de sérieux n’ait jamais arrivé au temple.

Q. : Ne se mettent-ils jamais en colère ou ne sont-ils jamais agressif ?
Comme tout animal, y compris les humains, ils ont leurs moments quand ils ne veulent pas faire quelque chose ils ont un grognement. Mais ce n’est qu’un avertissement qu’ils ne sont pas heureux de la situation et quand vous vous arrêtez, ils sont heureux d’obtenir la paix. Il n’y a pas eu de véritable agression contre personne. processus.

tigerskip1.jpg

 En cliquant :

(suite…)

Pensée de sagesse : Nidish

Lundi 21 septembre 2009

 

clich20090909115807.jpg

 Le suprême héros
combat ses démons intérieurs
et laisse le monde
en paix.
Nidish.

© Photo Pavitrata « Bijon’s dashboard Buddha » Sri Chinmoy Center
© Nidish – Pensées de « Sagesse »

Question – Réponse de Sri Chinmoy : L’amour humain et l’Amour divin

Lundi 31 août 2009

Question : Quelle est la différence entre l’amour humain et l’amour divin ?

ckg208n1.jpgSri Chinmoy : L’amour est un oiseau. Mettez-le en cage, il s’appelle amour humain. permettez-lui de voler au cœur de la conscience Omniprésente, il s’appelle amour divin.
L’amour humain tire ses racines du vital ; l’amour divin a les siennes dans l’âme. L’amour humain entonne le chant de la possession ; l’amour divin celui de l’offrande de soi. L’amour humain ne désire que posséder et être possédé ; on y trouve toujours un besoin au niveau vital, au mieux une attente subtile. Si une vérité supérieure s’y fait jour, le besoin pourra s’atténuer, mais l’attente subtile persistera malgré tout.
Dans l’amour divin, il n’est rien de tel. On ne fait qu’offrir sans compter ce que l’on est et ce que l’on a.
Dans l’amour humain subsistent encore les sentiments de supériorité et d’infériorité. Le supérieur aime l’inférieur parce que dans une certaine mesure il se complait dans sa supériorité. Quant à l’intérêt de l’inférieur pour le supérieur, il émane souvent d’un sentiment d’insécurité. Ainsi, l’amour les enchaine l’un à l’autre en leur apportant une satisfaction réciproque. Mais dans l’amour divin, supériorité et infériorité sont vides de sens, car l’amour divin tire sa joie que de l’offrande de soi aussi totale qu’inconditionnelle. Si dans l’amour humain le mental sceptique et suspicieux intervient fréquemment -accompagné de sa cohorte d’accusations, de méprises et autres querelles-, l’amour divin n’a comme maitre que le cœur, le cœur qui aime et où voisinent désintéressement, esprit de sacrifice et joie. Si dans l’amour humain amant et bien-aimé sont deux personnes distinctes, l’amour divin les voit inséparablement unis par un Suprême immanent à l’intérieur de toute chose.

© Texte extrait du livre “La Lumière de l’Au-Delà” de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 1989 Sri Chinmoy Tous droits réservés

 

Je suis heureux, un texte poétique de Sri Chinmoy

Jeudi 27 août 2009

ckgesraj.jpg
Sri Chinmoy à l’esraj

JE SUIS HEUREUX

Je suis heureux parce que je choisis toujours le bon moment.
Je suis heureux parce que je sais écouter.
Je suis heureux parce que je n’élève pas la voix.
Je suis heureux parce que je n’essaie pas de convaincre les autres.
Je suis heureux parce que je je ne me plains pas.
Je suis heureux parce que je ne fais pas deux choses à la fois.
Je suis heureux parce que mes pensées ne portent jamais sur deux choses à la fois.
Je suis heureux parce que j’ai réalisé cette vérité, que ce qui importe le plus dans ma vie est l’amélioration de moi-même.
Je suis heureux parce que j’accentue sans réserve les qualités des autres.
Je suis heureux parce que j’ai considérablement réduit le nombre de mes désirs.
Je suis heureux parce que je pratique chaque jour le contrôle de mes pensées.
Je suis heureux parce que je n’abandonne jamais.
Je suis heureux parce que chaque jour je purifie mon coeur en offrant ma gratitude au Suprême Absolu.
Je suis heureux parce que je sais que mon amour de la pureté fait des merveilles.
Je suis heureux à cause d’une prière fervente que je fais chaque jour :
« ô Bien-Aimé Suprême,
ô Guide Suprême de l’Eternité,
Transforme le monde
A commencer par moi-même,
Ma vie, mon tout. »

Je suis heureux parce que chaque jour j’implore de voir le Réel en moi.
Le Réel en moi est mon unité divine, sans réserve, inconditionnelle, avec la Volonté de mon Bien-Aimé Suprême.
Je suis heureux, non pas parce que je suis pour mon Guide Suprême, ni parce qu’il est pour moi, mais parce que mon guide Suprême existe éternellement. Sa seule existence ici-bas et au Ciel fait mon bonheur.
Lorsque j’essaie de l’avoir pour moi, je ne fais que L’attirer dans ma vie de désirs. Mais lorsque je me dédie à Lui, je transporte ma vie de désirs en Lui.
Je ne veux d’aucune manière enchainer mon Bien-Aimé Suprême.
Dorénavant ma satisfaction, ma suprême satisfaction résidera dans la seule découverte du fait que Lui seul existe éternellement.

 

© Texte extrait du livre “Le cœur parle » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “A.L.T.E.S.S.”
Copyright © 1995 Sri Chinmoy Tous droits réservés

http://www.editionsaltess.com/