Archive de la catégorie ‘* Critique’

Que gagne-t-on à détester ?

Lundi 23 novembre 2009

wwwnidishunblogfr.jpg

Chacun aime à rejeter le blâme sur un autre. Or qui est cet « autre », sinon une partie du Soi universel non-réalisé ?

Peut-être considérez-vous que certains êtres en ce monde sont exécrables. Mais que gagnez-vous à critiquer ou à détester untel ou untel ? L’autre n’a assurément rien à tirer de votre haine. Quant à vous, vous y perdrez un élément très doux qui est en vous. Vous avez beau dire que vous êtes obligé de réagir parce que la personne en question est épouvantable, la haine n’est pas la bonne méthode. L’arme la plus efficace est l’amour.

C’est la force de l’amour
Qui illumine les sommets de l’Ego,
Et non l’inverse.

 

© Texte extrait du livre « Un jour nouveau » de Sri Chinmoy , s’il est épuisé, vous pouvez vous procurer le livre « Le Voyage de l’Âme » paru aux Editions Sri Chinmoy diffusé par les « Editions de La Flûte d’Or » © Photo Nidish

Le chercheur véritable de la Suprême Vérité, un texte de Sri Chinmoy

Jeudi 29 octobre 2009

curderoserougewwwnidishunblogfr.jpg
« Cœur en fleur »

Le chercheur Véritable

Le chercheur véritable ne se plaint pas, car il sait que ses plaintes sont semblables à des flétrissures, à des taches dans le Cœur de son Bien-Aimé Suprême. Le chercheur véritable est celui qui ne critique pas le monde qui l’entoure, car il sait que ses critiques sont des flétrissures dans le Cœur de son Bien-Aimé Suprême. Le chercheur véritable veut un monde de perfection. Et il ne le trouvera que grâce à son unité, à son unité ultime avec le monde en lui, et avec le monde autour de lui. Chaque fois qu’il se plaint, chaque fois qu’il critique, il faillit à sa mission. N’était-ce pas sa promesse, lorsqu’il se trouvait dans le monde de l’âme, que de servir l’humanité aspirante ? C’était la promesse solennelle qu’il fît au Suprême, au Pilote Absolu. Ce n’est ni par la critique, ni en se plaignant, qu’il parviendra à installer la paix et l’harmonie dans le monde. C’est par l’acceptation de la réalité terrestre en tant que telle. C’est par un don de soi constant, qui s’épanouit ultimement en un devenir Dieu. Le don de soi d’aujourd’hui est le devenir Dieu de demain.


© « Le Chercheur véritable »
2/7/75 NY Centre Sri Chinmoy
© Photo Nidish « Cœur en fleur »

Question – Réponse de Sri Chinmoy : S’inspirer ou admirer l’art ?

Lundi 7 septembre 2009


Question :
Comment apprend-on à trouver de l’inspiration dans l’art au lieu de se contenter de l’admirer ?

ckg208n11.jpgSri Chinmoy : L’appréciation de l’art avec l’amour du cœur fait immédiatement naître de l’inspiration. Mais une appréciation mentale vous maintient prisonnier de votre mental. Vous ne faites que mesurer l’art, le juger. Même lorsque vous l’appréciez, l’œuvre d’art ne vous apporte aucune inspiration. Si par contre vous l’admirez avec votre cœur, vous vous identifiez à elle. Ce sentiment d’unité fait naître en cœur une inspiration qui se transformera en aspiration. Demain, elle deviendra la révélation et la manifestation. Lorsque vous l’appréciez avec le cœur, il y a identification ; lorsque vous l’appréciez mentalement, en même temps que vous l’appréciez, vous vous dites que vous pourriez peindre la même chose ou écrire la même chose bien mieux que l’artiste. Avec le mental, vous appréciez tout en analysant et en jugeant et cette association du plaisir d’admirer et de l’analyse vous empêche d’être inspiré par l’œuvre, parce que vous êtes occupé à juger et à la corriger. Vous l’aimez, mais en même temps, vous montrez votre sentiment de supériorité en essayant de la corriger et de la parfaire. Par contre, lorsque vous l’appréciez avec le cœur ou avec votre identification, vous recevez automatiquement l’inspiration qui se trouve dans l’œuvre créée par l’artiste. Dans le cœur, vous vous identifiez à l’inspiration et cette inspiration finira tôt ou tard par se révéler comme une nouvelle forme de création dans votre vie.

Vous trouverez beaucoup d’autres articles sur l’art dans la liste qui se trouve dans les PAGES en haut à droite du blog, en bleu. Aussi en cliquant sur les mots clés, en bleu, ci-dessous. Vous allez devenir expert à tout lire ! ! !

Extrait du livre “L’art et la spiritualité” de Sri Chinmoy, récemment édité, en France, par les “Editions La Flûte d’Or”
Copyright © 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Question – Réponse de Sri Chinmoy à propos du paradis, de l’enfer, du suicide

Samedi 14 juin 2008

Question : L’enfer est-il un lieu précis dans les mondes vitaux, ou bien est-ce un état de conscience ?
ckg208n14.jpgSri Chinmoy : Au niveau du mental physique, l’enfer est effectivement un lieu. Il existe pour l’expérience de l’âme. Si vous menez une vie corrompue, il vous faudra y aller. C’est une véritable torture, une torture inimaginable. Celle-ci est d’une sévérité particulière pour ceux qui attentent à leur vie. Les souffrances qu’endurent les suicidés au niveau du physique subtil et du vital subtil sont inconcevables et intolérables. Ils n’auront pas avant longtemps l’occasion de s’incarner à nouveau. Et lorsqu’après avoir souffert de nombreuses années dans le monde vital ils obtiendront enfin une incarnation, celle-ci sera défectueuse. Et cette situation se prolongera au-delà d’une incarnation, à moins qu’ils ne reçoivent le pardon d’un maître spirituel ou que la Grâce de Dieu n’intervienne. Pis encore, ils créeront d’emblée une perturbation au sein de la famille où ils renaîtront. Si un suicidé s’incarne et souffre de trouble mentaux, par exemple, cela occasionnera de graves problèmes pour sa famille. En outre, ce type d’âme aggrave fréquemment son mauvais karma en persistant dans l’erreur et en ne modifiant pas son attitude. mais il suffit de la Grâce de Dieu ou de l’intercession d’un maître spirituel pour que l’âme reçoivent de l’aide.
Ainsi, pour celui qui vit dans la conscience physique grossière ou dans la conscience du corps, l’enfer est-il réellement un lieu. Mais sachez qu’au plus haut-niveau spirituel, l’enfer, tout comme le paradis, est un plan de conscience. Le paradis et l’enfer commencent dans le mental. Dès l’instant où nous avons de bonnes pensées, où nous prions, méditons et nous efforçons d’offrir la lumière intérieure acquise lors de nos méditations et de nos prières, nous commençons à vivre au paradis. Dès l’instant où nous pensons du mal des autres, les critiquons, et entretenons de mauvaises pensées à leur sujet, nous pénétrons en enfer. Nous créons le paradis, nous créons l’enfer. Nous créons le paradis par nos pensées divines, et nous créons l’enfer en nous-même par nos pensées négatives. Le paradis et l’enfer sont tous deux des états de conscience profondément en nous-mêmes, nous découvrons que nous contenons l’univers entier. A l’intérieur de ce corps physique se trouve le corps subtil ; et dans le corps subtil, dans le cœur, nous découvrons l’existence de l’âme. De là, en plongeant encore plus profond, nous apercevons l’univers entier.

© Textes extrait du livre “Mort et réincarnation » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”
Copyright © 1991 Sri Chinmoy Tous droits réservés
http://www.laflutedor.com/

Résonnance entre trois Auteurs, Bouddha, Sri Chinmoy, Hazrat Inayat Khan : Contrôle de soi

Jeudi 15 mai 2008

nikkonoevil4902.jpg
Culture : Japonaise

Il faut contenir une mauvaise impulsion : l’impulsion de rendre la pareille à une personne qui nous insulte, l’impulsion de piquer quelqu’un par un mot, de blesser avec des paroles tranchantes, l’impulsion de chercher à savoir le secret des autres, l’impulsion de critiquer. Toutes ces impulsions indésirables peuvent être maitrisées. Ce qui importe n’est pas de les avoir maitrisées, mais d’avoir gagné du pouvoir sur soi-même.
Hazrat Inayat Khan

Responsable d’un ordre Soufi

 

Celui qui cherche à triompher de lui-même est non seulement le plus sage des hommes, il est aussi le plus grand des héros.
Sri Chinmoy
Maître Spirituel Indien

Il est bon de contrôler l’œil.
Il est bon de contrôler l’oreille.
Il est bon de contrôler le nez.
Il est bon de contrôler la langue.
Dhammapada XXV.360
La Voie du Bouddha
© Editions Le Point

Copyright © Tous droits réservés

Aphorisme – pensée du jour, par Sri Chinmoy

Mercredi 16 avril 2008

 

soulbird11.jpeg

Si vous devez juger,

Alors ne jugez que vous-même.
Ne jugez jamais autrui, jamais !

 

© Centre Sri Chinmoy, extrait du livre : “Philosophy for the New Millenium”

Témoignage : Critiquer ou aimer, par Nidish

Mardi 15 avril 2008


“Point d’ascendant sur les autres,
Que de l’Amour pour les autres.”

Nidish

Il est bien facile de sourire du comportement des autres quand ce comportement est éloigné de ce que l’on connait. Mais il est judicieux et préférable de prendre du recul et seulement d’être aimant, car les autres peuvent avoir des raisons tout à fait fondées d’agir comme ils agissent, même si leurs faits, gestes et attitudes peuvent nous paraitre ridicules ou saugrenus. Pour illustrer, je prendrai une situation récente dont j’ai été témoin et une autre que l’on m’a rapporté :

“Ce jour là, des amis de longue date se réunissaient autour d’un repas composé de préparations et d’achats apportés par chacun. Dans les convives, il y avait, entre autres, des mères de famille, un restaurateur, un sportif… Le sportif, avait amené des coquillettes, les autres avaient apporté des plats préparés. Le repas terminé, il restait encore beaucoup de nourriture que les présents se partagèrent. Parmi les plats encore sur la table, il y avait des mets finement préparés et les sobres coquillettes du sportif. Ce dernier, sans hésiter, reprit le restant de pattes et quelques petites victuailles. Le gros de son paquetage était les coquillettes. Le réflexe aurait été de sourire de le voir repartir avec seulement avec des pattes, quand le festin à côté était encore là. Mais la sagesse des amis a éloigné toute moquerie. Plus tard, la réflexion tirée de l’enseignement que nous apporte une pratique régulière du sport, nous a fait penser que le jeune homme avait un besoin de protide et que c’était son organisme qui l’avait conduit à apporter des pattes et à repartir avec le restant, pour les consommer.”

Dans le même sens de réflexion, un ami médecin homéopathe me disait que les rhumatisants et les asthmatiques réagissaient prématurément aux variations du temps. Il me racontait qu’une fois, un asthmatique était venu en consultation parce qu’il sentait une très forte pression sur la poitrine, il affirmait qu’il allait neiger. Rien ne le laissait prévoir à l’heure de la consultation. Le lendemain, le médecin constata qu’il neigeait.

© Nidish


Si vous avez eu ce même type d’expériences
,
vous pouvez, si le cœur vous en dit, nous les faire partager dans les commentaires.

« Critiquer n’est pas mon jeu », témoignage de Nidish

Jeudi 3 avril 2008

Ne critiquez pas le monde, Améliorez le
Comment ?
En vous améliorant vous même à chaque instant.
Sri Chinmoy

rishivedas.jpg

J’allais sur mon vélo tout empli de mécontentement et de rancune envers une personne avec qui je venais d’avoir un différend. Ma hargne était forte, quand me vint à l’esprit l’aphorisme de Sri Chinmoy ci-dessus. Je me dis alors : “Oui, d’accord, mais là, c’est vraiment trop injuste, il a exagéré… Mais voyons, essayons de mettre en pratique cet aphorisme ; arrêtons ces pensées négatives, pour voir…” J’ai donc fait l’essai et l’effort d’attention d’interrompre mes rancunes en la direction de la personne…

Aussitôt, malgré mon contrôle, une nouvelle pensée négative envers quelqu’un d’autre m’est venue, avec un autre motif. Le constatant, j’ai aussitôt arrêté cette nouvelle pensée, et observé un nouveau silence. Aussi rapidement, dans les quelques instants qui ont suivis, une autre pensée s’est présentée, tout aussi négative… à nouveau je m’en suis rendu compte, je l’ai de même stoppée.

J’en suis resté soufflé, je me suis dit, repensant à la hargne que j’avais un peu plus tôt : “Effectivement, cela vient bien de moi, de mon état à moi, je n’ai à m’en prendre à personne !” Je me rendais compte de la portée de cet aphorisme ; je me suis promis d’être plus vigilant. Cela, c’était il y a dix neuf ans ; aujourd’hui, je vois que le travail intérieur qui s’est effectué avec la méditation dans la voie de Sri Chinmoy m’a profité. Gratitude, Sri Chinmoy, gratitude !

Résonance entre plusieurs Auteurs : CRITIQUER !? NON MERCI !

Jeudi 3 avril 2008

- Pourquoi voyez-vous une paille dans l’oeil de votre frère, tandis que vous ne voyez pas une poutre dans la vôtre ?
Evangile de Saint Matthieu

- Nous ne connaitrons la paix que lorsque nous aurons totalement cessé de critiquer autrui.
Sri Chinmoy

- Si tu juges les gens tu n’as pas le temps de les aimer.
Mère Teresa

- Ne vous occupez pas des imperfections des autres, mais essayez de découvrir leurs qualités positives en vous rappelant que c’est votre façon de voir les choses, quand vous critiquez autrui, qui vous fait souffrir.
Mâ Ananda Moyî

- Critiquer les autres crée des obstacles pour tout le monde : pour celui qui le fait et pour celui qui est blâmé ainsi que pour ceux qui écoutent les critiques. Tandis que ce qui est dit dans un esprit positif est fructueux pour tous.
Mâ Ananda Moyî

- En fait de goût, chacun doit être le maître chez soi.
Voltaire

- On doit se regarder soi-même un fort longtemps, avant de condamner les gens.
Molière

- Ceux qui veulent gloser, doivent bien regarder chez eux s’il n’y a rien qui cloche.
Molière

- Le corbeau critique la noirceur
William Shakespeare

Pensées de sagesse et de spiritualité, par Sri Chinmoy

Jeudi 3 avril 2008

Ce qui nous permettra d’accroitre nos progrès intérieurs, ce sont des encouragement constructifs et non pas une critique destructive.

Si vous prenez plaisir à considérer les travers d’autrui, vous aurez un fardeau supplémentaire à porter sur vos épaules. En effet, en vous réjouissant de leurs imperfections, vous attirez celles-ci dans votre propre nature. Etant donné que vous êtes déjà chargé d’une certaine quantité de défauts, songer à ceux d’autrui ne fait qu’ajouter au poids qu’il vous faut porter. Si vous demeurez neutre, si vous dites : « J’ai suffisamment de problèmes à moi. Les leurs sont leur responsabilité », ils porteront eux-mêmes leur fardeau.

Critiquer délibérément un autre être
Risque de marquer d’une tache indélébile
L’auteur de la critique.

Extrait de « Un jour nouveau » de Sri Chinmoy paru aux Editions de la Flûte d’or. A ce jour, il est épuisé, sur le même principe, vous pourrez trouver aux Editions de la Flûte d’or, « Jour de l’âme » de Sri Chinmoy.