Archive de la catégorie ‘= Humanitaire’

Lettre ouverte à mes jeunes voisins consommateurs de drogue, en prenant pour responsables les États dans l’expectative

Jeudi 27 décembre 2012

Lettre ouverte à mes jeunes voisins consommateurs de drogue, en prenant pour responsables les États dans l'expectative dans * Drogue nidish-plume-ecriture1
J’ai écrit le courrier ci-dessous à des voisins qui ne sont plus actuellement mes voisins.

Dans ma commune, certains jours, c’est tous les 50 mètres que l’on absorbe des doses de cannabis par le simple fait de respirer.

Aujourd’hui, dans une rue proche de chez moi, c’est sur 50 mètres qu’une forte densité du produit se faisait sentir. Alors que je la remontais dans le « nuage », une maman descendait la rue en poussant un landau ; dans le landau, il y avait un jeune enfant.

Le problème est très grave, c’est un problème majeur de société. Les gouvernements qui se sont succédé sont très largement responsables de cette situation. Ils n’avaient pas le droit de jouer à l’autruche, ils n’ont pas le droit de s’irresponsabiliser.

Notre Président de la République actuel a à faire quelque chose à tous les niveaux pour changer la donne ; la France semble être une véritable passoire.


Jeunes hommes,

Vous allez quitter votre appartement dans quelques jours.

Je vous avais dit que fuir un problème, ne le résolvais pas.

Là où vous allez aller, vous allez avoir des voisins. Peut-être des enfants. Qu’est-ce que vous allez leur montrer, qu’est-ce que vous allez, malgré eux, leur faire respirer par votre voisinage ?

Ce jeudi 13 décembre 2012, une jeune dame, blonde (25ans environ), au pied de notre immeuble poussait à fumer une jeune fille colorée (17ans environs). Celle-là, emportée par la ou les premières tafs qu’elle avait fumés, quand l’autre lui tendit à nouveau le joint, s’étonna de cette transmission supplémentaire. L’ainée lui dit «Oui… on peut…» Quand j’ai croisé ces deux personnes, à l’entrée de l’immeuble, le regard de la plus âgée était empreint de dangerosité, tandis que l’adolescente portait douceur, candeur, et gentillesse. (suite…)

Effets de la drogue, les moyens de s’en sortir, une réflexion sur les Etats en expectatives

Mardi 25 décembre 2012

La Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT) s’intéresse tant aux drogues illicites qu’au tabac, à l’alcool, aux addictions, ici l’organisme du Ministère évoque les effets du cannabis sur la santé :

Effets immédiats du cannabis :

Les consommateurs recherchent un état de détente, de bien-être et une modification des perceptions (par exemple, sensation de mieux entendre la musique). Mais les effets recherchés ne sont pas toujours obtenus.

Les effets de la consommation de cannabis sont variables : légère euphorie accompagnée d’un sentiment d’apaisement, légère somnolence. Mais elle peut entraîner aussi parfois un malaise, une intoxication aiguë (« bad trip ») qui peut se traduire par des tremblements, des vomissements, une impression de confusion, d’étouffement, une angoisse très forte.

Le cannabis diminue les capacités de mémoire immédiate et de concentration chez les consommateurs, tant qu’ils sont sous l’effet du cannabis. La perception visuelle, la vigilance et les réflexes sont également modifiés. Ces effets sont dangereux dans les gestes de la vie quotidienne tels la conduite une voiture, l’usage de machines, l’ouverture et la fermeture de portes, du gaz de ville…

Selon la personne, la quantité consommée et la composition du produit, le cannabis peut avoir des effets physiques comme :

- Un gonflement des vaisseaux sanguins (yeux rouges) ;
- Une augmentation de l’appétit (fringales) ;
- Une augmentation du rythme du pouls (palpitations) ;
- Une diminution de la sécrétion salivaire (bouche sèche) ;
- Parfois une sensation de nausée ;
- Une crise de paranoïa.

Effets d’une consommation régulière : (suite…)

Les consommateurs de drogue oublient leur nature : propos environnementaux sur les cultures en Colombie

Mardi 25 décembre 2012


1) « La production de drogue est très nocive pour l’environnement. Outre le défrichage à grande échelle de forêt primaire, la transformation des feuilles en chlorhydrate de cocaïne exige des tonnes de produits chimiques que les narcotrafiquants reversent sans états d’âme dans les rivières », explique Mr Carlos Albornoz*, de la direction nationale des stupéfiants (DNE). Par ailleurs, Marie Delcas, dans le journal Le Monde.fr du 20.12.2012, nous informe que dans certaines régions, les narcotrafiquants obtiennent cinq récoltes par an. Or, on le sait dans nos pays occidentaux saturés de cette pratique, ces rythmes de productions sont obtenus à force d’engrais qui appauvrissent les sols, et empoisonnent rivières et cours d’eau.

2) À San Miguel, à la frontière équatorienne, le Comité International de la Croix Rouge (CICR) (soutient un projet de culture du cacao lancé par des paysans de la municipalité : « Grâce à des techniques de taille appropriées, au contrôle des maladies et à l’utilisation d’engrais et de fertilisants biologiques, la production ne cesse d’augmenter. Il reste encore beaucoup à faire, mais aujourd’hui déjà, les gens sont enthousiastes. Ils ont constitué une association, et de nombreux paysans qui n’avaient pas été associés au projet ont à leur tour commencé à semer des fèves de cacao. La joie et l’espoir éclairent le regard des nouveaux cultivateurs ».
« Aujourd’hui, nous vivons plus tranquilles. Nous avons à nouveau des perspectives d’avenir et nous sommes optimistes »
, conclut Fabio Portilla, habitant de La Union et propriétaire d’une des plantations de cacao les plus prospères de la région.

Résolution en ce jour de Noël  : Pour un monde et une vie meilleurs, abandonnons, si c’est le cas, la consommation de drogue, mangeons du chocolat Colombien.

 

1) * Cité par Mathilde Damgé, journaliste, dans le journal Le Monde.fr d’aujourd’hui
2) Source : SICR http://www.icrc.org/fre/resources/documents/feature/2012/colombia-feature-2012-07-03.htm

Booster la consommation de chocolat Colombien

Lundi 24 décembre 2012
Booster la consommation de chocolat Colombien

Affiche à diffuser

Si le Coca et le Cacao sont de belles plantes, l’une, au fil du temps, a été détournée de l’usage thérapeutique qu’on lui avait trouvé et a été utilisée à des fins illicites, au détriment de la santé et de la conscience des individus, tandis que l’autre, le cacao, a, de par sa simple nature, seulement rendu les services qu’on lui connait (éléments nutritifs, joie enfantine). Ces deux plantes poussent allègrement sur le sol Colombien où elles trouvent un climat chaud et humide qui convient à leur évolution. Or, l’une apporte des bienfaits à tous, du producteur au consommateur, et l’autre n’apporte que la fortune aux spéculateurs sans scrupules.

« La guérilla aide souvent les producteurs de coca à démarrer, leur prêtant semence et engrais. Assurant le transport et payant « cash ». Pas de quoi s’étonner, donc, que le nombre d’hectares de coca ait augmenté de 3 % en 2011, soit plus rapidement que le rythme de plantations de cacao.» nous dit Mathilde Damgé dans le journal Le Monde.fr d’aujourd’hui, et elle continue en nous informant que « 32 % des habitants vivent ou travaillent en zones rurales, la culture du cacao est, plus qu’une douceur dans un processus de paix encore chaotique avec les rebelles, un véritable enjeu pour la santé économique de la Colombie. »

Voilà, vous savez tout, vous consommez de la drogue, vous détruisez votre santé et vos neurones, vous consommez du chocolat, vous retrouvez la joie simple et naturel d’un enfant, vous vous apportez un nombre de minéraux conséquents, et vous aidez les pays d’Afrique et d’Amérique latine a vivre dignement.

La vie est une succession de choix continuelle.

Travailler – Servir – Ne rien faire – Que faire de soi – L’argent, mobile, ou outil ?

Jeudi 20 décembre 2012


« Ce n’est pas gagner peu, qui est grave, c’est de ne pas travailler. L’on peut vivre et être Heureux avec très peu. Quand on a pas de travail, drogue, alcool, vol, mendicité, prostitution et déviances de tous genres piétinent notre vie.

Le travailleur ne devrait pas travailler pour l’argent, mais pour le service que cela représente à lui-même et à l’humanité. Pour y arriver, se dégager de ses peurs du lendemain, et avoir la foi est nécessaire. Prier et méditer procurent la Paix de l’esprit et une Joie radiante.

Les personnes fortunées ne devraient pas tirer profit, ni sentiment de supériorité d’une telle abnégation ; elles devraient partager plus, d’elles-mêmes, et favoriser la création d’une multitude de petits emplois.

Ainsi le monde pourrait vivre plus heureux, car plus solidaire. »

Nidish

Armes légères et illégalité, l’ONU prend position alors que l’on est au lendemain du drame de Toulouse

Samedi 24 mars 2012


Drapeau des Nations Unies flottant à New York au siège des Nations Unies

Drapeau des Nations Unies flottant à New York au siège des Nations Unies

Communiqué de presse : ASSEMBLEE GENERALE CD/3330

Département de l’information • Service des informations et des accréditations
New York

23/03/2012
Comité préparatoire de la Conférence 
des Nations Unies sur les armes légères
9e & 10e séances – matin & après-midi


ARMES LÉGÈRES: LE COMITÉ PRÉPARATOIRE DE LA CONFÉRENCE D’EXAMEN ADOPTE SON RAPPORT FINAL


Après une semaine de débats, le Comité préparatoire de la Conférence des Nations Unies chargée d’examiner les progrès accomplis dans la mise en œuvre du Programme d’action en vue de prévenir, combattre et éliminer le commerce illicite des armes légères sous tous ses aspects a achevé aujourd’hui ses travaux en adoptant son rapport final.  « Malgré des problèmes réels, nous sommes parvenus à réaliser des progrès remarquables », a conclu sa Présidente, Mme Joy Ogwu, du Nigéria.

(suite…)

« Tous les hommes sont des frères », une expérience extraordinaire répétée chaque années par plus de 10 000 personnes à Osaka, et plus encore au Japon et dans le monde

Mercredi 14 mars 2012

 

Panorama de la ville de Ōsaka effectué en 2006

Panorama de la ville de Ōsaka au Japon en 2006

« Que la joie qui nous appelle nous accueille en sa clarté Que s’éveille sous son aile l’allégresse et la beauté ; plus de haine sur la terre, que renaisse le bonheur ! Tous les hommes sont des frères quand la joie unit les cœurs. » texte de F. Schiller, mis en musique par Ludwig Van Beethoven, base de l’hymne européen, est chanté depuis trente ans par dix mille chanteurs amateurs à Osaka, la troisième ville du Japon. Les Japonais nomment cette expérience musicale collective la Daiku. Les répétitions débutent l’été et aboutissent en fin d’année par un prodigieux concert qui réunit dix milles chanteurs d’origines très diverses.

(suite…)

Vidéo du discours de Mr. Davidson Hepburn, Président de la Conférence Générale de l’Unesco, à propos de la World Harmony Run, la course-relais la plus longue au monde pour l’Harmonie dans le monde

Vendredi 27 janvier 2012

 

Image de prévisualisation YouTube

La World Harmony Run, la course-relais la plus longue au monde pour la Paix et l’Harmonie dans le monde, est ici présentée par  Mr. Davidson Hepburn, Président de la Conférence Générale de l’Unesco à l’occasion du 25ème anniversaire du relais. La vidéo est imagée de son passage dans divers pays. Elle présente avec justesse l’esprit et l’action de cette merveilleuse course internationale.

« D’un œil, je prends la mesure… » Humour aimant de Nidish

Mercredi 30 novembre 2011
Sourire, sourire à la Vie

Sourire, sourire à la Vie

C’est l’histoire d’un monsieur qui n’avait qu’un œil, un jour alors qu’il allait au marché, il vit des légumes qui semblaient d’une taille supérieure à la moyenne habituelle. Il voulut en savoir plus, et il interrogea le vendeur, qui était aussi le maraîcher. Celui-ci s’étonna de la question, car tout le monde venait lui acheter sans rechigner :
« Monsieur, il semblerait que vous ne savez pas apprécier les bons produits ?
- Si si, tout à fait ! Mais je n’ai qu’un œil, et je vois avec celui-là que vos produits sont plus gros que la normale. Alors, je me dis que si j’avais les deux, ils m’apparaîtraient peut-être deux fois plus gros, alors je m’informais.
Et sur ce, il changea de trottoir.
Là il y avait un marchand de produit Bio.
Les légumes étaient de taille normale, mais le prix était plus élevé qu’en face. Il hésita, le client finalement rempli son panier. Il fit cependant remarquer le prix au maraîcher.
- Vous savez, si vous regardiez le temps que nous passons… et il évoqua la liste des tâches de son activité avec une passion amoureuse.
- Vous savez, je n’ai qu’un œil, je n’ai vu que vos produits et le prix. Si j’avais les deux, j’aurai aussi considéré le travail effectué.
- Ne vous en inquiétez pas, j’ai mes deux yeux, et des fois j’oublie aussi de considérer le travail qu’a demandé un produit fini.
Et tous deux se quittèrent en souriant.
Le monsieur à un œil faisait de l’import de produits achetés en Asie.
La nuit, dans son sommeil, ses courses effectuées sur le marché lui revinrent à l’esprit se mélangeant avec son travail d’import.
Il vit des anges qui fabriquaient de petits personnages souriants, objets de décoration pour les occidentaux. Mais la cadence s’accélérait, et on ne leur donnait ni à manger, ni à boire. Les anges, avec la journée qui s’écoulait, perdaient leurs plumes, le sourire, et dépérissaient. Les personnages qu’ils fabriquaient eux aussi avaient le sourire qui déclinait.
Le monsieur se réveilla effrayé :
« Oui, la vie est chère payée ! Mais nous devons savoir mettre le prix de l’Amour !
La vie est alors plus belle pour tout le monde.

Plus jamais je n’exploiterai le coeur de personne !
Je donnerai désormais de l’amour, de l’Amour, et encore de l’Amour ! »

© Nidish

Bonne nouvelle : désarmement naturel en cours dans l’aviation militaire

Jeudi 27 octobre 2011

nidishatte769rita768viennenidishunblogfr.jpg
Clin d’œil

Article réalisé à l’occasion de
la
Semaine du désarmement, initiée par les Nations Unies
du 24 au 30 0ctobre

o o o

Si l’aviation se porte bien, malgré la crise qui secoue le monde, nous avons appris de sources compétentes que dans le cadre spécifique de l’aéronautique, le commerce des avions militaires était en chute libre, contrairement à celui des avions civile qui s’élève, et compense ainsi les manques à gagner qui pourraient inquiéter. Nous ne pouvons qu’espérer pour le bien du monde que ces courbes continuent dans leur tendance actuelle, jusqu’à l’arrêt total de la fabrication d’avions voués à détruire.

Le 24 septembre 2009, l’histoire inoubliable des deux rafales qui, pilotés par des officiers comptabilisant un grand nombre d’heure de vol, se sont percutés en plein ciel, a évidemment influencé l’avis des acheteurs de ces avions de guerre, et a ainsi agit sur le sort de l’aviation militaire française. Si l’accident n’a pas trouvé d’explication logique, les croyants savent que tout est entre les mains de Dieu, et que Celui-ci est patient, et non moins actif : les « hasards » et « incohérences » sont des aspects révélés et curieux de Ses possibilités infinies d’interventions directes.

Donc, soyons heureux de ce progrès naturel du désarmement, de cette baisse visible et inévitable de la fabrication d’avions de guerres. 

© Texte et photo de Nidish

12345...8