Archive de la catégorie ‘* Jalousie’

Conquérir le doute, la jalousie, avec des chants et des mantras de Sri Chinmoy, Maître Spirituel contemporain

Samedi 5 janvier 2013

« Aujourd’hui, je dois vaincre tous mes ennemis
Avec l’Amour sans limites de mon cœur. »

Sri Chinmoy

Le lundi : Conquérir son doute

Image de prévisualisation YouTube

Le mantra pour conquérir son doute, en anglais :

« Supreme, I must conquer my doubt »

o o o o o o o

Le mardi : Conquérir sa jalousie

Image de prévisualisation YouTube

Le mantra pour conquérir sa jalousie, en anglais :

« Supreme, I must conquer my jealousy »

© Sri Chinmoy a conseillé certains jours de la semaine pour conquérir chacune des imperfections. Nous les indiquons en haut de chaque vidéos. Il conseille, le jour requis, de les répéter à quatre moments différents (espacés chacun d’au moins 5mn), sept fois. L’on doit être assis, les dire à haute voix, sans être entendus des autres. Nous nous adressons au Suprême, à Dieu quand nous répétons ces prières-mantriques.

Suite : « Conquérir son insécurité » le mercredi, « Conquérir sa fierté/orgueil » le jeudi ICI

© Sri Chinmoy – Centres Sri Chinmoy

La depression. Solution sans auto complaisance. Réponse de Sri Chinmoy à la question

Jeudi 28 juillet 2011


Question :
Qu’est-ce qui provoque la dépression ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : La dépression survient lorsque nous ne voulons pas vivre dans la vérité ; nous voulons consciemment ou inconsciemment vivre dans l’ignorance, ou disons, dans le plaisir, et ce soit disant plaisir conduit inévitablement à la dépression. Qu’est-ce qui entraine la dépression ? Le fait que nous acceptions l’ignorance comme notre bien le plus précieux. Lorsque nous sommes pris dans le petit monde de l’ignorance et que nous ne pouvons pas aller au-delà, nous déprimons. Mais si, au lieu de représenter l’ignorance -de provenir de l’ignorance ou de vivre pour l’ignorance- nous vivons plutôt dans la lumière de l’âme et nous grandissons dans une lumière encore plus profonde, la plus profonde, une lumière comblante, alors nous ne pourrons pas rencontrer la dépression. Notre aspiration sincère pour la lumière réduira immédiatement notre dépression en cendres ou transformera notre dépression en aspiration constante.

(suite…)

La leçon de tir à l’arc de Arjuna, épisode de la Mahabaratha

Lundi 18 juillet 2011


« Combien la précision est importante, elle est le reflet de la concentration et de la recherche du but de la personne. N’allez pas le lui dire, elle en sera révoltée. Le centre de la Cible n’est pas visé. » Nidish

arjunalec807ondetira768larcnidishunblogfr.jpg

La leçon de tir à l’arc

Dronacharya est Maître d’arme, il marche avec son fils Archetama dans l’école. Le père s’adresse à son fils :
« Pourquoi tes yeux sont si colorés par la compétition, mon fils ?
- Je suis ton fils, mais tu aimes Arjun plus que moi. Pourquoi ne serais-je pas compétitif ?
- Tu as voulu être mon élève, mais Dieu t’a fait mon fils. En tant que Maître d’arme, je vous ai tous fait mes élèves. Tu es ici dans une école, pas dans une maison. Dans notre maison, tu as les plus grands des droits mais à l’école, le plus talentueux des élèves a un droit.
- Sans un test, comment peux-tu décider que Arjun est le meilleur ?
- D’accord, je proposerai un test pour te satisfaire. »

 

Quelques temps plus tard, Dronacharya a réuni ses élèves, les princes de différents royaumes de l’Inde. Drona s’adresse à eux :
« Princes, voyez, il y a un faux oiseau dans l’arbre au loin. C’est votre cible. Vous devez placer la flèche exactement dans l’œil. Êtes-vous prêt ? « 
Tout le monde acquiesce.
Les sages de la stature de Drona sont concis et très peu expansifs, la séance est prête à débuter.

Drona appel un élève, Yudhisthira.
- Oui Gurudev
- Vise

Le jeune homme, se met en position, place sa flèche, tend la corde.
- Que vois-tu ?
- (L’élève répond) Le ciel, la terre, l’arbre
- Non

Il appel un autre élève : Duruydan.
- Ji Gurudev
- Il y a un oiseau dans l’arbre.
- Ji Gurudev
- Visez
- Oui, Monsieur

Le jeune homme, se met en position, place sa flèche, tend la corde.
- Que vois-tu ?
- Un oiseau caché par les feuilles
- OK
- Dois-je tirer ?
- Non.

Il appel un autre élève : Archetama (son fils)
- Ji Gurudev
- Visez
- Oui, Monsieur

Le jeune homme, se met en position, place sa flèche, tend la corde.
- Que vois-tu ?
- Tes pieds, les arbres, et l’oiseau dans les feuilles
- OK, retourne à ta place.

Il appel un autre élève : Arjun que l’on connaît dans les mondes des Cieux comme le disciple parfait.
- Ji Gurudev
- Visez
- Oui, Monsieur

Le prince, se met en position, place sa flèche, tend la corde.
- Que vois-tu ?
- Je ne peux voir que la tête de l’oiseau

Le Maître d’arme échange un regard avec son fils.
- Et maintenant ?
- Je ne peux voir que son œil.
- OK, mon fils. »

Le Maître d’arme enseigne ensuite à tous ses élèves.
« Un archer ne devrait voir que sa cible, le Centre de sa cible. »

Le fils du Maître d’arme, vient à lui et s’incline à ses pieds :
« Je te demande pardon, Monsieur. »
Le Père le relève :

- Tu es la lumière de ma vie, fils. Mais ce n’est pas bon d’être jaloux. La jalousie neutralise les bons points d’une personne. Toi, mon fils, tu es mon héritier, mais mon meilleur élève est sans aucun doute Arjun. »

  o o o o o o o o

 

Cette histoire est très connue dans l’archerie, dans le milieu Zen on la raconte aussi ; peu en connaissent l’origine indienne et son héros Arjuna, non plus son contexte d’origine, la Mahabaratha. Voici la chose rectifiée.

Méditation : S’identifier aux valeurs positives de la vie, laisser entrer ses seuls amis : Amour, Paix, Joie, Félicité…

Jeudi 17 décembre 2009

Préambule de Nidish :

Bien souvent les adolescents sont perdus entre deux statuts, celui d’enfant et celui d’adulte. Les adultes qui franchissent le passage d’une nouvelle dizaine d’années vivent aussi des troubles. Il en est de même des personnes âgées qui voient leur corps se flétrir, s’alourdir, se raidir et malgré tout continuent à ressentir en elles la jeunesse de leur vingt ans. Pour tous ceux-là dont nous sommes, l’article suivant de Sri Chinmoy peut aider à retrouver et à comprendre que nous sommes l’âme au plus profond de nous et que c’est en nous accordant avec elle que la joie, la paix et l’éternelle jeunesse peuvent s’incarner et se révéler dans notre vie.

Question : Comment un débutant médite-t-il sur le cœur ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : Un débutant doit sentir qu’il est un enfant, quelque soit son âge réel. Le mental d’un enfant n’est pas développé. Lorsqu’il a 12 ou 13 ans, son mental commence à fonctionner à un niveau intellectuel, mais avant cela, il est tout dans le cœur. Tout ce qu’il voit, il le prend pour sien. Il s’identifie spontanément. C’est ainsi que le cœur agit.
Lorsque vous sentez que vous êtes un enfant, sentez immédiatement que vous vous trouvez dans un jardin de fleurs. Ce jardin de fleurs est votre cour. Un enfant peut jouer dans un jardin pendant des heures. Il ira d’une fleur à l’autre, mais il ne quittera jamais le jardin, parce qu’il trouvera de la joie dans la beauté et dans le parfum de chaque fleur. a l’intérieur de vous, il y a un jardin et vous pouvez y rester aussi longtemps que vous le voulez. De cette façon, vous pouvez méditer sur le cœur.
Essayez de sentir que toute votre force, toute votre détermination et votre volonté se trouvent dans un endroit particulier, ici, à l’intérieur de votre cœur. Sentez que vous n’existez nulle part ailleurs que dans ce petit endroit. Vous n’avez ni yeux, ni nez, ni rien du tout. L’intensité ne viendra que lorsque vous sentirez que toute votre existence est concentrée en un seul point et non dispersée.
Cliquer
ici
pour

(suite…)

Les pensées positives, comment les trouver ? Comment arrêter le flux de pensées négatives ? Témoignage de Nidish

Samedi 12 décembre 2009

lafortdumentalwwwnidishunblogfr.jpg
La forêt du mental

Il y a environ 25 ans, j’ai pris conscience du harcèlement intérieur qu’exerçaient sur moi mes pensées. J’en était accablé, je ne savais comment endiguer leur flot. Leur négativité me brulait le cerveau, me le faisait éclater. Je voulais que cela change. Voir clair, voir positivement. J’en étais au point d’interroger d’autres personnes pour savoir comment cela se passait pour eux, comment ils géraient leurs pensées, leur monde intérieur. Mais, je crois que je n’ai jamais abordé le sujet car je me disais : « Qui peut avoir à ce point du recul sur lui-même et avoir suffisamment de connaissance des mécanismes intérieurs pour pouvoir les changer ? » J’étais démunis et souffrais ainsi depuis quelque semaines, mois peut-être.
Je m’occupais alors d’une Bibliothèque spécialisée dans les Médecines douces et la Spiritualité. Dans ce cadre je recevais des informations diverses. J’ai ainsi eu connaissance, par une plaquette, de sessions de « Pensées positives » organisées par la méthode Sylva. C’était un peu cher, mais je voulais que cela change. J’ai pris une inscription pour une formation qui se déroulait sur deux ou trois journées espacées dans le temps. Je suis allé à ces formations qui se déroulaient à Paris. Mais j’en suis ressorti déçu. Le contenu ne portaient pas du tout sur des techniques de pensées positives, mais sur des techniques de visualisation médiumnique, même si le mot n’a jamais été prononcé. Cela ne m’a pas intéressé, c’était à mille lieux de mes attentes. J’en restait là.
Avec le recul, maintenant je sais que c’était l’amorce de mon changement intérieur qui s’opérait. Si j’ai toujours voulu progresser, m’améliorer, je ne savais pas pour autant comment le changement d’une personne se réalisait. Maintenant je sais que c’est par un nettoyage, une purification. Et que lorsque l’on nettoie, toutes les cochonneries montent à la surface et nous apparaissent. Il en est ainsi pour les individus, il en est ainsi aussi pour le monde.

Cliquer pour

(suite…)

Comment conquérir : la jalousie ? par Sri Chinmoy

Mardi 13 octobre 2009

Image de prévisualisation YouTube

Comment conquérir la jalousie ?

Dissimulez la consciemment. A votre grande surprise, un jour vous ne serez plus capable du tout de retrouver sa trace. Elle sera entièrement partie : une histoire du passé.

Vous voulez conquérir la perpétuelle fièvre de la jalousie.  Je vous livre un grand secret : juste aimez et devenez un avec votre cœur d’Unité.

© « Comment conquérir » de Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy
© Dessins d’oiseaux de Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy

Le boiteux et l’écharde, une histoire de Nasr Eddin Hodja

Dimanche 20 septembre 2009

nasreddinhodja.gif

Un boiteux était venu voir le Mullah Nasrudin. Il lui demanda :
- Mullah, pourrais-tu faire quelque chose pour que je ne boite plus ?
- Je ne suis pas médecin, s’exclama Nasrudin.
- Mais j’ai déjà vu tous les médecins, dit le boiteux.
- Et que t’ont-ils dit ? demanda Nasrudin.
- Ils ne cessent de me dire que je n’ai rien et qu’il n’y a aucune raison que je boite.
Nasrudin prit sa longue barbe dans sa main et fit le silence, puis lui demanda :
- Marche un peu pour voir.
Le boiteux se déplaça en boitant.
- Fais voir ton pied.
Le boiteux ôta sa chaussure. Fichée dans le gros orteil, Nasrudin découvrit une énorme écharde.
- Tu as une écharde dans le pied ! Il est normal que tu boites.
- Comment peux-tu savoir ? Tu n’es pas médecin. Ce n’est pas une écharde ! C’est mon pied ! Il est comme cela depuis années !

o o o

Témoignages de Nidish :

Cette histoire enseignement, racontée à la manière des soufis, me rappelle un séjour en Grèce que j’ai vécu en 198o ; l’impression forte qui m’en est resté par mes déplacements dans les petites villes, c’est que je pouvais être en toute confiance dans le pays. Je laissais mon sac à dos sur la place public, je m’éloignais,  je savais que j’allais le retrouver. Plusieurs personnes m’ont hébergé, je me suis déplacé en stop, hôtes et automobilistes, tous ont été extrêmement accueillant, voir trop ; trop au point que j’en ai eu peur. Je ne pratiquais pas encore la méditation, alors mon mental a réagit avec ses imperfections.

C’est alors que j’ai compris que je vivais avec des peurs dans le corps ; car jamais il n’y avait eu de quoi s’inquiéter, mais l’excès de bienveillance et d’hospitalité me déroutait et mes peurs, mon insécurité enfouies dans ma vie ressurgissaient.

L’histoire de Nasr Eddin me renvoie à une autre expérience, cette fois-ci c’est la pratique de la méditation qui m’a permis de la vivre. J’étais alors jeune pratiquant, avec des amis nous conversions, quand dans l’échange, je me suis rendu compte que j’avais des pensées de jalousie. J’en suis resté éberlué. « Voilà, me suis-je dit, que je suis jaloux. » Jamais, avant d’avoir pratiqué la méditation, je ne m’étais rendu compte que j’avais de la jalousie en moi ; la méditation nous permet de prendre conscience de notre réalité et d’en tenir compte ; par la Lumière de Dieu qui descend en nous, nous transformons nos imperfections, plus où moins rapidement. La patience et la confiance deviennent deux qualités absolument nécessaires ; elles se développent d’elles mêmes.

Rappel : Ne vous étonnez pas de voir orthographié le nom de notre héros de différentes manières, mais comme ses histoires et sa sagesse ont voyagées dans l’espace, de l’Asie en passant par l’Orient et aussi l’Afrique du nord, et dans le temps, du XII au XVème siècle, celui-ci, selon les lieux et les époques, a porté de nombreux noms et de nombreuses orthographes. Si vous voulez le voir présenté avec attention, je vous conseille le site suivant : http://ahama.9online.fr/ ; en cliquant sur les mots clés en bleu ci-dessous, vous trouverez d’autres histoires.

 

Une imperfection de notre nature : La jalousie

Mercredi 2 septembre 2009

Ceci est le dixième article qui évoque « la jalousie », il est composé de dix aphorismes extraits d’un livre de Sri Chinmoy : « Jealousy is my madness-buren » (Ma jalousie est mon fardeau de folie) ; Sri Chinmoy, vous allez le voir, considère la jalousie comme « un tueur instantané de joie » :

Dix Aphorismes

 

- La jalousie est un mortel poison de haine.

- La jalousie est une vie de rejet de l’amour profondément ancrée.

- La jalousie est tout à la fois féroce et atroce.

- La jalousie et la suprématie ont toujours plaisir à cohabiter.

- La jalousie humaine et l’extase divine sont éternellement étrangères l’une de l’autre.

- La jalousie est un bombardier détruisant le navire du rêve de l’humanité.

- La jalousie vient de la vie de désirs.
La vie de désirs vient du mental d’impureté.
Le mental d’impureté vient des ténèbres de l’intouchabilité.

- La jalousie, dans son échec, se soumet à la léthargie qui refuse de bouger. La léthargie qui refuse de bouger se soumet à la douloureuse auto-destruction.

- Jalousie, Dieu est ravi d’apprendre que tu ressens qu’il est nécessaire qu’Il vienne à ta porte.

- Jalousie, vois combien Dieu se réjouit de venir te rencontrer !
  Dis-Lui simplement bonjour.
  En un rien de temps, Il te transformera et fera de toi
  Sa Vie de Divinité, Son Cœur d’Infinité
  et Son Âme d’Immortalité.

 

LA PENSÉE POSITIVE : un livre de Sri Chinmoy, notre force de volonté

Vendredi 28 août 2009

meditationkedar.jpg

Question : Comment augmenter notre force de volonté ?

Sri Chinmoy :  La manière la plus facile d’utiliser notre force de volonté est d’avoir une approche positive. Utilisez notre force de volonté pour agir positivement et non pas pour vous empêcher d’agir négativement. Lorsque nous disons : « Je ne vais pas mentir », c’est bien. Mais si nous disons : « Je vais dire la vérité », cette force de volonté est plus efficace. Lorsque nous disons : « Je n’agirai plus ainsi » le négatif a déjà acquis la moitié de sa force du seul fait que nous ayons pensé à lui. Si nous répétons dans notre mental : « Je ne vais pas être jaloux », le mot « jaloux » et la qualité qu’il contient dérangent notre esprit et nous devenons jaloux. De même, si nous disons : « Je ne vais pas douter », le mot « doute » entre dans notre esprit et automatiquement, le doute s’installe.

Mais si nous disons : « A partir de maintenant, je vais être totalement dévoué à Dieu. Je serai loyal. Je serais pleinement soumis. » Ces paroles sont excellentes. La soumission, la foi et la dévotion sont de très bonnes qualités. Notre force de volonté augmentera automatiquement dès que nous aurons constamment des sentiments positifs et des affirmations positives.

© Photo Kedar

Comment faire pour que nos qualités s’accroissent, par Sri Chinmoy

Mardi 17 juin 2008

img1905.jpg

Si vous voulez éprouver une joie immense,
Observez simplement combien
Vos qualités s’accroissent
Et combien vos défauts se raréfient.


Avant de vous coucher, inscrivez sur un papier toutes vos faiblesses. Puis barrez-les avec véhémences. S’il y a en vous de la jalousie, écrivez « jalousie ». Ensuite, dressez la liste de tous vos autres défauts et rayez-les de la manière la plus impitoyable qui soit. De cette façon vous affaiblirez psychologiquement et aussi intuitivement ces forces non-divines. Faites simplement prendre conscience à votre mental qu’elles sont vos ennemies.

Faites venir à l’avant de votre mental trois de vos meilleurs qualités. Puis augmentez-les avec ferveur et multipliez-les puissamment. Vous verrez combien votre vie en sera transformée !

 

© Textes extraits du livre “Un jour nouveau” de Sri Chinmoy paru aux Editions de “La Flûte d’Or” (Epuisé) ; “Le Voyage de l’âme” est réalisé sur le même principe.

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 1996 Sri Chinmoy Tous droits réservés
© foto Centre Sri Chinmoy San Salvador

12