Archive de la catégorie ‘Art et Spiritualité’

Le groupe suisse Montain Silence interprète les chants spirituels de Sri Chinmoy

Jeudi 19 mai 2011

Image de prévisualisation YouTube

Le groupe  « Mountain-Silence » a donné de part le monde un grand nombre de concerts spirituels. Les chants que le groupe interprète sont en bengalis, en anglais, mais aussi en français ; ils ont été écrits par le compositeur bengali et maître spirituel Sri Chinmoy. Ce concert a eu lieu lors d’une messe dans le village suisse de Zermatt, les musiques sont ici accompagnées de très belles images de l’église et de montagnes. Elles ont été filmées par notre ami Kedar.

Statue World-Peace-Dreamer de Sri Chinmoy les mains jointes en prière à Perth en Australie

Lundi 21 mars 2011


srichinmoystatueinperthaustralia.jpg

Statue de Sri Chinmoy les mains jointes en prière à Perth en Australie

 

srichinmoystatueinperthaustralia.png

Ce 21 mars 2011, à côté de la Statue de Sri Chinmoy a été placée une belle plaque ovale avec un des oiseaux que le Maître spirituel a dessiné. La plaque relève que Sri Chinmoy à consacré sa vie à la Paix dans le monde. Nous pouvons aussi y lire : « … Cette œuvre d’art est un symbole universel d’espoir pour l’humanité qu’un jour le rêve de la paix mondiale inondera le monde entier …. »

Le poème de Sri Chinmoy sur la plaque

O dreamers of peace, come.
Let us walk together.
O lovers of peace, come,
Let us run together.
O servers of peace, come.
Let us grow together.

Perth est une des cités les plus importantes d’Australie, elle abrite plus d’un million et demi d’habitant.
En Australie, l’on trouve des Centres de méditation Sri Chinmoy à Melbourne, Canberra, Brisbane, Adelaide, Perth, Sydney, Geelong.

Le Bouddha de Kamakura au Japon : histoire et visite de Sri Chinmoy

Samedi 12 mars 2011


Au Japon, dans la ville de Kamakura
, au bord de l’océan Pacifique, dans la préfecture de Kanagawa, à environ une heure de train de Tokyo et de Yokohama,  est situé un temple bouddhiste qui porte le nom de Kōtoku-in. Le temple est réputé dans toute l’île pour une statue monumentale en bronze, du Bouddha Nyorai Amida (le Bouddha de la Lumière infinie) en posture de méditation.

Au quotidien, pèlerinages et visites touristiques ont lieu vers le temple, le Bouddha accueille les arrivants. La statue, d’une hauteur de 13,35 mètres, à l’air libre, pèse entre 93 et 120 tonnes, elle est la deuxième plus grande du Japon. Les visiteurs dès leur arrivée sur le site sont enveloppés dans la réalité du Bouddha méditatif, chacun avance d’un pas conscient vers la majestueuse représentation divine. Les yeux de un mètre chacun, plongés dans la méditation, voient sans regarder. Leur vision transpercent et ramènent les visiteurs à leur propre vie intérieure.

daib.jpeg

Sri Chinmoy médite devant la statue du Bouddha

 

Sri Chinmoy répond au Dr. Davis :  « Etes-vous déjà allée à Kamakura, au Japon ? Pour moi, c’est l’un des endroits les plus paisibles sur terre. Il y a des milliers de statues du Seigneur Bouddha, mais l’immense statue de Kamakura incarne une paix illimitée. Lorsque vous y allez, quelle que soit votre agitation, quelque ennuyeux votre mental ait été pendant toute la journée et quelle que soit votre implication dans le tourbillon de la vie, dès que vous vous tenez devant la statue, tous les tourments intérieurs sont aussitôt balayés. La statue incarne la paix la plus puissante que vous ne puissiez jamais imaginer ou ressentir. »

Extrait du livre « Conversations avec Sri Chinmoy – Volume 2″ Edition La Flûte d’Or

Image de prévisualisation YouTube

© Photo et vidéo Kedar Centre Sri Chinmoy

L’histoire de la statue, à l’origine en bois

L’histoire raconte que la statue, à l’origine en bois, a été réalisée avec l’inspiration d’une dame nommée Inadano-Tsubone qui faisant partie de la cour de Shogun Yoritomo (9 mai 1147 – 9 février 1199) souhaitait disposer d’une représentation de Bouddha expression de sa foi et de sa piété. Lorsque Yoritomo est mort, elle a passé ses années restantes à chercher des fonds pour la réalisation du projet. Sa quête a gagné le soutien du grand prêtre Joko, de la province de Totomi, il l’aida en voyageant à travers le pays à la recherche des fonds. La somme nécessaire réunie, les travaux furent commencés. La statue en bois fut achevée en 1243, cela aura pris entre 5 et 10 ans.

Pour protéger le Bouddha un grand hall en bois fut élevé. Au fil du temps, les tempêtes et raz de marée endommagèrent le hall et la statue, Joko suggéra alors de réaliser une autre statue, en bronze. L’énorme quantité d’argent nécessaire pour l’élévation de la statue et de la nouvelle salle fut réunie. Les sculpteurs étaient Ono Goroemaon et Tanji Hisatomo.

La première fonte se fit vers 1252, la statue est alors dorée ; l’on peut encore apercevoir des traces de feuille d’or près des oreilles de la statue. Les cérémonies d’inauguration eurent lieu en aout 1252. Le Bouddha de bronze était à nouveau abritée sous un hall en bois aux immenses dimensions, mais la salle fut détruite en 1335 par un gros orage. Le hall protecteur fut reconstruit, pour à nouveau être abattus par un typhon, en 1368. La quatrième et de la dernière reconstruction de la salle est restée debout jusqu’à 1495. C’est un tsunami sans précédent qui a emporté la structure ; la statue de bronze est restée en grande partie intact. Le 26e abbé de la Great Head Temple Zojoji a essayé d’avoir une nouvelle salle, mais le projet fut abandonné après sa mort en 1718. Depuis lors, l’idée de reconstruire une la salle a été perdue.

La statue est creuse, les visiteurs peuvent visiter l’intérieur. A un moment, il y a eu trente-deux pétales de lotus de bronze à la base de la statue ; il en reste quatre ; le grand tremblement de terre de Kanto, en 1923, a détruit la base de la statue qui a été restaurée en 1925. De nouvelles réparations ont été réalisées en 1960-1961. Le cou a été renforcé, et des mesures ont été prises pour protéger le Bouddha des tremblements de terre (mobilité de la statue).


Sources diverses dont Wikipédia,, et l’Asian Historical Architecture, voir aussi le très bel article en français.

La Conque symbolise la victoire de la Vérité sur l’obscurité

Vendredi 11 mars 2011

« La conque est un coquillage utilisé comme instrument de musique à vent. L’instrumentiste souffle dans celle-ci pour produire le son selon le même principe que la trompe ou la corne. Il est possible d’obtenir plusieurs tons en bouchant plus ou moins l’obturation. »
Encyclopédie libre Wikipédia

krishnasouffledanslaconque.jpeg

« De tous les instruments de musique, la conque est le plus sacré et le plus spirituel. Les Dieux cosmiques et les Déesses détiennent une conque, Sri Krishna, Arjuna, et tous les héros de l’ordre le plus élevé ont utilisé la conque. Elle est le symbole de la victoire. La conque est trouvé dans les fonds marins. L’eau symbolise la conscience, et symbolise l’immensité de l’océan. Dans notre vie spirituelle, rien n’est plus important que l’expansion de notre conscience. Un instrument sacré, sacré, sacré telle est notre Conque Indienne. » Sri Chinmoy

Chant spirituel à apprendre : Nimeshe Shanti Chahigo, un chant de Sri Chinmoy sur de très belles images de fleurs et de paysages

Samedi 5 mars 2011

Image de prévisualisation YouTube

Vous entendez les voix féminines du groupe russe Infinity’s Sky

Partition originale du Chant de Sri Chinmoy que vous pouvez retrouver sur ce lien

nimesheshanti.png

Nimeshe nimeshe
Shanti chahigo
Shantir bani
Niye jabo ami
Swadeshe bideshe

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

Vous pouvez écouter d’autres chants du groupe sur ce lien

Copyright © 2011 Sri Chinmoy              All rights reserved under Creative Commons license 3.0

 

Une interview de Kaivalya Torpy sculpteur qui a réalisé les statues de Sri Chinmoy

Lundi 10 janvier 2011

kaivalyatorpysculpteurdelastatuedesrichinmoy.jpg
Kaivalya Torpy sculpteur de la statue de Sri Chinmoy
Image de prévisualisation YouTube
Interview en anglais

Au cours de ces deux dernières années, différentes statues représentant Sri Chinmoy portant le Flambeau de la World Harmony Run ou joignant les mains en prière, de tailles humaines, ont été inaugurées dans différentes villes du monde, à Oslo, Bali, Prague, Puerto Rico, au Népal, Mazatlan, Vaasa et Seattle. L’artiste qui les a réalisées, Kaivalya Torpy, est anglais. Cette interview a été effectuée par Kedar Misani , au Népal, où une nouvelle statue venait d’être inaugurée sur une colline, près de Katmandou, dans les Nagarkot.

Une Statue de Sri Chinmoy au « Jardín Botánico y Cultural de Caguas » de Puerto Rico

Dimanche 14 février 2010


La Statue de Sri Chinmoy, en dhoti, les mains jointes en prière, a été inaugurée dans le Jardin Botanique et  Culturel (Jardín Botánico y Cultural) de Caguas sur l’île de Puerto Rico, le 14 Février 2010.

statueofsrichinmoyinpuertorico.jpg
La Statue de Sri Chinmoy
au Jardín Botánico y Cultural de Caguas

Une cérémonie d’inauguration a réuni le Maire de Caguas monsieur William Miranda Marin, monsieur le Député Maire, le Directeur du jardín Botánico y Cultural de Caguas,  Kaivalya Torpy qui a réalisé l’original de la statue, Agraha du Centre Sri Chinmoy de New York. Un chœur de chanteurs, étudiants de Sri Chinmoy, a interprété des chants du Maître spirituel indien. Des coureurs de la World Harmony Run ont transmis le flambeau de la World Harmonie Run aux élus. Durant la cérémonie, le Maire Marin à prononcé : « Sri Chinmoy vivra pour l’éternité… c’est un privilège pour nous d’avoir cette belle statue de Sri Chinmoy dans ces jardins. Nous sommes associé à cette même philosophie que Sri Chinmoy a promu auprès de l’humanité durant 40 ans de sa vie. » A leur tour les membres présents du « Sri Chinmoy Centres International » ont remarqué la juste importance qu’une statue soit érigée à Porto Rico, pays où Sri Chinmoy a commencé sa mission dans le monde, et où il a fondé son premier Centre de méditation, en 1966.
La statue est située en un coin agréable, entourée d’arbres et près d’un petit ruisseau. 

themayordeputymayoranddirectorofthebotanicalgardenwithstatueofsrichinmoyinpuertorico.jpg
Le Député Maire, le Maire de Carguas et le Directeur du Jardin 
Botánico y Cultural de Caguas

Le Jardin botanique Culturel est situé dans la cité de Caguas. Une commune de 140 000 habitants dans la cordillère centrale, à 30 minutes au sud de San Juan, la capitale de Porto Rico. Réalisé sur une ancienne hacienda productrice de sucre, le jardin botanique et culturel est agrémenté d’espaces de loisirs et d’éducation ; les promeneurs de la cité voisine et les touristes qui viennent du monde entier en sont les usagers. Les responsables ont accordé une attention particulière aux valeurs historiques de la région, y sont présents d’importants sites archéologiques de la civilisation amérindienne, et à l’environnement naturel, avec l’usage de technologies et d’architectures respectueuses de l’environnement. On y trouve en effet une magnifique végétation des Caraïbes.

Porto Rico ou Puerto Rico (Port Riche) est un État libre associé aux États-Unis avec un statut de commonwealth. Située dans les Grandes Antilles, l’île est baignée au nord par l’océan Atlantique et au sud par la mer des Caraïbes. Le territoire est constitué de l’île de Porto Rico proprement dite, ainsi que de plusieurs îles plus petites, dont Vieques, Culebra et Isla Mona. L’île principale de Porto Rico est la plus petite par la superficie et la deuxième plus petite par la population parmi les quatre des « Grandes Antilles », qui comprennent Cuba, Hispaniola (Haïti et République dominicaine) et la Jamaïque. L’île est également connue sous le nom « La Isla del Encanto», qui traduit signifie « L’île des sortilèges. »

Photos de Husiar

Pour voir plus de Photos de la cérémonie, cliquer ICI ou ICI

 

Les danses indiennes de la Bharata content avec une gestuelle précise la grande épopée de la Mahâbhârata

Dimanche 10 janvier 2010

bharata3.jpg

Les danseuses indiennes apprennent à contrôler chacune de leurs articulations afin d’exprimer selon des codes précis les phrases de l’histoire.

Sur cette scène de la Bharata, l’artiste mime Krishna jouant de la flûte.bharata4.jpg

 

 

 

Tandis que sur cette photo la danseuse joue Krishna mangeant un grain de riz, avec lequel il va rassasier le monde de la faim.

 

Voir les danseuses en action

MOUNTAIN-SILENCE, le groupe interprète les chants de Sri Chinmoy célébrant le Christ

Vendredi 25 décembre 2009

Je vous invite à découvrir et à écouter de très beaux chants en Bengali en l’honneur du Christ, écrits par Sri Chinmoy, arrangés par un groupe de jeunes femmes européennes, d’un haut niveau instrumental et vocal, disciples de Sri Chinmoy de longue date.

2411.jpg
Christ songs

Le CD « Harmonia Coeli » inclu 16 mélodies composées par Sri Chinmoy à partir de paroles de Jésus Christ ; ce sont de très beaux chants élevés. Vous y trouverez aussi en musique deux pensées du Pape Jean Paul II et un chant à partir de mots de Mère Teresa qu’il a de même rencontré plusieurs fois. Vous pouvez écouter ces chants sur les sites suivants et aussi vous y procurer le CD. Ces chants d’une grande douceur vous apporteront paix, tranquillité et satisferont votre âme :

http://www.radiosrichinmoy.org/radio/63

Le groupe Mountain-Silence fait aussi parti de la tournée du festival mobile « Song of the Soul »
« Song of the Soul » sur ce blog, Ici Voir aussi l’interview en anglais de Gunthita Corda, responsable du groupe, qui parle du « Bonheur ».

La cage dorée, apologue de Nidish

Mercredi 23 décembre 2009

mesangebleue.jpg
Mésange bleue

 

La cage dorée
Un apologue de Nidish inspiré d’un conte de Marie France
et de la vie de Sri Aurobindo.

Une jeune fille, radiant l’infinitude beauté de la lumière du jour
Et le naturel scintillement des étoiles,
était enfermée dans une cage dorée,
suspendue à l’aide d’une corde dans les airs.
Ce sont ses parents, subjugués par la magnificence de leur fille,

qui l’avaient enfermée là et la gardaient, sous leur protection.
L’éclatante jeune fille ne reprochait rien à ses parents.
Elle s’était assise en lotus.
Entre les barreaux de sa cage,

L’enfant recevait la lumière du jour et les doux rayons du soleil.
Les parents furent flattés, ils pouvaient la contempler à loisir,
Lui parler comme ils le voulaient.

Mais au fil du temps, ils constatèrent que leur jeune fille ne jouait plus, ne riait ni ne bougeait.
Leur relation se réduisait de plus en plus. En eux un profond chagrin les tiraillait.
Le mari, poussé par les larmes cachées de son épouse,
Un jour ouvrit les portes dorées de la cage.
La jeune fille resta immobile.
Elle méditait. Méditait. Méditait.

Un doux sourire se distinguait sur ses lèvres.
Elle semblait nager dans la félicité.
Les parents, éblouis par la beauté radieuse de la fille, restaient muets.
Le halo éclatant de la grâce s’étendit magnifiquement,
Les barreaux dorés s’effacèrent dans le flux de lumière,
La prison disparut aux yeux du père et de la mère.
Immergés dans la douce félicité,
Ils vécurent heureux.
Depuis lors,
Ils rendent de nombreux services au monde entier.

 

© Apologue de Nidish
Photo de Laurence, voir son généreux site musical Ici

 

12345...7