• Accueil
  • > Spiritualité : Jésus Christ

Archive de la catégorie ‘Spiritualité : Jésus Christ’

Belle vidéo du Concert de Musique spirituelle donné à Manhatttan par le Maître indien Sri Chinmoy

Mercredi 26 décembre 2012

Image de prévisualisation YouTube

Le 23 Aout 2000, Sri Chinmoy a offert un concert de Musique Spirituelle à Riverside Church, une église baptiste située au nord de Manhattan, dans la ville de New York. J’ai eu la grande joie d’y être. Je remarquais que dans cette demeure du Christ était présente une croix sans Christ dessus, mais que nous pouvions le contempler, les bras ouverts, en le cœur de l’église. Sri Chinmoy avait évoqué son rêve de voir dans les églises le Christ rayonnant la Lumière de notre Père plutôt que sa souffrance sur la croix. Peut-être est-ce ce rayonnement qui a attiré la visite de nombreuses personnalités internationales telles Martin Luther King, Nelson Mandela, le secrétaire général des Nations Unies Kofi Annan… Sri Chinmoy a aussi composé un chant spécial pour Riverside Church, on l’entend chanté par un groupe unisson féminin de disciples.

Au cours de ce Concert pour la Paix, Sri Chinmoy a interprété une sélection de ses chants, vocalement et aussi sur divers instruments tels qu’un violoncelle, une flûte dorée, un esraj, un piano, un orgue… On peut aussi l’entendre sur la vidéo-témoin interpréter un de ses chants adressé au Christ « Jishu Jishu Nam », et puis « Namo, Namo, Namo », un chant adressé au Bouddha, un chant adressé à Krishna, deux chants de sa composition à partir d’Upanishads… et un chant des plus importants parmi les 18 000 Chants sacrés qu’il a composé « Jiban Debata », qui est une demande Pardon au Suprême Absolu.

Un ami a remarqué que lorsque Sri Chinmoy a joué de l’orgue, il a demandé aux photographes de cesser de shoter. Un autre ami, percussionniste spécialisé dans les rythmes africains, racontait avec enthousiasme : « Tout a été exprimé, du plus Haut au plus bas, de la Puissance à la Douceur. Guru nous fait plonger dans le chaos de la vie, nous transporte en Dieu. Lorsqu’il joue de l’orgue, Il nous fait découvrir Dieu dans Sa globalité, avec les autres instruments ce sont ses attributs, la douceur, la fraicheur… »

En ouverture et en fin de ses concerts Sri Chinmoy offrait toujours une méditation, celle-là touchait tout un chacun ; l’on peut ressentir cette présence spirituelle à travers les vidéos.

Merci à notre ami Suisse, Kedar Misani, qui témoigne de la grandeur spirituelle de notre Maître en offrant sur internet les vidéos qu’il a tourné durant de nombreuses années, de par le monde.

« Dialogue entre le Seigneur Jésus Christ et Dieu » Essai de Nidish

Samedi 24 décembre 2011

 

« Ô, Jésus, c’est l’anniversaire de Ta naissance sur terre ce soir !
- Oui mon Père, je suis heureux que Tu penses à moi, chaque année !
- Ton sacrifice a été grand. Je ne peux rester à dormir. Je veux voir si les hommes Te fêtent comme il se doit !
- Père, ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient il y a deux mille ans. Aujourd’hui, le nombre de mes fidèles a bien grandi, mais même parmi eux, je cherche les cœurs vraiment fervents.
- Je sais mon fils, je sais… Après toi, j’ai encore envoyé Mon fils Chinmoy, qui vient juste de revenir à Nous, Ma fille Ananda MoyÎ, Aurobindo Mon bien Aimé, et d’autres, et d’autres… qui Me connaissent comme toi Tu Me connais. Mais le monde dort, et dort, et dort… que puis-Je faire pour le réveiller ? Les hommes souffrent, mais persistent à M’ignorer, à ne pas écouter Ma parole en eux. Vous avez été une centaine à descendre sur terre pour Me révéler, sans compter les prophètes, les sages, les Maitres spirituels qui ne M’ont pas encore totalement réalisés, mais ont diffusé Mon Message autant qu’ils ont put… mais les hommes continuent à dormir, à dormir ; sans compter ceux qui, en plus, ronflent… Et après l’on dira de Moi que je sommeille, que je ne m’occupe de rien… Mais que puis-Je faire si ces individus ne Me trouvent pas, ne trouvent pas la Joie, la Paix, le Bonheur que j’émane, par manque de Me chercher ? »

Le Prashad, l’Hostie : une nourriture bénite pour les dévots

Lundi 7 novembre 2011

multiplicationdespains.jpg
Le Seigneur Jésus Christ bénit de sa Présence les pains

Dans les traditions spirituelles il est commun de prendre un Prashad, c’est-à-dire une nourriture bénite, après une prière ou un temps de méditation, ou encore un effort de transcendance dédié.

L’on a en tête de belles images colorées de temples indiens où l’on voit des dévots déposer de la nourriture au pied de la représentation d’une divinité ou d’un Maître spirituel auquel ils sont rattachés. L‘on connaît aussi cette scène traditionnelle de l’église catholique où le prêtre met dans la bouche du croyant l’Hostie ; cet acte reprend symboliquement le geste connu du Christ qui partage le pain et l’offre à ses disciples présents à sa table ; ce pain Jésus le présente comme son corps, il faut entendre son « Existence », Sa « divine Présence ». De même la scène de la multiplication des pains que l’on retrouve dans les évangiles est aussi un Prashad que le Seigneur Jésus Christ offre à ses dévots.

prashadsrichinmoyaridhas.jpg
Sri Chinmoy offre de la main à la main un Prashad à Haridas Greif

Le Prashad est amené par les disciples au Maître, ou à la divinité figurée par une statue ou une peinture. Le Représentant-Canal de Dieu, à l’écoute des prières, des chants, des mantras, des efforts des dévots, transmet à la nourriture la Lumière dont Il est porteur.

Le Prashad ainsi béni se prend ensuite au pied de l’autel, quand le Maître spirituel ou la divinité honorée ne sont pas physiquement présents, il se prend de la main à la main, ou dans un récipient devant le Maître, quand celui-ci est présent. Aussi, nous l’avons connu avec Sri Chinmoy, il peut être lancé par le Maître au disciple, qui s’éprouve joyeusement à le réceptionner correctement.

La nourriture bénite, le disciple la prend des deux mains ou de la main droite, toujours le plus dévotement et sincèrement possible.

La bénédiction de la divinité ou du Maître spirituel et la dévotion du disciple font que la nourriture est chargée de présence spirituelle. Reste au dévot à la manger avec sa conscience la plus haute, et à l’ingérer de même.

La nourriture bénite apporte au corps physique du disciple la Lumière divine qui l’aide à s’éveiller et à s’ouvrir toujours plus à Dieu.

Par transposition, c’est aussi la raison pour laquelle les personnes les plus éveillées ont commencé, il y a très longtemps, jusqu’à nos jours, à prier ou à méditer devant tout repas ou prise de nourriture, consacrant ainsi leurs aliments, avec un sentiment de gratitude, à leur évolution spirituelle.

© Nidish

Question – Réponse de Sri Chinmoy : Se plaindre avance-t-il à quelque chose ?

Dimanche 10 juillet 2011

krishnaarjunchariotnidishunblogfr.jpg

Question : Se plaindre avance-t-il à quelque chose ?

Sri Chinmoy :  Non, se plaindre n’avance jamais à rien. Chaque fois que nous émettons une plainte, nous ne faisons que nous limiter et nous enchaîner. Notre vie d’aspiration est une expansion de soi pour la manifestation de Dieu. Nos plaintes agissent contre nous. Chaque plainte est une véritable ennemie ; elle représente une chute de l’arbre de réalité qui aime et qui étreint toute chose, et dont nous sommes les fruits aimants, rayonnants et comblants.

« Que Ta Volonté soit faite sur la terre comme au Ciel. »
Jésus Christ

« Non point ma volonté, mais la Tienne. »
Sri Chinmoy

Ecrit pour le Théâtre (extrait), de Sri Chinmoy : « Le Fils », biographie de la Vie du Seigneur Jésus Christ (Scène 1 : Au Paradis avec Dieu)

Vendredi 24 décembre 2010

Le Père – Le Fils

Au Paradis

Le Père : Mon fils, j’ai un merveilleux projet. Je veux t’en faire part. J’aimerais que tu descendes sur terre pour y jouer un rôle essentiel.

Le Fils : Père, mon Père…excellente idée !

Le Père :  Tu sais que travailler sur terre, transformer la conscience terrestre, est une tâche d’une difficulté inouïe.

Le Fils : Mais… Père… je ne veux pas manquer cette occasion-là. Et puis… je sais bien que Tu m’accorderas toutes les capacités que demande ce pèlerinage sur terre. Père, puisque je n’ai aucune hésitation, pourquoi attendre ?

Le Père (avec un grand sourire) : Fils, tu seras sur terre trente-trois-ans !

Le Fils : Seulement trente-trois ans ! Comment vais-je accomplir ma tâche ?

Le Père : Fils, tu le peux et tu le feras. Sur terre, certains se promènent, d’autres marchent d’un bon pas, tandis que d’autres courent. En ce qui te concerne, non seulement tu courras au plus vite, mais tu manifesteras le plus Haut. Ton corps séjournera sur terre trente-trois ans. Mais ta Conscience guidera la conscience terrestre à jamais. Mon fils, tu diras au monde que tu es le Chemin… que tu es le But.

Le Fils : Père, Tu viens de me plonger dan l’océan de la confusion…

Le Père : Pourquoi, mon fils ? Comment cela ?

Le Fils : Krishna, Bouddha… d’autres encore m’ont précédé. Et je sais qu’après mon départ, d’autres me succèderont. S’il en est ainsi, pourquoi affirmerais-je au monde que je suis seul le Chemin et le But ?

Le Père : Mon fils, en disant tu, J’etendais vraiment : aspiration. En disans tu, J’entendais vraiment : Rédemption. Tu incarnes l’aspiration, la voie. Tu incarnes la Rédemption, le But. C’est toi, l’aspiration et la Rédemption qui va Me servir, Me manifester, Me combler sur terre. Mon fils, Ma philosophie est-elle claire por toi désormais ?

Le Fils : Mieux que cela. Naturellement, c’est Ta Compassion qui a tout clarifié.

Le Père : Je Me réjouis  que tu M’aies compris. Je Me réjouis que tu Me révèles sur terre. Je Me réjouis que tu Me combles sur terre. Souviens-toi que tu es Mon instrument. Nimitta matram Bhava savyasachin.

Le Fils : Père, qu’elle langue parles-tu ? Etrange, et pourtant séduisante…

Le Père : Ah ! … fils… ne la connais-tu pas ? C’est du sanscrit. Je viens de prononcer les paroles sublimes de ton frère Krishna. Parlant à son disciple favori, il lui dit : « Ô Arjuna, deviens Mon instrument. » Toi aussi, tu enseigneras à tes disciples et à tes proches comment l’on devient un instrument divin. Fils, voici quelque chose qui va te fasciner ou au moins te divertir… Durant ton séjour terrestre, tu te rendras dans cette partie du monde où le Ecritures sont enseignées en sanscrit. Elles t’apprendront énormément. Tu passeras un an là-bas. Cette année sera d’une grande portée pour ta vie intérieure.

Le Fils : Comme le sanscrit est étrange ! Comme il est doux ! Père, peux-Tu répéter ce que Tu viens de dire ?

Le Père : Nimitta matram bhava savyasachim.

Le Fils : Je Te remercie, Père. Je sais que je ne suis que Ton humble instrument. Voilà tout.

Le Père : Fils, tu connais le secret suprême : l’humilité. C’est ton humilité qui te vaudra le triomphe le plus sublime. Fils, tu Me comprends et Je te comprends. Mais le monde, lui, ne te comprendras pas. Tu offriras à l’humanité ce que tu as et ce qu tu es : l’amour, la sollicitude et la compassion à l’infini. Mais le monde se méprendra gravement sur ton compte. Des hommes ténébreux, infâmes et intolérables te tueront.

Le Fils : Me tueront ! Pourquoi ? Comment ?

Le Père : Pourquoi ? Parce qu’ils sont ignorants. Comment ? En te crucifiant.

Le Fils : En me crucifiant ? Père, dis-Tu vrai ?

Le Père : Oui, mon fils. Hélas, oui. Mais tu sais bien que seul le corps est détruit. Pas l’âme. L’âme est immortelle. L’oiseau de ton âme, une fois sa cage brisée, retournera spontanément vers sa Source divine.

Le Fils : Père, comme ces gens sont ingrats !

Le Père : Fils, la gratitude n’est pas encore née sur terre, et J’ignore si elle y verra jamais le jour. Mais lors de ta crucifixion, il ne faudra pas penser que je t’ai abandonné. L’humain en toi le croira, mais pas le divin. Puisque tu t’incarnes en homme, il te faut bien agir de temps en temps comme un homme. Sans cela, il n’y aurait pas de jeu. Les gens verraient un fossé infranchissable entre ta pureté, ta luminosité, et leurs vies impures et obscures. Du coup, ils n’essaieraient même plus de dépasser leurs limites terrestres. La lumière doit descendre dans les ténèbres. c’est le seul moyen pour qu’elle les illumine. Pour transformer la conscience de l’humanité, il faut s’unir à elle. Il faut devenir une partie intégrante de l’humanité. Il faut agir parfois au niveau des gens, conformément à leur compréhension réduite. Mon fils, il n’est pas d’autre moyen. Au terme de ton voyage, l’homme en toi dira : « Père, pourquoi m’as-Tu abandonné ? » Mais le divin en toi proclamera : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font ! » Mon fils, Je te promets que l’homme agonisant en toi sera immédiatement réconforté et pris en charge par Moi. Le divin rayonnant en toi ne fera pas que t’immortaliser, il accélèrera Ma pleine manifestation sur terre.

Pourquoi les chrétiens ne sont pas végétariens ?

Samedi 5 juin 2010

sergeykarovvuedebulgariecentresrichinmoy.jpg
Fruits et légumes dans une épicerie Bulgare

La Genèse I (29 & 30) : « Et Dieu dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi. »

Bible Romains 14-21 : « Et il est bon de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin, de s’abstenir de faire quoi que ce soit qui pourrait être pour ton frère une occasion de chute. »

© Photo Serge Karov – Centre Sri Chinmoy Bulgarie

Le Christ et le Christianisme, propos élevés de Sri Chinmoy

Vendredi 25 décembre 2009

Voici un extrait d’un livre fruit d’une interview, véritable collaboration entre le Révérend Don Antonio Tarzia, Directeur Général de la Maison d’Edition Italienne Edizione Paoline ; de l’écrivain et journaliste Venanzio Ciampa de la RAI, la télévision nationale italienne ; et du Maître spirituel indien Sri Chinmoy.

jesuschrist.jpg

Chapitre IV
Le Christ et le Christianisme
(Extrait)

« L’Enseignement du Sauveur Christ a guidé, élevé et illuminé l’humanité pendant deux mille ans,
et il continuera à le faire pendant les siècles à venir »

Sri Chinmoy

Question : Reconnaissez-vous Jésus Christ comme un prophète, comme le Fils de Dieu ou bien comme un ami de l’humanité qui s’engagea historiquement à élever le niveau social et spirituel de celle-ci ?

ckg208n12.jpg Sri Chinmoy : Je reconnais Jésus-Christ non seulement comme un prophète et comme le Fils bien-aimé de Dieu, mais aussi comme un suprême « ami d’unité » de l’humanité. Ce qu’il a accompli, ce qu’il accomplit et ce qu’il accomplira encore et encore dépasse largement les domaines historiques et social, ainsi que certains degrés de la spiritualité.
En tant que fils bien-aimé de Dieu, Jésus-Christ vint en ce monde afin de devenir partie intégrante de l’existence de la terre et de faire évoluer sa conscience humaine en divine. certes, ses années mortelles furent limitées à trente-trois, mais sans commencement et sans fin est son sacrifice immortel pour le Ciel et la terre.
En tant que prophète sans pareil, il délivra le message de l’amour divin et de la soumission divine envers la Volonté de Dieu. « Que Ta Volonté soit faite ! » Quelle prière est plus grande que celle-là ? L’échos de ces mots du Sauveur résonnera à jamais dans les profondeurs de nos cœurs. Offrir une soumission inconditionnelle à notre Seigneur Suprême est le but même de notre existence ; c’est la mission ultime de tout âme ici-bas.
En tant que véritable « ami d’unité » de l’humanité, Jésus-Christ a inondé de Compassion et de Pardon la conscience terrestre. Sa prière immortelle, « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font », fera descendre à tout jamais la Compassion de Dieu et Son Pardon pour apaiser la faim et la soif intérieure des chercheurs de vérité et des amoureux de Dieu. Assurément, la vie de don de soi de Jésus et son lumineux message au monde resplendiront de toute Eternité dans le cœur aspirant de l’humanité et dans sa vie éprise de Dieu.

 

© Extrait de « World-destruction : never, impossible ! »
989 et 989 èmes livres de Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy

 

12 aphorismes de Sri Chinmoy sur le Christ, la Bible et les chrétiens

Vendredi 25 décembre 2009


xx3.jpg

Le Christ montant la direction que l’on doit prendre : Le cœur

702)
Si vous vivez
Comme un demi-chrétien,
Aveuglément est votre vue,
Obscurité est votre lumière,
Néant est votre vie.

705)
Jésus est mort sur la croix
Pour supporter la punition
De vos péchés.
Le Christ vit
Dans la caverne de votre cœur
Pour goûter à la pureté
De vos prières ferventes.

(suite…)

Ecrit pour le Théâtre (extrait), de Sri Chinmoy : « Le Fils », biographie de la Vie du Seigneur Jésus Christ (Scène 2 : L’apparition de l’Ange à Marie)

Jeudi 24 décembre 2009

notredamedefautimontimmaculeconceptionviergemariewwwnidishunblogfr.jpg
L’Immaculée Conception – Notre Dame de Fautimont (34)

L’Ange – Marie

Chez Marie. Un Ange apparait :

L’Ange : Marie, Marie, je t’apporte un message très singulier d’en haut.
Marie : Singulier… dans quel sens ?
L’ange : Dans un sens divin… lumineux.
Marie : Ah… dis-moi alors… dis-moi !
L’Ange : Le Seigneur grandit en toi.
Marie : Le Seigneur…
L’Ange : Le seigneur de l’univers.
Marie : Que dis-tu ? Je ne te crois pas. Je n’en crois rien… Pour l’amour de Dieu, ne me torture pas !
L’Ange : Marie… Moi… te torturer ?
Marie : Oui, tu me tortutes. Un torrent de peur se déverse en mon cœur. Une tempète de doute obscurcit mon esprit.
L’Ange : Ne crains pas, cela ne te sied pas. Ne t’ouvre pas au doute, Marie ; cela ne te sied pas. Ecoute mon secret : tu personnifies l’Infini ; ton cœur Eternité ; ta vie Immortalité. Marie… Jésus, le fils de Dieu est en toi. Il sauvera son peuple. Il règnera à jamais sur le monde. Veux-tu savoir comment ?
Marie : Oui… comment ?
L’Ange : Pas avec le pouvoir des armes, mais avec le pouvoir de son cœur, le pouvoir de son amour.
Marie : Pouvoir du cœur… pouvoir de l’amour… sont-ils différents l’un de l’autre ?
L’Ange : Non, ils sont une même chose. Le cœur est amour. L’amour est cœur.
Marie : Me voici enfin heureuse. Tu viens de me livrer le message suprême. Que puis-je t’offrir en retour ?
L’Ange : Rien. Aie simplement foi en ce que je dit.
Marie : je te crois. J’accepte avec gratitude ton message.
L’Ange : Marie, ton acceptation de mon message est ma récompense. Mari, tu es immaculée. Tu es grande. Tu es divine. Avant de te quitter, Marie, j’ai autre chose à t’annoncer. Ta cousine Elisabeth donnera aussi naissance à un enfant…
Marie : Formidable ! Je m’en vais lui rendre visite.
L’Ange : Excellente idée.
(L’Ange disparait)
Marie : Ô Seigneur, Tu me donnes Ton enfant bien-aimé. Je suis ignorante. Je ne sais rien. Mais je sais que Tu es le Pardon, la Compassion et l’Amour incarnés.
(Elle chante)
Qu’il est simple d’apprendre le message lumineux de mon Dieu.
Qu’il est aisé d’accomplir Sa tâche rayonnante.
En moi chante et danse Son Jour de Nectar.
En Son Ciel de Gloire mon But et moi baigneront.


© « Le fils » une pièce de Sri Chinmoy- Centre Sri Chinmoy
© Photo «  »Notre Dame de Fautimont » de Nidish

A la même date, l’an prochain,
Vous trouverez un autre extrait :
La Scène 1
: « Au Paradis »

Le Cœur du Christ, dans l’Art : images, sculptures, signification

Samedi 10 octobre 2009

parcdeparay.jpg

Cette statue du Christ, vous pourrez la retrouver dans le parc du Sacré-Cœur de Paray-le-Monial, un des lieux de pélerinage les plus fréquentés de France depuis la fin du XIXème siècle en raison des visions que Sainte-Marie Alacoque a eu dans la deuxième moitié du XVIIe siècle et de l’active présence du Jésuite Claude La Colombière, Saint Claude (1641-1682).

Je vous présente ici cette statue du Christ parce que le sculpteur a voulu mettre en évidence Jésus nous montrant son cœur.  Hors, il l’a placé au milieu de la poitrine et non pas à gauche,  c’est en effet l’emplacement du cœur spirituel, siège de l’âme. L’âme, Sri Chinmoy nous dit que si elle est minuscule, elle a une puissance infinie. En médecine ayurvédique l’on prétend qu’elle n’est pas plus grosse qu’une goutte d’huile. Sri Chinmoy nous conseille de méditer sur le cœur spirituel, car, si les autres chakra ne sont pas obligatoirement purifiés, celui-ci ne pose aucun problème.

Certains parlent de l’ouverture du chakra du cœur, la méditation sur cette zone permet cette ouverture, l’on peut alors ressentir une lumière qui nous submerge ; l’on se sent alors dans un bien être total.

« Servez-vous de votre cœur ;
vous verrez alors Dieu dans tous les êtres humains. »

Sri Chinmoy

Voir l’article sur la « Méditation sur le cœur », sur ce blog, en cliquant Ici


© Photo frère Maximilien-Marie ; Reproduction autorisée à condition de mentionner la source

Quelques images saintes

Cliquer pour voir
les images

(suite…)

12