• Accueil
  • > Livre : Les Ailes de la Joie

Archive de la catégorie ‘Livre : Les Ailes de la Joie’

Histoire vraie : « Vraiment ? » Un Maître Zen questionne

Dimanche 24 juillet 2011


zen.jpg

Sri Chinmoy raconte :

« …Il est même arrivé qu’un véritable Maître spirituel, qui était la pureté immaculée en personne, soit victime des critique du monde ignorant :

Il était une fois un Maître Zen très pur et d’un grand niveau d’illumination. Non loin de chez lui se trouvait une épicerie. Le propriétaire du magasin avait une très belle fille qui n’était pas mariée. Un jour, on découvrit qu’elle était enceinte. Ses parents devinrent furieux. Ils voulurent savoir qui était le père, mais elle refusa de leur donner son nom. A force de réprimandes harassantes, elle céda et leur dit que c’était le Maître Zen. Les parents la crurent et coururent chez le Maître Zen, le couvrant d’injures. Le Maître Zen dit : « Vraiment ? » Ce fut son seul commentaire. Après la naissance de l’enfant, les parents le lui confièrent. Il accepta l’enfant et s’en occupa. Dès lors, sa réputation fut totalement perdue, et il devint l’objet de moqueries. Des jours passèrent, puis des semaines, des mois, des années. Mais dans notre vie humaine, il y a quelque chose que nous appelons la conscience, et la jeune fille était torturée par cette conscience. Un jour, finalement, elle révéla à ses parents le nom du véritable père de son enfant, un homme qui travaillait au marché aux poissons. Les parents furent à nouveau furieux. La famille était autant torturé par le chagrin que par l’humiliation. Ils coururent chez le Maître Zen, implorèrent son pardon, lui racontèrent toute l’histoire, puis reprirent l’enfant. Il fit ce seul commentaire : « Vraiment ? »

« Il se peut que le monde ne comprenne pas ou n’apprécie pas la pureté comme il se doit, mais lorsque notre Mère, la Terre, porte en elle ne serait-ce qu’une seule âme pure, sa joie est sans limite. Elle dit : « Voici enfin une âme sur laquelle je peux compter. »

© Histoire extraite  du livre « Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy paru aux Editions de la Flûte d’Or
© Photo emprunté à Buddha Chanel, que je recommande

Le parfum de la fleur de pureté : une allégorie de Sri Chinmoy entre les qualités de la fleur et celles intérieures de l’individu

Dimanche 24 juillet 2011

 


nidishroseblanchenidishunblogfr.jpg

Rose Blanche

Lorsque vous méditez, sentez que vous êtes un enfant dans un jardin de fleurs. Ce jardin de fleurs est votre cœur. Un enfant peut jouer dans un jardin pendant des heures. Il ira d’une fleur à l’autre, mais il ne quittera pas le jardin parce qu’il reçoit de la joie de la beauté et du parfum de chaque fleur. Ressentez un jardin en vous dans lequel vous pouvez rester aussi longtemps que vous le souhaitez. De cette manière, vous pourrez facilement méditer dans le cœur.

Vous pouvez purifier votre existence en ressentant profondément en vous une belle rose ou un lotus, ou toute autre fleur que vous aimez. Une fleur est toute pureté. Essayez de vous identifier avec la conscience de la fleur ou avec la pureté de la fleur. Au début, il s’agira d’imagination, mais si vous continuez à imaginer pendant cinq jours, ou dix jours, voire un mois ou deux, alors vous finirez sûrement par voir et ressentir la fleur au-dedans de vous. D’abord, vous pourrez la ressentir, puis vous verrez l’existence de la fleur, et alors automatiquement le parfum et la pureté de la fleur entreront en vous et vous purifieront.

Ce que vous possédez en permanence :
Une fontaine de flammes.
Ce que vous êtes en permanence :
Une fleur de pureté.

© Extrait du livre « Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy paru aux Editions La Flûte d’Or
© Photo de Nidish  « Rose Blanche »

Question – Réponse de Sri Chinmoy : Sourire et pleur du bébé durant le sommeil

Vendredi 4 septembre 2009

 

Question : Lorsqu’un bébé sourit ou bien pleure dans son sommeil, est-ce parce qu’il rêve ?

ckg208n1.jpgSri Chinmoy : lorsqu’un bébé sourit en dormant, c’est son âme qui exprime de façon visible sa joie sur son visage. L’âme éprouve la joie d’avoir une fois encore l’opportunité de tenir sa promesse vis-à-vis du Seigneur Suprême. Alors la félicité psychique se manifeste sur le visage de l’enfant.
Maintenant il y a diverses raisons qui peuvent faire pleurer un enfant dans son sommeil. Ce peut être la faim ou la soif. Ce peut être aussi un rêve. Un enfant âgé de quatre à sept ans rêve presque toutes les nuits. Lorsque nous, adultes, avons des rêves destructeurs, effrayants, harcelants, nous ne pleurons pas, car nous savons que cette inquiétude ne durera que quelques instants. Mais l’enfant, lui, se sent réellement attaqué, et il ne sait pas ce qu’est cette attaque ni combien de temps elle durera. Il sait que s’il crie, quelqu’un viendra le sauver.

© Textes extraits du livre “Sur les Ailes des Rêves” de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”
Copyright © 1999 Sri Chinmoy Tous droits réservés

http://www.laflutedor.com/

Propos de Sri Chinmoy sur la méditation

Jeudi 29 mai 2008

 

jkeger2.jpg

Méditer sur le cœur


Il est préférable de méditer dans le cœur plutôt que dans le mental. Le mental est comparable à Times Square un soir de réveillon : le cœur est semblable à une grotte isolée dans l’Himalaya. Si vous méditez sur le mental, vous arriverez peut-être à méditer pendant cinq minutes ; et sur ces cinq minutes, vous pourrez peut-être avoir médité réellement une seule minute. Après un premier sentiment de joie et de satisfaction, il pourra arriver que vous sentiez un désert aride, ou bien que votre mental soit encombrée de pensées. Mais si vous méditez dans le cœur, vous serez en mesure de vous identifier à la joie et à la satisfaction obtenues ; elles deviendront vos possessions permanentes.
Il y a une immense différence entre ce que l’on obtient du mental et ce que l’on obtient du cœur. Par nature, le mental est limité, tandis que le cœur est illimité. Profondément enfouies en vous se trouvent la paix, la lumière et la félicité infinies. En recevoir une quantité limité est chose facile. La méditation dans le mental pourra vous la procurer. Mais vous pouvez obtenir infiniment plus si vous méditez dans le cœur. Supposez que l’on vous propose deux emplois, l’un pour un salaire de deux cent dollars par mois, l’autre pour cinq cent dollars. Vous n’allez pas perdre votre temps en acceptant le premier emploi !
Lorsque vous méditez, sentez que vous êtes un enfant dans un jardin plein de fleurs. Ce jardin de fleurs est votre cœur. Un enfant peut jouer dans un jardin pendant des heures. Il ira d’une fleur à l’autre, mais il ne quittera pas le jardin parce qu’il reçoit de la joie de la beauté et du parfum de chaque fleur. Ressentez un jardin en vous dans lequel vous pouvez rester aussi longtemps que vous le souhaitez. De cette manière, vous pourrez facilement méditer dans le cœur.

© Texte extrait du livre “Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy, Editions de “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 2004 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Les Ailes de la Joie, un livre de Sri Chinmoy

Jeudi 29 mai 2008

ailesdelajoie.jpg

Présentation de la Maison d’Edition « La Flûte d’Or »

 

Vivre la vie intérieure, c’est vivre dans la joie. Encore faut-il pouvoir établir un lien entre notre vie intérieure et notre vie extérieure. La seule lecture de ce livre s’en chargera en nous faisant prendre conscience que chaque instant de la vie nous offre une opportunité en or, tant pour écarter la dépression, la frustration, la colère, la peur et toute autre qualité négative, que pour faire ressortir les qualités divines de notre monde intérieur : l’amour, la paix, la joie et la lumière. Sri Chinmoy nous rappelle qu’être spirituel, c’est être normal, équilibré, “divinement” pratique dans toutes ses activités quotidiennes, car notre vie extérieure ne devrait être que la manifestation de notre vie divine intérieure. Un livre simple, pratique, concret, plein d’esprit et de joie qui ne manquera pas d’éclairer la grisaille de notre vie.

18x12cm. 221pages.

http://www.laflutedor.com/

Aphorisme – Pensée du jour, de Sri Chinmoy

Lundi 19 mai 2008

soulbirdblue71.jpg

Où que vous alliez,
Allez-y avec inspiration et aspiration.
Quoique vous fassiez,
Faites-le avec amour et sollicitude.
Qui que vous voyiez,
Voyez-le avec la beauté de la pureté
Et la gloire de la responsabilité.

 


© Textes extraits du livre “Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 2006 Sri Chinmoy Tous droits réservés

La répétition d’un mantra, par Sri Chinmoy

Lundi 19 mai 2008

aum.jpg
AUM (Ôm) en sanscrit

Si vous souhaitez purifier entièrement votre nature, la répétition d’un mantra peut se révéler des plus efficaces. Un mantra est une incantation ; il peut s’agir d’une syllabe, d’un mot, de plusieurs mots, ou d’une phrase. En répétant un mantra, nous pouvons établir la pureté dans notre existence toute entière. La simple prononciation du mot pureté peut changer à la fois notre vie intérieure et notre vie vie extérieure. Répétez le mot pureté 108 fois chaque jour tout en plaçant votre main droite sur votre nombril ; vous sentirez une grande pureté entrer en vous.
Il y a aussi une autre façon de répéter de manière systématique un mantra. Choisissez un mantra qui vous plaît, tel que aum – qui est le non sacré de l’Univers – ou l’un des noms de Dieu. Le premier jour, vous pouvez répéter répéter votre mantra cinq cent fois. Le jour suivant, répétez-le six cents fois. Chaque jour, augmentez ce nombre jusqu’à ce que vous atteigniez mille deux cents, et ensuite, diminuez le nombre de cent chaque jour jusqu’à ce que vous soyez revenu à cinq cents. Poursuivez cet exercice, semaine après semaine, pendant un mois. Que vous vouliez ou non changer votre non, le monde vous donnera un nouveau nom : pureté.
Pendant que vous psalmodiez, si vous perdez le fil de votre compte, ce n’est pas grave. Continuez simplement avec un nombre qui vous semble le plus probable.
Le fait de compter a pour but de séparer votre conscience des choses. pendant que vous comptez, vous ne pensez à rien d’autre. Durant ce temps, essayez d’entrer dans le monde du silence qui réside au plus profond du mantra. Alors vous n’aurez plus à compter du tout. Votre conscience sera concentrée sur ce que vous répétez, et commencerez à ressentir que vous méditez seulement sur le sens profond intérieur du mantra.
C’est par notre cri intérieur constant que nous atteignons la pureté et que nous la faisons croitre. Lorsque notre cri intérieur s’élève, nous illuminons progressivement notre être tout entier, et lorsque l’illumination prend place, la pureté entre automatiquement en nous. Je viens de mentionner quelques exercices spirituels qui peuvent aider à acquérir la pureté. Mais seul notre cri intérieur pour le Suprême le plus haut nous permet d’obtenir la pureté qui à jamais demeure, la pureté au niveau le plus élevé.

© Textes extraits du livre “Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 2006 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Jalousie, admiration ou compétition ?

Dimanche 18 mai 2008

birdsa.jpeg

Quelle est la différence entre la jalousie et l’admiration ? Dans l’admiration sincère, vous avez un sentiment d’idéal dans votre vie. Peut-être ne pouvez-vous pas faire ce d’autres ont fait, mais vous les admirez néanmoins et vous admirez ce qu’ils ont fait. Cela veut dire que vous avez spontanément envie de réaliser ce qu’ils ont accompli ou d’évoluer vous-même dans cet accomplissement. Cette forme d’admiration sincère ne révèle aucune infériorité. C’est plutôt le signe d’une reconnaissance réciproque de deux âmes.
La jalousie est quelque chose de complètement différent. Lorsque vous êtes jaloux de l’accomplissement d’une personne, vous avez le sentiment d’être prêt à poignarder cette personne si l’occasion se présente. Vous cacherez probablement votre jalousie par peur d’être surpris, soit dans les mondes intérieurs, soit dans le monde extérieur. Mais la présence même de la jalousie en vous est extrêmement nocive.
Il arrive que la jalousie provienne d’un sentiment de compétition. Vous voulez dépasser les accomplissement des autres. Mais ne vous mesurez pas aux autres pour montrer votre supériorité. Pensez au contraire à la nécessité de progrès. Transcendez vos propres capacités. Ce qui est le plus important, c’est votre attitude en tant qu’individu. Ressentez que vous ne transcendez pas vos capacités pour votre propre gloire, mais pour accroitre le potentiel du monde et élever son niveau. Puis, avec un cœur dévoué et fervent, offrez vos accomplissements à Dieu, qui est la source.

 

Conquérir la jalousie

 

Il y a plusieurs manières pratiques de conquérir la jalousie. La manière humaine et ordinaire consiste à se dire : « Je chante bien mieux que telle personne, mais si je ne chante pas, c’est parce que je ne veux pas perdre mon temps. » Ceci est une manière rusée de vous dire que vous valez mieux qu’un autre. La manière spirituelle de conquérir la jalousie est de vous dire que vous êtes en parfaite unité avec la personne dont vous êtes jaloux. Par exemple, si quelqu’un est un meilleur acteur que vous, ressentez que c’est vous qui jouez. de cette manière, vous pouvez conquérir votre jalousie, et en même temps, élargir votre propre conscience.
Une fois votre jalousie passée, vous verrez que la personne dont vous étiez jaloux est devenue un parfait ami. Vous éprouverez de la sympathie et de l’amour pour elle. Si vous considérez que Dieu est votre réalité, chaque individu deviendra comme un membre de votre corps spirituel conscient, dédié et dévoué. S’ils sont tous des membres de votre corps, ils font alors partie de votre existence. Comment pouvez-vous être jaloux d’eux ? Lorsque nous voulons bien établir une unité inséparable avec la Source, le problème de la jalousie peut facilement être résolu.
Vous pouvez conquérir votre jalousie en aimant Dieu davantage. Vous pouvez être jaloux de quelqu’un parce qu’il est un grand photographe. Mais par ailleurs, celui-ci peut être jaloux de vous parce que vous êtes un grand reporter. Ce genre de jalousie est sans fin. Mais il y a une tierce personne qui est responsable de vous deux, et c’est Dieu. Si vous aimez Dieu et devenez un avec Lui, vous serez capable de vous identifier avec la capacité des autres. En vous identifiant avec la source de la capacité, la question de la jalousie ne se posera plus. Si vous voulez vraiment conquérir la jalousie, aimez Celui qui vous a donné les qualités, à vous comme aux autres.

 

La morsure de la jalousie
Est une véritable maladie.
L’unité courageuse
Est son remède parfait et garanti.

 

© Textes extraits du livre “Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright© 2004 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Le droit de naissance de l’âme, par Sri Chinmoy

Samedi 17 mai 2008

 

bali04abedan.jpg

 


Les ailes de la joie

La joie véritable implique une expansion immédiate. Si nous faisons l’expérience de la joie pure, notre cœur s’agrandira immédiatement. Nous nous sentons voler dans le ciel divin de la liberté; le monde dans toute son étendue nous appartient, non comme quelque chose que nous dominons, mais comme une expansion de notre conscience. Nous devenons la réalité et l’immensité.
Lorsque nous faisons l’expérience de la joie véritable, nous pouvons ressentir que Dieu est satisfait de nous, car notre joie est le plus grand accomplissement de Dieu. Lorsque nous sommes malheureux, tristes et déprimés, nous acceuillons de nombreuses forces non divines, négatives. Mais lorsque nous sommes réellement heureux, nous offrons quelque chose de véritablement précieux à Dieu. Dieu est le plus profondément satisfait lorsqu’Il reçoit ce cadeau de nous.
Ce que nous appelons notre joie, Dieu l’appelle notre perfection. Chaque être humain est venu au monde avec le message de la perfection. Chaque être humain sur terre réalisera un jour la plus haute Vérité. Chaque être humain est destiné à être comblé. C’est le droit de naissance de notre âme.

© Textes extraits du livre “Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright© 2004 Sri Chinmoy Tous droits réservés
Copyright © Photo Abedan Lotus à Bali

Aphorisme – Pensée du jour, de Sri Chinmoy

Vendredi 16 mai 2008

jk40.jpg

 

La flamme à jamais ascendante
Du cri d’aspiration de mon cœur
Est la source à jamais grandissante
De la joie et de la félicité de ma vie.

 

© Texte extrait du livre “Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © peinture 2004 Sri Chinmoy Tous droits réservés

12