• Accueil
  • > Livre : L'Evangile Esséniens

Archive de la catégorie ‘Livre : L’Evangile Esséniens’

Question – Réponse de Sri Chinmoy : POÉSIE ET MUSIQUE PROVIENNENT-ELLES d’un monde supérieur ?

Lundi 30 juin 2008

Question : Y a-t-il un monde supérieur d’où provient la poésie ?

ckg208n14.jpgSri Chinmoy : Oui. Lorsque votre conscience s’éveille ou que d’une manière ou d’une autre, vous entrez dans les mondes supérieurs, vous verrez que tout est déjà écrit. Vous n’avez pas besoin d’être réalisé pour vous rendre dans ces mondes. Le grand poète Rabindrath Tagore, par exemple, le faisait. De même Sri Aurobindo, qui lui, était bien sûr réalisé. J’ai commencé à pratiquer cela à l’âge de treize ou quatorze ans. Je n’ai absolument pas écrit certains poèmes; je voyais les mots sur le mur et je les recopiais ; beaucoup des poèmes que j’ai écrit en 1944 me sont venus comme cela. Je voyais tous les mots exacts, avec la ponctuation et tout. Ces poèmes sont venus de ces mondes. Je n’ai pas volé les mots de quelqu’un d’autre. Ils étaient déjà tout prêts dans un autre monde, mais pas encore manifestés dans ce monde. lorsque vous êtes inspiré, cela vient de votre cour et de votre esprit, mais également d’un autre monde. Vous n’êtes que le messager qui rapporte ces mots, mais ce dont je parle va plus loin. Dans le monde de la poésie, les mots sont écrits. Parfois, un être vient et les dicte. Sri Aurobindo a dit que l’un de ses livres n’avait pas été écrit par lui bien qu’il ait été publié sous son nom. Selon Sri Aurobindo, c’est un être particulier qui lui a dicté ce livre du début à la fin.

Question : Est-ce que certains grands compositeurs ont reçu leur musique en allant dans ces mêmes mondes ?

Sri Chinmoy : Pour certains, j’en suis sûr. Je suis sûr que c’était le cas de Beethoven, par exemple.


© Textes extraits du livre “Conversations avec Sri Chinmoy” Volume 3 paru aux Editions de “La Flûte d’Or” : http://www.laflutedor.com/ Copyright
© 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Vivre en Harmonie avec l’univers : L’Evangile essenien (extrait livre 3)

Vendredi 4 avril 2008


L’ANGE DE L’AMOUR

L’Amour est plus fort
Que les courants des eaux profondes,

Plus fort que la mort.

Aimons-nous les uns les autres.
L’Amour est un don du Père Céleste ;
Celui qui Aime est le fils
Du Père Céleste et de la Mère Terrestre
Et vit en compagnie des anges.
Aimez-votre prochain
Comme le Père Céleste vous Aime.
Et Il vivra en vous et vous en Lui,
Car Il est tout Amour.
Celui qui Aime est semblable au soleil
Dans sa splendeur de midi.
Unissons-nous
Dans un esprit d’Amour et de Compassion
Les uns pour les autres.
Oublions rancune et vengeance
Et Aimons notre prochain comme nous-mêmes.
Si un homme dit :
« J’aime le Père Céleste, mais je hais mon frère »,
Il ment,Car s’il n’Aime pas son frère qui lui est proche,
Comment pourrait-il aimer le Père Céleste
Qu’il n’a jamais vu ?
Celui qui Aime le Père Céleste
Aime son frère,
Qu’il lui soit proche ou étranger.
On dit en Egypte
Qu’un repas simple servi avec Amour
Vaut mieux qu’un repas riche offert avec indifférence.
Les mots d’Amour sont comme du miel,
Ils apaisent l’âme et nourrissent le corps.
La parole humaine est une eau profonde
Et l’Amour, une eau jaillissante.
La loi nous commande d’agir avec droiture,
D’Aimer avec Compassion et de vivre avec Humilité
Afin que l’ange de l’Amour demeure en nous.
Dieu d’Amour,
Que Ton esprit Saint
Révèle Ta Parole aux enfants de la Lumière
Qui cultivent Le Jardin de la Fraternité.
Aimez-vous les uns les autres,
Respectez vos frères
Et obéissez à la Loi !

l’Evangile Essenien

Traduction E.Bordeaux Szekely
Paru aux Editions Soleil
Actuellement aux Editions Ambre, livre 3 :
http://www.editionsambre.com/
Voir article réalisé ce même jour présentant le livre.

 

L’Evangile essenien : Les manuscrits perdus de la fraternité des Esséniens

Vendredi 4 avril 2008

evangile3internet.jpg

 

Note des Editions Ambre, actuelles représentantes de Mme Székély pour l’Europe :
Ce troisième livre de l’Évangile Essénien est un recueil de textes de grande valeur spirituelle, littéraire, philosophique et poétique, issus de deux puissants courants de traditions imbriqués l’un dans l’autre. Le premier, de ces courants, est celui dans lequel ont baigné les hébreux emprisonnés dans les geôles de Babylone : les Épopées de Gilgamesh y côtoient le Zend Avesta de Zarathoustra. Le second est celui qui traverse avec une majesté poétique les livres de l’Ancien et du Nouveau Testament, depuis l’époque indatable d’Enoch et des autres Patriarches, en passant par les Prophètes et jusqu’à la mystérieuse Fraternité Essénienne. (160 pages, broché.)

Introduction (extrait) des « Editions Soleil » au livre « L’Evangile essénien » première édition en 1984 :
« Edmond Bordeaux-Szekely découvrit au début du siècle dernier dans les archives du Vatican des manuscrits traitant des idées et du mode de vie des Esséniens, qui vécurent il y a deux mille ans au Moyen-Orient et exercèrent une profonde influence sur la genèse du christianisme. Il consacra sa vie à l’étude de l’enseignement essénien et de ses applications pratiques pour l’homme d’aujourd’hui. Le sujet lui inspira plusieurs dizaine d’ouvrages… »

Le traducteur :
Biographie partielle extraite de Wikipédia :

Edmond Bordeaux Szekely, né en 1900, décédé en 1979, était un érudit hongrois, un philosophe et un expérimentateur de la vie naturelle.

« La mère d’Edmond Bordeaux Szekely était française et catholique et son père était un Unitarien hongrois. Les diverses biographies ont indiqué que Szekely a obtenu son doctorat de philosophie à l’université de Paris, et d’autres parties des universités de Vienne et Leipzig. Il a également été professeur de philosophie et de de psychologie expérimentale à l’université Babes-Bolyai à Cluj-Napoca et parlait couramment Sanskrit, araméen, grec et latin aussi bien que plusieurs langues modernes.
En 1923, lorsqu’il étudiait au Vatican, Szekely traduisit plusieurs textes araméens obscurs qui, disait-il, montraient que les esséniens (les premiers chrétiens) étaient végétariens, et que le végétarisme était enseigné par Jésus. Szekely a également traduit des parties du Zend Avesta, des rouleaux de la mer morte, et des documents du Mexique pré-colombien.
En 1928, il fonda, avec le prix Nobel de littérature Romain Rolland, la Société Biogénique Internationale pour promouvoir et répandre ses recherches. »

Site des Editions Ambre : http://www.editionsambre.com/