Archive de la catégorie ‘= Mort et Réincarnation’

Réincarnation de l’âme du monde animal au monde humain

Lundi 10 octobre 2011

 

Question : Est-ce que l’âme accorde de l’importance à son anniversaire lorsqu’elle est dans une incarnation animale ?

 

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : Quand on voit certains animaux, on sait qu’ils vont être humains dans leur prochaine incarnation. Même s’ils sont dans un zoo, leur yeux et leur conscience semblent humains. Si l’animal est suffisamment mûr et évolué, s’il est sur le point de devenir un être humain, son âme observera son anniversaire.

 

© Extrait du livre « La promesse spéciale de l’âme » Centre Sri Chinmoy

L’âme, son incarnation, aujourd’hui et dans plusieurs millénaires. Propos de Sri Chinmoy Maître spirituel contemporain

Lundi 10 octobre 2011

Question : Un jour les âmes s’incarneront-elles différemment ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : Certains maîtres spirituels disent que dans le processus de l’évolution -cela peut prendre des milliers d’années voire encore plus longtemps, Dieu seul sait- les âmes descendront directement sur terre par le physique subtil, elles prendront forme humaine sans passer par le processus de la naissance. Nietzsche utilisait le mot « Surhomme » dans un sens vital, tandis que Sri Aurobindo l’utilisait dans un sens divin.

Aujourd’hui, nous sommes à la merci de la mort. La mort peut nous enlever à n’importe quel moment ; en buvant un verre d’eau ou en lisant le journal, nous pouvons mourir. Seuls les maîtres spirituels et les âmes très évoluées peuvent utiliser leur volonté consciente afin de déterminer le moment de leur mort. Mais dans le futur, lorsque les âmes descendront sur terre directement dans leur corps physique tout en restant pleinement conscientes, elles ne seront plus à la merci de la mort. Les âmes pourront rester sur terre afin de travailler et de manifester la Volonté de Dieu aussi longtemps qu’elles le souhaiteront. Elles auront de plus amples opportunités pour manifester Dieu car la mort ne pourra pas les enlever prématurément.

(suite…)

LE PSYCHISME HUMAIN SON FONCTIONNEMENT INTERNE : 8 L’Âme d’incarnations en incarnations

Dimanche 10 janvier 2010

Vous retrouverez l’ensemble des huit articles qui concernent : le corps, le vital, le mental et l’âme Ici ; il est préférable de commencer la lecture méthodiquement, en commençant par le texte présentant le corps. Chaque article est court, dense et complémentaire aux autres. Le premier article est le plus ancien, il est en premier, en partant du bas. L’ensemble forme le texte intégral du premier chapitre ; le livre comporte cinq chapitres.

earlycentresmiling150k.jpeg
L’Auteur : Sri Chinmoy

8 ème et dernier extrait : L’Âme (2/2 parties)

Au début de son parcours, elle pénètre dans les abysses les plus insondables de l’inconscience, où n’entre jamais le plus petit rayon de lumière. Elle y demeure des siècles et des siècles, dans un état de profonde torpeur. Puis soudainement, une étincelle de conscience jaillissant de l’au-delà transcendantal entre en elle et l’éveille. Elle esquisse un léger mouvement, tandis qu’une interrogation s’élève des profondeurs de l’être : « Qui suis-je ? », à laquelle répond aussitôt l’affirmation : « Tat Twam Asi », « Tu es Cela ».

L’âme ouvre alors les yeux, dirige son regard vers le haut et entre successivement dans le monde minéral
puis dans la conscience minérale. Bien que l’on ne trouve en celle-ci pratiquement aucune lumière, l’âme va y demeurer des milliers d’années. Après un nouveau geste ascendant, elle abordera le domaine de la conscience végétale, où perce un mince filet de lumière. De là, elle se dirigera vers la conscience animale, où pendant des siècles elle ne fera montre d’aucun dynamisme véritable. En réalité, elle sera souvent dans un état d’assoupissement total, bénéficiant toutefois du Jeu Cosmique à sa manière.

Puis un jour vient, des siècles plus tard, où l’âme souhaite franchir une étape supplémentaire
et pénétrer dans la conscience humaine. Les occasions pour elle de porter le regard vers l’au-delà et de se remémorer sa propre source y sont infiniment plus fréquentes. Car la conscience humaine a beau ne contenir qu’une provision limitée de lumière, elle est capable d’en accumuler une quantité infinie, comme le prouve l’exemple de maints aspirants évolués. Tandis qu’elle s’y trouve, l’âme fait descendre d’en haut la Paix, la Lumière et la Béatitude, pour les offrir aux autres membres de sa famille : le cœur, le mental, le vital et enfin le corps physique. L’illumination, lorsqu’elle prend place, est visible dans l’être entier, à tous les niveaux que nous venons d’évoquer. Et cette Conscience Illuminée, Divine, contient en elle une lumière inépuisable.

Dans le Jeu Cosmique de Dieu, chaque âme est donc employée aussi bien par l’humanité que par la Divinité.
Par l’humanité, afin d’emporter ses souffrances inavouées vers un monde bien au-delà du domaine mental. Par la Divinité, afin de faire descendre au tréfonds de la conscience terrestre le message de la Lumière et de la Félicité. Aux yeux de la Divinité, l’âme est le batelier qui conduit l’Infini jusqu’au cœur du fini. Aux yeux de l’humanité, elle est le navire qui transporte son fardeau vers le royaume de l’au-delà.


Vous pouvez vous procurer le livre
“La Lumière de L’au-delà”
Paru aux Editions Sri Chinmoy
Diffusé par les Editions de La Flûte d’Or.

LE PSYCHISME HUMAIN SON FONCTIONNEMENT INTERNE : 7 L’Âme, celle dont on parle mais que peu connaissent

Dimanche 27 décembre 2009

Vous retrouverez l’ensemble des huit articles qui concernent : le corps, le vital, le mental et l’âme Ici ; il est préférable de commencer la lecture méthodiquement, en commençant par le texte présentant le corps. Chaque article est court, dense et complémentaire aux autres. Le premier article est le plus ancien, il est en premier, en partant du bas. L’ensemble forme le texte intégral.

earlycentresmiling150k3.jpeg

7 ème extrait : L’Âme (1/2 parties)

Quand à celle de l’âme, tout y est parfait, lumineux, suprêmement délectable. Tout ce qui n’est pas encore manifesté au niveau de l’être extérieur y est accumulé ; la chambre n’en est pas moins absolument parfaite en soi. Tout semble y avoir déjà été accompli. Si au début on la considère comme sienne, on réalise après un certain temps que l’on s’est complètement uni à elle.

L’âme n’est autre que cette lumière que l’on nomme Conscience. Elle est une partie intégrante de Dieu. Elle provient de Dieu et retourne à Lui. Elle est son message resplendissant en nous. elle ne connaît ni naissance ni mort. Elle est immortelle et éternelle.

Elle s’incarne sur terre pour les besoins de l’expérience et de l’évolution. Dans ce cas précis, évolution signifie manifestation de la Divinité. C’est pourquoi sa mission ne pourra être accomplie que lorsqu’elle aura fait descendre la Perfection Divine au cœur de la matière.

 

Prochain et dernier extrait, et suite de celui-ci : L’Âme (2/2 parties)

Vous pouvez vous procurer le livre
“La Lumière de L’au-delà”
Paru aux Editions Sri Chinmoy
Diffusé par les Editions de La Flûte d’Or.

 

Il y a 3000 ans en Inde l’on avait une conscience d’avant garde dans l’alimentation

Mardi 22 décembre 2009

bhishma.jpg
Bhishma

« La viande des animaux est comme la chair
de nos propres fils »

Bhishma
Mahâbhârata section CXIV

Compte tenu
que les animaux ont une âme,
que l’âme des animaux se réincarne un jour dans un corps humain,
cette acception de la phrase de Bhishma,
il y a 3000 ans avant Jésus Christ,
est tout à fait véritable.


Voir des articles complémentaires
en cliquant ci-dessous sur les liens en bleu

LE PSYCHISME HUMAIN SON FONCTIONNEMENT INTERNE : 5 Le mental (suite)

Vendredi 11 décembre 2009

Vous retrouverez l’ensemble des huit articles qui concernent : le corps, le vital, le mental et l’âme Ici ; il est préférable de commencer la lecture méthodiquement, en commençant par le texte présentant le corps. Chaque article est court, dense et complémentaire aux autres. Le premier article est le plus ancien, il est en premier, en partant du bas. L’ensemble forme le texte intégral.

earlycentresmiling150k1.jpeg

5 ème extrait : Le mental (2/2 parties)

Celui qui souhaite réellement trouver la vérité et s’épanouir en elle doit voyager bien au-delà des frontières du mental cartésien, intellectuel et sceptique. Ce mental est doté d’une très petite quantité de lumière, tandis que ce que l’aspirant cherche n’est autre que l’illumination divine. D’ailleurs, il suffit qu’apparaisse la lumière infinie pour que la ratio soit brisée en mille morceaux.

Attention, loin de moi l’idée de nier ici l’importance primordiale qu’a eu jusqu’à nos jours le mental humain. C’est lui qui tout au long du processus de l’évolution cosmique nous a démarqués du royaume animal. Si le mental ne s’était pas éveillé, la vie humaine consciente ne serait pas née. Toutefois l’animal en nous a maintenant joué son rôle. Quant à l’humain dépourvu d’aspiration, il aura lui aussi bientôt rempli son contrat. Le divin peut donc faire son entrée en notre existence.

Avant d’entrée dans la vie spirituelle, vous considériez le mental comme supérieur à tout. Une personne dotée d’un esprit brillant n’avait pas sa pareille à nos yeux. Mais vous avez maintenant pris conscience des limites et des imperfections du mental et allez tenter de l’illuminer et de le parfaire. Dans l’intensité de la méditation, sentez que vous n’êtes rien d’autre et que vous ne possédez rien que le cœur et l’âme. Accompagné de ceux-ci, affrontez ensuite le mental. Où cela ? Simplement là où prennent place contradictions, contraintes et doutes. Le mental, prédateur sans pitié, ne manquera pas dès lors de les agresser. Mais en combattant ces deux entités divines surchargées de lumière, il épuisera ses forces, semblable en cela à celui qui cogne ses poings si violemment contre un mur qu’il y laisse toute son énergie. Il devra se soumettre à l’éclat de l’âme. Ce faisant, il s’assimilera à l’immensité elle-même.

Prochain extrait et suite de celui-ci : Le cœur (entendons, le cœur spirituel, montré sur les effigies du Christ, au milieu de la poitrine)

D’une vie à l’autre retrouve-t-on la même aspiration ?

Mardi 1 décembre 2009

Question : Lorsqu’on meurt, retrouve-t-on, le même niveau d’aspiration dans sa prochaine incarnation ?

ckg208n11.jpgSri Chinmoy : Absolument ! On retrouve le même niveau d’aspiration dans sa prochaine incarnation, dans un nouveau corps et un nouvelle conscience. Mais l’obscurité et l’ignorance de la conscience terrestre l’empêche habituellement de faire surface, et il faut dans la plupart des cas plusieurs années de lutte pour retrouver cette aspiration. Cependant, si l’âme est très forte et que l’aspirant possède également une force intérieure exceptionnelle, il peut retrouver son ancienne aspiration dès le début de sa vie ou au bout de quelques années et continuer de courir vers son But destiné.

 

© “L’Aspiration” un livre de Sri Chinmoy paru aux Editions La Flûte d’Or
© Photo “Sri Chinmoy joue sur uneflûte d’orée” – Centre Sri Chinmoy

« La mort est-elle la fin ? » : Exposé de Sri Chinmoy

Jeudi 12 novembre 2009

srichinmoyfeature.jpg
Sri Chinmoy

Hélas, la plupart d’entre nous chérissons des conceptions erronées concernant la mort. Nous croyons qu’elle est une chose insolite, destructrice. Il faut pourtant savoir que, dans l’état actuel des choses, la mort est naturelle, normale, et, jusqu’à un certain point, inévitable. Le Seigneur Krishna ne dit-il pas à Arjuna : « Ô Arjuna, certaine est la mort pour qui est né, et certaine la naissance pour qui est mort ; c’est pourquoi ce qui est inévitable ne devrait te causer d’affliction. » (Bhagavad-Gîta – II-1-37)

La Chandogya Upanishad nous délivre cet important message :
« Lorsqu’approche l’heure de la mort, que devons-nous faire ? Nous devons trouver refuge en ces trois pensées sublimes :
- Nous sommes indestructibles,
- Nous ne pouvons être ébranlés,
- Nous sommes l’essence même de la vie.
 »
Lorsqu’approche l’heure de la mort, si vous avez le sentiment que vous ne pouvez être détruit, que rien ne saurait vous ébranler et que vous êtes l’essence même de la vie, alors où sont encore l’affliction, la peur, la mort ? La mort n’est plus.

Sarada Devi, l’épouse de Sri Ramanakrishna, prononça ces paroles significatives : « La différence entre un homme spirituel et un homme ordinaire est très simple ; on peut aisément la déceler. L’homme ordinaire gémit et verse des larmes amères à l’approche de la mort, tandis que l’homme spirituel, s’il l’est vraiment, ne fera que rire et rire à l’idée de la mort. A ses yeux, la mort n’est rien d’autre qu’un divertissement. »

Je dois préciser, à ce stade de mon exposé, que l’homme spirituel pénètre dans le jeu cosmique ; il en devient un instrument conscient. Pour cette raison, il sait que la mort n’est pas une extinction. Elle n’est qu’un repos plus ou moins prolongé.

Nous devons revenir en ce monde encore et encore. Il n’existe pas d’échappatoire. Nous devons réaliser le Plus Haut ici sur terre. Dieu ne permettra pas que nous gaspillions ou que nous dilapidions les potentialités et les possibilités de l’âme. C’est impossible.

Ainsi résonnent les propos immortels de Kipling :

« Ils reviendront, et reviendront encore,
Tant que tournera la Terre écarlate.
Jamais Il n’a perdu une feuille ni un arbre.
Croyez-vous qu’Il dilapiderait des âmes ? »

Chaque incarnation nous mène vers une vie supérieure, une vie meilleure. Nous appartenons au processus de l’évolution. Chaque incarnation est un degré de l’échelle de l’évolution. L’homme progresse, consciemment ou non. Mais s’il accomplit des progrès conscients lors de chacune de ses incarnations, il accélère le cours de son évolution spirituelle. La réalisation interviendra pour lui bien plus tôt que pour ceux qui progressent inconsciemment.

 

 

© Extrait de la conférence donnée par Sri Chinmoy le 9 novembre 1970, à l’université du Kent, à Canterbury en Angleterre, lors de sa première tournée de conférences en Europe. Cette conférence a été publiée dans le livre « Mort et Réincarnation » édité par les Editions Sri Chinmoy, diffusé actuellement par les Editions de la Flûte d’or.

 

Quelques paroles sacrées du Bouddha sur la vie éternelle

Mardi 10 novembre 2009

buddhasmile.jpg
Buddha Smile

153
Longtemps j’ai erré dans le samsara, de naissance en renaissance,
Cherchant sans le trouver le bâtisseur de la maison.
Qu’il est douloureux, le cycle sans fin des réincarnations !
o
182
Renaître sous une forme humaine est difficile.
Difficile est de vivre une vie de mortel.
Rare est de pouvoir entendre la Bonne Loi,
Et rare est l’avènement d’un Bouddha.
o
238
Fais-toi une île.
Entre vite dans l’effort, deviens un sage !
Tes impuretés effacées, sans taches,
Tu n’auras plus à revenir
Pour naître à nouveau, et ensuite vieillir.
o
325
Quand il devient glouton, endormi,
Et qu’il gigote comme un pourceau nourri de grains,
L’homme stupide est voué de renaître sans fin.
o
341
Débordants, fougueux sont leurs plaisirs.
Mais tout ce que trouvent
Ces êtres rongés par la soif, aspirant au bonheur,
C’est à renaître et vieillir.
o
342
Ceux que la soif aiguillonne
Se débattent comme lièvres pris au piège.
Retenus par les chaînes et les entraves,
Ils sont voués à de longues souffrances, encore et encore et toujours.
o
348
Oublie le passé, le futur, le présent.
Fais la traversée jusqu’à l’autre rive de l’existence;
Une fois ta pensée pleinement libérée,
Tu n’auras plus à endurer
Ni renaissance, ni déchéance.
o
351
Pour celui qui est parvenu au but suprême
Et est défait de la peur, de la soif, des passions,
Les épines de la vie sont coupées.
Ce corps est le dernier qu’il porte.
o
423
Celui qui connaît ses vies antérieures,
Qui voit les cieux et les enfers,
Qui est arrivé au bout des renaissances,
Qui s’est perfectionné sans cesse,
Acquérant une connaissance supérieure,
Le sage devenu parfaitement accompli,
C’est lui que j’appelle un brahmane.
o
Source :
Le livre « Dhammapada »
« La Voie du Bouddha »
Version française de Le Dong
Editions du Seuil
o
Le « Dhammapada » est composé de quatre vingt-trois versets (pada) qui rapportent des paroles prononcées par le Bouddha en diverses circonstances au cours de ses quarante-cinq années de prédication, le Dhammapada se présente comme un exposé de la doctrine bouddhique : tel est le sens de Dhamma, qui signifie Loi, non celle des hommes, mais la Loi naturelle régissant l’ordre des choses, celle découverte par le Bouddha, en s’éveillant à l’ultime Vérité.

© Photo Kedar Centre Sri Chinmoy

De la vie animale à la vie humaine, par Sri Chinmoy

Dimanche 1 novembre 2009

Question : Les animaux aspirent-ils et est-ce ainsi qu’ils sortent du royaume animal ?

ckg208n1.jpgSri Chinmoy : Les animaux aspirent, mais inconsciemment. c’est la combinaison de leur aspiration inconsciente et de la Compassion infinie de Dieu qui accorde à certains animaux la possibilité de sortir du monde animal pour entrer dans la vie humaine.

 

© “L’Aspiration” un livre de Sri Chinmoy paru aux Editions La Flûte d’Or
© Photo “Sri Chinmoy joue sur uneflûte d’orée” – Centre Sri Chinmoy

123