• Accueil
  • > Musique (Compositeur) : Beethoven

Archive de la catégorie ‘Musique (Compositeur) : Beethoven’

« Tous les hommes sont des frères », une expérience extraordinaire répétée chaque années par plus de 10 000 personnes à Osaka, et plus encore au Japon et dans le monde

Mercredi 14 mars 2012

 

Panorama de la ville de Ōsaka effectué en 2006

Panorama de la ville de Ōsaka au Japon en 2006

« Que la joie qui nous appelle nous accueille en sa clarté Que s’éveille sous son aile l’allégresse et la beauté ; plus de haine sur la terre, que renaisse le bonheur ! Tous les hommes sont des frères quand la joie unit les cœurs. » texte de F. Schiller, mis en musique par Ludwig Van Beethoven, base de l’hymne européen, est chanté depuis trente ans par dix mille chanteurs amateurs à Osaka, la troisième ville du Japon. Les Japonais nomment cette expérience musicale collective la Daiku. Les répétitions débutent l’été et aboutissent en fin d’année par un prodigieux concert qui réunit dix milles chanteurs d’origines très diverses.

(suite…)

Question – Réponse de Sri Chinmoy : POÉSIE ET MUSIQUE PROVIENNENT-ELLES d’un monde supérieur ?

Lundi 30 juin 2008

Question : Y a-t-il un monde supérieur d’où provient la poésie ?

ckg208n14.jpgSri Chinmoy : Oui. Lorsque votre conscience s’éveille ou que d’une manière ou d’une autre, vous entrez dans les mondes supérieurs, vous verrez que tout est déjà écrit. Vous n’avez pas besoin d’être réalisé pour vous rendre dans ces mondes. Le grand poète Rabindrath Tagore, par exemple, le faisait. De même Sri Aurobindo, qui lui, était bien sûr réalisé. J’ai commencé à pratiquer cela à l’âge de treize ou quatorze ans. Je n’ai absolument pas écrit certains poèmes; je voyais les mots sur le mur et je les recopiais ; beaucoup des poèmes que j’ai écrit en 1944 me sont venus comme cela. Je voyais tous les mots exacts, avec la ponctuation et tout. Ces poèmes sont venus de ces mondes. Je n’ai pas volé les mots de quelqu’un d’autre. Ils étaient déjà tout prêts dans un autre monde, mais pas encore manifestés dans ce monde. lorsque vous êtes inspiré, cela vient de votre cour et de votre esprit, mais également d’un autre monde. Vous n’êtes que le messager qui rapporte ces mots, mais ce dont je parle va plus loin. Dans le monde de la poésie, les mots sont écrits. Parfois, un être vient et les dicte. Sri Aurobindo a dit que l’un de ses livres n’avait pas été écrit par lui bien qu’il ait été publié sous son nom. Selon Sri Aurobindo, c’est un être particulier qui lui a dicté ce livre du début à la fin.

Question : Est-ce que certains grands compositeurs ont reçu leur musique en allant dans ces mêmes mondes ?

Sri Chinmoy : Pour certains, j’en suis sûr. Je suis sûr que c’était le cas de Beethoven, par exemple.


© Textes extraits du livre “Conversations avec Sri Chinmoy” Volume 3 paru aux Editions de “La Flûte d’Or” : http://www.laflutedor.com/ Copyright
© 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Ode à la Joie, Vidéo – Concert dirigé par le Chef d’orchestre japonais Ozawa

Vendredi 16 mai 2008


Chic, ce soir on va au concert !


– Que va-ton écouter ?
- La joie ! L’Ode à la Joie
– C’est de la musique classique !?
– Oui, le chef d’orchestre est japonais, son nom est Ozawa.
– C’est une musique de Beethoven ?
– Oui, à l’origine, il s’agit d’un poème de Friedrich von Schiller écrit en 1785, que Ludwig van Beethoven espérait déjà mettre en musique 30 ans plus tôt. Enfin, il a pu le récrire pour qu’il soit chanté dans le quatrième et dernier mouvement de la neuvième symphonie elle même écrite de la fin de l’année 1822 à février 1824, Beethoven est alors atteint de surdité totale et ne communique avec son entourage qu’à l’aide de carnet d’écriture.
La symphonie est jouée la première fois à Vienne le 7 mai 1824 au Théâtre de la Porte de Carinthie. L’évènement reçoit un accueil triomphal ; pour la première fois des voix entrent dans la symphonie.
La Neuvième symphonie apparait, dans la lignée de la Cinquième, comme une triomphante expression de la joie et de la fraternité sur le désespoir ; elle prend dès lors dans le cœur des générations la dimension d’un message humaniste et universel. « L’Hymne à la joie » est un des plus grands chefs d’œuvre du répertoire occidental.
- Et Ozawa ?
- En forme, récemment, en 2002, il a pris
jusqu’en 2010 la direction de l’Opéra de Vienne. En 2003, il fonde le Tokyo Opera Nomori, première compagnie Lyrique du Japon et en 2004 il fonde l’International Music Academy of Switzerland ; il en est le directeur. Cette Académie, à but non lucratif, est ouverte aux jeunes musiciens afin de leur enseigner la pratique de la musique de chambre et l’exercice de la forme orchestrale. En dépit de sa longue carrière internationale, à 71 ans, le très dynamique Ozawa reste profondément attaché au Japon où il est adulé.
– Et la vidéo ?
– C’est la plus belle que j’ai trouvée présentant l’admirable œuvre de Beethoven.

 

http://www.dailymotion.com/video/xn6vp

Beethoven – Ode à la joie – Ozawa
Vidéo : 16’41

Anne Schwanewilms – Soprano
Barbara Dever – Alto
Paul Groves – Ténor
Franz Hawlata – Basse
Chœurs : le « Saito Kinen Orchestra » et le « Tokyo Opera Singers »

Voir tous les articles du blog concernant l’œuvre en cliquant Ici

Ode la Joie : Hymne Européen

Mercredi 14 mai 2008

jaune.jpg

Hymne Européen

Le Conseil de l’Europe a adopté le drapeau européen : un cercle (union) de douze étoiles dorées sur fond bleu (le ciel), le 9 décembre 1955. Le Comité des ministres du Conseil de l’Europe adopte le prélude musical de « l’Ode à la joie « de Ludwig van Beethoven (4e mouvement de la IXe symphonie) comme Hymne Européen en Janvier 1972 ; en 1985, il est adopté comme hymne officiel par les chefs d’Etats et de gouvernement de l’Union. L’interprétation officielle est confiée au compositeur et chef d’orchestre Herbert von Karajan qui en réalisa trois arrangements, pour piano, instruments à vent et orchestre symphonique.

Vous pouvez trouver la partition sur le site :

http://breizhpartitions.free.fr/fr/telecharge_partition.php/218_Hymne_europ%C3%A9en_(Ode_%C3%A0_la_joie)

Texte : F. Schiller, J. Ruault

1.
Que la joie qui nous appelle nous accueille en sa clarté
Que s’éveille sous son aile l’allégresse et la beauté ;
Plus de haine sur la terre, que renaisse le bonheur !
Tous les hommes sont des frères quand la joie unit les cœurs.

2.
Peuples des cités lointaines qui rayonnent chaque soir
Sentez-vous vos mes pleines d’un ardent et noble espoir ?
Luttez-vous pour la justice ? Etes-vous déjà vainqueurs ?
Ah ! qu’un hymne retentisse vos cœurs mêlant nos cœurs.

3.
Si l’esprit nous illumine, parlez-nous à votre tour ;
Dites-nous que tout chemine vers la paix et vers l’amour.
Dites-nous que la nature ne sera que joie et fleurs
Et que la cité future oubliera le temps des pleurs.


« De toute mon âme, j’aspire à ce que l’esprit de ces paroles, hymne de l’Europe, inspirent les décideurs à agir rapidement et efficacement, dans l’esprit de ce texte, pour que les pays européens, fabriquant d’armes, cessent leur production, cessent leurs ventes d’armes et offrent des fleurs, et leurs larmes-graines de pardon, aux pays et aux familles qui ont été détruits par leur ignorance ou leur avidité ; seulement alors, ce merveilleux chant pourra naturellement et sincèrement raisonner dans tous les coins et recoins du cœur de l’Europe, dans un monde Uni et Fraternel. » Nidish

 

 Voir tous les articles du blog concernant l’œuvre en cliquant Ici