Archive de la catégorie ‘Nidish : Apologues’

L’apologue de Nidish « Il était une fois, dans un petit village » sélectionné au jeu concours d’écriture de la SNCF

Jeudi 7 juillet 2011


Ce texte fait partie des 31 sélectionnés parmi les 5500 qui ont participé au jeu-concours d’écriture organisé par la SNCF pour l’anniversaire des 30 ans du TGV. J’ai été très heureux que mon texte ait plu, d’autant que le service communication organisateur m’a avoué avoir lu, relu et étudié tous les textes avant de les admettre dans leur sélection.
Je vous laisse découvrir cet apologue :

tgv1.jpg

Il était une fois, dans un petit village

Il était une fois, dans un petit village, un très vieux tracteur qui rêvait d’aller aussi vite que le TGV. Quand son propriétaire l’emmenait aux champs, il en voyait un filer comme une flèche. Il soupirait alors en continuant à pétarader.

L’agriculteur aussi rêvait de prendre le train à grande vitesse.

Un jour l’occasion se présenta à Monsieur Marcel, il fut récompensé par l’Étoile d’Or de la meilleure production de fromage de chèvre. On lui offrit le voyage pour aller à Paris.

Ainsi, son rêve fut exaucé.

Quand il revint dans son exploitation, la vente de ses fromages se multiplia. Il fit l’acquisition d’un nouveau tracteur.

Le pauvre vieux tracteur fut envoyé à la ferraille. On le démonta et on le fit fondre.

Sa vie de tracteur s’acheva… mais l’acier qui le composait continua à vivre.

Il devint la carrosserie d’un beau et flamboyant TGV.

Son rêve à lui aussi se réalisa.

Commentaire : L’espoir n’est jamais vain, prière intérieure, il est entendu ; il trouve aboutissement, mais pas toujours de la manière envisagé.

o o o

billpearletsrichinmoy.jpeg
Bill Pearl et Sri Chinmoy

Une opportunité

« Les opportunités sont spiritualités »
Sri Chinmoy

Après la cérémonie de remise des prix j’ai abordé Michèle Laroque, Marraine de l’évènement, pour lui offrir un petit cadeau composé de livres de Sri Chinmoy et d’une belle rose blanche. 

Un minuscule évènement dans la cérémonie qui se déroulait sur les quais de la gare de Lyon, à Paris, une fois les photographes partis ; elle restait alors sur la petite scène amovible avec d’autres personnalités. Je n’ai échangé que deux-trois mots, je ne suis que peu bavard. M’est apparu chez elle, mais je l’avais déjà deviné à lire son parcours, une profondeur réelle, avec un charisme particulier que je n’avais rencontré que chez Bill Pearl (cinq fois Monsieur Univers, une grande âme…). Je ne doute pas qu’elle sera sensible à la lecture du Maître indien…

© Nidish

La cage dorée, apologue de Nidish

Mercredi 23 décembre 2009

mesangebleue.jpg
Mésange bleue

 

La cage dorée
Un apologue de Nidish inspiré d’un conte de Marie France
et de la vie de Sri Aurobindo.

Une jeune fille, radiant l’infinitude beauté de la lumière du jour
Et le naturel scintillement des étoiles,
était enfermée dans une cage dorée,
suspendue à l’aide d’une corde dans les airs.
Ce sont ses parents, subjugués par la magnificence de leur fille,

qui l’avaient enfermée là et la gardaient, sous leur protection.
L’éclatante jeune fille ne reprochait rien à ses parents.
Elle s’était assise en lotus.
Entre les barreaux de sa cage,

L’enfant recevait la lumière du jour et les doux rayons du soleil.
Les parents furent flattés, ils pouvaient la contempler à loisir,
Lui parler comme ils le voulaient.

Mais au fil du temps, ils constatèrent que leur jeune fille ne jouait plus, ne riait ni ne bougeait.
Leur relation se réduisait de plus en plus. En eux un profond chagrin les tiraillait.
Le mari, poussé par les larmes cachées de son épouse,
Un jour ouvrit les portes dorées de la cage.
La jeune fille resta immobile.
Elle méditait. Méditait. Méditait.

Un doux sourire se distinguait sur ses lèvres.
Elle semblait nager dans la félicité.
Les parents, éblouis par la beauté radieuse de la fille, restaient muets.
Le halo éclatant de la grâce s’étendit magnifiquement,
Les barreaux dorés s’effacèrent dans le flux de lumière,
La prison disparut aux yeux du père et de la mère.
Immergés dans la douce félicité,
Ils vécurent heureux.
Depuis lors,
Ils rendent de nombreux services au monde entier.

 

© Apologue de Nidish
Photo de Laurence, voir son généreux site musical Ici