Archive de la catégorie ‘= Peinture’

Jharna Kala (Fontaine d’Art) la peinture de Sri Chinmoy

Dimanche 3 juillet 2011


« L’art divin est la couronne du cœur et la fleur de l’âme. »

srichinmoydessine.jpegsrichinmoypainting.jpg

Image de prévisualisation YouTube

Sri Chinmoy réalise ces peintures à l’occasion de l’anniversaire d’âme des Jharna-Kala.
Sur la bande son vous entendez les chants que Sri Chinmoy a composé en l’honneur des Jharna-Kala interprété par un groupe féminin international, les Bhadjan Singers.
Sri Chinmoy peignait, en général, dans un très grand Silence très lumineux.

« L’art divin incarne l’insaisissable danse de l’âme. »

jharnakalapainting.jpgjharnakala.jpgjharnakala1.jpgcrayonsoulbirds.jpg
srichinmoydrawingbirds.jpg


Voir sur ce blog les articles en lien

Le Suprême Art de Sri Chinmoy

Mercredi 25 novembre 2009

srichinmoyartist2.jpg
L’Art de Sri Chinmoy porte une conscience élevée

 

Je suis un chercheur de vérité et un amoureux de Dieu. Je prie et médite. De mes prières et de mes méditations, je reçois des messages intérieurs et une inspiration intérieure. Je trouve l’inspiration profondément en moi pour composer des chants, écrire des poèmes, dessiner et faire d’autres choses, et cette inspiration me porte. J’essaye de recevoir de l’inspiration et de l’aspiration du fond de moi-même, et avec cette inspiration et cette aspiration, je m’efforce ensuite de rendre service au monde de manières différentes.

Tout ce que je fais provient de ma vie de prière et de méditation. Je ne me sers pas du mental : j’utilise le cœur. J’essaye de rendre mon cœur un instrument réceptif afin que Dieu le Suprême puisse peindre en moi et à travers moi. Je suis comme le stylo à bille. Quelqu’un m’utilise pour écrire quelque chose.
 
Mes peintures ont une note puérile. Tout mon art repose sur une conscience simple et puérile. La maturité est là, mais du point de vue le plus élevé, cette maturité est toute simplicité. C’est une sorte de simplicité illuminée. J’offre cette conscience puérile, divinement illuminée, à travers mon art. Ce qui opère en mon art et à travers mon art est entièrement cette conscience divine, puérile.

Lorsque je dessine mes oiseaux, j’essaye de maintenir mon esprit aussi vide, disponible et tranquille que possible. Le mental extérieur est comme la surface de la mer. A la surface, la mer est pleine de vagues et de ressacs. Mais lorsqu’on plonge tout au fond, la même mer est toute paix, calme et tranquillité et c’est là qu’on y trouve la source de la créativité.

Lorsque nous sommes vraiment libres intérieurement, nous ressentons que notre véritable foyer est bien plus vaste que ce monde dans lequel nous vivons. Nous ressentons que notre véritable maison, c’est l’Infini, c’est l’Eternité, c’est l’Immortalité. Ces oiseaux volent dans le ciel-cœur de notre Infini, de notre Eternité et de notre Immortalité, qui est infiniment plus grand, plus illuminant et plus comblant que le ciel que nous voyons de nos yeux humains.
 
Un artiste humain veut éclairer son art par son imagination. Un artiste divin souhaite éclairer son art avec ce qu’il est intérieurement et réellement.
 
Si vous êtes un artiste terrestre limité, vous devez vous tourner vers la Beauté-Vérité. Si vous êtes un artiste céleste libre, la Beauté-Vérité se tournera vers vous.

Un artiste humain pense qu’il a réalisé plein de belles maisons pour les amoureux de l’art. Un artiste divin voit que Dieu est venu à lui sous forme d’innombrables autels et d’innombrables temples.

Le plus beau cadeau de l’art est la joie. L’art, comme la spiritualité ont un but, et ce but est la joie suprême, la félicité suprême.

Voir aussi sur ce blog :  “L’Art et la Spiritualité”

© Ecrits de Sri Chinmoy – Centre Sri Chinmoy

Résultat du concours 2009 du concours de dessin international sur l’environnement pour enfants

Jeudi 1 octobre 2009

Le PNUE a annoncé à Nairobi le 14 août 2009 les lauréats du Concours de peinture « Children’s Painting Competition on the Environment »

Le Concours de peinture sur l’environnement a été remporté par une enfant russe de neuf ans. Ludmila Balovneva est l’une des 24 millions participants à cette 18ème édition du Concours international de peinture internationale des enfants sur l’environnement, qui a vu la participation d’enfants venus du monde entier âgés de 6 à 14.

ludmilabalounevarussia1rstprice.png
Ludmila Balovneva 9 ans Russie

Ayant grandi en Sibérie, la partie la plus boisée de la Russie, Ludmila a toujours vécu près de la nature ; elle comprend ce que représenterait la perte de la forêt.
« J’ai peint une seule terre, une fois heureuse et autre fois triste. Je tiens à rendre la planète heureuse, propre et bonne ; les gens, qui vivent sur elle, seraient heureux aussi. Si elle est sale, la planète est triste » a-t-elle dit.

(suite…)

Exposition à Marseille

Lundi 7 septembre 2009


soulbirdblue7.jpg
   p1020065abc.jpg  soulbirds.jpg

Jharna-Kala


Fontaine d’art

Les reproductions de Sri Chinmoy

Du 1er au 12 Septembre 2009

Galerie des Grands Bains Douches (1er)
Marseille

Entrée libre

Question – Réponse de Sri Chinmoy : S’inspirer ou admirer l’art ?

Lundi 7 septembre 2009


Question :
Comment apprend-on à trouver de l’inspiration dans l’art au lieu de se contenter de l’admirer ?

ckg208n11.jpgSri Chinmoy : L’appréciation de l’art avec l’amour du cœur fait immédiatement naître de l’inspiration. Mais une appréciation mentale vous maintient prisonnier de votre mental. Vous ne faites que mesurer l’art, le juger. Même lorsque vous l’appréciez, l’œuvre d’art ne vous apporte aucune inspiration. Si par contre vous l’admirez avec votre cœur, vous vous identifiez à elle. Ce sentiment d’unité fait naître en cœur une inspiration qui se transformera en aspiration. Demain, elle deviendra la révélation et la manifestation. Lorsque vous l’appréciez avec le cœur, il y a identification ; lorsque vous l’appréciez mentalement, en même temps que vous l’appréciez, vous vous dites que vous pourriez peindre la même chose ou écrire la même chose bien mieux que l’artiste. Avec le mental, vous appréciez tout en analysant et en jugeant et cette association du plaisir d’admirer et de l’analyse vous empêche d’être inspiré par l’œuvre, parce que vous êtes occupé à juger et à la corriger. Vous l’aimez, mais en même temps, vous montrez votre sentiment de supériorité en essayant de la corriger et de la parfaire. Par contre, lorsque vous l’appréciez avec le cœur ou avec votre identification, vous recevez automatiquement l’inspiration qui se trouve dans l’œuvre créée par l’artiste. Dans le cœur, vous vous identifiez à l’inspiration et cette inspiration finira tôt ou tard par se révéler comme une nouvelle forme de création dans votre vie.

Vous trouverez beaucoup d’autres articles sur l’art dans la liste qui se trouve dans les PAGES en haut à droite du blog, en bleu. Aussi en cliquant sur les mots clés, en bleu, ci-dessous. Vous allez devenir expert à tout lire ! ! !

Extrait du livre “L’art et la spiritualité” de Sri Chinmoy, récemment édité, en France, par les “Editions La Flûte d’Or”
Copyright © 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

L’Art spirituel de Sri Chinmoy, sa Peinture « Jharna Kala »

Lundi 7 septembre 2009

oslo8.jpg


Il est inhabituel de trouver un Maître spirituel dans le milieu des arts picturaux. Pourtant, depuis toujours le monde de la spiritualité s’est trouvé associé au domaine visuel sous toutes ses formes : icônes, mandalas, tankas tibétains, fresques d’églises et de temples, vitraux… Expression religieuse, voire liturgique, mais aussi, et c’est l’art de Sri Chinmoy, expression individuelle et subjective de la vie mystique et contemplative.
Sri Chinmoy désigne ses peintures et ses dessins du vocable « Jharna-Kala », ce qui en Bengalie signifie « Fontaine d’Art », un art qui jaillit de la source, des eaux-vives et limpides de la création.
Jharna kala est l’aboutissement artistique de la lumière et de l’énergie spirituelle engendrés pendant la méditation, la transformation de l’expérience d’un Maître lumineux en un feu joyeux de couleurs et de formes.
Lorsque Sri Chinmoy peint, il entre dans un état hautement méditatif et s’unit avec la conscience supramentale qui réside à la source de tout art. Il sert alors de canal conscient à travers lequel « Jharna Kala » peut se manifester sous ses myriades de formes. C’est pourquoi Sri Chinmoy lui-même recommande que l’on regarde ses œuvres, non point comme de beaux objets, mais comme de véritables supports de méditation. Il faut entrer dans la toile et s’identifier d’une manière non-mental, à l’aide du cœur d’unité, à l’âme même du tableau.

 

Comme « Jharna Kala » émane d’une qualité de vision qui perçoit la vie sur plusieurs niveaux, les tableaux sont difficiles à classer. Parfois on y aperçoit un afflux de coup de pinceaux -touches courtes et répititives, lignes hardies, balayant tout l’espace de la toile- qui jaillissent du centre dans un tourbillon de formes non structurées. Dans d’autres cas on aperçoit une explosion de couleurs, de lignes et de formes concentrées au centre même du tableau. L’utilisation de la couleur est l’une des caractéristiques les plus saisissantes de Jharna Kala. Dans certaines œuvres on aperçoit le passage subtil et progressif d’un ton sur un autre, donnant l’impression d’une vague ou d’un soulèvement à l’intérieur d’une même couleur. Dans d’autres œuvres l’artiste emploie des couleurs fortement contrastées qui combinent la densité avec une clarté et une luminosité intenses et subtiles.

Les œuvres de Sri Chinmoy ne sont pas à vendre. Elles ont cependant été exposées dans les plus grandes galeries du monde, pour ne citer que le Muséo del Arte à Porto Rico, The Victoria et Albert Museum à Londres, à la Scool of Visual Art de New York, au musée d’Art moderne de San Francisco, au Museum of Modern art de Saint Petersbourg, au Museum of Modern History of Russia de Moscou, aux siège des Nations Unies à NewYork, à l’UNESCO à Paris, …

Les œuvres picturales de Sri Chinmoy sont toutes signées de ses initiales : CKG, Chinmoy Kumar Ghose.

Haridas
Article extrait de la revue « Le monde inconnu »

(Haridas a été un très grand compositeur et directeur du groupe musical des Songs Waves »)

Résonance entre deux Auteurs, Sainte Thérèse – Sri Chinmoy : DEVOIR SUPRÊME DE L’ARTISTE SPIRITUEL

Lundi 30 juin 2008

 

fotoforum4new.jpg

Question : Quel est le devoir suprême d’un artiste ?

Sri Chinmoy : Le devoir suprême de l’artiste est de méditer avant de créer quelque chose, et pendant qu’il crée, d’être dans un état très contemplatif, divin. Ensuite, lorsque la création est achevée, il placera immédiatement sa création aux Pieds du Seigneur Suprême. Quoi qu’en disent les autres, quels que soient ses sentiments sur ce qu’il vient d’achever, il placera son œuvre aux Pieds du Suprême afin qu’Il l’utilise à Sa propre manière. Tel est le devoir suprême de l’artiste spirituel.

o o o

Récits autobiographiques de Sainte Thérèse” (extrait) :

“Avant de prendre la plume, je me suis agenouillée devant la statue de Marie (elle qui nous a donné tant de preuves des maternelles préférences de la Reine du Ciel pour notre famille), je l’ai suppliée de guider ma main afin que je ne trace pas une seule ligne qui ne lui soit agréable.”


Vous pouvez aussi vous procurer le Livre de Sainte Thérèse aux Editions du Cerf  :
http://bibliotheque.editionsducerf.fr/par%20page/2653/TM.htm#

o o o
De nombreux articles passionnants en cliquant sur les liens en bleu ci-dessous :

Question – réponse par Sri Chinmoy : LA DEESSE SARASVATI, déesse des arts

Lundi 30 juin 2008

 

300pxsarasvati2.jpg

Photo extraite du site : http://members.tripod.com/Hindu_web_graphics/saraswati.htm

 

Question : Lorsque l’on entend les poètes parler des muses, s’agit-il simplement d’une métaphore ou bien sont-elles vraiment des êtres des mondes supérieurs qui président certains arts ?

 

Sri Chinmoy : A chaque art correspond une certaine déité. Mais il y a également la déesse Saraswati, qui est la principale déesse des arts. Elle donne la connaissance et la sagesse, le plus grand des arts. parmi tous les arts, la Lumière-Sagesse est la meilleur. Il y a également d’autres déités qui préside l’art en général. Un chercheur spirituel qui ne souhaite pas considérer sa vie entière comme un art, s’il souhaite simplement être un peintre, un musicien ou un chanteur, ne s’adressera pas à quelqu’un qui incarne tout.
Si je souhaite devenir un peintre, j’invoquerai la déité qui préside la peinture. Mais si je veux devenir l’artiste de Dieu, si je veux que ma vie devienne une oeuvre d’art suprême, ma prière devra s’adresser au plus-haut., à celui qui incarne toutes les aptitudes de la vie. Cela ne sera pas nécessairement le Suprême, quelqu’un qui incarne toutes les capacités artistiques qui représentent la vie en tant que telle. J’essaierai d’atteindre le dieu ou la déesse cosmique qui incarne toutes les qualités de la vie considérées comme un art.

Question : Comment la déesse cosmique Saraswati nous aide-t-elle dans l’art ?

Sri Chinmoy : Saraswati, selon notre philosophie indienne, est la mère de l’art, la mère de la musique, la mère de toute connaissance. Lorsqu’elle joue de la vina, elle illumine la conscience aspirante de l’humanité. Elle est l’artiste suprême et si on est capable de recevoir la Lumière-Compassion dont elle nous inonde, on peut devenir un artiste suprême.
Lorsque j’avais quatorze ou quinze ans, Saraswati est venue un jour à moi en jouant de sa vina avec beaucoup de ferveur. Puis elle a brisé sa vina en morceaux et m’a donné les morceaux. Elle dit qu’elle avait jeté toute sa connaissance, ses capacités musicales ainsi que toutes ses autres capacités en moi, mais seulement dans la mesure de ce que j’étais capable de recevoir. Peut-être ai-je reçu un peu de sagesse ?

Extrait du livre “L’art et la spiritualité” de Sri Chinmoy, récemment édité, en France, par les “Editions de La Flûte d’Or”.
Copyright © 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Pour tous renseignements complémentaires, un site : srichinmoy.fr

Question – Réponse de Sri Chinmoy : L’Art, une forme de méditation ?

Lundi 30 juin 2008


Question :
Est-ce que l’art est une forme de méditation ?

ckg208n13.jpgSri Chinmoy : Cela dépend de la forme d’art. S’il s’agit d’art spirituel, c’est bien sûr une forme de méditation. Mais si vous jouez de la musique non divine ou que vous écrivez des livres détestables ou que votre mental se traine dans la fange pendant que vous peignez, on ne pourra pas parler de méditation. Lorsque vous créez, si votre conscience se trouve dans le monde du vital inférieur, ce ne sera pas une forme de méditation. Mais par contre, si vous chantez quelque chose de fervent ou bien si vous entrez dans une conscience très élevée pendant que vous créez et si vous vous donnez de manière divine à l’objet ou au sujet dans lequel vous vous impliquez, vous êtes alors certainement dans la méditation. C’est à vous de déterminer ce que vous voulez créer et où vous amenez votre conscience pendant que vous créez.

Extrait du livre “L’art et la spiritualité” de Sri Chinmoy, récemment édité, en France, par les “Editions de La Flûte d’Or”.
Copyright © 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Question – Réponse de Sri Chinmoy : ART, ARGENT ET ASPIRATION

Lundi 30 juin 2008

ckg208n.jpg

Question : Quelle est la forme la plus élevée de l’art ?

Sri Chinmoy : La forme la plus élevée de l’art, l’art le plus élevé, l’art suprême pour un chercheur est l’art de la réalisation de Dieu. La réalisation de Dieu doit être accomplie par le biais de l’aspiration et de la consécration. L’aspiration et la consécration vont ensemble. Si vous devez être un musicien toute votre vie, vous devez ressentir que votre travail n’est pas un travail, mais un service consacré au Suprême. Si vous considérez votre activité comme un travail, un moyen de faire de l’argent ce n’est plus de l’art. Lorsque vous jouez, vous devez aspirer à atteindre le Plus Haut, et vous devez avoir le sentiment de consacrer toute votre capacité, votre volonté et vos accomplissements au Suprême en vous. Si vous avez cette attitude, ce sera la meilleure forme d’art sur terre, l’art suprême le plus élevé de votre vie d’aspiration.

 

Question : Comment peut-on rendre son art spirituellement vivant ?

Sri Chinmoy : Vous pouvez le faire à travers l’aspiration. Même si vous faites deux cents mauvaises peintures, vous avez toujours l’aspiration de faire quelque chose de bon. Vous ne peignez pas pour de l’argent ou pour tout autre motif terrestre. Lorsqu’on est un vrai chercheur sincère, l’aspiration donne vie à son art. Mais combien d’artistes allez-vous trouver qui sont des chercheurs sincères ? L’aspiration de la plupart des artistes est complètement extérieure à leur art. Ceux-là ne pourront évidemment pas produire un art spirituel.

Extrait du livre “L’art et la spiritualité” de Sri Chinmoy, récemment édité, en France, par les “Editions de La Flûte d’Or”. Copyright © 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

12