Archive de la catégorie ‘Sri Chinmoy : Poésies’

« Un nouveau Dieu, un nouvel homme », texte poétique du Maître spirituel indien Sri Chinmoy

Samedi 15 octobre 2011


UN NOUVEAU DIEU, UN NOUVEL HOMME

 

Mon Dieu, quel âge as-tu ?

Mon enfant, Je vais te le dire.
Mais avant, dis-Moi l’âge que tu as.

J’ai tout juste un an.

Mon enfant, si tu as un an, J’ai un jour de moins que toi en imperfection et un jour de plus en perfection.
Donne-Moi la moitié de l’imperfection que tu possèdes et prends la moitié de la perfection que J’ai. Soyons complètement égaux.

Que se passerait-il, mon Dieu, si Toi et moi devenions absolument égaux ?

Mon enfant, le jour où nous serons complètement égaux, on te reconnaîtra comme un nouveau Dieu et Moi comme un nouvel homme.

 

© Copyright 1973 Sri Chinmoy Lighthouse « Floraison du cœur » 

« Quand j’oublie, quand je me souviens de penser à Dieu », poésie mystique de Sri Chinmoy

Samedi 15 octobre 2011


Q
UAND J’OUBLIE, QUAND JE ME SOUVIENS

 

Quand j’oublie de penser à Dieu une fois,
Il sourit.
Quand j’oublie de penser à Dieu deux fois,
Il rit.
Quand j’oublie de penser à Dieu trois fois,
Il pleure.

Il sourit tendrement parce que je suis faible.
Il rit de bon cœur parce que je suis incorrigible.

Il pleure à chaudes larmes parce que ma conduite est inadmissible.

Quand je me souviens de penser à Dieu une fois,
Il me bénit.
Quand je me souviens de penser à Dieu deux fois,
Il me caresse.
Quand je me souviens de penser à Dieu trois fois,
Il m’étreint.

Il me bénit, ma vie d’aspiration.
Il me caresse, ma vie de réalisation.
Il m’étreint, ma vie de manifestation.

 

 

© Copyright 1973 Sri Chinmoy Lighthouse “Floraison du cœur” 

 

 

« Quand je découvre Dieu » poésie spirituelle de Sri Chinmoy

Samedi 15 octobre 2011


QUAND JE DÉCOUVRE DIEU

 

Quand je découvre Dieu en Lui-même,
Je Le vois vivant, croissant, rayonnant.
Quand je découvre Dieu en moi,
Je Le vois affamé, endormi, pleurant.

Quand je découvre Dieu en Lui-même,
Il est l’Eternelle Merveille.
Quand je découvre Dieu en moi,
Il est l’Eternel Mystère.

Je découvre le Pouvoir infini de Dieu et m’écrie :
« Donne-moi Ton Pouvoir Infini »,
Et Dieu me dit :
« Il est à toi ».

Dieu découvre ma faiblesse sans bornes et s’écrie :
« Donne-Moi ta faiblesse sans bornes ».
Je dis :
« Non, ma fortune, elle est à moi et à moi seul. »

Dieu perd, je gagne.
Dieu perd et ne peut m’éclairer.
Moi, je gagne pour me détruire.

 

 

© Copyright 1973 Sri Chinmoy Lighthouse “Floraison du cœur” 

 

Trois Poésies mystiques de Sri Chinmoy, Maître spirituel indien

Mardi 2 août 2011

rosesrichinmoynidishunblogfrjpg.jpg
Rose Sri Chinmoy

DANS L’OBSCURITÉ PROFONDE DE LA NUIT

Dans l’obscurité profonde de la nuit,
Tu poses sur moi Ton doux regard.
Prends-moi et fais-moi Tien,
Offrant Ta Compassion.
Je suis Ton enfant innocent.
Je chemine, solitaire,
Sur un sentier obscur et touffu.
Étreins-moi de Tes deux bras.
Empêche-moi de me noyer
Et d’être emporté
Par les courants tumultueux de la vie.

o o o

JE VINS A LUI

Je vins à Lui empli de doutes.
Il sourit et me dit :
« Reste avec moi trois minutes. »

Je vins à Lui plein d’incertitude.
Il caressa l’œil endormi entre mes sourcils et me dit :
« Reste avec moi trois ans. »

Je vins à Lui avec l’ardeur d’un élève.
Il bénit ma tête dévouée et me dit :
« Reste avec moi trente ans. »

Je vins à Lui avec un cœur d’enfant.
Il étreignit ma vie de soumission et me dit :
« Reste avec moi pour l’éternité. »

o o o

L’AUBE DE MA VISION

Il fut un temps où je m’éprenais
Des édifices fantastiques du mental.
Il fut un temps où je vivais
Une vie tissée de fictions.
Il fut un temps où je me satisfaisais
D’un fragment de la réalité,
Et encore celui-ci était-il éclaté,
brisé, écrasé.
Mais voici qu’une lumineuse clarté
Se glisse dans mon cœur.
La Présence éternelle
De la Lumière de l’Infini
Nourrit l’Aube de ma Vision.

 

© Poésies de Sri Chinmoy extraites du livre « A God-Lover’s Eart-Heaven life
© Photo de Prabala « Rose Sri Chinmoy à la Roseraie du Val de Marne »

Dieu écoute, Poésie et aphorisme de Sri Chinmoy, pour notre douce prière

Jeudi 21 juillet 2011


Dieu a de très grandes oreilles.

angenidishunblogfr.jpg
o o o

dieue769coutenidishunblogfr.png

© Poésie et aphorisme de Sri Chinmoy
Extrait de « La Compassion » livre paru aux
Editions La Flûte d’Or Extrait de « Dieu veut lire ce livre » à Paraître

L’espoir fait vivre, on le dit. Sri Chinmoy le confirme à travers ses aphorismes

Vendredi 15 juillet 2011

flambeauwhrnidishunblogfr.jpg
Votre échec temporaire
N’est pas définitif.
Il marque le commencement
D’un nouvel espoir illuminant
Et le commencement
D’une nouvelle promesse comblante.

o o o o o o o

Ne jamais abandonner l’espoir !
L’espoir réussit ultimement.

o o o o o o o

(suite…)

Sri Chinmoy marche pour l’humanité

Jeudi 14 juillet 2011


srichinmoyphotodepulakmarchesportivenidishunblogfr.jpg

« Chaque jour je marche
Le long de la route de ma vie
Afin d’allumer un nouveau rêve,
Un rêve pour l’humanité »
Sri Chinmoy

Sri Chinmoy lit aux Nations Unies (ONU) des poésies spirituelles en anglais (Vidéo et traduction)

Samedi 2 juillet 2011


En 2001, aux Nations Unies Sri Chinmoy a lu plusieurs poèmes
qu’il a écrit
devant un public de diplomates et délégués. Sur la vidéo vous pouvez le voir en lire trois : « La Flûte d’Or »,  « The Absolute », et « Apocalypse ».

« La Flûte d’Or »
est le premier poème de Sri Chinmoy.

« The Absolute » est une poésie mystique très élevée. Elle est la description de ce que chacun réalisera un jour, une communion avec l’Eternel. Sri Chinmoy explique que la récitation fervente de cette poésie favorise notre avancée ; seulement entendre la voix d’un être spirituel apporte sur le plan de l’âme une nourriture inoubliable.


cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo



Traduction des deux premières poésies lues :

LA FLÛTE D’OR

Un océan de Paix, de Joie et de Lumière
Existe, je le sais, hors de mon atteinte.
En moi la nuit gémissante,
Déchirée par la tempête,
Se déchaîne en flots tumultueux.

Je crie et je pleure, mais en vain ;
Je suis impuissant et la terre est cruelle.
Quelle âme vaillante partagera ma peine ?
J’ai pour seul compagnon l’aiguillon
De la mort.

Je suis un radeau à la dérive
Sur l’océan du Temps.
Mes rames ont été emportées.
Comment puis-je espérer atteindre le pays
Où point le Jour éternel de Dieu ?

Mais qu’entends-je ? C’est Ta Flûte d’or,
Dont les notes me rapprochent du Sommet.
Me voilà sauvé, ô Absolu.
La mort et le visage austère de la nuit
Ont disparu.


L’ABSOLU

Ni esprit, ni forme, j’existe seulement ;
Toute volonté et toute pensée
se sont tues.

C’est l’aboutissement de la danse
de la nature,

Je suis Cela même que j’ai cherché.

Un royaume de Béatitude pure, ultime,
Au-delà du connaissant et du connu ;
Je goute enfin à un repos immense :

Seul, je fais face à l’Être.

J’ai traversé les voies secrètes de la vie,
Je suis devenu le But.
La Vérité immuable est révélée :

Je suis la voie, l’Ame-Dieu.

Mon esprit conscient
des plus hautes réalités,
Je suis muet au cœur même du Soleil.

Le temps et l’action
N’existent plus pour moi,

Mon rôle cosmique est achevé.


© Sri Chinmoy

Parues dans le livre « La Flûte d’or » aux Editions de la Flûte d’or.

L’oiseau bleu, Aphorisme de Sri Chinmoy tiré de la Collection Ten Thousand Flower-Flames

Jeudi 30 juin 2011


« L’oiseau bleu hors de la cage du mental,
chante la mélodie du cœur  »

Nidish

oiseaubleu.jpg

Si vous voulez réellement vous échapper

De votre mental,

Il vous faut aller au-delà du mental.

Comment ?

Vous devez vous lier d’amitié

Avec l’oiseau bleu

Qui se trouve au plus profond de votre cœur.

Cet oiseau bleu vous aidera à voler

Au firmament de la Lumière et de la Félicité.

Sri Chinmoy


© La magnifique aquarelle est de Cyril Scott

© Aphorisme de Sri Chinmoy
© Pensée de Nidish

Photo de Coucher de soleil avec poésie de Sri Chinmoy

Samedi 26 décembre 2009

 

unmeshswansonbehomebeforedarkcentresrichinmoy.jpg
“Be  Home Before Dark”

A Smile carries

Un sourire extérieur emporte
L’aube qui pointe sur terre
Vers les Cieux.

Un sourire intérieur emporte
Le don du ciel, le soleil de demain
Vers la terre.
Sri Chinmoy

 


« A Smile Carries » est une Poésie de Sri Chinmoy extraite du recueil de « Dix mille Fleurs-Flammes » publié à l’origine en 100 volumes.

D’autres photos de Ciels du photographe Unmesh Swanson : Ici Unmesh, avec son frère Ranjit, sont disciples de Sri Chinmoy depuis le début des années 1970. Ils ont voyagé à travers le monde et pris de belles photos pendant leurs voyages.

123