Archive de la catégorie ‘Politique – Gouverner’

700ème article, dédié aux Nations Unies : conférence “Chaque nation est formidable” de Sri Chinmoy, à l’ONU

Vendredi 24 juin 2011


700 ème article du blog de Nidish

Comme tous les 100 articles précédents, je dédie ce 700ème article aux Nations Unies et à l’unité des nations en les quels je crois depuis toujours et plus particulièrement depuis que je suis l’Enseignement de Sri Chinmoy. Ce texte est extrait du livre “L’Eveil spirituel du monde” qui est paru aux Editions de la Flûte d’Or.

drapeaudelonu.jpg

Chaque nation est formidable

Chaque nation est un membre du corps universel. Chaque membre est nécessaire, essentiel et indispensable. Chaque nation représente l’espoir de l’humanité, la promesse de l’humanité et le progrès de l’humanité manifestés de façon unique.
L’espoir était notre trésor d’hier. La promesse est notre trésor d’aujourd’hui. Le progrès sera notre trésor de demain.
Chaque nation peut être formidable en vertu de quelques qualités divines. Une nation peut tout d’abord être formidable en vertu de sa simplicité. Elle peut être formidable en vertu de sa sincérité, ou encore de son humilité. Elle peut être formidable en vertu de sa prospérité, aussi bien intérieure qu’extérieure. Enfin, une nation peut être formidable en vertu de sa générosité, constante et suprême.
Une grande nation est une nation qui offre une inspiration aux autres nations. Une plus grande nation est une nation qui offre sa sollicitude aux autres nations. Mais la plus grande nation est celle qui offre l’amour spontané de son cœur aux autres nations.
Nous commençons à former une famille universelle avec l’inspiration. Nous la renforçons avec notre sollicitude. Nous la nourrissons et la comblons avec notre amour.La grandeur divine d’une nation repose dans son présent qui se donne. La grandeur divine d’une nation repose dans le futur de sa transformation en Dieu. La grandeur divine d’une nation repose dans son présent qui révèle Dieu. La grandeur divine d’une nation repose dans son futur qui manifeste Dieu.Chaque nation individuelle peut être un exemple parfait du don de soi, de la transformation en Dieu, de la révélation de Dieu et de la manifestation de Dieu. Comment ? Si une nation vit dans le cœur, alors le don de soi n’est pas seulement possible, il est inévitable. Si une nation vit dans l’âme, alors le devenir Dieu n’est pas seulement possible, il est inévitable. Si une nation fait des efforts et pleure pour la transformation de toute la famille universelle des nations, alors la révélation de Dieu ne restera plus longtemps un rêve lointain. La révélation de Dieu ne sera plus seulement possible, mais réalisable d’un point de vue pratique et inévitable. Enfin, si une nation se soucie sincèrement, avec dévotion et ferveur, et inconditionnellement de la parfaite perfection de sa propre existence aussi bien que de celle de l’univers entier, la manifestation de Dieu se produira alors infailliblement.
Toutes les nations n’ont pas la même taille, la même capacité, ni la même réceptivité. Mais chaque nation est indispensable à sa propre manière. Chaque nation est comme une goutte, une goutte minuscule ou une goutte puissante, dans le vaste océan de la conscience divine comblante et enrichissante. C’est l’ensemble de toutes les gouttes qui forment l’océan. Mais c’est aussi l’océan qui manifeste et réalise son existence à travers chaque goutte, qu’elle soit petite ou grosse.
Chaque nation est l’aspiration consciente de l’humanité pour une perfection parfaite. C’est en et à travers chaque nation que l’humanité peut faire l’ultime progrès. Ce progrès ultime est la fraternité spirituelle, la réalité divine, la Vie immortelle dans la vie du mortel, et l’accomplissement infini dans le cœur du fini.

Invictus, poème préféré de Nelson Mandela, film de Clint Eastwood sur le Chef d’Etat de l’Afrique du Sud

Mardi 8 mars 2011


Poème de l’écrivain William Ernest Henley 

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbowed.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

Ce poème inspirera Mandela durant son incarcération à Robben Island ; il donnera le nom du poème au film réalisé par Clint Eastwood, sorti en 2009, disponible en DVD depuis le 5 janvier 2011.

invictus.jpg

 Ce film est une reconstitution convaincante de la première année à la présidence de l’Afrique du Sud de Nelson Mandela, il est alors le premier Président noir sorti des urnes, alors déjà Prix Nobel de la Paix depuis 1993. Cette consécration arrive après un rude parcours de 27 années d’emprisonnement, dont 18 à l’institution pénitentiaire de Robben Island, située dans une petite île où, au XXème siècle, l’on enfermait les opposants à l’apartheid et les contraignait à des travaux forcés. Le poème de William Ernest Henley est pour Nelson Mandela, dans ce contexte, d’un soutient profond ; il le récite et l’enseigne à des codétenus pour maintenir leur moral.

Invictus, un film américain, de Clint Eastwood, présente l‘Afrique du sud en 1995, profondément divisée entre blancs et noirs alors que la Coupe du Monde de rugby allait se dérouler sur le territoire ; Nelson Mandela a le sentiment que le rugby, sport national des blancs, à l’occasion de cette coupe du monde peut abattre les différences raciales entre les individus et faire émerger du fond du cœur de chacun une unité nationale, pour cela il a foi en la force de son aspiration et dépasse tous les préjugés.
Morgan Freeman,  qui joue le rôle de Mandela, a été nominé aux Oscar « Meilleur acteur », tandis que le capitaine de l’équipe national de rugby, joué par Mart Damon,  a été primé meilleur second rôle.
Ce film est une biographie de ce moment où l’homme politique, profondément humanitaire, avance en synergie avec le capitaine de l’équipe de rugby qui doit croire en sa mission pour remonter son équipe, qui perd tous ses match amicaux, au plus haut sommet de la rencontre internationale.  Le défi est à relever, Mandela  transmettra en main propre
au capitaine le poème en même temps que la force de son espérance. Le film replace au premier plan les valeurs élevées d’unité nationale, d’abolition des clichés discriminatoires et révèle les valeurs élevées de Mandela en les hommes et montre son action empli de Paix et de non violence ; le film, distrayant, et sans heurts autres que ceux des chocs des rugbymans sur le terrain, peut être vu par tous les membres de la famille, avec grand bénéfice.  

o o o o o o o

Si le film ne le rapporte pas, nous pouvons tout de même rappeler que cette année là, Mandela a offert à tous les jeunes africains un ballon. L’association humanitaire « The Oneness-Heart-Tears and Smile », créée par Sri Chinmoy, a participé à cette action en faisant parvenir des ballons à l’association de Nelson Mandela.

srichinmoyetmandela.jpg
Sri Chinmoy et Nelson Mandela

Sri Chinmoy lui a écrit ces louanges :

« Nelson Mandela, vous avez souffert la torture suprême.
Vous êtes le sourire du plus-haut des Cieux
et le rêve de consolation de la terre.
Votre cœur a gagné le choix d’admiration du monde.
Au-dedans comme au-dehors, vous êtes la voix parfaite de la justice. »

o o o

« Non seulement l’Afrique du Sud, mais toute l’humanité
était enchaînée par l’apartheid.
Non seulement l’Afrique du Sud, mais toute l’humanité
se réveilla pour lutter pour la liberté.
Non seulement l’Afrique du Sud, mais toute l’humanité
gagna le combat pour la liberté. »

 

Prix Nobel de la Paix

Samedi 24 octobre 2009

nobelsquare.gif
Prix Nobel de la Paix Sud Africains

La liste complète
des prix Nobel de la Paix
sur Wikipédia

http://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_Nobel_de_la_paix

maired.gif

Le « Révolver noué », « Knotted Gun » de Carl Frederik Reuterswärd, une sculpture symbole de paix, de non violence et de désarmement

Samedi 24 octobre 2009

 

suedestockolhm26et27avril2005157symboledepaix.jpg
Stockolm :
Suède
Cliquer sur la photo pour l’agrandir

Carl Fredrik Reuterswärd :

Carl Fredrik Reuterswärd est né à Stockholm en 1934, il commence à étudier l’art avec Fernand Léger à Paris en 1951. De 1952 à 1955 il étudie l’art à Stockholm, à l’Académie royale des Beaux-Arts, où il exercera en tant que professeur de peinture de 1965 à 1969. A l’automne 1974, il travaille aux États-Unis, en tant qu’artiste et en tant que professeur invité par l’école d’art de Minneapolis.  À 55 ans Reuterswärd subit un accident vasculaire cérébral qui paralyse son côté droit. Cela l’amène à recommencer une nouvelle vie artistique ; il travaille dur pour ré-apprendre à écrire et à peindre, désormais avec sa main gauche. Reuterswärd fait don d’une série de croquis et de maquettes de divers projets et travaux publics au Musée des Esquisses de Lund (Suède). A ce jour, il vit et travaille près de Lausanne, en Suisse.

Carl Frederik Reuterswärd est l’un des artistes les plus renommés au monde. Ses œuvres sont exposées dans les plus grands musées d’art contemporain tant en Europe qu’aux États-Unis. A l’annonce de l’assassinat de son ami John Lennon, le 8 décembre 1980, l’artiste est tellement bouleversé et en colère de cette mort insensée et des nombreux autres débordements de violence inutiles dans le monde qu’il est allé dans son studio et s’est mis à travailler sur le thème de  la non-violence : « Mes premières esquisses en trois dimensions ont été un peu rude et simple, mais la chose importante est que l’idée du canon noué était avec moi depuis le début ». L’artiste dessinait le « Revolver au canon noué » symbole de paix pour le monde ; en composant un nœud dans le canon il désarmait les forces de la violence ; le sculpteur a lui-même baptisé l’œuvre : « Non violence ».

nonviolence.jpg
Malmö : Suède, original 1985

Découvrir la suite en cliquant :

(suite…)

Initiation : Méditation pour la paix dans le monde

Vendredi 23 octobre 2009

sunabincentresrichinmoyfleursibrie2.jpg

Je l’avais promis le 21 septembre, jour consacré à la paix dans le monde décrété par l’Organisation des Nations Unies (ONU), dans l’article : Initiation : Méditation pour la paix intérieure, voici une autre proposition, cette fois-ci de « méditation pour la paix extérieure ». A moins d’avoir déjà une expérience en rapport, expérimenter le précédent exercice, en premier, un certain nombre de fois, facilitera votre engagement dans cette nouvelle pratique ; l’on n’offre que mieux aux autres ce que l’on a déjà trouvé en soi.

Visualisation pour la paix dans le monde

Comme la fois précédente, vous êtes assis(e) confortablement, vous fermez les yeux, vous vous tenez le dos droit sans tensions. Vous sentez qu’à l’expire vous faites sortir toutes les pensées, tous les soucis de la journée. Quand vous êtes bien en paix, vous enchainez :

Essayez d’imaginer la planète terre, telle que peuvent la voir les astronautes depuis l’espace : une belle sphère bleue-vert, recouverte par de fines trainées de nuages. Visualisez ainsi la Terre devant vos yeux, pareille à une magnifique balle.
Au bout de quelques minutes, essayez de sentir la Terre s’approche de vous ; elle se rapproche, sans pour autant que son volume grandisse… et elle pénètre dans votre cœur, doucement. Votre cœur s’agrandit, de sorte qu’il peut contenir la planète Terre dans son  entier.

Sentez à présent que votre souffle entre et sort directement de votre cœur. Sentez que vous respirez la paix dans votre cœur, et que la paix entoure la planète, comme une couverture de nuages blancs.
Alors, à chaque expiration, sentez que votre souffle sort directement de votre cœur, et qu’il emporte avec lui toute négativité, tout ce qui cause des dissensions dans l’humanité et provoque des guerres : toute agressivité, toute colère, l’appétit de pouvoir ou de possession, ou tout autre sentiment qui sépare les êtres humains les uns des autres. Imaginez toutes ces pensées négatives, tous ces sentiments négatifs s’écoulant hors de la planète, hors de votre cœur, expulsées à chaque expiration comme de petites particules de poussière noire.Essayez enfin de ressentir que votre méditation possède un pouvoir intérieur particulier et qu’elle représente un pas contribuant à l’avènement de la paix sur la terre.

© Centre Sri Chinmoy
© Photo Sunabin -Centre Sri Chinmoy Sibérie

Voilà ce que m’a appris la nature aujourd’hui : les signes de la Vie, par Nidish

Samedi 17 octobre 2009

Quelle belle après midi, j’ai l’opportunité de pouvoir me promener et respirer ; je la saisis.

cheminssousboisavecpierreswwwnidishunblogfr.jpg

Je m’engage sur un petit chemin en sous bois, il grimpe, il est rocailleux, je pense que l’ascension vers les hauteurs les plus élevées de la vie est, comme celle-là, semées d’embuches, mais que l’on peut aussi prendre appui sur les épreuves et poursuivre son chemin. Les cailloux restent derrière nous et le sentier devient finalement plus facile à pratiquer.

Je regarde, je respire, mais mon esprit est encore dans les opérations que je viens de laisser sur l’ordinateur. Un gland tombe juste à mes pieds. Un beau petit gland au couleur fraiche.
Tiens ! Un rappel à l’ici-maintenant.
Je ne dois pas rester dans le passé mais vivre, la nature se signale à moi.

Je ramasse quelque châtaignes.
Une dame âgée fait de même un peu plus loin.
Je continue et la croise : « Bonne récolte ! » Lui dis-je.
Elle lève la tête et me répond : « Il y en a beaucoup ! »
« C’est vrai ! » lui ais-je répondu.
Je souriais à l’idée que l’on n’a pas à jalouser la réussite des autres, la nature est généreuse et pourvoit à chacun de ce dont il a besoin.
Je reprend ma récolte de châtaigne un peu plus loin : « Effectivement, il y en a beaucoup ! ».

Sorti du sous bois, je marche sur le bord de la route.
Un propriétaire a mis des cactus sur les roches qui bordent sa propriété.
Les cactus ont donné des fruits que l’on appelle figues de barbaries.
Je les prends en photos.
Je pense alors que même les plantes les plus rébarbatives ont un fruit à offrir.
Tout comme les hommes, pensais-je, qui ont un cœur malgré tout ce qu’ils présentent au monde de désagréable.

(suite…)

Propos dédiés et hommages des personnalités contemporaines à Sri Chinmoy (Extraits)

Dimanche 11 octobre 2009

ckgarthand.jpg

Le Pape Paul VI à Sri Chinmoy :
« Cette rencontre a été essentielle. Votre message et le mien sont les mêmes. Lorsque nous quitterons tous deux ce monde, vous et moi nous rencontrerons. »  le 22 mars 1972  – Rencontre au Vatican

 

Le Pape Jean-Paul II à Sri Chinmoy :
“Mes bénédictions spéciales. Salutations spéciales à vos membres. Nous continuerons ensemble.
18 juin 1980 – Rencontre au Vatican
« Dieu vous bénisse, vous et vos activités divines. »14 octobre 1987 – Rencontre au Vatican
« Je suis très reconnaissant de votre visite. Dieu vous bénisse. Dieu bénisse vos activités contemplatives. »
30 novembre 1988 – Rencontre au Vatican

 

U Thant à Sri Chinmoy :
« J’ai entendu parler de vous par beaucoup, beaucoup de gens. Quiconque me parle de vous est tout appréciation et je ressens personnellement que vous avez accompli une tâche des plus significatives pour les Nations Unies. Ce fut un grand privilège pour moi de vous rencontrer. Je vous présente mon respect le plus sincère et ma sollicitude la plus sincère pour ce que vous faites pour l’humanité. »
Le 29 février 1972, lors d’une rencontre au siège des Nations Unies à New York.

 

« Vous avez véritablement instillé dans l’esprit de centaines de personnes les valeurs morales et spirituelles que tous deux nous apprécions tout particulièrement. Je n’oublierai jamais l’occasion mémorable de notre rencontre aux Nations Unies. »
Le 10 avril 1972, lors d’une rencontre au siège des Nations Unies à New York.

 

« Sri Chinmoy a fait le plus remarquable travail en présentant cette pièce de théâtre dans un langage simple, compréhensible même par le non initié. Son accent sur les caractères de base du bouddhisme, la compassion, l’amour, la renonciation, la paix, devraient inspirer les pensées de ceux qui dirigent les hommes et de ceux qui dirigent les pensées partout…Je ressens fortement que ce n’est que par l’application pratique des enseignements des grands dirigeants religieux, et tout particulièrement le développement des aspects moraux et spirituels de la vie tels que Sri Chinmoy les as décrits dans la pièce —l’amour, la compassion, la tolérance, la philosophie du vivre et du laissez-vivre, la modestie et même l’humilité—, ce n’est donc que par cette approche que nous serons capables de modeler la forme de société que nous voulons, une société vraiment morale, une société décente, une société vivable, ce qui est le but de toutes les grandes religions… »
Le 25 mai 1973, à Harrison, New York, U Thant fit ces commentaires après avoir assisté à la représentation de la pièce de théâtre de Sri Chinmoy : « Siddhartha devient le Buddha ».

(suite…)

Etat d’âme de Nidish

Vendredi 9 octobre 2009

buddha.jpg

Le manque d’éducation spirituelle est un des problèmes majeures de notre société. Si cette sensibilisation existait, notre rapport à la Vie et au Monde serait tout autre :

Plus aimant, plus respectueux, plus juste, plus compréhensif, plus serviable, plus courageux, plus harmonieux, plus vrai

 

© Photo Centre Sri Chinmoy

Une tellement bonne nouvelle ! Gorbachev et Ban Ki-moon se positionnent pour l’interdiction des armes nucléaires

Mercredi 7 octobre 2009

srichinmoywithgorbachevs.jpg
Sri Chinmoy salut Mikhail Gorbachev

et Raisa Maximovna


Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a reçu à Genève, ce lundi 5 octobre, l’ancien Président soviétique, Mikhail Gorbachev qui a parlé « du retour de l’agenda du désarmement nucléaire ». Tous deux ont invité les dirigeants de la planète à agir en faveur d’une véritable réduction des arsenaux, voire d’une interdiction des armes nucléaires. « Les armes nucléaires doivent être détruites. Il faut que nous nous débarrassions de cette menace », a déclaré du siège européen de l’ONU, à Genève, celui qui a fait abattre le « Mur de Berlin ».
Ban Ki-moon a estimé que « le plus grand défi posé au désarmement nucléaire « avait » toujours  été de combler l’écart séparant les actes des paroles ». « Tout engagement en faveur de l’élimination des arsenaux nucléaires ne pourra être mis en œuvre que par l’intermédiaire d’obligations légales très contraignantes… Quelle qu’en soit sa forme, elle devra avoir force de loi », a-t-il insisté. Pour Gorbatchev, les cinq grandes puissances nucléaires historiques (Etats-unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne et France) devraient décréter un gel de leurs stocks d’armes atomiques pour lancer les pourparlers sur ce point. Il a par contre rejeté l’idée avancée par un membre de l’auditoire selon laquelle les armes atomiques auraient contribuées à maintenir la sécurité. « C’est une grande illusion que de croire qu’elles ont aidé à préserver la paix dans le passé. La menace d’un conflit atomique accidentel a toujours existé », a-t-il fait valoir.

mged2140x160.jpg

Petite biographie de Mikhaïl Gorbatchev :

Mikhaïl Gorbatchev est né le 2 mars 1931 dans le village de Privolnoye, district de Krasnogvardeisky, sur le territoire de Stavropol. Ses parents sont paysans. Il n’a que 10 ans lorsque les nazis envahissent l’Union Soviétique et est très marqué par la guerre.
Alors qu’il n’a que 13 ans, Mikhaïl commence à travailler en aidant son père à conduire la moissonneuse. « Après un an ou deux, j’étais capable de réparer n’importe quel problème technique. Je suis particulièrement fier de pouvoir reconnaître une erreur de fonctionnement rien qu’au son ».

(suite…)

Résultat du concours 2009 du concours de dessin international sur l’environnement pour enfants

Jeudi 1 octobre 2009

Le PNUE a annoncé à Nairobi le 14 août 2009 les lauréats du Concours de peinture « Children’s Painting Competition on the Environment »

Le Concours de peinture sur l’environnement a été remporté par une enfant russe de neuf ans. Ludmila Balovneva est l’une des 24 millions participants à cette 18ème édition du Concours international de peinture internationale des enfants sur l’environnement, qui a vu la participation d’enfants venus du monde entier âgés de 6 à 14.

ludmilabalounevarussia1rstprice.png
Ludmila Balovneva 9 ans Russie

Ayant grandi en Sibérie, la partie la plus boisée de la Russie, Ludmila a toujours vécu près de la nature ; elle comprend ce que représenterait la perte de la forêt.
« J’ai peint une seule terre, une fois heureuse et autre fois triste. Je tiens à rendre la planète heureuse, propre et bonne ; les gens, qui vivent sur elle, seraient heureux aussi. Si elle est sale, la planète est triste » a-t-elle dit.

(suite…)

12345