Archive de la catégorie ‘* Possession’

Le plus grand trésor de l’homme

Samedi 19 décembre 2009

Question : Quel est le plus grand trésor de l’homme ?

ckg208n16.jpgSri Chinmoy : Le plus grand trésor de l’homme ordinaire réside dans l’appréciation que le monde lui porte et dans sa possession de celui-ci. Le plus grand trésor de l’homme spirituel est son abandon conscient, constant, joyeux et inconditionnel à la Volonté du Suprême. On peut dire également qu’avant qu’il ne réalise Dieu, son plus grand trésor est l’imploration qui s’élève de son cœur. Et qu’après avoir réalisé Dieu, c’est le sourire qui descend de son âme.

Petit décodage de Nidish, d’une chanson actuelle

Mardi 1 septembre 2009

Voici ci-dessous les paroles de la chanson trouvées sur un blog et entendues sur dailly motion, je vous en propose une petite analyse textuelle :

Si vous le voulez, vous pouvez découvrir la chanson écrite et interprétée par Zazie sur le clip vidéo suivant :

http://www.dailymotion.com/video/x2ei3s_zazie-je-suis-un-homme-le-clip-yvan_music

th640poissonrouge.gif

Je suis un homme de Cro-Magnon
Je suis un singe ou un poisson
Sur la Terre en toute saison
Moi je tourne en rond, je tourne en rond.
Je suis un seul puis des millions
Je suis un homme au coeur de lion
A la guerre en toute saison…
Je suis un homme plein d’ambition
Belle voiture et belle maison
Dans la chambre ou dans le salon …
Je fais l’amour et la révolution
Je fais le tour de la question
J’avance, avance à reculons?
Tu vois, j’suis pas un homme,
Je suis le roi de l’illusion
Au fond, qu’on me pardonne
Je suis le roi, le roi des cons.
Je fais le monde à ma façon
Coulé dans l’or et le béton
Corps en cage, jeté en prison ?

En fait les paroles de la chanson de Zazie expriment le sens de l’âme enfermée dans le corps, aux ambitions terrestre, qui est retenue ici-bas (sur la terre en toute saison); sans révolution, sans résolution cet homme qui ne prie pas, qui ne médite pas, reste sans évolution (tourne en rond), animal (singe, poisson, lion); le combat reste son monde (coeur de lion, à la guerre), il reviendra sur terre après cette incarnation (saisons) au même stade (ambition : maison…) ou à un stade inférieur (à reculons), il reproduit depuis des lustres la ronde du poisson rouge qui tourne en rond dans son aquarium (tourne en rond (bis), tour de la question), il est resté dans le monde de l’ignorance (roi de l’illusion) et n’a pas su s’élever dans les Cieux, enfermé dans le matériel (coulé dans l’or et le béton), il n’a pas su utiliser les ailes de son âme comme l’oiseau (en cage), enfermé dans la cage de son corps et de ses illusions terrestres (belle voiture, belle maison, salon, amour…). En plongeant au fond de soi par la méditation l’on retrouve l’âme qui attend, pardonne et juge si on ne la respecte pas, si on ne l’écoute pas (au fond, qu’on me pardonne).
Les messages artistiques intuitifs de ce genre interpellent consciemment ou inconsciemment à se réveiller.
Pour sortir de cette ronde malheureuse, on n’a pas le choix, l’on doit nourrir cette petite voix affamée que l’on a au fond de soi (l’âme) en pratiquant le nécessaire : prière, méditation ; et le service à l’autre (humanitaire, social…) ; avoir le courage du héros divin qui veut
sortir de sa condition est une grâce à la disposition de tout le monde. © Nidish

Pour illustre ces derniers propos, je vous invite à aller voir une vidéo sur ce site en cliquant sur le lien : Légende Hindoue : Le secret des Dieux

Question – Réponse de Sri Chinmoy : L’amour humain et l’Amour divin

Lundi 31 août 2009

Question : Quelle est la différence entre l’amour humain et l’amour divin ?

ckg208n1.jpgSri Chinmoy : L’amour est un oiseau. Mettez-le en cage, il s’appelle amour humain. permettez-lui de voler au cœur de la conscience Omniprésente, il s’appelle amour divin.
L’amour humain tire ses racines du vital ; l’amour divin a les siennes dans l’âme. L’amour humain entonne le chant de la possession ; l’amour divin celui de l’offrande de soi. L’amour humain ne désire que posséder et être possédé ; on y trouve toujours un besoin au niveau vital, au mieux une attente subtile. Si une vérité supérieure s’y fait jour, le besoin pourra s’atténuer, mais l’attente subtile persistera malgré tout.
Dans l’amour divin, il n’est rien de tel. On ne fait qu’offrir sans compter ce que l’on est et ce que l’on a.
Dans l’amour humain subsistent encore les sentiments de supériorité et d’infériorité. Le supérieur aime l’inférieur parce que dans une certaine mesure il se complait dans sa supériorité. Quant à l’intérêt de l’inférieur pour le supérieur, il émane souvent d’un sentiment d’insécurité. Ainsi, l’amour les enchaine l’un à l’autre en leur apportant une satisfaction réciproque. Mais dans l’amour divin, supériorité et infériorité sont vides de sens, car l’amour divin tire sa joie que de l’offrande de soi aussi totale qu’inconditionnelle. Si dans l’amour humain le mental sceptique et suspicieux intervient fréquemment -accompagné de sa cohorte d’accusations, de méprises et autres querelles-, l’amour divin n’a comme maitre que le cœur, le cœur qui aime et où voisinent désintéressement, esprit de sacrifice et joie. Si dans l’amour humain amant et bien-aimé sont deux personnes distinctes, l’amour divin les voit inséparablement unis par un Suprême immanent à l’intérieur de toute chose.

© Texte extrait du livre “La Lumière de l’Au-Delà” de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 1989 Sri Chinmoy Tous droits réservés

 

Aphorisme – pensée du jour, de Sri Chinmoy

Dimanche 27 avril 2008

 

 

 

 

 

jk40.jpg
Comment obtient-on
La plus grande joie ?
Non par la possession,
Mais par le sacrifice.

 

 

 

 

 

 

© 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés