Archive de la catégorie ‘= Résultat’

Travailler – Servir – Ne rien faire – Que faire de soi – L’argent, mobile, ou outil ?

Jeudi 20 décembre 2012


« Ce n’est pas gagner peu, qui est grave, c’est de ne pas travailler. L’on peut vivre et être Heureux avec très peu. Quand on a pas de travail, drogue, alcool, vol, mendicité, prostitution et déviances de tous genres piétinent notre vie.

Le travailleur ne devrait pas travailler pour l’argent, mais pour le service que cela représente à lui-même et à l’humanité. Pour y arriver, se dégager de ses peurs du lendemain, et avoir la foi est nécessaire. Prier et méditer procurent la Paix de l’esprit et une Joie radiante.

Les personnes fortunées ne devraient pas tirer profit, ni sentiment de supériorité d’une telle abnégation ; elles devraient partager plus, d’elles-mêmes, et favoriser la création d’une multitude de petits emplois.

Ainsi le monde pourrait vivre plus heureux, car plus solidaire. »

Nidish

La régularité dans la vie spirituelle et la pratique de la méditation, propos de Sri Chinmoy, Maître spirituel

Samedi 8 octobre 2011


Question :
Pourquoi accordez-vous autant d’importance à la régularité dans la vie spirituelle ?

 

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : Nous mangeons régulièrement pour donner des forces à notre corps. Peut-être mangeons-nous presque la même nourriture tous les jours, mais nous devons manger régulièrement.

Dans la vie spirituelle, nous devons méditer régulièrement chaque jour et si nous appartenons à un Centre spirituel, nous devons participer à ses activités régulièrement. Cela renforcera notre être intérieur et assurera notre progrès continu.

 

© Extrait de « Problèms, problèms, are they reallly problèms? » Un livre de Sri Chinmoy à paraître en français

Le parfum de la fleur de pureté : une allégorie de Sri Chinmoy entre les qualités de la fleur et celles intérieures de l’individu

Dimanche 24 juillet 2011

 


nidishroseblanchenidishunblogfr.jpg

Rose Blanche

Lorsque vous méditez, sentez que vous êtes un enfant dans un jardin de fleurs. Ce jardin de fleurs est votre cœur. Un enfant peut jouer dans un jardin pendant des heures. Il ira d’une fleur à l’autre, mais il ne quittera pas le jardin parce qu’il reçoit de la joie de la beauté et du parfum de chaque fleur. Ressentez un jardin en vous dans lequel vous pouvez rester aussi longtemps que vous le souhaitez. De cette manière, vous pourrez facilement méditer dans le cœur.

Vous pouvez purifier votre existence en ressentant profondément en vous une belle rose ou un lotus, ou toute autre fleur que vous aimez. Une fleur est toute pureté. Essayez de vous identifier avec la conscience de la fleur ou avec la pureté de la fleur. Au début, il s’agira d’imagination, mais si vous continuez à imaginer pendant cinq jours, ou dix jours, voire un mois ou deux, alors vous finirez sûrement par voir et ressentir la fleur au-dedans de vous. D’abord, vous pourrez la ressentir, puis vous verrez l’existence de la fleur, et alors automatiquement le parfum et la pureté de la fleur entreront en vous et vous purifieront.

Ce que vous possédez en permanence :
Une fontaine de flammes.
Ce que vous êtes en permanence :
Une fleur de pureté.

© Extrait du livre « Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy paru aux Editions La Flûte d’Or
© Photo de Nidish  « Rose Blanche »

L’heure de la méditation, les meilleurs moments de la journée

Vendredi 22 juillet 2011

meditmontagne.jpeg

La méditation peut se pratiquer à toutes heures, en tous lieux, dans n’importe quelle position. Une pratique disciplinée personnelle (régularité, ponctualité, posture, attitude intérieure) aide à nos progrès et au développement de notre réceptivité. Il y a aussi des heures propices pour gagner certaines qualités. Sri Chinmoy, Maître spirituel indien, nous les présente en toute connaissance :

Avec la régularité
Dieu chante.
Avec la ponctualité
Dieu danse.

Sri Chinmoy

L’heure de la méditation

Quel est le meilleur moment pour méditer ?

Le meilleur moment pour méditer est 3H du matin. C’est ce que l’on appelle l’Heure de Dieu, Brahma Muhurta. A cette heure précise, les dieux et déesses cosmiques accomplissent leurs devoirs célestes sur l’ordre du Suprême. A cette heure divine, vous pouvez vous aussi commencer votre voyage intérieur.

J’ai besoin de paix.
Dites-moi quel moment est le plus propice pour méditer sur la paix.

Tôt dans la soirée, entre 18h et 19h. La nature offre ses salutations au soleil, vous inspirera, vous réconfortera et vous aidera à être en paix.

J’ai besoin de puissance.
Dites-moi quel moment est le plus propice pour méditer sur la puissance.

A midi. Le soleil éclatant et cette heure très dynamique de la journée vous aideront.

J’ai besoin de joie.
Dites-moi quel moment est le plus propice pour méditer sur la joie.

Tôt le matin, entre 5h et 6h. La Mère Terre vous aidera avec son doux amour.

J’ai besoin de patience.
Dites-moi quel moment est le plus propice pour méditer sur la patience.

Le soir. Asseyez-ous au pied d’un arbre et méditez sur cet arbre. Son esprit de sacrifice vous aidera.

J’ai besoin d’amour.
Dites-moi quel moment est le plus propice pour méditer sur l’amour.

A minuit. Regardez votre image. Votre Pilote Intérieur vous aidera.

J’ai besoin de pureté.
Dites-moi quel moment est le plus propice pour méditer sur la pureté.

Tôt le matin avant que vous ne quittiez votre lit. Méditez sur votre inspiration et expiration. Votre âme vous aidera.


© Textes de Sri Chinmoy, préambule de Nidish – Centre Sri Chinmoy France

Préambule : La méditation sur le cœur spirituel en toute chose ; la lumière, ici, là, partout.

Jeudi 17 décembre 2009

Préambule de Nidish aux articles sur la méditation sur le cœur spirituel :

Pour éviter les faux débats sur l’emplacement du cœur, je me permet une courte explication. Pourquoi des fois situer le cœur spirituel au milieu de la poitrine et d’autres fois en tous lieux ? Nous pouvons nous l’expliquer en imaginant une source dans la montagne. Le cours d’eau, tant que nous le voyons de loin,  il nous apparaît en un endroit donné. Mais après nous en être approché et nous être immergé dedans, l’eau du ruisseau est, pour nous, en tout endroit. Il en est de même pour la méditation sur le cœur. Tant que nous ne pratiquons pas, nous pouvons voir la Lumière en certains endroits. Mais quand on plonge en cette Lumière, nous la voyons partout. Nous baignons et nageons dedans et avec.

La purification du mental c’est possible, un texte initiatique de Sri Chinmoy

Vendredi 16 octobre 2009

nidishunblogfrpurification.jpg
PURIFIER

Comment purifier mon mental ?
Je peux purifier mon mental
Simplement en regardant une fleur
Et en priant Dieu
De me rendre aussi pur qu’elle.

Comment purifier mon mental ?
Je peux purifier mon mental
Simplement en regardant le lune
Et en priant Dieu
De rendre mon mental aussi paisible qu’elle.

Comment purifier mon mental ?
Je peux purifier mon mental
Simplement en regardant
La flamme d’une bougie
Et en priant Dieu
De rendre mon mental aussi intense qu’elle.

En regardant une fleur,
En regardant la lune,
Et en regardant la flamme d’une bougie
Je peux purifier mon mental.
Une fois que la purification
Se sera produite dans le mental,
Alors, lentement mais sûrement,
Le corps et le vital deviendront purs.

La pureté mentale est nécessaire
En premier lieu
Pour l’illumination globale
De la conscience du corps.


Sri Chinmoy

 

© Extrait de « A God Lover’s Earth-Heaven Life »(La vie terrestre d’un amoureux de Dieu) de Sri Chinmoy

7 Citations de Sri Chinmoy : Si vous êtes sincère

Vendredi 25 septembre 2009

img4606.jpg
Sri Chinmoy

Si vous êtes réellement, sincèrement et de tout votre cœur en quête de la Vérité, je n’ai qu’un conseil à vous donner  : plongez au plus profond de vous-mêmes et essayer de découvrir votre propre divinité.

o o o

La méditation est indispensable pour ceux qui cherchent à mener une vie meilleure et plus comblante. Si vous vous sentez satisfait de ce que vous avez et de ce que vous êtes, il n’est pas du tout nécessaire que vous entriez dans le domaine de la méditation. Mais si vous sentez à l’intérieur de votre cœur un désert aride, je vous dirai que la méditation est la solution. La méditation vous apportera la joie intérieure et la paix de l’esprit.

o o o

Si vous voulez simplifier votre vie, la méditation est la réponse. Si vous voulez combler votre vie, la méditation est la réponse. Si vous voulez posséder la joie et l’offrir au monde entier, la méditation est la réponse.

o o o

Lorsque nous prions et méditons, nous entrons dans la racine de l’arbre de vie.
La racine de l’arbre de vie est Dieu, et ses branches sont tous les êtres humains.
Si l’on n’arrose pas la racine, comment nourrira-t-on les branches et les feuilles ?

o o o

 

Lorsque je prie et je médite je sens que je rayonne quelque chose que je viens de recevoir de Dieu : la paix, la lumière, la béatitude. C’est cela même dont mes collègues, mes amis, mes parents, mes proches ont désespérément besoin. Je médite dans un coin de la pièce, mais pendant ce temps-là j’offre intérieurement ce que je reçois d’en-haut. Si cela n’est pas une forme de service, alors qu’appelle-ton service ?

o o o

C’est une fausse croyance qui veut que la vie spirituelle soit une vie d’austérité et un lit d’épines. En aucun cas ! Nous émanons de la Béatitude, et c’est vers la Béatitude que nous nous en retournons, avec toute la joie spontanée de la vie.

o o o

Mon nom est bonheur, car au désir de paraitre bon a succédé en moi le désir de l’être.

o o o


© Textes et photo Centre Sri Chinmoy

Le boiteux et l’écharde, une histoire de Nasr Eddin Hodja

Dimanche 20 septembre 2009

nasreddinhodja.gif

Un boiteux était venu voir le Mullah Nasrudin. Il lui demanda :
- Mullah, pourrais-tu faire quelque chose pour que je ne boite plus ?
- Je ne suis pas médecin, s’exclama Nasrudin.
- Mais j’ai déjà vu tous les médecins, dit le boiteux.
- Et que t’ont-ils dit ? demanda Nasrudin.
- Ils ne cessent de me dire que je n’ai rien et qu’il n’y a aucune raison que je boite.
Nasrudin prit sa longue barbe dans sa main et fit le silence, puis lui demanda :
- Marche un peu pour voir.
Le boiteux se déplaça en boitant.
- Fais voir ton pied.
Le boiteux ôta sa chaussure. Fichée dans le gros orteil, Nasrudin découvrit une énorme écharde.
- Tu as une écharde dans le pied ! Il est normal que tu boites.
- Comment peux-tu savoir ? Tu n’es pas médecin. Ce n’est pas une écharde ! C’est mon pied ! Il est comme cela depuis années !

o o o

Témoignages de Nidish :

Cette histoire enseignement, racontée à la manière des soufis, me rappelle un séjour en Grèce que j’ai vécu en 198o ; l’impression forte qui m’en est resté par mes déplacements dans les petites villes, c’est que je pouvais être en toute confiance dans le pays. Je laissais mon sac à dos sur la place public, je m’éloignais,  je savais que j’allais le retrouver. Plusieurs personnes m’ont hébergé, je me suis déplacé en stop, hôtes et automobilistes, tous ont été extrêmement accueillant, voir trop ; trop au point que j’en ai eu peur. Je ne pratiquais pas encore la méditation, alors mon mental a réagit avec ses imperfections.

C’est alors que j’ai compris que je vivais avec des peurs dans le corps ; car jamais il n’y avait eu de quoi s’inquiéter, mais l’excès de bienveillance et d’hospitalité me déroutait et mes peurs, mon insécurité enfouies dans ma vie ressurgissaient.

L’histoire de Nasr Eddin me renvoie à une autre expérience, cette fois-ci c’est la pratique de la méditation qui m’a permis de la vivre. J’étais alors jeune pratiquant, avec des amis nous conversions, quand dans l’échange, je me suis rendu compte que j’avais des pensées de jalousie. J’en suis resté éberlué. « Voilà, me suis-je dit, que je suis jaloux. » Jamais, avant d’avoir pratiqué la méditation, je ne m’étais rendu compte que j’avais de la jalousie en moi ; la méditation nous permet de prendre conscience de notre réalité et d’en tenir compte ; par la Lumière de Dieu qui descend en nous, nous transformons nos imperfections, plus où moins rapidement. La patience et la confiance deviennent deux qualités absolument nécessaires ; elles se développent d’elles mêmes.

Rappel : Ne vous étonnez pas de voir orthographié le nom de notre héros de différentes manières, mais comme ses histoires et sa sagesse ont voyagées dans l’espace, de l’Asie en passant par l’Orient et aussi l’Afrique du nord, et dans le temps, du XII au XVème siècle, celui-ci, selon les lieux et les époques, a porté de nombreux noms et de nombreuses orthographes. Si vous voulez le voir présenté avec attention, je vous conseille le site suivant : http://ahama.9online.fr/ ; en cliquant sur les mots clés en bleu ci-dessous, vous trouverez d’autres histoires.

 

Résonance entre deux Auteurs, sur le thème du « Livre et de la spiritualité » : Sri Ramana Maharshi – Sri Chinmoy

Vendredi 28 août 2009

booksgold.jpg

La lecture et la pratique

 

- Le doute et l’erreur ne sont tous les deux dissipés que par l’expérience et non par des centaines d’Ecritures.
- L’écriture dissipe le doute et l’erreur de celui qui a la foi. Dès que la foi faiblit un peu, les deux réapparaissent.

Sri Ramana Maharshi
« Sri Ramana Gita »
Ed. Dervy-Livres

Pour méditer, vous avez besoin d’inspiration. Vous la puiserez dans la lecture de textes. Il ne faut que quelques secondes pour acheter un livre spirituel ; il faut quelques heures pour le lire et quelques années pour l’assimiler. Mais pour vivre les vérités qu’il contient, il faut une vie entière, voire plusieurs incarnations.

Sri Chinmoy
« L’Enseignement du Silence »
Ed. La Flûte d’Or


Nota Bene :
Sri Chinmoy n’a pas peur de se faire de l’anti pub ; il est l’auteur de 1500 livres, mais il considère que  la lecture de livres sur la spiritualité ne peut remplacer la pratique de la méditation.

Un blog où vous pouvez rencontrer l’enseignement de Sri Ramana Maharshi : http://sililia.over-blog.com/article-34836347-6.html

Echec et succès, par Sri Chinmoy

Jeudi 22 mai 2008

krishna1.jpg

Si nous pouvons nous considérer comme des instruments divins, nous sentirons que Dieu est en train d’avoir une expérience en nous et à travers nous.

 

Au dictionnaire de Dieu le mot « échec » ne figure pas. On peut y trouver le mot « expérience ». L’échec est une expérience, tout comme le succès. Nous pouvons et devons les accepter tous les deux avec la même joie. Lorsque Dieu accomplit quelque chose sur le plan extérieur, à cause de nos idées préconçues nous appelons un type de résultat « succès » et l’autre « échec ». Or Dieu, Lui, n’emploie pas Son mental. Il manifeste une expérience qu’il est nécessaire d’avoir, qu’elle qu’elle soit. Mais les êtres humains ont des idées toutes faites sur le succès ; ils dépendent des résultat extérieurs. L’échec anéantit instantanément leur inspiration, et le succès les porte aux nues. Mais pour Dieu, tout cela n’est qu’expérience. Les moments où Il commence, où Il agit, où Il termine ne sont pour Lui qu’une série d’expériences.

Seigneur Suprême,
Fais de moi un instrument sacré,
Une flûte,
De sorte que Tu puisses jouer sur moi
Avec Ta Félicité
Qui illumine, libère et immortalise
Toute chose.

© Textes extraits du livre “Le Voyage de l’Âme » (voir le lien) de Sri Chinmoy,
édité par les Editions de “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 1998 Sri Chinmoy Tous droits réservés