Archive de la catégorie ‘- Sagesse’

7 pensées élevées sur l’Amour du Maître spirituel indien Sri Chinmoy

Lundi 26 mars 2012
7 pensées élevées sur l'Amour du Maître spirituel indien Sri Chinmoy dans * Doute sri-chinmoy-CKG_51-246x300

Sri Chinmoy a aimé le monde entier

Au lieu d’inventer une raison pour laquelle
Vous ne pouvez aimer le monde,
Essayez d’en créer une pour laquelle
Vous devez absolument l’aimer.

0 0 0

Il faut aimer
Non seulement au delà de ce que l’on voit,
Mais aussi au-delà de ce que l’on ressent,
Si l’on veut entonner le chant
De la transcendance de soi.

0 0 0

Aimez le monde,
Aimez-le !
Sinon vous serez contraint de traîner
Le plus pesant des fardeaux :
Votre propre soi
Lourd d’amertume.

0 0 0

Si l’on veut transformer
L’amour humain
En amour divin
Il est essentiel d’avoir
Le cœur humble.

0 0 0

Dites « non » à votre mental qui doute.
Dites « oui » à votre cœur qui aime.
Vous serez soulagé
De vos tensions nerveuses.

0 0 0

Votre mental récalcitrant
Sait ce que rancune veut dire.
Votre cœur aimant
Sait ce qu’unité veut dire.

0 0 0

La peur hait.
L’amour pardonne.
La sagesse oublie.

© Aphorismes de Sri Chinmoy extraits du livre « Un jour nouveau » paru aux Editions Oneness-Son . (a ce jour épuisé) ; Vous pouvez trouver l’équivalent dans un livre plus gros, « Le voyage de l’Ame » paru aux Editions de la Flûte d’or.

Film spirituel, « Le Roi Salomon », une leçon pour la vie

Dimanche 1 février 2009


« Le roi Salomon » est sans doute un des films qui analyse le mieux le jeu divin dans la vie d’une personne, ici à travers le parcours du roi Salomon qui a éprouvé avec outrance la Parole de Dieu qu’il entendait. C’est une belle démonstration distrayante et touchante, qui ne manquera pas de remettre en question certains. Dieu est Pardon et compassion, mais quand on s’éloigne de trop de Sa guidance en répétant les erreurs, il use de Sa Justice, qui, pour les amoureux de Dieu, est aussi un geste d’Amour, car à travers ses coups de bâton, c’est aussi son Attention à notre évolution qui s’exprime. Voyons le film simplement :

1ère partie : 1H23

http://www.dailymotion.com/video/xc1f8y
http://www.dailymotion.com/video/xc1fq6
http://www.dailymotion.com/video/xc1gh3
http://www.dailymotion.com/video/xc1gqf
http://www.dailymotion.com/video/xc1he7

2ème partie : 1H24

http://www.dailymotion.com/video/xc1hn4
http://www.dailymotion.com/video/xc1hxn
http://www.dailymotion.com/video/xc1i8j
http://www.dailymotion.com/video/xc1ikn
http://www.dailymotion.com/video/xc1in2

Aphorisme – Pensée du jour, de Sri Chinmoy : Utilisons notre lumière de sagesse

Mardi 10 juin 2008

soulbirdblue71.jpg

Les pensées positives et les pensées négatives
Nous viennent à l’esprit à chaque instant.
Utilisons notre lumière de sagesse
Pour disperser immédiatement
Nos nuages-mental
Avec nos pensées positives.


© Extrait du livre « La pensée positive » de Sri Chinmoy paru aux Editions de « La Flûte d’Or »
Copyright© 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés
Copyright© Oiseaux Centre Sri Chinmoy
http://www.laflutedor.com/

Un amour inconditionnel, une histoire de Sri Chinmoy

Jeudi 5 juin 2008

centresrichinmoyaustraliarosepinkraindropscloseup.jpg

Elle prête de l’argent avec sagesse

Il était une fois un homme très riche, extrêmement cruel et avare. Sa femme était d’une grande bonté, affectueuse et empathique. Personne n’aimait le mari, mais tout le monde estimait l’épouse. « Dieu m’a donné ce méchant mari, mais que faire d’autre que de l’aimer puisque tout le monde le déteste ? » pensait la femme. Elle était bonne pour lui et le servait jour et nuit.

Le couple vit la famine déferler sur la région où il habitait et de nombreux villageois vinrent lui demander de l’aide. L’épouse donna de l’argent à chacun et prodigua affection et sympathie. Le mari, en dépit de son avarice, ne s’offusqua pas de cette générosité. « Tant que ce n’est pas moi qui donne, je n’ai rien à dire », pensait-il.
La femme aimait bien faire la charité.
- Nous ne faisons qu’emprunter cet argent, lui disaient les gens. Nous vous le rembourserons.
- Non, nous vous le rendrons quand la famine sera finie, s’objectaient les villageois.
- Si vous souhaitez absolument me remettre la somme, vous le ferez le jour où mon mari mourra, répliquait-elle.
Certains furent choqués. D’autres pensèrent qu’elle parlait ainsi parce que le jour où son conjoint mourrait, les funérailles lui couteraient cher.
Un jour, la mère tint ces propos étranges en présence de l’un de ses fils. Jusque-là, le garçon chérissait ses deux parents, mais il fut choqué d’entendre de telles paroles sortir de la bouche de sa mère. il alla trouver son père.
- Mère a demandé aux gens de la rembourser après ta mort, lui confia-t-il.
- Comment peut-elle dire une telle chose ? s’étonna le père. Elle donne toujours de l’argent sans compter ; pourquoi demanderait-elle aux villageois de le lui rendre et pourquoi après ma mort ?
– Le mari alla trouver sa femme.
– Pourquoi as-tu demandé aux gens de te rembourser après mon décès ? s’enquit-il.
Tu ne comprends pas, répondit-elle. Vois-tu, les gens ne t’aiment pas. En fait, ils te détestent. Tout le monde souhaite que tu meures, mais plusieurs ont reçu beaucoup d’argent et, par nature, les gens ne veulent pas rembourser ce qu’on leur donne. A partir de maintenant, plutôt que de souhaiter ta mort, ils vont prier pour que tu restes en vie afin de ne pas devoir me rembourser. j’espère que tu vas vivre longtemps, très longtemps, bon et gentil. Je t’avoue que j’ai joué un tour aux villageois. Ainsi, ils prieront tous les jours pour toi. Peu importe l’argent ! je veux que tu demeures longtemps à mes côtés.
Le mari fut extrêmement touché par la sagesse et l’amour de sa femme, et il s’engagea à avoir plus de compassion pour les autres.

Voir d’autres histoires en cliquant Ici

 

© Textes extraits du livre “L’Âme est un jardin » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “AdA Inc.” Canada
Copyright© 1994 Sri Chinmoy Tous droits réservés
Copyright© 2006 Editions “AdA Inc.” pour la traduction française
© foto Centre Sri Chinmoy Autralia Rose Pink

Ici – Maintenant, par Sri Chinmoy

Lundi 12 mai 2008

Ne vous inquiétez pas ! Celui qui s’inquiète ne fait que s’enterrer avec la complicité des mains puissantes d’aujourd’hui et du regard indifférent de demain.

Ne vous inquiétez pas de l’avenir. Pensez au présent. On récolte ce que l’on a semé. Peut-être n’avez-vous pas semé les bonnes graines auparavant. Si vous en semez une maintenant, elle germera, deviendra une plante, et finira par se développer en un immense arbre. Quand on plante la bonne graine, l’arbre donne des fruits. Mais si vous ne semez pas la bonne graine en vous-même, comment espérez-vous récolter les fruits que vous attendez ? Aussi, ne vous inquiétez pas de l’avenir. Contentez-vous d’agir de manière juste aujourd’hui, ici et maintenant.

N’attendez pas demain pour mettre fin
Au malheur d’aujourd’hui.
Demain sera un autre jour où vous pourrez
Soit éprouver de nouveaux chagrins,
Soit jouir d’un flot de félicité.
A présent, jouez le jeu d’aujourd’hui
Avec sagesse et perfection.

 

© Textes extraits du livre “Un jour nouveau » de Sri Chinmoy paru aux Editions de “La Flûte d’Or” (Epuisé) ; « Le Voyage de l’âme » est réalisé sur le même principe.

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 1996 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Témoignage : Critiquer ou aimer, par Nidish

Mardi 15 avril 2008


“Point d’ascendant sur les autres,
Que de l’Amour pour les autres.”

Nidish

Il est bien facile de sourire du comportement des autres quand ce comportement est éloigné de ce que l’on connait. Mais il est judicieux et préférable de prendre du recul et seulement d’être aimant, car les autres peuvent avoir des raisons tout à fait fondées d’agir comme ils agissent, même si leurs faits, gestes et attitudes peuvent nous paraitre ridicules ou saugrenus. Pour illustrer, je prendrai une situation récente dont j’ai été témoin et une autre que l’on m’a rapporté :

“Ce jour là, des amis de longue date se réunissaient autour d’un repas composé de préparations et d’achats apportés par chacun. Dans les convives, il y avait, entre autres, des mères de famille, un restaurateur, un sportif… Le sportif, avait amené des coquillettes, les autres avaient apporté des plats préparés. Le repas terminé, il restait encore beaucoup de nourriture que les présents se partagèrent. Parmi les plats encore sur la table, il y avait des mets finement préparés et les sobres coquillettes du sportif. Ce dernier, sans hésiter, reprit le restant de pattes et quelques petites victuailles. Le gros de son paquetage était les coquillettes. Le réflexe aurait été de sourire de le voir repartir avec seulement avec des pattes, quand le festin à côté était encore là. Mais la sagesse des amis a éloigné toute moquerie. Plus tard, la réflexion tirée de l’enseignement que nous apporte une pratique régulière du sport, nous a fait penser que le jeune homme avait un besoin de protide et que c’était son organisme qui l’avait conduit à apporter des pattes et à repartir avec le restant, pour les consommer.”

Dans le même sens de réflexion, un ami médecin homéopathe me disait que les rhumatisants et les asthmatiques réagissaient prématurément aux variations du temps. Il me racontait qu’une fois, un asthmatique était venu en consultation parce qu’il sentait une très forte pression sur la poitrine, il affirmait qu’il allait neiger. Rien ne le laissait prévoir à l’heure de la consultation. Le lendemain, le médecin constata qu’il neigeait.

© Nidish


Si vous avez eu ce même type d’expériences
,
vous pouvez, si le cœur vous en dit, nous les faire partager dans les commentaires.

Aphorisme – pensée du jour, par Sri Chinmoy

Samedi 12 avril 2008

bb371.jpg

Essayez de vous considérer
Comme un chercheur
Sans passé déplorable.
Ne vous complaisez pas dans le passé,
Qu’il soit bon ou mauvais.
Courez uniquement vers le futur doré.


© Centre Sri Chinmoy, extrait du livre : « Philosophy for the New Millenium »

Aphorisme – pensée du jour, par Sri Chinmoy

Vendredi 11 avril 2008

soulbird1.jpeg
Parfois il me faut être silencieux,
Car c’est la meilleure manière
D’en savoir un peu plus,
De penser un peu plus sagement,
De devenir un peu plus parfait,
De revendiquer Dieu un peu plus tôt.