Archive de la catégorie ‘- Santé’

Lettre ouverte à mes jeunes voisins consommateurs de drogue, en prenant pour responsables les États dans l’expectative

Jeudi 27 décembre 2012

Lettre ouverte à mes jeunes voisins consommateurs de drogue, en prenant pour responsables les États dans l'expectative dans * Drogue nidish-plume-ecriture1
J’ai écrit le courrier ci-dessous à des voisins qui ne sont plus actuellement mes voisins.

Dans ma commune, certains jours, c’est tous les 50 mètres que l’on absorbe des doses de cannabis par le simple fait de respirer.

Aujourd’hui, dans une rue proche de chez moi, c’est sur 50 mètres qu’une forte densité du produit se faisait sentir. Alors que je la remontais dans le « nuage », une maman descendait la rue en poussant un landau ; dans le landau, il y avait un jeune enfant.

Le problème est très grave, c’est un problème majeur de société. Les gouvernements qui se sont succédé sont très largement responsables de cette situation. Ils n’avaient pas le droit de jouer à l’autruche, ils n’ont pas le droit de s’irresponsabiliser.

Notre Président de la République actuel a à faire quelque chose à tous les niveaux pour changer la donne ; la France semble être une véritable passoire.


Jeunes hommes,

Vous allez quitter votre appartement dans quelques jours.

Je vous avais dit que fuir un problème, ne le résolvais pas.

Là où vous allez aller, vous allez avoir des voisins. Peut-être des enfants. Qu’est-ce que vous allez leur montrer, qu’est-ce que vous allez, malgré eux, leur faire respirer par votre voisinage ?

Ce jeudi 13 décembre 2012, une jeune dame, blonde (25ans environ), au pied de notre immeuble poussait à fumer une jeune fille colorée (17ans environs). Celle-là, emportée par la ou les premières tafs qu’elle avait fumés, quand l’autre lui tendit à nouveau le joint, s’étonna de cette transmission supplémentaire. L’ainée lui dit «Oui… on peut…» Quand j’ai croisé ces deux personnes, à l’entrée de l’immeuble, le regard de la plus âgée était empreint de dangerosité, tandis que l’adolescente portait douceur, candeur, et gentillesse. (suite…)

« Je n’ai jamais fumé » témoignage de Nidish qui a réalisé quelques affiches de sensibilisation sur ce thèmes et autres

Vendredi 14 octobre 2011


« Une clope !?

 Non-Merci ! »

 

Vous trouverez sur ce blog des affiches d’éducation sociale sur des problèmes spécifiques de santé et de vie : le tabac et le suicide sont celles qui sont prêtes. Les affiches apparaîtront au fur et à mesure pour ne pas saturer l’intérêt des lecteurs du blog. Si toutes fois vous étiez plus particulièrement intéressés, n’hésitez pas à laisser un message dans les commentaires.

angea768laflu770te.jpg

Je n’évoque que rarement les problèmes du tabac, il faut dire que j’ai eu beaucoup de chance, en effet, alors que j’étais préadolescent, une de ces fois où je sortais du collège, un jeune de mon âge m’a proposé une cigarette, nous marchions dans la rue et retournions dans nos foyers respectifs tranquillement. J’ai été surpris par l’offre, mais j’ai pensé que c’était presque normal, j’en étais presque fier.

J’ai eu une petite hésitation intérieure, ma main, mon bras faisait presque des allés-retour pour prendre ou ne pas prendre la clope. Quand une voix, intérieure, claire, très audible, m’a affirmé avec une lumineuse netteté : « Tu n’as pas besoin de cela pour devenir un homme ! » J’ai retiré ma main qui n’était pas vraiment tendue avec un simple mot : « Non-merci !  » J’ai intériorisé le moment, étonné de ce qui s’était passé.

Je suis rentré chez moi, je n’ai parlé de rien.
Je n’ai jamais oublié ce moment.
Je n’ai jamais fumé.

© Photo (reproduction interdite) « L’ange à la flûte » et témoignage Nidish

Affiche gratuite, dissuasive, à l’usage des écoles, associations, centres de soins : Le tabac et la santé

Vendredi 14 octobre 2011

etreenbonnesante769nidishunblogfr.jpg
Cliquer sur l’affiche pour l’agrandir

Tout le monde peut utiliser cette affiche gratuitement à condition de ne pas la commercialiser. Je peux aussi en envoyer des exemplaires en quantité souhaitée moyennant contribution. Laisser alors un message dans les commentaires.

Affiche anti-tabac gratuite « Soyons des Héros – Refusons la clope !

Vendredi 14 octobre 2011

soyonsdeshe769rosrefusonslaclopenidishunblogfr.jpg
Cliquer sur l’affiche pour l’agrandir

Tout le monde peut utiliser cette affiche gratuitement à condition de ne pas la commercialiser. Je peux aussi en envoyer des exemplaires en quantité souhaitée moyennant contribution. Laisser alors un message dans les commentaires.

 

Le palming, pour se relaxer les yeux, le corps et l’esprit, en s’accordant un petit temps rien qu’à soi

Jeudi 13 octobre 2011

 

Exercice proposé par Nidish à l’occasion de la « Journée mondiale de la vue » initiée par les Nations Unies tous les ans, le deuxième jeudi d’octobre, pour sensibiliser l’ensemble du monde aux problèmes de la cécité, des déficiences visuelles et de la réadaptation des malvoyants.


palmingsurlesyeux.jpg

Le palming

Frotter rapidement les mains l’une contre l’autre jusqu’à ce qu’elles soient bien chaudes. Placez sans délai les paumes en coquille au-dessus des yeux, sans les toucher, sans exercer de pression. Les doigts des mains restent serrés et ne laissent pas passer la lumière. C’est la paume des mains qui est placée au-dessus des yeux. Les yeux sont fermés, ressentez la douce chaleur qui émane de vos mains et détend vos yeux. Lâchez votre respiration. C’est tout votre être qui se détend.

Vous pouvez recommencer l’opération.

A ce moment, lorsque vous avez la paume des mains sur les yeux, faites des mouvements avec les yeux ouverts. Montez-les, descendez-les, à droite, à gauche, faites des circonvolutions larges autour de l’orbite de l’œil. Laissez passer la chaleur de vos mains, l’énergie qui en émane, sur vos yeux, sur les muscles oculaires.

Deux petits exercices très simples de retrouvailles avec soi, sensés entretenir la vue, en tous les cas le bien-être. Les répéter tous les jours ne fait pas de mal, mieux, ils soulagent de bien des tensions de la vie.

 

Rendons hommage au docteur Bates qui a trouvé les bases de cet exercice et les a bien popularisées.

© Nidish

L’histoire vraie de Saint Vincent de Paul : « Monsieur Vincent », un film de Maurice Cloche sorti en 1947

Mercredi 12 octobre 2011

 

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo


Durée : 1H13 : Ce film, entier, en français, est sous-titré en espagnol.

Ce film de Maurice Cloche, sorti en salles en France le 5 novembre 1947, raconte l’histoire vraie de Vincent de Paul, né au village de Pouy près de Dax le 24 avril 1581, et décédé le 27 septembre 1660 au Prieuré de St Lazare à Paris.

Le film, en noir et blanc, commence en 1617, au moment où le prêtre Vincent de Paul arrive pour prendre son poste dans la commune de Châtillon touchée par la peste. Interprété par Pierre Freinet qui a obtenu le grand Prix de la meilleure interprétation masculine de la biennale de Venise, on verra le prêtre en quête d’un service toujours plus grand envers les plus pauvres, qu’il définit comme ses maîtres. A cette époque faste de la France pour la classe royale qui en est à son apogée et pour le milieu artistique qui rayonne eu Europe, le prêtre rencontre la misère des plus pauvres et en s’en approchant de plus en plus, la découvre profonde, touchant les êtres à tous les niveaux de leur existence. Il n’hésite pas à partager son réduit où il loge avec un miséreux de passage, ou encore son pain avec ceux qui ont faim. Dans son sacerdoce il se fera aider par les plus riches et plus importantes dames du moment. Lui fait vœu de ne garder pour lui, ni pouvoir, ni argent, mais toujours être au service.

Le film a été plusieurs fois primé :
1948 : Oscar du meilleur film en langue étrangère, Prix du meilleur film décerné par la presse cinématographique belge,
1949 : Oscar d’Honneur, Nomination au BAFTA Awards,
1950 : Nomination au Golden Globes du meilleur film international

Boire, s’hydrater, combler sa soif… Eau, alcool, soda… Une education, des réflexes conditionnés

Lundi 25 juillet 2011


fontainenidishunblogfr.jpg

Fontaine sèche et peinture murale

Il fait chaud, nous avons besoin de l’ordre de 3 litres de liquide par jour. Nous sommes actifs, et nous n’avons rien bu depuis ce matin, nous avons soif.

A l’école, les enfants s’hydratent mal ou pas du tout. Ils sont en classe 6 à 8 heures et boivent… quand ils y pensent, de temps en temps, parfois jamais ; ils vont seulement boire au robinet au moment de la récréation, en allant aux toilettes. Parfois les enseignants leur interdisent cela, pour des raisons crées, ou des raisons d’hygiène… Ainsi commence l’éducation hydrique et à la vie de la plante fragile que nous sommes.

Dans le train, j’ai fait un voyage avec non loin de moi un père et sa fillette de 10 ans. Arrivés à la gare, je les ais découvert quand chacun s’est levé et que le père a dit à sa fille “Nous n’avons que cela pour l’après-midi” il montrait une bouteille d’eau minérale de 25cl, remplie au cinquième. L’enfant réclamait à boire, l’autorité paternelle lui donnait cette réponse.
Dans le métro, les circonstances nous ont amenés dans un même wagon. La fillette se tenait à une rampe verticale, comme une plante se tient à son tuteur ; sans énergie, elle ployait sur elle-même. Elle manquait d’eau.

fontainesdelacite769dessciencesnidishunblogfr.jpg
Fontaine à la Cité des Science à Paris

Beaucoup de ces enfants des villes, scolarisés depuis le plus jeune âge, n’ayant jamais appris à boire, une fois adolescents et jeunes adultes se tournent vers les sodas et l’alcool, répondant ainsi à un besoin naturel d’hydratation, par des réponses inappropriées pour leur santé présente et future.

Nous avons des signes de déshydratation criants : langue qui brule, gorge sèche, qui pique, affaiblissement, crampes, urines très colorées…  Pour étouffer ces symptômes souvent subis, mais pas réalisés, certains boivent par litres, alcool et soda, résolvant ainsi maladroitement leur assèchement et leur besoin de liquide. Tandis que d’autres ne boivent RIEN.

Quelle importance ? Personne n’a signalé de mort par déshydratation !  Non, c’est vrai, mais alcoolisme, obésité, problèmes articulaires, affaiblissement, désolation morale, angine, caries dentaires… de la vie adulte, peuvent trouver solution par, une meilleure éducation à boire de l’eau et des jus de fruits naturels durant l’enfance, et une attention à ce que l’on prend quotidiennement comme liquide, en quantité et en qualité, pour se déshydrater, quand on est adolescent et jeune adulte, et aussi, après, à tous moments de notre vie.

C’est simple, et cela peut contribuer à nous rendre plus heureux.
Boire de l’eau, tout simplement.
Des jus de fruits pour égayer notre quotidien.


© Texte et Photos de Nidish

Résonance : Le témoigage de H.C. Geffroy, créateur de la Vie Claire, et de Nidish sur l’alimentation végétarienne

Samedi 12 décembre 2009

alimentation.jpg

Henri-Charles Geffroy (1895 – 1981) a été un précurseur en écologie :

Déjà en 1920, nous relate Henri-Charles Geffroy, fondateur éclairé de « La Vie Claire », les chiffres alarmants des morts par cancer, maladie cardio-vasculaires, troubles circulatoires graves étaient importants. Il constate qu’en 1979, ces chiffres n’avaient cessés de grossir.
Les américains, en ce début de siècle, ne cessent de s’inquiéter du nombre d’obèse sur leur continent, la France commence sérieusement à être touché par le problème, qui concerne même les enfants. Récemment j’étais assis à côté d’une famille dont les jeunes enfants, durant une heure et demi de spectacle, n’ont cessés de grignoter bonbons et biscuits apportés par la maman. L’ainée, d’une dizaine d’année, portait déjà de sérieux signes d’obésité.
Henri-Charles Geffroy de manière censé nous dit dans un de ses livres, « La vie saine » :« La progression effarante de ces maladies dites « de civilisation » prouve que, malgré les indéniables progrés de la médecine et de la chirurgie, notre civilisation a multiplié leurs causes plus vite que les moyens de les guérir. Or, il serait plus simple de les éviter.
Pour cela, il suffirait de rechercher la principale cause de ces maladies. C’est ce à quoi je me suis attaché à mon retour de la guerre de 1914, au cours de laquelle j’avais été gazé par l’ypérite. »
En effet, la gorge et un poumon de H.C.Geffroy sont alors atteint ; en 1935, les médecins ne lui donnent plus que trois mois à vivre… par chance il apprend qu’une médecine pratiquée à Berlin sauve des tuberculeux et des gazés avec une réforme alimentaire qui bannit les produits industriels, la viande et les sous-produits animaux intoxicants ; les médecins prescrivent un régime exclusivement végétal à base de céréales, de fruits et de légumes le plus souvent consommés crus. Sa petite fille indique : « Henri-Charles adopte ce régime et retrouve ses forces. Il éprouve même le besoin de faire des marches de plus en plus longues : c’était inespéré pour un malade dans son état ! Il venait providentiellement d’échapper a la mort…  En bonne santé, il décide de consacrer le restant de sa vie à enseigner aux autres ce nouvel « art de vivre. »
Notons au passage que la petite fille de H.C. Geffroy à réédité les écrits de son grand-père ; écrits qui nous apparaissent aujourd’hui comme être plus que jamais d’actualité.

Cliquer pour

(suite…)