Archive de la catégorie ‘- Secret’

Histoire vraie : « Vraiment ? » Un Maître Zen questionne

Dimanche 24 juillet 2011


zen.jpg

Sri Chinmoy raconte :

« …Il est même arrivé qu’un véritable Maître spirituel, qui était la pureté immaculée en personne, soit victime des critique du monde ignorant :

Il était une fois un Maître Zen très pur et d’un grand niveau d’illumination. Non loin de chez lui se trouvait une épicerie. Le propriétaire du magasin avait une très belle fille qui n’était pas mariée. Un jour, on découvrit qu’elle était enceinte. Ses parents devinrent furieux. Ils voulurent savoir qui était le père, mais elle refusa de leur donner son nom. A force de réprimandes harassantes, elle céda et leur dit que c’était le Maître Zen. Les parents la crurent et coururent chez le Maître Zen, le couvrant d’injures. Le Maître Zen dit : « Vraiment ? » Ce fut son seul commentaire. Après la naissance de l’enfant, les parents le lui confièrent. Il accepta l’enfant et s’en occupa. Dès lors, sa réputation fut totalement perdue, et il devint l’objet de moqueries. Des jours passèrent, puis des semaines, des mois, des années. Mais dans notre vie humaine, il y a quelque chose que nous appelons la conscience, et la jeune fille était torturée par cette conscience. Un jour, finalement, elle révéla à ses parents le nom du véritable père de son enfant, un homme qui travaillait au marché aux poissons. Les parents furent à nouveau furieux. La famille était autant torturé par le chagrin que par l’humiliation. Ils coururent chez le Maître Zen, implorèrent son pardon, lui racontèrent toute l’histoire, puis reprirent l’enfant. Il fit ce seul commentaire : « Vraiment ? »

« Il se peut que le monde ne comprenne pas ou n’apprécie pas la pureté comme il se doit, mais lorsque notre Mère, la Terre, porte en elle ne serait-ce qu’une seule âme pure, sa joie est sans limite. Elle dit : « Voici enfin une âme sur laquelle je peux compter. »

© Histoire extraite  du livre « Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy paru aux Editions de la Flûte d’Or
© Photo emprunté à Buddha Chanel, que je recommande

Question, Réponse de Sri Chinmoy : Doit-on révéler à tout le monde son très beau secret ?

Mardi 20 mai 2008

Si la question se rapporte au mantra, la réponse, vous le verrez, évoquera
tout secret précieux.

sharanimonarchinwickford3jpg.jpg

RENCONTRE AVEC LA PRESIDENTE
DU COLLEGE DE YORK

Le 11 juillet 1994, le Dr Josephine Davis, Présidente du Collège de York — une branche de l’université de New-York basée dans le Queens — a rencontré Sri Chinmoy au restaurant Annam Brahma. Voici des extraits de leur conversation, extraits du livre « Conversation avec Sri Chinmoy (volume 2) paru aux Editions de « La Flûte d’Or »

 


sharanimonarchinwickford3jpg.jpg

Dr. Davis : Puis-je partager avec vous le mantra que j‘utilise ? Est-ce gênant que je vous le dise ?

Sri Chinmoy
:
C’est gênant si vous me le dites en face des autres. Il vaut mieux que personne n’entende le mantra que vous utilisez. Cela ne pose pas de problèmes si vous le dites en privé à un maître spirituel comme moi, car je peux toujours être en harmonie avec vous ; mais pas tous les autres. En Inde, on dit que si on partage son mantra avec d’autres, on perd sa force intérieure. Le mantra que vous répétez est comme votre souffle de vie. Vous le répétez des millions et des milliards de fois et il fait partie intégrante de votre réalité divine. Cette possession très sacrée représente votre existence même, ici sur terre ; elle ne doit pas être partagée. Seuls vous, Dieu et la personne qui vous a bénie en vous donnant le mantra doivent le connaitre.

 

sharanimonarchinwickford3jpg.jpg

Dr. Davis : Mais cela s’applique-t’il si j’ai trouvé le mantra dans un livre ?

Sri Chinmoy
:
C’est la même chose. Même si vous l’avez trouvé dans un livre, ce mantra est sacré pour vous. Si vous le prenez très au sérieux dans votre vie, cela le rend automatiquement sacré. Dans notre vie, tout ce que nous prenons au sérieux finit par devenir sacré. Le sérieux et le sacré vont ensemble. Vous avez lu beaucoup de choses sans les mémoriser ou les réciter. Mais vous avez choisi ce mantra en particulier. Il vous donne une joie immense et un sentiment de satisfaction et de plénitude. Ainsi, vous devez garder ce mantra très sacré dans votre cœur, autrement il perdra son pouvoir.
Dès que vous le partagez avec quelqu’un d’autre, quelle que soit l’intimité de votre lien avec cette personne, la jalousie comme d’autres forces négatives peuvent aussitôt entrer en jeu. Si la personne avec qui vous le partagez ne le mérite pas, il ou elle le gâchera. C’est la même chose avec un singe : Vous avez trouvé une très belle fleur et vous appréciez sa beauté et son parfum. Si vous montrez la fleur au singe, il arrachera les pétales simplement parce que c’est sa nature. De même, si vous révélez votre mantra à des gens qui ne prient pas et ne méditent pas, des gens qui sont agités et emplis de doute de soi, ils détruiront son caractère sacré. Dès qu’ils le toucheront, il perdra sa pureté et sa divinité.

sharanimonarchinwickford3jpg.jpg

Dr. Davis : Je n’avais pas réalisé cela. On pourrait penser que c’est exactement l’inverse, qu’en partageant, on peut grandir.

Sri Chinmoy
:
ll y a certaines choses que vous pouvez partager ; d’autres non. Si vous avez acquis en vous une réserve constante d’Amour, d’Affection, de Compassion et de Grâce de Dieu, si vous avez libre accès à cette richesse divine, vous pouvez et vous devez la partager avec vos proches selon leurs besoins. Vous pouvez leur offrir intérieurement votre amour et votre joie les plus purs. Mais vous ne devez pas partager extérieurement avec eux la méthode secrète par laquelle vous obtenez tout cela. Cela doit rester très secret et très sacré, cela ne les regarde pas. Ce que vous leur donnez, ils en ont besoin. Mais ils n’ont pas besoin de savoir comment vous êtes devenu une multi-millionnaire dans les mondes intérieurs.
De plus, vous devez voir s’ils sont réceptifs. Un enfant de cinq ans ne peut posséder qu’un dollar. Si vous lui donnez cinquante ou cent dollars, il ne saura pas comment les utiliser et il se peut qu’il jette l’argent dans la rue. Le niveau spirituel de vos étudiants peut être pour l’instant très limité. Si vous partagez maintenant votre lumière-sagesse illimitée avec eux, ils peuvent ne pas être prêts à la recevoir, ils peuvent ne pas être suffisamment mûrs. Vous ne pouvez pas donner un cours d’université à un enfant de l’école maternelle. Non, d’abord il doit apprendre l’alphabet, le B A BA. Autrement, au lieu de l’aider, vous le plongerez dans la confusion.

Copyright © 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés
Copyright © Photo Sharani.monarchin wick ford

http://www.laflutedor.com/