Archive de la catégorie ‘- Service Gratuit’

Le 1er Marathon du Sri Chinmoy Marathon Team au Bois de Vincennes à Paris s’est déroulé ce 18 mars 2012

Mardi 20 mars 2012
Un moment du Marathon du SCMT Paris au Bois de Vincennes le 18 mars

Un moment du Marathon du SCMT Paris au Bois de Vincennes le 18 mars

Ce dimanche, les membres du SCMT étaient à 4 heures du matin au bois de Vincennes, à la lumière des phares des véhicules, entrain de monter les tentes qui allaient accueillir les coureurs du Marathon.

A huit heure commençaient à s’inscrire les coureurs. 

C’est le 12 ème marathon du Sri Chinmoy Marathon Team à Paris, en effet le premier a eu lieu en 1987 et ensuite presque chaque année jusqu’en 2000. Ils se déroulaient jusqu’alors au Bois de Boulogne. Le record de la course a été établi pour les hommes, dès la première année, en 2H30’03″.

Les coureurs à chaque tour se font compter et reçoivent des encouragements

Les coureurs à chaque tour se font compter et reçoivent des encouragements

Pour cette édition au bois de Vincennes, tout le monde a eu beaucoup de chance, le temps était doux, couvert, mais agréable. Il était propice au coureurs et aux organisateurs. Seule une petite pluie, légère et douce est tombée comme une bénédiction vers six heures, au montage, et une fois la course terminée, au début du rangement.  (suite…)

« Tous les hommes sont des frères », une expérience extraordinaire répétée chaque années par plus de 10 000 personnes à Osaka, et plus encore au Japon et dans le monde

Mercredi 14 mars 2012

 

Panorama de la ville de Ōsaka effectué en 2006

Panorama de la ville de Ōsaka au Japon en 2006

« Que la joie qui nous appelle nous accueille en sa clarté Que s’éveille sous son aile l’allégresse et la beauté ; plus de haine sur la terre, que renaisse le bonheur ! Tous les hommes sont des frères quand la joie unit les cœurs. » texte de F. Schiller, mis en musique par Ludwig Van Beethoven, base de l’hymne européen, est chanté depuis trente ans par dix mille chanteurs amateurs à Osaka, la troisième ville du Japon. Les Japonais nomment cette expérience musicale collective la Daiku. Les répétitions débutent l’été et aboutissent en fin d’année par un prodigieux concert qui réunit dix milles chanteurs d’origines très diverses.

(suite…)

L’occultisme, le pouvoir, Dieu et le service à autrui, une Histoire-Enseignement de Sri Chinmoy

Dimanche 7 août 2011

prie768re.jpeg

Il y a plusieurs sortes d’occultistes que nous pouvons classer en trois principales catégories : l’occultiste ordinaire, l’occultiste supérieur et l’occultiste de grande classe. Un occultiste ordinaire fait beaucoup de choses contraires à la loi divine, au décret de Dieu. Il fera pour sa renommée, certaines choses dangereuses et destructives. À ce propos, j’aimerais vous raconter une histoire :

Il y avait une fois trois occultistes. Le premier vivait près d’un restaurant. Comme il n’avait pas assez d’argent pour acheter quoi que ce soit, il menaçait chaque soir, par la voie occulte, le propriétaire du restaurant. Utilisant ses pouvoirs occultes il se faisait envoyer trois fois par jour les meilleurs repas. Cela dura des mois, des années. Se sentant chaque nuit menacé, le propriétaire du restaurant faisait envoyer tous les jours trois repas à cet occultiste.

Le deuxième occultiste habitait près d’un Palais de justice. Chaque jour il voyait des centaines de personnes entrer et sortir. Il leur disait les choses qui se passaient dans les coins les plus reculés du globe et tous en étaient émerveillés. Et le lendemain matin, les journaux confirmaient ce qu’il avait dit la veille.

Le troisième occultiste vivait près d’une église. Chaque jour, quand les chercheurs sincères entraient dans l’église, il priait le Seigneur Suprême d’accroitre leur aspiration, afin de hâter leur salut. Puis quand les gens sortaient de l’église après leurs prières, il adressait cette prière au Tout-Puissant :

 

(suite…)

Le monde sort de son sommeil, c’est normal. Il retrouve sa route en titubant. C’est normal. Réflexion de Nidish

Samedi 6 août 2011

ashritameditating.jpg

Le monde sort difficilement de son lourd sommeil,
c’est normal.
Il a oublié sa route, et se remet à la chercher,
c’est normal.
La tâche est simple. Ne la compliquons pas.
C’est normal.

Cette imposante vague qui éveille et secoue le monde est un gros nettoyage de fond qui s’affirme, un changement de conscience qui s’opère, une nouvelle ère qui s’installe. Le monde râle de ces imperfections qui lui sautent aux yeux, son sens enfoui de la responsabilité est éprouvé.

Notre attachement nous créé des problèmes, notre désir de détenir toujours plus nous aveugle – à soi, que pour soi et encore plus, et encore, ce n’est pas assez – l’esprit serait plus léger s’il menait sa vie plus simplement, en étant moins centré sur la possession, mais plus sur Dieu et le service à autrui.

Le déséquilibre criant entre les plus fortunés et les plus pauvres, ici dans notre pays, est une forme de résultante exécutoire d’un non-savoir partager avec ceux qui sont loin, comme le fait de ce non partage avec les membres de notre famille, de notre cité ou de notre pays se répercutent dans cette impossibilité à équilibrer notre monde par un flux limpide des biens et capacités ; le microcosme et le macrocosme sont irrémédiablement liés.

Les frontières nous tarissent. Elles sont le produit de notre mental qui veut retenir à lui et uniquement à lui. Le cœur n’a pas ces frontières, l’eau a besoin de sortir de son lit pour irriguer les rives. On ne retient pas la Lumière. L’air non plus ne s’enferme pas, le ballon explose quand on veut trop le remplir, quand on veut le posséder gonflé au surplus ; l’air alors disparait et l’on perd tout, l’on reste avec une besace sans vie. 

Alors, si aujourd’hui l’on ne sait plus que faire tant l’œuvre à effectuer ici et là-bas est immense, « plus l’on repousse les problèmes, plus la tâche est lourde » nous dit l’adage, nous ne pouvons plus laisser passer le temps. « Mon temps s’écoule, mon temps s’écoule, où es-tu dernier jeu de ma vie ? » demande Sri Chinmoy. Notre devoir est de nous remettre dans l’action, de reprendre les choses une à une patiemment, avec confiance, sans panique : Rétablir notre connexion avec l’Esprit divin, et rendre le service naturel au monde qui se doit.

Redevenir Un dans le mouvement universel de l’eau de l’air, de la terre, du Cosmos, du Aum de l’Univers est notre ultime devoir.

« Le XXIe siècle sera spirituel… »
Malraux

« La destruction du monde est impossible »
Sri Chinmoy

« Tout est très très bien,
Car tout se passe selon Mon plan.
Sois parfaitement en paix !”

Eileen Caddy

© Nidish

 

Les extraordinaires soulever de poids réalisés par Sri Chinmoy : plus de 3 tonnes d’un bras, et de l’autre

Vendredi 5 août 2011


“Il y a une vie intérieure ; il y a un esprit, et ma capacité à soulever des poids importants prouve
qu’il peut également agir dans la matière. J’exécute ces soulever de poids avec mon corps physique,
mais la force vient d’une source intérieure, de ma prière et de ma méditation.”
Sri Chinmoy

srichinmoysoule768veplusde3tonnesdechaquemainsnidishunblogfr.jpg
Cliquer doucement sur l’image

Le 30 janvier 1987, à l’âge de 55 ans,
Sri Chinmoy soulève 7063 livres (3203,72kg)
avec le bras droit

à partir d’un support situé à hauteur d’épaule.
Le 4 aout 1988,
il soulève 7040 livres (3193,29kg) du bras gauche.

Sri Chinmoy nous explique :

« A travers cette performance sportive, j’offre l’occasion à d’autres personnes de voir ce que l’on peut réaliser physiquement grâce au spirituel. »

« Lorsque je regarde la charge que j’ai tenue en l’air, mon esprit est confus et déconcerté.
Si nous vivons dans notre mental, nous ne trouvons que le doute, la peur, et la confusion. Mais si nous vivons dans le cœur nous réaliserons que tout est possible… C’est nous qui décidons de nos limites mais c’est également nous qui pouvons décider de les franchir. Nous pouvons constamment défier l’impossible à la fois intérieurement et extérieurement… Ma philosophie est la philosophie du progrès, de la transcendance de soi… »

Témoignages contemporains :

Bill Pearl, cinq fois Monsieur Univers : « Novateur, Sri Chinmoy utilise la Force à des fins spirituelles et incite chacun à employer tous les moyens que nous offre le monde visible pour manifester le Divin. Une philosophie de l’acceptation totale. »

Emil Zatopek , triple médaille d’or aux J.O. d’Helsinski : « Sri Chinmoy est un homme bon. Pendant des années, il a inspiré tout le monde à courir parce qu’il voulait que ses frères et sœurs connaissent la persévérance. A présent, grâce à l’haltérophilie, il inspire chacun à posséder plus de force. »

Mohammed Ali, trois fois recordman en boxe, poids lourds (à propos d’un précédent recors, « moindre ») : « 170 livres ! C’est un signe que Dieu est avec lui spirituellement et physiquement.
Le monde a besoin d’hommes comme lui. Il y a tant de guerres et de haine. Nous avons besoin d’hommes pour faire progresser le monde. Le service à autrui est le prix que nous payons pour notre demeure dans la vie future. Dieu le bénisse ! »

Le chercheur véritable (2) s’efforce de ne pas influencer le monde

Vendredi 15 juillet 2011

champdepaquerettesetcoquelicotsnidishunblogfr.jpg

Le chercheur véritable s’efforce de ne pas influencer le monde, car il sait qu’influencer le monde revient à demander au monde de voir la réalité telle qu’il la voit lui-même, ou qu’il veut la voir. Le chercheur véritable ne souhaite qu’inspirer le monde, il lui offre amplement l’occasion de voir la réalité comme il la voit lui-même. Mais il le fait sans imposition. Il n’insiste pas de manière directe ou indirecte, pour que la réalité soit perçue d’une façon ou d’une autre.

Le chercheur véritable est toujours prêt à servir le Suprême Bien-Aimé en chaque individu. Il essaie d’abord de servir le Suprême en accord avec la réceptivité du monde. Puis après avoir lui-même accompli des progrès considérables, il s’efforce de servir le monde comme le Suprême veut qu’il le serve. Tant qu’il est lui-même un débutant, tant qu’il fait encore des progrès, il a le sentiment que c’est son devoir absolu que d’aider le monde à accélérer ses progrès et son succès à la manière du monde. Mais un jour vient où il ressent qu’il doit voir le succès et les progrès du monde comme son Pilote Intérieur souhaite qu’il les voie.

© “Le Chercheur véritable” 2/7/75 NY Centre Sri Chinmoy
© Photo Nidish

Le don de soi, source du bonheur et de la joie, courts textes de Sri Chinmoy

Mardi 5 janvier 2010

drawingsofhopefromczechrepublic.jpeg
Dessin d’enfant de la République Tchèque : Espoir

Nulle célébrité ne peut valoir à l’homme un bonheur permanent. C’est dans un inlassable don de soi que réside le vrai bonheur.

Comment trouver le bonheur dans la vie ?
On ne peut être heureux que lorsqu’on donne aux autres, à son « soi » plus vaste qu’est l’humanité. S’unir à l’humanité, partager sa réalité avec autrui est la seule chose qui donne de la joie. Lorsqu’on est humble, que l’on devient pareil à l’arbre qui se courbe pour offrir ses fruits, on connaît la satisfaction et l’on est en mesure de donner satisfaction à l’humanité.

Un instant de don de soi
Peut venir à bout de chagrins
Accumulés au fil des ans.

 

© Extrait de « Un jour Nouveau » un livre de Sri Chinmoy paru aux Editions Sri Chinmoy ; si l’édition du livre a été épuisée « Le jour de l’Âme », du même Auteur, est réalisé de la même manière ; Les Editions la Flûte d’or le diffuse.
© Dessin d’enfant de la République Tchèque par le Centre Sri Chinmoy sur le thème de l’Espoir

Les besoins du monde ; aphorisme de Sri Chinmoy

Dimanche 8 novembre 2009

heart1.jpg

Un besoin désespéré

De quoi le monde a-t-il le plus
Désespérément besoin ?
D’un cœur qui implore,
D’une vie qui se donne,
D’une âme qui se divinise.

 

© Aphorisme de Sri Chinmoy extrait de « Ten Thousand Flower-Flames »
© Photo et cœur en céramique de Ed – Centre Sri Chinmoy Bristol (GB)

Bénédictions inattendues : Bon Jour ! Sois Brave !

Jeudi 29 octobre 2009

dessinenfantservicehumanitairecentresrichinmoybrazil.jpg
« Cœur d’enfant » – Brésil

Dans le langage quotidien, la bienveillance parle des fois inconsciemment. Mais des fois aussi en toute conscience. Lorsque nous disons : « Bonjour ! Bonne nuit ! Bienvenue ! Bonne année ! Sois heureux ! Sois Brave ! Que Dieu soit avec toi ! Que la Paix soit avec toi ! » Nous ne disons pas à l’autre ce qu’il doit faire, ou ce qu’il doit être, nous lui apportons une force supplémentaire dans ce qu’il entreprend ou vit.

Il y a longtemps, il y a plus de 4000 ans, en Inde, quand les guerriers partaient au combat, ils allaient voir leurs ainées ou encore les sages, les autorités spirituelles, qui leur donnaient leurs bénédictions « Vis longtemps ! », « Sois victorieux ! » Cette bénédiction ne s’adressait pas seulement au corps mais à l’essence de la vie, à l’âme de la personne. Ces bénédictions étaient dites avec conscience et à la conscience de celui qui la recevait. Le combattant qui partait sans cette bénédiction espérée se sentait appauvrit d’une aide qu’il considérait comme revigorante, protectrice, de source divine.

De nos jours, nous avons à maintes fois l’occasion d’apporter un rayon de lumière dans la vie des autres en simplement donnant notre bonjour, notre bonsoir, en considérant la valeur des mots que l’on utilise et que l’on adresse à une personne qui a une vie et, peut être, est attentif à ses messages. Le simple bonjour dit à la sauvette, inconsciemment jusqu’alors, peut devenir une véritable source de bonheur, un service offert aux personnes. L’on peut cependant préciser, qu’une offrande de la sorte se doit d’être détachée de toute attente en retour. Ainsi celui ou celle qui offre ses bénédictions joue un rôle primordiale dans la vie ; celui de donner de la joie, du bonheur aux autres.

Bonne Journée à tous !

Soyez heureux !

 

©  « Cœur d’enfant » Service Humanitaire : « The oneness Heart Tears and Smile » – Brésil – Centre Sri Chinmoy

Si vous souhaitez utiliser les textes et photos de Nidish de ce blog :
- Paternité : Vous devez citer le nom de l’auteur : “Nidish” et son blog : http://nidish.unblog.fr , mais pas d’une manière qui suggérait qu’il vous soutienne ou approuve votre utilisation de l’œuvre.

- © Pas d’utilisation Commerciale : Vous n’avez pas le droit d’utiliser ces textes et photos à des fins commerciales.

 

Voilà ce que m’a appris la nature aujourd’hui : les signes de la Vie, par Nidish

Samedi 17 octobre 2009

Quelle belle après midi, j’ai l’opportunité de pouvoir me promener et respirer ; je la saisis.

cheminssousboisavecpierreswwwnidishunblogfr.jpg

Je m’engage sur un petit chemin en sous bois, il grimpe, il est rocailleux, je pense que l’ascension vers les hauteurs les plus élevées de la vie est, comme celle-là, semées d’embuches, mais que l’on peut aussi prendre appui sur les épreuves et poursuivre son chemin. Les cailloux restent derrière nous et le sentier devient finalement plus facile à pratiquer.

Je regarde, je respire, mais mon esprit est encore dans les opérations que je viens de laisser sur l’ordinateur. Un gland tombe juste à mes pieds. Un beau petit gland au couleur fraiche.
Tiens ! Un rappel à l’ici-maintenant.
Je ne dois pas rester dans le passé mais vivre, la nature se signale à moi.

Je ramasse quelque châtaignes.
Une dame âgée fait de même un peu plus loin.
Je continue et la croise : « Bonne récolte ! » Lui dis-je.
Elle lève la tête et me répond : « Il y en a beaucoup ! »
« C’est vrai ! » lui ais-je répondu.
Je souriais à l’idée que l’on n’a pas à jalouser la réussite des autres, la nature est généreuse et pourvoit à chacun de ce dont il a besoin.
Je reprend ma récolte de châtaigne un peu plus loin : « Effectivement, il y en a beaucoup ! ».

Sorti du sous bois, je marche sur le bord de la route.
Un propriétaire a mis des cactus sur les roches qui bordent sa propriété.
Les cactus ont donné des fruits que l’on appelle figues de barbaries.
Je les prends en photos.
Je pense alors que même les plantes les plus rébarbatives ont un fruit à offrir.
Tout comme les hommes, pensais-je, qui ont un cœur malgré tout ce qu’ils présentent au monde de désagréable.

(suite…)

12