Archive de la catégorie ‘- Silence’

« Dieu, le Musicien suprême » propos élevés de Sri Chinmoy, Maître spirituel indien

Mercredi 2 novembre 2011

dansedeshiva.jpg
Danse de Shiva

Dieu créa cet univers ; l’univers est jailli de Son Sein. Et il conservera toujours le monde par Sa musique intérieure. Mais cette musique intérieure de Dieu, Sa musique transcendantale, est hélas bien éloignée de la musique que l’on entend de nos jours.

Dieu est le Musicien Suprême. La musique qu’il créa originellement est la musique de l’âme. Il joua pour l’âme, et l’âme voulut jouer pour Lui en retour. Cette musique née de l’âme chercha à s’exprimer et à s’accomplir à travers le cœur. c’est alors qu’une difficulté survint. Lorsque l’âme commença à jouer sa musique dans le cœur, le vital inférieur et le mental qui doute empêchèrent le cœur d’écouter. C’est alors que, peu à peu, la force du vital surpassa celle du cœur pur.

La musique du vital a pour effet de détruire nos nerfs subtils. Tel un tigre affamé, elle tente de dévorer les qualités divines du cœur. Dans notre monde actuel, lorsqu’on pense musique, c’est aussitôt le vital qui apparaît. Le vital du monde prédominant depuis bon nombre d’années. Mais la musique du plan vital inférieur ne règnera pas toujours sur la terre, car le monde a lui aussi une âme. Un beau jour, la musique de l’âme prendra le pas sur la musique du vital. Aujourd’hui le vital est abondamment nourrit, tandis que l’âme meut de faim. Mais un jour où il se trouvera sur terre plus d’être qui aspirent que d’êtres qui n’aspirent pas, la musique intérieure, celle qui vient de l’âme, viendra tout naturellement remplacer la musique du vital obscur et impur.

(suite…)

Histoire vraie : « Vraiment ? » Un Maître Zen questionne

Dimanche 24 juillet 2011


zen.jpg

Sri Chinmoy raconte :

« …Il est même arrivé qu’un véritable Maître spirituel, qui était la pureté immaculée en personne, soit victime des critique du monde ignorant :

Il était une fois un Maître Zen très pur et d’un grand niveau d’illumination. Non loin de chez lui se trouvait une épicerie. Le propriétaire du magasin avait une très belle fille qui n’était pas mariée. Un jour, on découvrit qu’elle était enceinte. Ses parents devinrent furieux. Ils voulurent savoir qui était le père, mais elle refusa de leur donner son nom. A force de réprimandes harassantes, elle céda et leur dit que c’était le Maître Zen. Les parents la crurent et coururent chez le Maître Zen, le couvrant d’injures. Le Maître Zen dit : « Vraiment ? » Ce fut son seul commentaire. Après la naissance de l’enfant, les parents le lui confièrent. Il accepta l’enfant et s’en occupa. Dès lors, sa réputation fut totalement perdue, et il devint l’objet de moqueries. Des jours passèrent, puis des semaines, des mois, des années. Mais dans notre vie humaine, il y a quelque chose que nous appelons la conscience, et la jeune fille était torturée par cette conscience. Un jour, finalement, elle révéla à ses parents le nom du véritable père de son enfant, un homme qui travaillait au marché aux poissons. Les parents furent à nouveau furieux. La famille était autant torturé par le chagrin que par l’humiliation. Ils coururent chez le Maître Zen, implorèrent son pardon, lui racontèrent toute l’histoire, puis reprirent l’enfant. Il fit ce seul commentaire : « Vraiment ? »

« Il se peut que le monde ne comprenne pas ou n’apprécie pas la pureté comme il se doit, mais lorsque notre Mère, la Terre, porte en elle ne serait-ce qu’une seule âme pure, sa joie est sans limite. Elle dit : « Voici enfin une âme sur laquelle je peux compter. »

© Histoire extraite  du livre « Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy paru aux Editions de la Flûte d’Or
© Photo emprunté à Buddha Chanel, que je recommande

La Paix intérieure, La Paix extérieure : 7 Aphorismes de Sri Chinmoy

Dimanche 6 septembre 2009


album1301.jpg

A l’heure actuelle,
ce sont la peur, le doute, l’inquiétude, la tension et l’absence d’harmonie qui dominent.

Mais un beau jour ce monde qui est le notre sera inondé de paix.
Et qui sera l’auteur de ce changement radical ?

Vous.

La paix n’est pas la simple absence de dispute et de bagarre.
La paix est la manifestation de notre inséparable unité avec tous.

Ne cessez pas de rêver !
Un jour viendra où votre rêve
De paix dans le monde
Inondera la terre entière.

Si vous osez un jour combattre la haine,
Il existe pour cela qu’une seule arme l’amour.

La Paix n’apparaitra dans le monde
que lorsque chaque individu
réalisera la Vérité Suprême
que l’Amour est la révélation de la Vie
et que la Vie est la manifestation de l’Amour.

La paix, ce n’est pas seulement le silence.
C’est aussi une chose
Qui apaise, qui enthousiasme,
Qui enchante,
Qui illumine et qui satisfait pleinement.

Si vous voulez sincèrement la paix
dans le monde extérieur,
offrez votre sagesse.
Si vous voulez sincèrement la paix
dans le monde intérieur,
offrez tout votre silence.

Sri Chinmoy

 

Extraits de différents ouvrages de Sri Chinmoy
Particulièrement « La Paix intérieur. La Paix extérieure »
© Sri Chinmoy Editions La Flûte d’Or
© Photo Kedar – Centre Sri Chinmoy

La méditation, par Sri Chinmoy

Mercredi 4 juin 2008

 

srichinmoymeditating.jpg
Sri Chinmoy entrain de méditer

La méditation est l’œil qui voit la Vérité, le cœur qui ressent la Vérité et l’âme qui réalise la Vérité.
Par la méditation, l’âme prend pleinement conscience de son évolution au cours de son voyage éternel. Par la méditation, nous voyons la forme évoluer vers le Sans-Forme, le fini vers l’Infini ; et nous voyons aussi le Sans-Forme prendre forme et l’Infini entrer dans le fini.
La méditation parle. Elle parle du silence. Elle révèle à l’aspirant que la matière et l’esprit ne font qu’un, qu’immanent et transcendant ne font qu’un. Elle révèle que la vie ne peut être qu’une simple période de soissante-dix ou quatre-vingts ans entre la naissance et la mort, mais qu’elle n’est autre que l’Eternité même. Notre naissance, comme notre mort, est un évènement important dans l’existence de Dieu. Notre naissance représente la vie dans le corps, et notre mort la vie dans l’Esprit.

Vous trouverez d’autres articles et exercices sur la méditation en cliquant sur les liens bleu ci-dessous,
et aussi deux poèmes de la plus haute élévation spirituelle (dans les « Pages ») cliquer sur le lien :
- POESIES DE SRI CHINMOY : L’immortalité

© Texte extrait du livre “L’Enseignement du Silence » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”
Copyright © 1989 Sri Chinmoy Tous droits réservés
http://www.laflutedor.com/

Manger saint, manger végétarien, dans une bonne conscience

Samedi 31 mai 2008

rzaalim013.jpg

Voici une anecdote élevée témoignage d’une des grandes leçons dont Mâ Ananda Moyî a put nous enrichir, elle  est rapportée dans le merveilleux livre biographique : « L’enseignement de Mâ Ananda Moyî » paru aux Editions Albin Michel :

Mâ Ananda Moyî « … Que vous y croyiez ou non, n’importe quel objet consacré à Dieu vous apporte une bénédiction. C’est pourquoi je conseille toujours d’offrir à Dieu la nourriture que l’on va prendre. Une fois quelqu’un me rétorqua : « Comment peut-on offrir à Dieu de la viande, du poisson, des œufs ? Or c’est cela que je mange. » Ce corps-ci répondit : Alors dites à Dieu dans vos prière : « Seigneur, voyez avec quelle sorte de nourriture vous soutenez mon corps. » La personne en question mit cette suggestion en pratique. Au bout de quelque temps elle revint me voir et me raconta qu’elle était tombée malade et que le médecin lui avait interdit de manger de la viande, du poisson et des œufs. Aussi fut-elle obligée d’y renoncer. Ceci prouve à quel point il est bénéfique de s’en remettre à Dieu. Il fera Lui-même en sorte que vous soyez purifié. »

Dans l’enseignement de Sri Chinmoy, nous mangeons végétarien et pratiquons un petit moment de méditation devant la nourriture dans notre assiette. Vous le savez, les chrétiens prient avant de commencer le repas ; les moines Zen mangent en silence comme dans différents monastères catholiques. Dans les restaurants végétariens des disciples de Sri Chinmoy, les travailleurs méditent avant de commencer leur travail qu’ils soient à la pluche ou à la préparation des repas.

Un ami qui revenait d’un stage sur l’alimentation bio me racontait qu’ils avaient étudié des diapositives de végétaux pris en photo au microscope. La première série de diapos présentait des légumes cultivés avec engrais et pesticides et une seconde série, des diapos de légumes cultivés en agriculture biologique. Les premières photos révélaient que la structure moléculaire des légumes cultivés avec des traitement chimiques était disloquée et l’autre série montrait que les aliments cultivés de manière biologique avaient une structure moléculaire harmonieuse, en forme de cristaux de neige.
L’animateur a continué en montrant l’impact que pouvait avoir notre conscience sur la nourriture que l’on ingurgite ; il a présenté les diapositives de molécules de pain fabriqué par un boulanger en difficulté morale, ce boulanger se séparait de sa compagne : la structure moléculaire était complètement défaite, comme pour les aliments non-bio. Sur les photos suivantes prises quelques mois après alors que le boulanger allait mieux, la structure moléculaire du pain était structurée, comme celle des aliments bio.

Sri Chinmoy dans son livre « Sur les ailes des rêves » paru aux Editions de la Flûte d’or explique : « Quelques fois les mauvais rêves ne viennent que d’une mauvaise nourriture absorbée avant le sommeil. Ce ne sont pas forcément des forces hostiles qui en sont à l’origine. D’autre part, le fait d’avoir des pensées mauvaises en mangeant n’est pas innocent. Durant la nuit, ces pensées peuvent revenir et provoquer de mauvais rêves. » 

Vous pouvez en déduire pourquoi il est recommandé de méditer ou de prier avant de manger et de manger l’esprit en paix.

Photo trouvée sur : www.photo-libre.fr

Aphorisme – Pensée du jour, de Sri Chinmoy

Jeudi 29 mai 2008

b1441.jpg

 

Votre mental pose une foule de questions.
Un seul maître peut y répondre.
Qui est-il ?
Votre cœur épris de silence.

 


© Texte extrait du livre “Les Ailes de la Joie” de Sri Chinmoy, Editions de “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 2004 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Propos de Sri Chinmoy sur la méditation

Jeudi 29 mai 2008

 

jkeger2.jpg

Méditer sur le cœur


Il est préférable de méditer dans le cœur plutôt que dans le mental. Le mental est comparable à Times Square un soir de réveillon : le cœur est semblable à une grotte isolée dans l’Himalaya. Si vous méditez sur le mental, vous arriverez peut-être à méditer pendant cinq minutes ; et sur ces cinq minutes, vous pourrez peut-être avoir médité réellement une seule minute. Après un premier sentiment de joie et de satisfaction, il pourra arriver que vous sentiez un désert aride, ou bien que votre mental soit encombrée de pensées. Mais si vous méditez dans le cœur, vous serez en mesure de vous identifier à la joie et à la satisfaction obtenues ; elles deviendront vos possessions permanentes.
Il y a une immense différence entre ce que l’on obtient du mental et ce que l’on obtient du cœur. Par nature, le mental est limité, tandis que le cœur est illimité. Profondément enfouies en vous se trouvent la paix, la lumière et la félicité infinies. En recevoir une quantité limité est chose facile. La méditation dans le mental pourra vous la procurer. Mais vous pouvez obtenir infiniment plus si vous méditez dans le cœur. Supposez que l’on vous propose deux emplois, l’un pour un salaire de deux cent dollars par mois, l’autre pour cinq cent dollars. Vous n’allez pas perdre votre temps en acceptant le premier emploi !
Lorsque vous méditez, sentez que vous êtes un enfant dans un jardin plein de fleurs. Ce jardin de fleurs est votre cœur. Un enfant peut jouer dans un jardin pendant des heures. Il ira d’une fleur à l’autre, mais il ne quittera pas le jardin parce qu’il reçoit de la joie de la beauté et du parfum de chaque fleur. Ressentez un jardin en vous dans lequel vous pouvez rester aussi longtemps que vous le souhaitez. De cette manière, vous pourrez facilement méditer dans le cœur.

© Texte extrait du livre “Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy, Editions de “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 2004 Sri Chinmoy Tous droits réservés

La répétition d’un mantra, par Sri Chinmoy

Lundi 19 mai 2008

aum.jpg
AUM (Ôm) en sanscrit

Si vous souhaitez purifier entièrement votre nature, la répétition d’un mantra peut se révéler des plus efficaces. Un mantra est une incantation ; il peut s’agir d’une syllabe, d’un mot, de plusieurs mots, ou d’une phrase. En répétant un mantra, nous pouvons établir la pureté dans notre existence toute entière. La simple prononciation du mot pureté peut changer à la fois notre vie intérieure et notre vie vie extérieure. Répétez le mot pureté 108 fois chaque jour tout en plaçant votre main droite sur votre nombril ; vous sentirez une grande pureté entrer en vous.
Il y a aussi une autre façon de répéter de manière systématique un mantra. Choisissez un mantra qui vous plaît, tel que aum – qui est le non sacré de l’Univers – ou l’un des noms de Dieu. Le premier jour, vous pouvez répéter répéter votre mantra cinq cent fois. Le jour suivant, répétez-le six cents fois. Chaque jour, augmentez ce nombre jusqu’à ce que vous atteigniez mille deux cents, et ensuite, diminuez le nombre de cent chaque jour jusqu’à ce que vous soyez revenu à cinq cents. Poursuivez cet exercice, semaine après semaine, pendant un mois. Que vous vouliez ou non changer votre non, le monde vous donnera un nouveau nom : pureté.
Pendant que vous psalmodiez, si vous perdez le fil de votre compte, ce n’est pas grave. Continuez simplement avec un nombre qui vous semble le plus probable.
Le fait de compter a pour but de séparer votre conscience des choses. pendant que vous comptez, vous ne pensez à rien d’autre. Durant ce temps, essayez d’entrer dans le monde du silence qui réside au plus profond du mantra. Alors vous n’aurez plus à compter du tout. Votre conscience sera concentrée sur ce que vous répétez, et commencerez à ressentir que vous méditez seulement sur le sens profond intérieur du mantra.
C’est par notre cri intérieur constant que nous atteignons la pureté et que nous la faisons croitre. Lorsque notre cri intérieur s’élève, nous illuminons progressivement notre être tout entier, et lorsque l’illumination prend place, la pureté entre automatiquement en nous. Je viens de mentionner quelques exercices spirituels qui peuvent aider à acquérir la pureté. Mais seul notre cri intérieur pour le Suprême le plus haut nous permet d’obtenir la pureté qui à jamais demeure, la pureté au niveau le plus élevé.

© Textes extraits du livre “Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy, édité par les Editions “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

Copyright © 2006 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Le silence est la réponse, une histoire de Sri Chinmoy

Lundi 12 mai 2008

30xaejp.jpg

Voici l’histoire d’un grand aspirant d’un aspirant très avancé. Beaucoup de gens allaient le voir pour lui demander conseil, mais il n’en donnait jamais. Il avait l’habitude de dire : « Si vous voulez méditer avec moi en silence, je veux bien. Mais je ne vous dirai rien. »
Les gens acceptaient son offre. Ils lui étaient très reconnaissants car ils avaient la chance de méditer avec lui. Ils ressentaient toujours une sorte de ravissement lorsqu’ils méditaient avec lui. De plus ils se sentaient enveloppés d’une immense joie intérieure. Parfois, durant la méditation, il leur souriait du fond de son âme mais il ne leur disait jamais rien.
Un jour, un jeune homme vint à lui et toucha ses pieds en l’implorant de lui donner un conseil. « Je suis dans une mauvaise situation. j’ai toutes sortes de problèmes émotionnels. Vous devez me sauver. » Le chercheur avancé ouvrit finalement la bouche et dit : « Ecoutez, mon fils, voici pourquoi je ne parle pas : si je dis la vérité, le monde me déteste. Si je ne dis pas la vérité, c’est Dieu qui ne m’aime pas. Alors que faire ? La vérité est difficile à accepter pour l’humanité. Si je dis la vérité, les gens réagissent mal. Si je dis des mensonges, je déplais à Dieu. Comme je veux plaire à Dieu et aux hommes je choisis de rester silencieux. Je suis profondément absorbé par le silence ; Dieu est content de moi. En même temps, les gens voient que je ne suis pas impliqué dans les affaires de chacun, quelles soient personnelles ou collectives. Je suis le même pour chacun. Je prie intérieurement pour tous les hommes ; mais si je devais me mêler extérieurement de leurs problèmes, je devrais ouvrir la bouche. Mais les hommes trouvent impossible d’accepter la vérité, c’est pourquoi je me tais, pour plaire à l’humanité comme à Dieu le silence est la seule réponse si je veux plaire à la fois aux mondes supérieurs et inférieurs. »

7 janvier 1979

 

© Texte extrait du livre “Les festins de l’Inde” Volume 1 paru aux Editions de “La Flûte d’Or”

http://www.laflutedor.com/

© 2007 Sri Chinmoy Tous droits réservés

Question, Réponse de Sri Chinmoy : L’esprit de la Vie

Vendredi 2 mai 2008

Question : La vie peut-elle exister sans l’esprit ?

Sri Chinmoy : Non, il ne saurait y avoir de vie sans esprit. J’entends ici par « esprit » l’Esprit divin, transcendantal, avec un E majuscule, et non les êtres vitaux que l’on nomme « esprits ». L’Esprit transcendantal pénètre toute chose ; il est lumière, énergie de vie, silence. Sans lui, rien ne peut exister sur terre. Sans le lien avec la Réalité transcendantale, l’Esprit transcendantal, nulle vie ne saurait être possible, ni sur terre ni au Ciel.

© « L’Expérience intérieur » Centre Sri Chinmoy

12