Archive de la catégorie ‘Spiritualité : Bön-po’

Actualité : Le bouddhisme

Vendredi 18 avril 2008

 

 

La ville de Nagano, située au coeur des Alpes japonaises, qui avait organisé les Jeux Olympiques d’hiver en 1998 et va accueillir le relais de la flamme des JO de Pékin, avait demandé à l’automne au temple Zenkoji de servir de point de départ au parcours de 18,5 km. « Nous avions accepté cette demande de tout notre coeur », a expliqué un responsable du temple à l’AFP, rappelant que les cloches du lieu de culte avaient sonné lors des cérémonies d’ouverture des JO de Nagano et des JO d’été de Tokyo en 1964. Mais, a-t-il ajouté, « la situation a changé… les moines sont très inquiets » de la situation au Tibet. « Nous ressentons profondément que nous sommes les mêmes bouddhistes que les Tibétains », a déclaré un moine à l’agence Jiji.
Le temple Zenkoji date du septième siècle et accueille chaque année quelque six millions de pèlerins.

Article paru dans : NOUVELOBS.COM (extrait) | 18.04.2008 | 13:06

« Si je ne suis pas bouddhiste, je me sent complètement concerné et touché par ce qui se passe pour mes frères croyants de cette religion. » Nidish

 

kailashtanka.jpg
Ancien Thangka, peinture du Mont Kailash

Un thangka (littéralement chose que l’on déroule) est une peinture sur toile caractéristique de la culture tibétaine. On en trouve de toutes les tailles, depuis les thangka portatifs que l’on peut enrouler et dérouler, jusqu’aux thangka monumentaux destinés à être déroulés le long d’une pente ou d’un mur. Les thangka représentent généralement des diagrammes mystiques symboliques (mandala), des divinités du bouddhisme ou de la religion bön, ou encore des portraits du Dalaï lama. Ils sont destinés le plus souvent à servir de support à la méditation.

Source Wikipédia

 

 

Le mont Kailash vénéré par plus d’un milliard d’individus

Mercredi 16 avril 2008

800pxkailashtibet1.jpg

Le sommet, du Mont Kailash, à 6 714 mètres n’a jamais été gravi.

 

Le Kailash (en sanskrit Meru ou Sumeru) ou Kailâsa (brillant comme du cristal) en hindî ou Kangrinboqe Feng ou Ghang Rimpoche ou Khang Ripoche (précieux joyau des neiges) en tibétains ou Ashtapada pour les jaïns, est le nom d’une chaîne de montagnes du plateau tibétain ainsi que celui de son plus haut sommet. C’est aussi la plus haute montagne du Tibet en dehors de l’Himalaya.
Situé dans la préfecture de Ngari, à proximité du lac Manasarovar et du lac Rakshastal, il est à la source de quatre des plus grands fleuves d’Asie : le Gange, le Brahmapoutre, l’Indus et le Sutlej.
Cette montagne est le centre de l’univers pour les indouistes tout comme pour les bouddhistes, c’est un endroit sacré pour ceux-là, ainsi que pour les jains et les bönpos depuis des siècles. Quatre religions représentants plus d’un milliard de fidèles.

Le sommet du Kailâsa est considéré comme la demeure de Shiva et de sa shakti Pârvatî – littéralement fille de la montagne – . Les indouistes le voient aussi comme un lingam (principe masculin représenté par Shiva) accompagné du yoni (principe féminin représenté par Pârvatî) symbolisé par le lac Manasarovar.
Les bouddhistes tibétains considèrent Kang Rinpoche (Kailash) comme la demeure de Demchog (le Bouddha de la compassion dont le Dalaï Lama est la réincarnation ) et de Dorje Phangmo, symbolisant l’union des forces mâles et femelles.
Les Bön-po, religion prédominante au Tibet, avant l’avènement du Bouddhisme, vénèrent la montagne comme étant l’âme de la région, la montagne de la Swastika.

Les Jaïns, religion de l’Inde, comparable au bouddhisme, considèrent que leur fondateur Rishabanatha a reçu l’illumination à son sommet.

 

Voir aussi les autre articles dédiés au Seigneur Shiva Ici

 

Sources diverses dont différents articles de l’encyclopédie Wikipédia, Google earth.

Un site pour connaitre rapidement l’histoire du Tibet :
http://pagesperso-orange.fr/shivatof/historiquetibet.html