• Accueil
  • > Spiritualité : Indouisme

Archive de la catégorie ‘Spiritualité : Indouisme’

COMMUNIQUÉ DE PRESSE des Editions Diane de Selliers sur le Ramayana de Valmiki, chef-d’œuvre de la littérature indienne

Mercredi 8 février 2012
COMMUNIQUÉ DE PRESSE des Editions Diane de Selliers sur le Ramayana de Valmiki, chef-d’œuvre de la littérature indienne dans Livre ancien : Ramayana Ramayana_Coffret-300x251

Le Ramayana de Valmiki illustré par les miniatures indiennes du XVIe au XIXe siècle aux Editions Diane de Selliers

Considéré depuis toujours comme un texte sacré dont les valeurs s’adressent à tous les hommes, chef-d’œuvre de la littérature indienne, le Ramayana de Valmiki illustré par les miniatures indiennes du XVIe au XIXe siècle est le vingtième titre de la collection « Les grands textes de la littérature illustrés par les grands peintres » proposée par Diane de Selliers.

Cet ouvrage rassemble pour la première fois l’intégralité de l’épopée du Ramayana – composée de quarante-huit mille vers répartis sur sept chants– et près de sept cents miniatures indiennes sélectionnées parmi plus de cinq mille œuvres identifiées. L’ensemble forme un voyage éblouissant au cœur de l’art indien, dans un monde onirique plein de couleurs, de délicatesse et de poésie.

Épopée fondatrice, le Ramayana raconte la vie exemplaire du prince Rama. Contraint par son père à l’exil, Rama quitte sa ville natale pour mener une vie d’ascète dans la forêt, accompagné de son épouse Sita et de son frère Laksmana. Lorsque Ravana, le roi des démons, enlève Sita et l’emmène sur l’île de Lanka, une guerre sanglante éclate, opposant les troupes du redoutable Ravana à l’armée des singes, fidèles alliés de Rama. Le prince sort vainqueur de cet effroyable combat et retrouve son royaume où il est accueilli avec ferveur. (suite…)

Une histoire vraie de l’enfance de Gandhi, racontée par Sri Chinmoy.

Samedi 1 octobre 2011

 


nidishcrokusnidishunblogfrjpg.jpg

A l’occasion de la Journée mondiale de la non-violence décrétée par les Nations Unies qui a lieu demain :

o o o

Si tu as le courage et la sincérité
de déclarer ta faiblesse,
Dieu aura
la compassion nécessaire
pour te rendre fort.

o o o

La sincérité insurpassable de Gandhi

Un ami de Gandhi avait besoin d’argent et demanda au garçon s’il pouvait l’aider.
- Je n’ai pas d’argent, répondit d’abord Gandhi.
- Puis il céda.
- D’accord, je vais voir ce que je peux faire.
Gandhi vola une pièce d’or à son frère, la vendit puis donna l’argent à son ami. Mais ensuite, il se sentit malheureux d’avoir chapardé.
Le père de Gandhi était le confident du garçon. Il connaissait tous les secrets de son fils. Bien que son père fut très malade et alité, Gandhi lui écrivit un mot qui disait : « J’ai volé une pièce d’or et je suis triste et malheureux. Je t’en prie, pardonne-moi. »
Lorsque le père lut le mot, il se leva de son lit, les larmes aux yeux. Gandhi avait d’abord crut qu’il allait le frapper. « Mon père est déçu que j’aie volé son propre frère », pensa le garçon, ce qui l’accabla encore plus. Finalement, son père déchira le mot et ses yeux se remplirent de larmes.
- Père, je ne volerai plus jamais, ainsi Gandhi voulu rassurer son père, c’était la première et dernière fois. Je t’en prie, ne pleure pas.
- Si je pleure, mon fils, expliqua le père, très ému, ce n’est pas parce que tu as volé, c’est à cause de ta sincérité. Tu es toujours tellement vrai. Je n’ai jamais connu personne d’aussi honnête que toi. Je suis fier de toi.


Voir d’autres histoires vraies en cliquant Ici


© Texte et aphorisme extraits du livre “L’Âme est un jardin” de Sri Chinmoy, édité par les Editions “AdA Inc.” CanadaCopyright© 1994 Sri Chinmoy Tous droits réservésCopyright© 2006 Editions “AdA Inc.” pour la traduction française

© Photo Nidish

Un arc-en-ciel auréole pour couronner l’effort dans l’Himalaya indien d’une étudiante de Sri Chinmoy

Samedi 1 octobre 2011


Cliquer sur les Photos pour les agrandir

kandchanzanganidishunblogfr.jpg

 

Une histoire vraie de Nétramati une disciple française de Sri Chinmoy :

Pour accéder au Sikkim, zone de l’Himalaya, il faut une permission spéciale que l’on peut obtenir à Darjeeling, en effet cette partie de l’Himalaya appartient à l’Inde. L’agence Red Panda du village de Yuksom organisait cet été un treek de 5 jours ayant pour objectif d’atteindre Dzongri d’où l’on verra le mont Kanchenjunga,  3ème sommet le plus haut du monde, avec ses 8585m, s’il fait beau, car nous sommes en période de mousson. Le départ a lieu le 7 aout ; c’est cette aventure physique et intérieure que je vous raconte ici :

sriaurobindonidishunblogfr.jpg

L’affiche de Sri Aurobindo

La veille du départ, alors que je suis entrain de regarder une affiche où apparait le nom de Sri Aurobindo, elle présente une manifestation dans le village, je suis alors rejoint par un organisateur qui m’invite à représenter les chrétiens lors d’une prière commune qui se tient devant l’école. Nous prions avec des bouddhistes, des musulmans et des chefs d’une ethnie de l’Himalaya, les Limbus, pour la Paix dans le monde et pour que le drame d’Hiroshima ne se renouvelle pas.

On me demande ensuite de donner le départ du « Peacetheon » des filles, une course de 3km, jusqu’au village voisin. Tous les écoliers sont là et distribuent le prashad aux invités, dont je suis. J’ai à cœur mon Maître Sri Chinmoy et tout ce qu’il a proposé du genre ; je ressens sa guidance.

(suite…)

Le Ramayana, en français, est paru en sept volumes aux Editions luxueuses de Diane de Selliers

Samedi 17 septembre 2011


Le 15 septembre est paru aux Éditions Diane de Selliers, une traduction de 1400 pages, en français, du Ramayana, l’un des écrits fondamentaux de l’hindouisme et de la mythologie hindoue.
L’édition de luxe se présente sous la forme de 7 volumes richement illustrés de plus de 660 reproductions de miniatures du début du XVIe à la fin du XIXème siècle.

Image de prévisualisation YouTube

« Qui donc est à présent en ce monde vertueux et vaillant,
connaît le dharma et reconnaît les bienfaits, dit la vérité,
est ferme dans ses observances, a une conduite pure et fait le bien de toutes les créatures,
est à la fois savant et capable, paraît toujours d’humeur agréable,
est maître de lui, a dominé sa colère,
est resplendissant…
Toi, grand Rishi, tu dois connaître un tel homme ! »
(Chant I, chapitre I)

L’édition prestigieuse de Diane de Selliers a ainsi réalisé la première traduction du Ramayana dans notre langue. Le Ramayana est une œuvre illustre de l’Inde, 48 000 vers composent le chant écrit en sanscrit entre le IIIe siècle avant, et le IIIe siècle après Jésus Christ.
Le Ramayana est une épopée, celle du prince Rama qui a été contraint par son père à l’exil, il mène dès lors une vie d’ascète dans la forêt, accompagné de son épouse Sita et de son frère Laksmana. Mais trouble leur quiétude Ravana, le roi des démons, celui-ci enlève Sita et l’emmène sur l’île de Lanka…

L’œuvre a demandé dix ans de recherches aux Éditions Diane de Selliers. Une équipe composée de trois personnes et vingt-quatre stagiaires a cherché, retrouvé, identifié, rassemblé les images provenant de manuscrits entreposées dans les bibliothèques et musées indiens. Amina Taha Hussein-Okada, conservatrice en chef du musée des Arts Asiatiques Guimet à Paris, Historienne d’Art, Commissaire d’exposition a accepté d’assurer la direction scientifique de l’ouvrage. La traduction a été réalisée par la Bibliothèque de la Pléiade sous la direction de Madeleine Biardeau et Marie-Claude Porcher.

themetropolitanmuseumofartartresource.jpg

L’équipe a identifié plus de 5000 images originales pour en retenir 660. 600 de celles-là ont été commentées par l’experte française qui a expliqué les scènes et la symbolique des images. « 90% de nos illustrations sont inédites » commente Diane de Selliers au journal Aujourd’hui l’Inde, « Il y a là un travail de recherche énorme, car les musées en Inde n’exposent pas le centième de ce qu’ils ont en réserve. Une collaboratrice indienne s’est occupée pendant un an d’obtenir les autorisations auprès des musées. On a contacté de nombreux collectionneurs privés, les marchands d’art… Cet ouvrage contient 700 chapitres et compte en moyenne une illustration par double-page…  Je me suis déplacé 10 fois au musée National à Delhi, où il y a 18 000 miniatures, la grande majorité en réserve, on me les a montrées petit à petit. Dans les années 70, les miniatures indiennes se sont beaucoup vendues, en Inde et à l’étranger, et sont donc aujourd’hui très dispersées. »

 

Sur ce blog, ces titres en rapport :

- Légende ou réalité de l’Adam Bridge appelé aussi Pont de Rama  ?
- Extraits du Ramayana évoquant la construction d’un pont entre l’Inde et le Sri Lanka

- Des scientifiques affirment leurs sentiments que le pont n’est pas d’origine naturelle

Légende ou réalité de l’Adam’s Bridge appelé aussi Pont de Rama ?

Samedi 17 septembre 2011


adamsbridge02nasa.jpg

Partie supérieure l’Inde, en dessous le Sri Lanka

La photo ci-dessus présente l’Adam’s Bridge (Pont d’Adam) -nom donné par un cartographe britanique en 1804- comme il est apparu entre l’Inde et le Sri Lanka de la navette spatiale Endeavour, au cours de la mission de la Nasa STS-59 le 16 avril 1994.

Le pont est en réalité à notre époque un banc de sable de 30km de long au large de la côte sud de Tamil Nadu, en Inde et de l’île de Mannar, au large de la côte nord-ouest du Sri Lanka, il porte aussi le nom de Rameswaram Island, Ramar Palam ou de Ram Setu en référence à une très ancienne histoire liée au dieu Rama. Le pont était praticable jusqu’à ce qu’un cyclone approfondisse le canal en 1480.

hanumanramarpalamnidishunblogfr.jpg
La construction du pont par Hanumân pour Rama

Dans le Rāmāyana, chant 2-22-76, le pont a été construit par une armée de vanaras (hommes-singe) et Hanumân pour le Seigneur Rama. Celui-ci voulait gagner l’île de Lanka où son épouse Sitā, enlevée par le roi démon Rāvana, était retenue prisonnière. Dans l’écrit plusieurs fois millénaire le pont est nommé Setubandhanam, nom qui localement persiste toujours.

Sur ce blog, ces titres en rapport :

- Le Ramayana est paru, traduit en français, dans une édition de luxe
- Extraits du Ramayana évoquant la construction d’un pont entre l’Inde et le Sri Lanka

- Des scientifiques affirment leurs sentiments que le pont n’est pas d’origine naturelle 

 http://commons.wikimedia.org/wiki/File:AdamsBridge02-NASA.jpg?uselang=fr
Image :
Philadelphia Art Museum] |Author=Anonymous, Made in Kangra, Himachal Pradesh, India |Dat)

http://en.wikipedia.org/wiki/File:The_Monkeys_and_Bears_Build_a_Bridge_to_Lanka.jpg

Passages du Ramayana évoquant la construction d’un pont entre l’Inde et le Sri Lanka : le Setubandhanam, Rameswaram Island, Ramar Palam appelé de nos jours Adam’s Bridge

Samedi 17 septembre 2011


ramasugriva.jpg

163
À ces mots, les deux héros, Lakshmana et Sougrîva, lui répondirent, d’un commun accord, en ces termes, d’une résolution bien arrêtée : « Les Dieux puissants, Indra même à leur tête, ne pourraient conquérir Lankâ, s’ils n’avaient d’abord jeté un pont sur cette mer, séjour épouvantable de Varouna ! Suis, mon ami, cet avis, convenable ou non, de Vibhîshana : ne perdons pas de temps et que la mer soit liée d’un pont ! »

165 à 170
Ouvrant donc près du noble Râma ses vastes flots, la mer se montre alors entourée de ses monstres aux gueules enflammées. Semblable au suave lapis-lazuli, portant une robe de pourpre et des guirlandes de fleurs rouges avec des parures faites d’or, la mer, accompagnée de ses ministres, s’approche de Râma, sans tarder, et, les mains réunies en coupe à ses tempes, lui adresse un discours modeste et doux. Le saluant d’abord avec son nom, elle dit : « Râma ! » ensuite, la mer vigoureuse lui tint ce langage :

« La terre, le vent, l’air, l’eau et la lumière, qui est la cinquième, se tiennent, mon ami, dans leur nature et suivent la voie éternelle qui leur fut assignée. Impérissable, j’ai reçu pour ma qualité la profondeur : être guéable serait un renversement de ma nature ; je te répète là ce qui me fut dit à l’origine des choses. Un de tes aïeux à la grande splendeur et nommé Sagara fut jadis en ces lieux mon auteur, et c’est de son nom que je suis appelée Sâgara, moi, la souveraine des rivières et des fleuves. Je ne veux pas qu’on élève un pont sur moi ; mais jette un môle dans mes eaux, Râma, et je t’y donnerai un chemin facile, par où passeront tes singes. L’origine de cette voie solide au milieu de la mer sera dès lors une merveille dans le monde ; et c’est à toi surtout qu’il sied, Râma, de me laisser à jamais ce monument de toi.

(suite…)

Upanishads : La Couronne de l’Âme de l’Inde, par Sri Chinmoy, Maître spirituel indien

Samedi 30 juillet 2011

rishi.jpg

Il y a plusieurs millénaires, avant la naissance du Seigneur Jésus Christ, des mystiques indiens, des Rishis, étudiaient dans la langue sanscrite des textes sacrés.
Sri Chinmoy est un Maître spirituel qui a passé sa jeunesse dans l’Ashram (communauté spirituelle) de Sri Aurobindo. Lisant le sanscrit,  il a étudié et pratiqué ces écritures anciennes. Les textes suivants sont tirés du livre dont il est l’auteur,
The Upanishads : The Crown Of India’s Soul (Les Upanishads : La Couronne de l’Âme de l’Inde) qu’il a écrit aux Etats-Unis, alors qu’il avait 43ans. Il transmet
ces textes élevés à l’Occident, de par Sa dimension spirituelle, pour nous-autres en quête d’Essentiel.


Ce Grand Être

Vedaham etam purusam mahantam
Aditya-varnam tamasah parastat.


I have known this Great Being,
effulgent as the sun
beyond the boundaries of tenebrous gloom.

J’ai connu ce Grand Être resplendissant comme le soleil au-delà des limites de l’obscurité des ténèbres

Sri Chinmoy Comment :
Before our realisation this Great Being quenched our heart’s thirst.
After our realisation we feed the soul’s hunger of this Great Being.
As man’s eternal grandfather the soul perpetually enjoys

 

(suite…)

Le lotus fleur porteuse de symboles et de divinité

Samedi 23 juillet 2011


centresrichinmoynidishunblogfrlotus.jpg

« Le lotus est la seule plante aquatique dont la fleur est au-dessus de l’eau contrairement aux nénuphars et autres cousins dont la fleur flotte sur l’eau », nous dit Wikipédia, en vérité, cette eau est vaseuse, voir boueuse. Nous apparaît alors une autre particularité du lotus sacré, pas unique à lui, mais rare : ses pétales autonettoyant. En effet, en s’écoulant, les gouttes d’eau de rosée ou de pluie emportent avec elles les poussières et salissures grâce à de nanométriques rugosités qui font que l’eau ruisselle sur la fleur sans jamais la mouiller, ce ruissellement empêche toute souillure. Sans doute cette pureté contribue à leur grâce. Les temples indiens et bouddhistes en décorent les Autels et les déposent aux pieds des dieux et divinités, les jardins pourvus de bassins en comprennent toujours.

Sri Chinmoy nous apprend : « Très peu de fleurs dans la création de Dieu Le satisfont au plus haut degré. La rose est l’une d’elles, ainsi que le lotus. Rose et lotus sont les deux fleurs mystiques. Ce sont les deux fleurs, dans le Cœur-Jardin de Dieu, qui Lui plaisent le plus. »

kedarlotussureaunidishunblogfr.jpg

 

(suite…)

Shindhu, groupe féminin anglais, interprète un très beau chant spirituel de Sri Chinmoy : Jibane Bhare

Vendredi 24 juin 2011

 

Image de prévisualisation YouTube

shindhu.jpg
Shindhu en concert

 

Ganesha, Murugan et la Mangue, fruit de la réalisation, offerte par Shiva

Vendredi 2 avril 2010

Image de prévisualisation YouTube

Les hindous décrivent Ganesh comme un dieu intelligent et sage, ils racontent cette histoire :
Un jour, Parvati revint à la maison avec une superbe mangue bien mûre. Shiva et Parvati expliquèrent à leurs enfants Ganesha et Subramanya (appelé aussi Murugan) que le nectar de la Suprême Connaissance et de l’Immortalité était cachés dans le fruit. Comme elle disposait d’une seule mangue cela provoqua une dispute entre Ganesh et son frère cadet Subramanya. Tous deux revendiquaient leur ordre de naissance, l’un étant l’aîné et l’autre le cadet… ils n’arrivaient pas à se mettre d’accord.  Shiva décida : « Le premier d’entre vous qui reviendra d’un tour du monde mangera la mangue. » Subramanya se hâta, il enfourcha sa monture, le paon, et traversa le monde céleste, le monde terrien et le monde sous-terrain. Pendant ce temps, Ganesh qui avait pour monture une souris décida de faire le tour de ses parents :  « Mes parents Shiva et Parvati sont la Totalité du monde. En eux se trouve l’Univers entier. » Il fit 7 fois le tour de ses parents, quand il eut fini, à la demande de Shiva il expliqua :  « Vous représentez le monde, en tournant autour de vous, je rempli mon devoir ! » Subramanya de retour vit Ganesh toujours là, Shiva commenta ce qu’avait fait Ganesh et offrit la mangue au garçon à la tête d’éléphant, au grand dépit du cadet.

Dans le sud de l’Inde et au Sri Lanka,  Ganesh est représenté parfois tenant dans sa main une mangue ou un citron.

Voir les autres articles sur ce blog présentant Ganesh : Ici

123456