• Accueil
  • > Spiritualité : Immaculée Conception - Vierge Marie

Archive de la catégorie ‘Spiritualité : Immaculée Conception – Vierge Marie’

Le message de la pureté, aphorismes et pensées de Sri Chinmoy, maître spirituel

Jeudi 30 juin 2011


viergemariephotodenidishunblogfr.jpg


La pureté dans la vie spirituelle


Le pureté est la lumière de l’âme exprimant sa divinité à travers le corps, le vital et le mental. Celui qui est pur a tout à gagner. Celui qui peut conserver sa pureté ne perdra jamais rien qui soit digne d’être gardé.

La pureté perdue,
Tout est perdu.

3101

La pureté est la Beauté divine

De Dieu en l’homme.

La pureté est le Sourire

Eternellement transcendant

Et resplendissant

De Dieu en l’homme.

3102

La pureté dans le mental

Raccourcit la route

Qui mène à la découverte de soi.

La pureté dans le cœur

Montre que la destination

Ne se trouve nulle part ailleurs

Que dans le cœur lui-même.

3103

Il est de nombreuses manières

D’atteindre à la pureté dans le vital,

Mais la plus facile et la plus efficace

Consiste à avoir

Un mental empli de silence.

Ce mental silencieux

Pénètre lentement mais sûrement

Dans le vital

Et transforme l’impureté du vital

En la pureté dynamique du cœur.

worldharmonyrunschool.jpg

L’aspiration est la seule réponse. Implorez! Vous le faites bien pour obtenir des choses extérieures; faites le aussi pour obtenir des qualités intérieures. Si votre imploration est sincère, vous aurez des ailes sur le plan spirituel.

La pureté est ma divinité cachée.

3104

La simplicité d’un enfant,

La sincérité d’un enfant

Et la pureté d’un enfant

Sont trois cadeaux incomparables

Que Dieu a offerts à Sa création

Dès l’instant de sa naissance.

4963

Votre pureté possède la capacité

D’ouvrir la porte du cœur de tous les êtres.

Mieux encore:

Votre pureté est le seul passeport de réalité

Qui vous permet d’entrer

Dans chaque cœur humain.

5502

Seul votre mental de silence

Inondé de pureté

Peut dompter

Votre vital agité et sans but.

worldharmonyrunchild.jpg

C’est à la pureté des pensées qu’il faut parvenir en premier lieu. Nous pouvons aisément acquérir cette forme de pureté si nous avons le sentiment que nous sommes non pas le corps, mais l’âme.

La pureté argentée de mon cœur est la Lumière de Victoire de Dieu.

5604

Si vous ne méditez pas,

Votre cœur demeurera plein d’insécurité

Et votre mental plein d’impureté.

Avec un mental impur

Et un cœur en proie à l’insécurité,

Vous ne serez pas en mesure de satisfaire

Votre Bien-Aimé Suprême.

8518

De même qu’une fleur a reçu le don béni

Du parfum et de la beauté,

De même chaque être humain

A reçu le don béni

De la pureté et de la divinité intérieures.

9326

Bien que votre aspiration soit considérable,

N’ignorez pas la pureté.

Je vous confie un secret suprême:

La pureté est un avantage accru,

Voir inimaginable.

worldharmonyrunserbiankids.jpg

L’âme demeure toujours pure, quelles que soient les circonstances qui l’entourent. Mais la pureté doit s’établir aux niveaux physique, vital, mental, et dans le cœur.

La pureté est au corps
Ce que la clarté est à l’esprit.

9619

Prenez garde aux mots que vous prononcez.

Chaque mot peut résonner

Soit dans le temple de pureté de votre cœur

Soit dans la caverne d’impureté de votre vital.

9711

Mon Seigneur Suprême,

Mon manque de sincérité, mon impureté

Et mon doute Te font mal.

Y a-t-il autre chose qui te blesse?

Oui, Mon enfant, il y a autre chose.

Ton manque de disposition à changer ta nature

Me fait infiniment, infiniment plus mal

Que ton manque de sincérité, ton impureté et ton doute.”


O pureté,

Au seul son de ton nom,

Tout ce qui m’attaque

Se trouve affaibli

Et mes qualités positives

Viennent à la surface.

 

© Extrait du livre Purity de Sri Chinmoy à paraître aux Editions de la Flûte d’Or
© Photo Vierge de Nidish
© Photo enfants de la World Harmony Run dans le monde

Ecrit pour le Théâtre (extrait), de Sri Chinmoy : « Le Fils », biographie de la Vie du Seigneur Jésus Christ (Scène 2 : L’apparition de l’Ange à Marie)

Jeudi 24 décembre 2009

notredamedefautimontimmaculeconceptionviergemariewwwnidishunblogfr.jpg
L’Immaculée Conception – Notre Dame de Fautimont (34)

L’Ange – Marie

Chez Marie. Un Ange apparait :

L’Ange : Marie, Marie, je t’apporte un message très singulier d’en haut.
Marie : Singulier… dans quel sens ?
L’ange : Dans un sens divin… lumineux.
Marie : Ah… dis-moi alors… dis-moi !
L’Ange : Le Seigneur grandit en toi.
Marie : Le Seigneur…
L’Ange : Le seigneur de l’univers.
Marie : Que dis-tu ? Je ne te crois pas. Je n’en crois rien… Pour l’amour de Dieu, ne me torture pas !
L’Ange : Marie… Moi… te torturer ?
Marie : Oui, tu me tortutes. Un torrent de peur se déverse en mon cœur. Une tempète de doute obscurcit mon esprit.
L’Ange : Ne crains pas, cela ne te sied pas. Ne t’ouvre pas au doute, Marie ; cela ne te sied pas. Ecoute mon secret : tu personnifies l’Infini ; ton cœur Eternité ; ta vie Immortalité. Marie… Jésus, le fils de Dieu est en toi. Il sauvera son peuple. Il règnera à jamais sur le monde. Veux-tu savoir comment ?
Marie : Oui… comment ?
L’Ange : Pas avec le pouvoir des armes, mais avec le pouvoir de son cœur, le pouvoir de son amour.
Marie : Pouvoir du cœur… pouvoir de l’amour… sont-ils différents l’un de l’autre ?
L’Ange : Non, ils sont une même chose. Le cœur est amour. L’amour est cœur.
Marie : Me voici enfin heureuse. Tu viens de me livrer le message suprême. Que puis-je t’offrir en retour ?
L’Ange : Rien. Aie simplement foi en ce que je dit.
Marie : je te crois. J’accepte avec gratitude ton message.
L’Ange : Marie, ton acceptation de mon message est ma récompense. Mari, tu es immaculée. Tu es grande. Tu es divine. Avant de te quitter, Marie, j’ai autre chose à t’annoncer. Ta cousine Elisabeth donnera aussi naissance à un enfant…
Marie : Formidable ! Je m’en vais lui rendre visite.
L’Ange : Excellente idée.
(L’Ange disparait)
Marie : Ô Seigneur, Tu me donnes Ton enfant bien-aimé. Je suis ignorante. Je ne sais rien. Mais je sais que Tu es le Pardon, la Compassion et l’Amour incarnés.
(Elle chante)
Qu’il est simple d’apprendre le message lumineux de mon Dieu.
Qu’il est aisé d’accomplir Sa tâche rayonnante.
En moi chante et danse Son Jour de Nectar.
En Son Ciel de Gloire mon But et moi baigneront.


© « Le fils » une pièce de Sri Chinmoy- Centre Sri Chinmoy
© Photo «  »Notre Dame de Fautimont » de Nidish

A la même date, l’an prochain,
Vous trouverez un autre extrait :
La Scène 1
: « Au Paradis »

L’Ave Maria sur les images du film Song of Bernadette lors de la rencontre de Sainte Bernadette avec l’Immaculée Conception

Jeudi 24 décembre 2009

Image de prévisualisation YouTube

Sur les images extraites du sublime film américain « Song of Bernadette » de Henry King, où Jennifer Jones joue merveilleusement bien le rôle de Bernadette Soubirous, l’on entend ici l’Ave Maria interprété par Perry Como, enregistré à Notre-Dame de Lourdes (Hautes Pyrénées). Cette courte vidéo est un montage touchant. Dans le film de 2H49mn, que je vous recommande, le chant n’y est pas.
L’histoire de la Sainte est admirablement bien joué par cette belle actrice qui a reçu l’oscar de la meilleure interprétation féminine ; le film sorti en 1943 a été récompensé de 4 oscars et a été nominé 8 fois ; le « Golden Globes » a aussi primé trois fois le film, l’actrice, le réalisateur et les images. En attendant de vous procurer le film, que l’on trouve encore assez facilement, je vous invite à apprécier ces images relatant la rencontre de la Sainte avec l’Immaculée Conception.
Vous pourrez aussi à loisir consulter sur ce blog les articles intéressant notre Bienheureuse et voir les films entiers de Jean Delannoy, avec Sydney Penny dans le rôle, tout aussi parfaitement interprété, de Bernadette.

La vie d’une Sainte : Catherine Labouré

Mardi 17 juin 2008

Inhabituel de suivre une histoire biographique en montage photo, mais si l’on prend le temps d’écouter le texte dit avec émotion et sincérité par la lectrice, on ne peut que s’enrichir intérieurement de ce message-témoignage présentant la vie de la Sainte.

La vie de simplicité et d’intériorité de

Sainte Catherine Labouré

http://www.dailymotion.com/video/x48wkp
http://www.dailymotion.com/video/x48xi7
http://www.dailymotion.com/video/x491qj
Durée totale des trois vidéos : 47mn

Au Cinéma : Bernadette Soubirous, UN FILM de Jean Delanoy (1)

Vendredi 2 mai 2008

QUE VA-T-ON VOIR ?

- « BERNADETTE SOUBIROUS »!

- LA VIE DE LA SAINTE, EN FILM ! CHIC ALORS ! « 

Un film de Jean Delannoy, avec dans le rôle de Bernadette, Sydney Penny
Vidéo : 1h56mn

http://www.dailymotion.com/video/x40w0p

 

http://www.dailymotion.com/video/x4115g

http://www.dailymotion.com/video/x41b15

http://www.dailymotion.com/video/x41ret

Six vidéos, d’une durée chacune de :
18’32 + 19’39 + 19’58 + 19’37 + 19’43 + 18’13
Vous pouvez voir à la suite “La Passion de Bernadette »
du même réalisateur, avec les mêmes acteurs.
Vous en sortirez enrichis.

Cette projection et les articles attenants
vous sont offerts
pour célébrer

le 150ème anniversaire des apparitions de la Sainte Vierge Immaculée Conception,
à Lourdes, en 1858.

Pour voir tous les articles du blog Art, Littérature et Spiritualité,
réalisés sur Sainte Bernadette et les eaux de Lourdes, voir le lien :

# Sainte Bernadette, en bleu ci-dessous
Vous y trouverez la seconde partie du très beau film de
Jean Delannoy

La Passion de Bernadette, un film de Jean Delannoy

Vendredi 2 mai 2008

« La Passion de Bernadette » fait suite au film « Bernadette Soubirous »
que vous avez peut être vu
.
« La Passion de Bernadette » peut être vu indépendamment.
Durée totale de ces 6 épisodes : 1H50

Ces deux très beaux films de Jean Delannoy, sortis en 1989, sont très inspirants ; ils montrent avec justesse les qualités de vie d’une sainte dans sa relation au monde et à Dieu ; vous trouverez dans le rôle de Bernadette, Sydney Penny.

http://www.dailymotion.com/video/x52d1f
http://www.dailymotion.com/video/x54m2x
http://www.dailymotion.com/video/x55bku
http://www.dailymotion.com/video/x5586b
http://www.dailymotion.com/video/x55qd0
http://www.dailymotion.com/video/x55qdd

Cette projection et les articles attenants
vous sont offerts
pour célébrer

le 150ème anniversaire des apparitions de
la Sainte Vierge Immaculée Conception,

à Lourdes, en 1858.

 

Vous trouverez d’autres éléments sur la vie de Sainte Bernadette et les eaux de Lourdes en cliquant sur : # Sainte Bernadette


 

 

Apparitions de l’Immaculée Conception à Bernadette Soubirou, à Lourdes, il y a 150 ans

Jeudi 24 avril 2008

bernadette.gif
« C’est parce que j’étais la plus pauvre et la plus ignorante que la Sainte Vierge m’a choisie « 

 

Bernadette témoigne de dix-huit apparitions de la Vierge, Immaculée Conception, entre le 11 février et le 16 juillet 1858 dans la petite grotte de Massabielle, enfoncement dans une paroi rocheuse le long du gave de Pau, à proximité immédiate du village de Lourdes.

1 – Jeudi 11 février 1858.
Avec sa sœur Marie (1846-1892), dite Toinette, et Jeanne Abadie, une amie, Bernadette se rend le long du gave de Pau pour ramasser du bois mort. Elle racontera plus tard, par écrit, le 28 mai 1861 :
«J’allai au bord du gave ramasser du bois avec deux autres petites. Elles passèrent l’eau; elles se mirent à pleurer. Je leur demandai pourquoi pleuraient-elles ? Elles me répondirent que l’eau était froide. Je les priai de m’aider à jeter des pierres dans l’eau afin de passer sans me déchausser; elles me répondirent que je devais faire comme elles. Alors, je fus un peu plus loin pour voir si je pouvais passer sans me déchausser. Je ne pus pas. Alors je revins devant la grotte pour me déchausser. Comme je commençais, j’entendis une rumeur. Je me tournai du côté de la prairie; je vis que les arbres ne se remuaient pas du tout. Je continuai de me déchausser; j’entendis la même rumeur. Je levai la tête en regardant la grotte. Je vis une Dame habillée de blanc : elle avait une robe blanche et une ceinture bleue et une rose jaune sur chaque pied, couleur de la chaîne de son chapelet. Quand j’eus vu cela, je frottai mes yeux; je croyais me tromper. Je mis la main dans ma poche; j’y trouvai mon chapelet. Je voulais faire le signe de la croix; je ne pus pas porter la main au front : elle m’est tombée. La vision fit le signe de la croix. Alors, ma main tremblait; j’essayai de le faire et je pus. J’ai passé mon chapelet; la vision faisait courir les grains du sien, mais elle ne remuait pas les lèvres. Quand j’eus fini mon chapelet, la vision disparut d’un coup. J’ai demandé aux autres deux petites si elles n’avaient rien vu, elles me dirent que non. Elles me demandèrent ce que c’était, que je devais leur dire. Alors, je leur dis que j’avais vu une Dame habillée de blanc, mais que je ne savais ce que c’était, mais qu’elles ne devaient pas le dire. Ensuite elles me dirent que je ne devais plus y revenir : je leur dis que non ».

 

2 – Dimanche 14 février 1858.
Bernadette ressent une force intérieure qui la pousse à retourner à la Grotte malgré l’interdiction de ses parents. Sur son insistance, sa mère l’y autorise ; après la première dizaine de chapelet, elle voit apparaitre la même Dame. Elle lui jette de l’eau bénite. La Dame sourit et incline la tête. La prière du chapelet terminée, la Dame habillée de blanc disparait.

3 – Jeudi 18 février 1858.
Pour la première fois, la Dame parle. Bernadette lui présente une écritoire et lui demande d’écrire son nom. Elle lui dit : “Ce n’est pas nécessaire.”, et elle ajoute : “Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde mais dans l’autre. Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ?”.

4 – Vendredi 19 février 1858.
Bernadette vient à la grotte avec un cierge béni et allumé (ce qui est devenu, depuis, une coutume). La dame apparaît brièvement. Elle ne dit mot.

5 – Samedi 20 février 1858.
La dame apprend une prière personnelle à Bernadette qui, à la fin de sa vision, est saisie d’une grande tristesse.

6 – Dimanche 21 février 1858.
Une centaine de personnes accompagnent Bernadette. La dame se présente (à Bernadette seule) et le commissaire de police Jacomet l’interroge sur ce qu’elle a vu. Bernadette se contente de répéter : « aquerò » (celà)

7 - Mardi 23 février 1858.
Accompagnée de cent cinquante personnes, Bernadette se rend à la grotte où l’apparition lui révèle un secret «rien que pour elle ».

8 – Mercredi 24 février 1858.
La dame transmet un message à Bernadette : « Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! Priez Dieu pour les pécheurs ! Allez baiser la terre en pénitence pour les pécheurs ! »

9 – Jeudi 25 février 1858.
Trois cents personnes sont présentes. Bernadette raconte : “Elle me dit d’aller boire à la source et m’y laver. je ne trouvai qu’un peu d’eau vaseuse. Au quatrième essai je pus boire. Elle me fit également manger une herbe qui se trouvait près de la fontaine puis la vision disparut et je m’en allai.” Devant la foule qui lui demande: “Sais-tu qu’on te croit folle de faire des choses pareilles ? ” Elle répond seulement : “C’est pour les pêcheurs !”

10 – Samedi 27 février 1858.
Huit cents personnes accompagnent Bernadette. L’apparition reste silencieuse, Bernadette boit l’eau et accomplit les gestes habituels de pénitence.

11 – Dimanche 28 février 1858.
Près de deux mille personnes assistent à l’extase. Bernadette prie, baise la terre, rampe sur les genoux. Elle est ensuite emmenée au juge Ribes qui la menace de prison.

12 – Lundi 1er mars 1858.
Environ mille cinq cents personnes accompagnent Bernadette, dont, pour la première fois, un prêtre. La même nuit, Catherine Latapie, une amie de Bernadette, se rend à la grotte et trempe son bras déboîté dans l’eau de la source : son bras et sa main retrouvent leur souplesse.

13 – Mardi 2 mars 1858.
La foule est très importante. La dame demande à Bernadette : « Allez dire aux prêtres qu’on vienne ici en procession et qu’on y bâtisse une chapelle ». L’abbé Peyramale, curé de Lourdes, veut connaître le nom de la dame et exige une preuve : voir fleurir le rosier (un églantier) de la grotte, en plein hiver.

14 – Mercredi 3 mars 1858.
Il est 7h, le matin, trois mille personnes accompagnent Bernadette. La dame ne vient pas. Plus tard, Bernadette se sent appelée, elle retourne à la grotte où elle demande son nom à la Dame, celle-ci lui répond par un sourire. Le curé Peyramale lui redira : « Si la Dame désire vraiment une chapelle, qu’elle dise son nom et qu’elle fasse fleurir le rosier de la grotte »

15 – Jeudi 4 mars 1858.
Environ huit mille personnes attendent un miracle à la grotte. La vision est silencieuse. Pendant vingt jours, Bernadette ne ressent plus l’appel intérieur qui l’amenait à se rendre à la grotte.

16 – Jeudi 25 mars 1858.
La Dame en blanc se montre à Bernadette qui raconte : “Elle leva les yeux au ciel, joignant en signe de prière ses mains qui étaient tendues et ouvertes vers la terre, et me dit : Que soy era immaculada councepciou” en gascon bigourdan — la langue de Bernadette — La jeune voyante part en courant en se remémorant sans cesse les mots qu’elle ne comprend pas. Elle les répète au curé, qui en est troublé : quatre ans plus tôt, le pape Pie IX a fait de l’Immaculée Conception de Marie un dogme, Bernadette dit ignorer que ces mots désignent la Sainte Vierge ; elle informe le prêtre que le rosier n’a toujours pas fleuri.

17 – Mercredi 7 avril 1858.
Pendant l’apparition de l’Immaculée Conception, le docteur Douzous constate que la flamme du cierge que tient Bernadette entoure longuement sa main sans la brûler.

18 – Jeudi 16 juillet 1858.
Bernadette ressent l’appel des fois précédentes. Conduit intérieurement, elle se rend à la grotte. Mais une palissade en interdit l’accès. Quoique à distance, elle dira : “il me semblait que j’étais devant la grotte, à la même distance que les autres fois, je voyais seulement la Vierge, jamais je ne l’ai vue aussi belle !” Ce fut la dernière apparition.

Extrait du site officiel du 150ème anniversaire des Apparitions, et de l’encyclopédie Wikipédia.

Miracle à Lourdes : Témoignage

Mercredi 23 avril 2008

http://www.dailymotion.com/video/x3c0ds
Voir aussi l’article suivant :

http://www.lefigaro.fr/actualites/2007/11/29/01001-20071129ARTFIG00673-sanctuaire-de-lourdes-paroles-de-miraculees-.php

L’Eglise a retenue que très peu de guérisons ; parmi d’autres, qui ont eu lieu à Lourdes, celles-là confirment l’existence d’un phénomène miraculeux. Des milliers de personnes se déplacent des quatre coins du monde en espérant le miracle, l’aide de Dieu. C’est ce qui est arrivé à Jeanne Fretel, 52ème guérisons officielle reconnue par l’église ; le reportage nous montre son parcours.

Vidéo : 12’03

Outre l’Eglise Catholique qui a reconnu et officialisé divers miracles, Sri Chinmoy, dans son 1564ème livre, « Transfiguration », écrit « Over the years, many miracles have been perfomed when people use this holy water from Lourdes »

« Tout être humain est précieux aux yeux de Dieu »
Sainte Bernadette

 

Pièce de théâtre (extrait), de Sri Chinmoy : © Le Fils (Scène 18 : Jésus et Marie)

Lundi 24 mars 2008

album6.jpg

(Jésus et Marie)

Jésus : Mère, chante pour moi, je t’en prie. J’aimerais tant posséder une voix comme la tienne !

Marie : Mon fils, j’aimerais tant posséder un cœur comme le tien !

Jésus : Mère… chante, je t’en prie.

(Marie chante.)

Ma vie débuta avec la fierté du devoir.

Ma vie vivra avec la lumière de la beauté;

Ma vie jouera avec l’âme de la réalité.

Ma vie prendra fin avec la hauteur de la Divinité.

Jésus : Mère, au Ciel ta voix poignante me manquera. Dans quelques jours, je serai crucifié.

Marie : Quelle horreur ! Je ne permettrai pas que cela advienne ! Mon fils bien-aimé, ne feras-tu pas usage de ton pouvoir divin pour te sauver toi-même ? je te conjure de le faire, mon fils. J’en éprouverais une telle joie, une telle fierté, une telle reconnaissance…

Jésus : Mère, c’est pour te plaire que lors de ces noces, j’ai accompli mon premier miracle. J’ai changé l’eau en vin. Pour te plaire encore, au terme de ce voyage, j’accomplirai un nouveau miracle. Le Miracle des miracles. Il me faut m’en retourner au Père céleste, puisque telle est Sa volonté. Mais trois jours après ma mort, j’apparaitrai une nouvelle fois et vous verrai tous. Ce miracle sera sans équivalent dans l’histoire de la création. Ainsi… mère… mère de mon cœur, je te satisferai d’une autre façon. Je ne sauverai pas mon corps, mais je prouverai au monde que je suis impérissable, éternel. Bien que le corps soit éphémère, l’âme est immortelle. Ce corps a joué son rôle. Pourquoi le maintenir plus longtemps sur terre ? Mère, tu me rejoindras bientôt au Ciel.

Marie : Vraiment ? Mon fils, j’aimerais tant que nous partions ensemble !

Jésus : Mère, ton heure n’est pas encore venue. Mais elle sonnera bientôt.

(Entre Marie-Madeleine, en larmes.)

Marie-Madeleine : Seigneur, la nuit dernière j’ai fait un rêve épouvantable. Je t’ai vu crucifié. Sur la croix tu demandais à boire et l’on te donnait une espèce de vin. Tu le buvais, inclinais la tête, puis disais : “Tout est achevé.” Mon rêve était si vif… Seigneur, ce rêve impitoyable déchire mon être intérieur. Mon cœur est brisé. Seigneur, je t’en supplie, dis-moi que ce rêve était une hallucination sans fondement !

Jésus : As-tu vu autre chose ?

Marie-Madeleine : Oui, j’ai vu autre chose d’inimaginable. Trois jours après ta mort, tu m’apparaissais. Je te voyais distinctement. Je courais l’annoncer à Pierre et aux autres disciples. Tous me croyaient, sauf un.

Jésus : Qui était-ce ? Qui ne t’a pas cru ?

Marie-Madeleine : C’était ce pauvre Thomas.

(Thomas entre)

Thomas : Madeleine, j’ai surpris ta conversation avec le Seigneur. J’ai eu un rêve similaire. Mais dans mon rêve, je voyais autre chose. Le Seigneur, en son infinie bonté, me faisait croire en lui et disait : “Parce que tu m’as vu, tu as cru ; bienheureux ceux qui, sans avoir vu, ont cru.”

(Thomas chante)

Avec le doute mon mental a commencé.

Avec la peur mon cœur a commencé.

Avec l’argile ma vie a commencé.

Tout cela dans le temps le plus bref.

Jésus : Parfait ! Thomas, je ne savais pas que ta voix était si douce… Ton rêve contenait une grande part de réalité. Madeleine… ton rêve sera bientôt réalité. Madeleine, chante pour moi, je t’en prie. Il y a longtemps que tu n’as pas chanté…

(Madeleine chante)

Il fut un temps où je trébuchais, je trébuchais, et trébuchais,

Désormais, je ne fais que grimper et grimper au-delà et loin au-delà :

L’Au-delà éternel de mon But.

Et pourtant mon Capitaine ordonne : “Avance, avance, avance !”

Jésus : Madeleine, je suis fier de toi. Un cœur pur est tout ce que demande le Père, et tu l’as amplement. Un cœur pur est un trésor sans pareil. Il y a quelques mois, tu m’as entendu dire que les cœurs purs étaient heureux, car ils verraient Dieu. Tu verras Dieu en moi.

Marie-Madeleine : Seigneur, je le vois déjà en toi. Plus encore… je te vois, toi seul, comme Dieu. Tu n’es nul autre que notre Père céleste. C’est toi qui accomplis toute chose. Mais tu Lui attribues le mérite. Telle est la générosité de ton cœur.

Jésus : Chère Madeleine, tu te trompes. Mon Père céleste est le seul à agir. Je ne suis que Son instrument.

Nimitta matram

Nimitta matram

Nimitta matram

Nimitta matram

Je suis un simple instrument.

 

© Extrait de la pièce de théâtre “Le Fils”, scène 18, écrite par Sri Chinmoy.

Photo © Phoolanjaya