Archive de la catégorie ‘Spiritualité’

Les extraordinaires soulever de poids réalisés par Sri Chinmoy : plus de 3 tonnes d’un bras, et de l’autre

Vendredi 5 août 2011


“Il y a une vie intérieure ; il y a un esprit, et ma capacité à soulever des poids importants prouve
qu’il peut également agir dans la matière. J’exécute ces soulever de poids avec mon corps physique,
mais la force vient d’une source intérieure, de ma prière et de ma méditation.”
Sri Chinmoy

srichinmoysoule768veplusde3tonnesdechaquemainsnidishunblogfr.jpg
Cliquer doucement sur l’image

Le 30 janvier 1987, à l’âge de 55 ans,
Sri Chinmoy soulève 7063 livres (3203,72kg)
avec le bras droit

à partir d’un support situé à hauteur d’épaule.
Le 4 aout 1988,
il soulève 7040 livres (3193,29kg) du bras gauche.

Sri Chinmoy nous explique :

« A travers cette performance sportive, j’offre l’occasion à d’autres personnes de voir ce que l’on peut réaliser physiquement grâce au spirituel. »

« Lorsque je regarde la charge que j’ai tenue en l’air, mon esprit est confus et déconcerté.
Si nous vivons dans notre mental, nous ne trouvons que le doute, la peur, et la confusion. Mais si nous vivons dans le cœur nous réaliserons que tout est possible… C’est nous qui décidons de nos limites mais c’est également nous qui pouvons décider de les franchir. Nous pouvons constamment défier l’impossible à la fois intérieurement et extérieurement… Ma philosophie est la philosophie du progrès, de la transcendance de soi… »

Témoignages contemporains :

Bill Pearl, cinq fois Monsieur Univers : « Novateur, Sri Chinmoy utilise la Force à des fins spirituelles et incite chacun à employer tous les moyens que nous offre le monde visible pour manifester le Divin. Une philosophie de l’acceptation totale. »

Emil Zatopek , triple médaille d’or aux J.O. d’Helsinski : « Sri Chinmoy est un homme bon. Pendant des années, il a inspiré tout le monde à courir parce qu’il voulait que ses frères et sœurs connaissent la persévérance. A présent, grâce à l’haltérophilie, il inspire chacun à posséder plus de force. »

Mohammed Ali, trois fois recordman en boxe, poids lourds (à propos d’un précédent recors, « moindre ») : « 170 livres ! C’est un signe que Dieu est avec lui spirituellement et physiquement.
Le monde a besoin d’hommes comme lui. Il y a tant de guerres et de haine. Nous avons besoin d’hommes pour faire progresser le monde. Le service à autrui est le prix que nous payons pour notre demeure dans la vie future. Dieu le bénisse ! »

Paroles de Sri Aurobindo relevées par Sri Chinmoy sur le thème de « L’homme et Dieu »

Jeudi 4 août 2011


sriaurobindo.jpg

Sri Aurobindo

Sri Chinmoy a rapporté et mis en musique ces quelques phrases de Sri Aurobindo :

8 Phrases de Sri Aurobindo

- Tout peut-être accompli si le touché de Dieu est là.

- La Lumière de Dieu ne peut demeurer un court instant.

- Tandis que l’on est là, l’on est sa propre infinité.

- Qui n’a pas traversé l’enfer ne peut atteindre le ciel.

- Notre condition humaine berce le Dieu futur.

- Celui par qui vivent toutes les créatures et qui ne vit par aucune.

- S’échapper n’octroie ni la victoire, ni la couronne.

- Dans un silence absolu repose une puissance absolue.

11 Citations de Sri Aurobindo

- L’âme de l’homme est plus grande que son destin.

- La vie que vous menez dissimule la Lumière que vous êtes.

(suite…)

Une Rencontre, celle de Ravi Shankar et celle de Sri Chinmoy, lors d’un concert à Philadelphie

Mercredi 3 août 2011

 

Témoignage de Nidish : Sri Chinmoy au concert de Ravi Shankar à Philadelphie

Le mardi 12 novembre 2002, à 15h, deux cars partent de Jamaïca à New York pour aller à Philadelphie assister au concert de Sitar de Ravi Shankar et de sa fille Anoushka. Ce sont les disciples de Sri Chinmoy, tous désireux d’accompagner leur Maître spirituel à cette représentation de l’expert indien dans l’utilisation  du meilleur de cet instrument traditionnel indien. Sri Chinmoy se rendait au concert en voiture.

(suite…)

Trois Poésies mystiques de Sri Chinmoy, Maître spirituel indien

Mardi 2 août 2011

rosesrichinmoynidishunblogfrjpg.jpg
Rose Sri Chinmoy

DANS L’OBSCURITÉ PROFONDE DE LA NUIT

Dans l’obscurité profonde de la nuit,
Tu poses sur moi Ton doux regard.
Prends-moi et fais-moi Tien,
Offrant Ta Compassion.
Je suis Ton enfant innocent.
Je chemine, solitaire,
Sur un sentier obscur et touffu.
Étreins-moi de Tes deux bras.
Empêche-moi de me noyer
Et d’être emporté
Par les courants tumultueux de la vie.

o o o

JE VINS A LUI

Je vins à Lui empli de doutes.
Il sourit et me dit :
« Reste avec moi trois minutes. »

Je vins à Lui plein d’incertitude.
Il caressa l’œil endormi entre mes sourcils et me dit :
« Reste avec moi trois ans. »

Je vins à Lui avec l’ardeur d’un élève.
Il bénit ma tête dévouée et me dit :
« Reste avec moi trente ans. »

Je vins à Lui avec un cœur d’enfant.
Il étreignit ma vie de soumission et me dit :
« Reste avec moi pour l’éternité. »

o o o

L’AUBE DE MA VISION

Il fut un temps où je m’éprenais
Des édifices fantastiques du mental.
Il fut un temps où je vivais
Une vie tissée de fictions.
Il fut un temps où je me satisfaisais
D’un fragment de la réalité,
Et encore celui-ci était-il éclaté,
brisé, écrasé.
Mais voici qu’une lumineuse clarté
Se glisse dans mon cœur.
La Présence éternelle
De la Lumière de l’Infini
Nourrit l’Aube de ma Vision.

 

© Poésies de Sri Chinmoy extraites du livre « A God-Lover’s Eart-Heaven life
© Photo de Prabala « Rose Sri Chinmoy à la Roseraie du Val de Marne »

Le ramadan, rite et maintien de la foi

Lundi 1 août 2011

paix.png
« Si la Paix n’est pas en vous,
Elle n’est nulle part au monde. »
Sri Chinmoy
. . .
“S’il y avait en Angleterre qu’une religion, le despotisme serait à craindre ; s’il y en avait deux, elles se couperaient la gorge ; mais il en a trente, et elles vivent en paix et heureuses.”

Voltaire
. . .

Le mois de Ramadan a commencé aujourd’hui, lundi 1er août, dans la plupart des pays. En France, le Conseil français du culte musulman (CFCM) et la Grande Mosquée de Paris ont annoncé le début de ce mois sacré pour l’islam après l’observation oculaire du fin croissant de la nouvelle lune, selon la coutume. Au Maroc, situé à l’ouest des autres pays musulmans, commencera le Ramadan le mardi 2 août.

 

L’avantage des rites dans une religion est qu’ils nous rappellent à notre pratique. La pratique nourrit notre foi. Ainsi, quand on est en perte de vitesse dans notre aspiration, le rendez-vous pris et relevé nous aide à revenir à la hauteur d’aspiration que nous avons eue à un moment donné, voir à le dépasser, et surtout à ne pas oublier notre quête spirituelle. Le groupe et les évènements globaux donnent force à notre pratique individuelle qui s’éprouve avec le temps quand elle n’est pas correctement alimentée.

Pour revenir au Ramadan, la chose la plus importante, c’est que l’on ne peut comprendre une religion de l’extérieur. J’ai une amie chrétienne qui a fait le ramadan (le jeûne seulement), elle m’a rapporté en avoir tiré un bien fait certain de paix et d’ouverture sur les autres. L’ayant pratiqué d’elle-même, par amour pour une famille de petites filles musulmanes dont elle s’occupait en tant qu’éducatrice, elle a spontanément ouvert son cœur à cette pratique et en a reçu les bienfaits spirituels.

. . .

J’ai un ami musulman. Un bouquet d’amis.
J’ai un ami chrétien. Un bouquet d’amis.
J’ai un ami bouddhiste. Un bouquet d’amis.
J’ai un ami hindouiste. Un bouquet d’amis.
J’ai un ami qui aime le monde. Un bouquet d’amis.
J’ai le monde pour ami. J’ai Dieu pour Ami.
J’ai un seul Ami. Il est multitude.
Je n’ai que des amis, partout. Seulement des amis.
Ils sont Un.

Sans frontières est mon cœur.

C’est vrai, je pratique ma religion librement adoptée, avec ferveur.

© Propos et poésie de Nidish
1er paragraphe, source : La Croix.com

Upanishads : La Couronne de l’Âme de l’Inde, par Sri Chinmoy, Maître spirituel indien

Samedi 30 juillet 2011

rishi.jpg

Il y a plusieurs millénaires, avant la naissance du Seigneur Jésus Christ, des mystiques indiens, des Rishis, étudiaient dans la langue sanscrite des textes sacrés.
Sri Chinmoy est un Maître spirituel qui a passé sa jeunesse dans l’Ashram (communauté spirituelle) de Sri Aurobindo. Lisant le sanscrit,  il a étudié et pratiqué ces écritures anciennes. Les textes suivants sont tirés du livre dont il est l’auteur,
The Upanishads : The Crown Of India’s Soul (Les Upanishads : La Couronne de l’Âme de l’Inde) qu’il a écrit aux Etats-Unis, alors qu’il avait 43ans. Il transmet
ces textes élevés à l’Occident, de par Sa dimension spirituelle, pour nous-autres en quête d’Essentiel.


Ce Grand Être

Vedaham etam purusam mahantam
Aditya-varnam tamasah parastat.


I have known this Great Being,
effulgent as the sun
beyond the boundaries of tenebrous gloom.

J’ai connu ce Grand Être resplendissant comme le soleil au-delà des limites de l’obscurité des ténèbres

Sri Chinmoy Comment :
Before our realisation this Great Being quenched our heart’s thirst.
After our realisation we feed the soul’s hunger of this Great Being.
As man’s eternal grandfather the soul perpetually enjoys

 

(suite…)

Le scoutisme un mouvement de jeunesse pour les adultes responsables de demain

Mercredi 27 juillet 2011


Toujours Prêt

à servir

Il existe les scouts et guides de France qui font notre propos et aussi un autre mouvement traditionnel, les scouts d’Europe, que nous n’évoquons pas ici par manque de connaissance.

Les scouts ont un grand rendez-vous aujourd’hui en Suède, un rendez-vous mondial ; en effet, 40 000 jeunes de 14 à 17ans, de 170 pays, se sont retrouvés ce mercredi à Rinkaby, près de Kristianstad, dans le Sud-est de la Suède, pour douze jours, à l’occasion du 22e Jamboree. La précédente réunion internationale avait eu lieu en 2007, en Grande Bretagne, à l’occasion du centenaire du mouvement.

C’est Baden-Powel (22/2/1857 Londres – 8/1/1941 Kenya) qui est à l’origine du scoutisme ; il est parti avec l’idée de mettre en pratique tous les principes qu’il avait élaboré durant la guerre, au service de jeunes garçons désœuvrés, dans une optique de paix : « À la fin de ma carrière militaire, dit Baden-Powell, je me mis à l’œuvre pour transformer ce qui était un art d’apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d’apprendre aux jeunes à faire la paix ; le scoutisme n’a rien de commun avec les principes militaires. »

(suite…)

Différences entre la prière et la méditation, propos de Sri Chinmoy

Mardi 26 juillet 2011


Question
 :
Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui commence tout juste à se familiariser avec la méditation pour l’aider à mieux l’intégrer à sa vie ?

srichinmoynidishunblogfr.jpgSri Chinmoy : La prière est un chemin et la méditation est un autre chemin. En Orient, en Inde, la méditation fait partie intégrante de l’existence et de la vie des gens, tandis qu’en Occident, c’est la prière. Lorsqu’on prie, on s’adresse à Dieu et lorsqu’on médite, on écoute Dieu. En Occident, les gens trouvent qu’il est facile de parler à Dieu, alors qu’il est difficile de méditer. Dans la méditation, Dieu entre en nous et nous inonde de Sa Paix, de Sa Lumière, de Sa Béatitude. Mais s’il nous est difficile de ressentir la présence de Dieu, il vaut mieux commencer avec la prière. Si nous trouvons difficile d’écouter Dieu, il vaut mieux commencer par parler à Dieu. Une fois que nous aurons établi la communication, nous pourrons avoir une conversation à double sens.

(suite…)

« Prier, c’est une chose fort simple que je pratique depuis que j’ai accepté d’être simple » Nidish

Mardi 26 juillet 2011


kedarprie768resilencieusedesrichinmoynidishunblogfr.jpg

Prière silencieuse de Sri Chinmoy

Prier est fort simple. C’est s’asseoir, comme vous le faites devant votre ordinateur, mais plutôt, cette fois-ci, devant une image sainte, la photo du Christ, une statuette de Bouddha ou de Krishna, une représentation de Sri Chinmoy, ou d’une divinité, d’une sainte… s’asseoir, sur une chaise, un banc, sur le bord de son lit, ou par terre, sur un coussin… Peu importe, ce qui importe, c’est son désir de faire cette rencontre avec quelque chose d’infiniment grand, immensément grand, qui se trouve en toutes choses, et donc aussi, tout autant, à l’intérieur de son propre cœur. C’est cet Océan de douceur que l’on découvre concrètement dans la prière. La prière sincère et fervente nous amène progressivement à baigner comme une goutte d’eau dans cet Océan.

Pour arriver à cet Océan de Paix et de Joie, il y a à marcher vers. L’acte de s’asseoir et de joindre les mains constitue cette marche en avant. Aussi simple soit cet acte, il est soumis au fait de dépasser certaines épreuves. Ces épreuves sont la léthargie de son corps et les résistances de son mental. Mais quand on doit rejoindre la mer pour se baigner, l’on a aussi ces épreuves, les rochers qu’il faut franchir, le sable dans lequel on s’enfonce. C’est un peu pareil. L’on doit rejoindre l’endroit que l’on a choisi, où l’on sera bien pour prier. Cette distance est en réalité facile à franchir. Les étapes suivantes sont aussi simples et faciles à transcender : Se placer sur le lieu de sa prière, faire un instant de silence-joindre les mains. Regarder l’effigie choisie et parler. Parler avec assurance et douceur. Dieu écoute

(suite…)

Histoire vraie : « Vraiment ? » Un Maître Zen questionne

Dimanche 24 juillet 2011


zen.jpg

Sri Chinmoy raconte :

« …Il est même arrivé qu’un véritable Maître spirituel, qui était la pureté immaculée en personne, soit victime des critique du monde ignorant :

Il était une fois un Maître Zen très pur et d’un grand niveau d’illumination. Non loin de chez lui se trouvait une épicerie. Le propriétaire du magasin avait une très belle fille qui n’était pas mariée. Un jour, on découvrit qu’elle était enceinte. Ses parents devinrent furieux. Ils voulurent savoir qui était le père, mais elle refusa de leur donner son nom. A force de réprimandes harassantes, elle céda et leur dit que c’était le Maître Zen. Les parents la crurent et coururent chez le Maître Zen, le couvrant d’injures. Le Maître Zen dit : « Vraiment ? » Ce fut son seul commentaire. Après la naissance de l’enfant, les parents le lui confièrent. Il accepta l’enfant et s’en occupa. Dès lors, sa réputation fut totalement perdue, et il devint l’objet de moqueries. Des jours passèrent, puis des semaines, des mois, des années. Mais dans notre vie humaine, il y a quelque chose que nous appelons la conscience, et la jeune fille était torturée par cette conscience. Un jour, finalement, elle révéla à ses parents le nom du véritable père de son enfant, un homme qui travaillait au marché aux poissons. Les parents furent à nouveau furieux. La famille était autant torturé par le chagrin que par l’humiliation. Ils coururent chez le Maître Zen, implorèrent son pardon, lui racontèrent toute l’histoire, puis reprirent l’enfant. Il fit ce seul commentaire : « Vraiment ? »

« Il se peut que le monde ne comprenne pas ou n’apprécie pas la pureté comme il se doit, mais lorsque notre Mère, la Terre, porte en elle ne serait-ce qu’une seule âme pure, sa joie est sans limite. Elle dit : « Voici enfin une âme sur laquelle je peux compter. »

© Histoire extraite  du livre « Les Ailes de la Joie » de Sri Chinmoy paru aux Editions de la Flûte d’Or
© Photo emprunté à Buddha Chanel, que je recommande

123456...9